BZZZZZ

Lors de ses doigts industrieux

Découpant une étoffe noire,

Il fit, si l’on en croit l’histoire,
Mille mouches sans se lasser,
Puis aussy test les vint placer,
Une près de l’oeil de sa mere (3)
(La chose icy n’est pas bien claire
Si ce fut le gauche ou le droit) ;
Il en mit encor dans l’endroit
Où vola la première mouche,
Sur les temples (4), sur la bouche (5),
A costé du nez (6), sur le front (7),
Sur les joues (8), sur le menton.
Cependant la trouppe celeste,
Apercevant Venus si leste,
Mit des mouches pour l’imiter.
Junon, pour plaire à Jupiter,
En mit autant que Venus mesme.
Pallas eut un desir extresme
D’en mettre sur son front guerrier
Et d’abandonner le laurier.
Quand à Mars, pour plaire à Cyprine,
Il en orna sa bonne mine,
Et, depuis, en porta toujours
Une fort grande de velours (9).
Aussy test, les beautez mortelles
En ayant appris des nouvelles,
Voulurent en mettre à leur tour
Sous le bon plaisir de l’Amour,
D’abord qu’elles furent connues,
Il sembloit qu’il en plût des nues ;
La moindre bourgeoise en portoit,
Et la soubrette s’en paroit,
Comme eust pu faire une princesse,
Car c’estoit la belle ajustesse (10) ;
Enfin tout le monde en voulut,
Et tout le monde en eut (11).

3. La mouche collée près de l’oeil s’appeloit la passionnée.
4. Partez-en à l’oeil, à la temple,
Ayant le front chamarré,
Et sans craindre votre curé
Portez-en jusque dans le temple.
Les hommes portoient « l’emplastre noire assez grande sur la
temple, ce que l’on appelle l’enseigne du mal de dent ; mais pour ce que les cheveux la peuvent cacher, plusieurs ayant commencé depuis peu de la porter au-dessous de l’os de la joue, nous y avons trouvé beaucoup de bienséance et d’agrément. Que si les critiques nous pensent reprocher que c’est imiter les femmes, nous les estonnerons bien lorsque nous leur respondrons que nous ne scaurions faire autrement que de suivre l’exemple de celles que nous admirons et adorons. » (Lesloix de la galanterie, p. 19.)
5. Au coin de la bouche, c’étoit la baiseuse ; sur les lèvres, la coquette.
6. Sur le nez, c’étoit l’effrontée.
7. La majestueuse.
8. Au milieu de la joue, la galante ; sur le pli de la joue en riant, l’enjouée
9. C’est l’emplâtre dont il est parlé dans l’une des précédentes notes.
10. Parure. « Elle estoit tousjours quatre heures à sa toilette à compasser sonajustesse. » (Contes de la reine de Navarre, nouv. 36e.)
11. Tout le monde en eut, si bien que dans une rnazarinade, Maximes morales et chrétiennes pour le repos des consciences dans les affaires présentes, etc., 1649, in-4., il est dit qu’on voit « abbés frisés, poudrés, le visage couvert de mouches, tous les jours dans un habit libertin parmi les cajoleries des Cours et des Tuileries. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut