LE TRIPLE MENTON DE GITON

Ca y est . Je crois que j’ai trouvé comment écrire ce texte sur Fellini. Il ne s’agit pas de répéter les sempiternels poncifs. De toutes les façons tout a été dit . J’appelle A. pour lui demander comment s’appelait l’autre cameriere de J.L. Il y avait Luigi et … Benedetto. Benedetto, plus réservé, plus sévère.

Luigi, je l’ai revu il y a 3 ans pour les 80 ans d’Efisio.

Je la rappelle encore pour savoir si elle se souvient du Volturno

En trouvant le Volturno ouvert en 1920 ,et une petite notice là , je passe là .

C’est quelque chose.

200901240916.jpg  

flickr/galerie de Superbomba


Bref, je suis presque certaine d’y être allée au Volturno, cinema « à l’ancienne » avec attractions et strip-tease. Ca fumait là dedans et ça parlait. J’adorais ça.

Ca hurlait en Romain dès qu’une fille apparaissait.

Parfois je me demande si on me l’a raconté ou si j’y étais.

Il y avait aussi l’Alhambra Giovanelli ou quelque chose comme ça. J. doit me raconter car il alait lui aussi. Ca faisait partie des curiosités Romaines…

Mail qui arrive. J’éclate de rire:

« Bonjour et merci pour les photos mais malheureusement, je ne sais pas ce qui s’est passé sur mon ordinateur mais ce pauvre Giton a un triple menton. »

………………………………..

« Le pince sansririsme » Finkelkraut en ce moment. Le pince-sansririsme, c’est formidable! le pince-sansririsme de France-Culture…

200901240918.jpg

Donc avec A. on a reparlé de notre virée au Panthéon, en pyjama nous étions et peinturlurées. Ce qui était drôle c’est que personne ne nous regardait. On en rit encore. Et puis i y avait la strega, cette grande bonne femme terrifiante, tout en noir et qui vendait des roses: « Le belle rose…. »

Et si on faisait une réflexion, si on riait on se prenait sur la tête un coup . En fait, elle avait une petite boule de bois au bout d’une lanière et la lançait à qui le méritait. C’était surprenant; c’est le moins qu’on puisse dire.!!!

Et puis le type avec des gants noirs , comme si ses mains pesaient une tonne, ses bras le long du corps, sans expression, à coté du bar . Il disait:

« Anna, la volpe humana, la renarde humaine… »

D’ailleurs souvent quand j’appelle A. je fais le numéro puis:

Pronto? La volpe humana? et je l’entends éclater de rire et s’étouffer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut