Ettore

Ce que j’aime dans « nous nous sommes tant aimés, ce sont ces deux passages: La scène du théâtre, lorsque les pensées sont des actes arr^étés dans une aura lumineuse, et aussi la scène du photomaton.

Je note la fausse scène ou vraie? de La Fontaine Trevi avec Fellini . C’est drôle.

Après une nuit « Duo pour toux et toux »( maintenant que je suis compositeur je sais que j’aurais pu accompagner hier MM à son rendez-vous Boulez-Pollini)

Nous devions nous voir mais c’est vrai que je ne pouvais avancer.

Bon , en route pour R. J’espère que les étudiants…

Chacun son tour

Pas malin d’aller jouer à 9h ce matin. Essoufflée etc. Je tousse comme une bête et appelle J.C qui se bat avec son flambant neuf iPhone. Il ne sais pas répondre au téléphone et je me moque de lui, de ses ordonnances au fond du sac, du tampon qu’il va oublier c’est certain. Il me dit que lors de sa dernière visite, une dame de 70 ans lui a demandé si elle pouvait arrêter la pilule sans trop risquer…. Ce qui est joli, c’est la pharmacie qui alimente et vas-y!!!. J’étais toute contente en tendant ma carte bleue extra dorée, comme une bouche de Mac Marseillais qui n’existe plus, heu, je disais que j’étais contente de m’entendre dire que je n’avais rien à payer.

Ventoline gratuite, sirop, et autres merveilles. ( en tant qu’ancienne asthmatique de l’équipe de France, j’aime toujours avoir de la Vento au cas où je croiserais des chiens , des chats ou bien des poussières agressives.),

Je résiste et j’ai sommeil sommeil. Je baille comme me le faisait remarquer DH, hier. Petite visite du Dimanche. J’aime bien grimper à son appartement, et papoter avec elle. Là haut on se sent à l’abri. Elle a fait un cake délicieux et un peu brûlé. parfait avec des poires dedans.

Je repars. Tiens il fait encore jour et attrape des sushis et bricoles chinoises pour les tousseurs de la rue VLD.

Dans le métro une toute jeune fille est pendue au cou de son père. Elle est saoulante et touchante à la fois dans ses petits sauts, baisers, petites manières. Comme D. m’a rendu des livres, je re-recommence les prières exaucées de Capote et retrouve avec joie ce titre de nouvelles: Des monstres à l’état pur. C’est beau. Je ne connais pas la phrase en Anglais.

Il faut que je relise les voyages de Gulliver. Je m’en souviens assez bien je crois mais…. J’aimerais bien faire cette scéno. La fille me plaît.

Message de DD au moment où je montrais à D sur YouTube le moment des si tristes Oscars d’honneur de Fellini et de Chaplin.

« Be confortable…. »

Toc. rendez vous pris à l’instant avec D.D pour préparer Fellini. Mercredi 17h

2827069890_d129108e02_o.jpg

C’est bizarre. je trouve cette photo et cette légende: Truman Capote on the set of Jean Cocteau’s « Les Parents Terribles », Paris, 1948 – « Portraits of Famous People » Round Robin,

Ce n’est pas lui? Il aurait 24 ans à ce moment là.

"Facebook is a crime when people have too much time"

C’était une bonne soirée.

Après avoir attendu le Médecin des U.M .P ( pas UMP!) car J.C ne répondait pas, et après avoir cueilli sirop et autres poudres à la pharmacie.

Traversée du quartier indien. Je suis un peu en avance et traîne devant des vitrines . Là une pub pour le chutney avec une fille plus petite que le pot, là des légumes bizarres et des aubergines toutes petites,là encore, une affiche qui parle des tamuls. Je crois reconnaître le Tigre Velupillai Prabhakaran. Mais je ne comprends rien comme on peut l’imaginer. Juste en Français est écrit: « Il est nos yeux »… En parlant d’yeux et comme par un fait exprès sur la photo que je vois, il a comme on dit « une coquetterie », c’est à dire qu’il louche, the tiger..

Donc U. avait invités J.T et son épouse. Des gens absolument agréables et drôles. Ce qui est merveilleux chez J. c’est qu’il pourrait tout aussi bien avoir 15 ans. Il a une fraîcheur touchante, une capacité à s’étonner. Ca fait du bien. Nous décidons que Jean Daive est un ready-made.

Et ce à l’unanimité.

Je rentre en toussotant. J’ai l’impression de me traîner dans les escaliers du métro. Sobre . Je suis contente d’avoir été raisonnable. C’est quand même plus agréable. Je rêve que j’ai une voix magnifique d’opéra, que personne ne le savait , même pas moi , et j’ai cette sensation géniale de chanter les grands rôles. Dormi comme un renard.

U. m’a donné les coordonnées de D.P pour trouver un étudiant en animation.

Parce que seule, et même pour la 2D ça me barbe le tutorial etc.( haha; le correcteur automatique me suggère autorail plutôt que tutorial…)

Bon, je passerai tout à l’heure chez D.H . Mais je ne prends pas le vélo. Trop fatiguée.

1.tiff

6.tiff

Je repense à un documentaire sur Renoir hier. Les archives sont formidables mais alors le montage ( avec effet du genre un tableau encadré doré, de jean Renoir qui passe de gauche à droite.

Ce midi je suis réjouie par la chanson de Facebook ; Car je déteste face book…..

I’m getting bored of Facebook….

Mais

Qui connait Mary Ellen Bute?HEHHAHAHE!!!!

Wiki

Mary Ellen Bute, née le 21 novembre 1906 à Houston et décédée le 17 octobre 1983 à New York est une pionnière américaine du film d’animation expérimental.

Formée à la peinture dans sa ville natale de Houston au Texas, elle a réalisé quatorze courts-métrages abstraits et musicaux entre 1934 and 1953. Ces films ont pour la plupart été diffusés en salles de cinéma, comme avant-programmes pour des longs-métrages.

buteptg.gif

Pfffff… et PRUNE

stats.tiff

C’est quand même un peu monotone à force…

Même si les « beaux grands cerfs dans la neige remontent le niveau;

Hier travail à A. où j’arrive tard après avoir ramé sur le vélo. Sensation de fatigue et de lassitude.

Croisé M.C sur le quai à Madeleine. Parfois on regrette de demander automatiquement: » Ca va », car une avalanche de maux peut vous étouffer. Gagné! Elle est super stressée et réagit à des antibiotiques . Elle est percluse de douleurs articulaires. Elle ne peut plus nager, ni rester debout longtemps… Ca fait peur.

Ce matin le réveil a sonné à 7h30, heure à laquelle je filmais Sarkosy. Il ne voulait d’ailleurs pas que je poursuive, puis je l’ai regardé de loin en rangeant des étagères avec deux sortes de bonnes soeurs habillées en blanc avec des cornettes noires. Puis tennis avec François ( en vrai)

Hier , me décommande chez D.H. Pas le courage, pas la frite. Puis décide aussi de ne pas passer chez P. dont c’est l’anniversaire; Mais je me dis que ce n’est pas sympa, achète deux bouteilles de vin corse et arrive à 22h rue Saint-Maur. Très sympa. Elle avait même fait une bouffe délicieuse. je vois Anna avec plaisir pus Constantin arrive. Il est vraiment drôle. Pas revu depuis Cergy je crois.

Le plus marquant de la journée, et ce qui va le mieux avec les beaux grands cerfs dans la neige, c’est la prochaine arrivée de Prune, née en décembre …

C. perché sur son nuage m’appelle:

« Tu sais pas ce qui m’arrive, j’ai une fille! »

Y. a trouvé un petit poussin au Viet-Nam

On ne s'en débarasse pas comme ça

Entre les escaliers de l’opéra dans lesquels on s’enfonce, les marais, New-York , le drapeau Colombien, et j’en passe, j’ai beaucoup bourlingué ces dernières nuits. Il y a toujours un père ou une mère dans un coin assez isolé. Mon père recroquevillé dans le noir ( il ne ressemblait en rien au vrai) . Mourant, de dos, avec des poumons phosphorescents. Chercher une infirmière pour la nuit. Puis se retrouver en voiture au bord de la mer. Puis Venise.

Des situations assez mortifères qui retardent le réveil et font qu’on le désire en même temps-pour « s’en sortir ».

Oui c’était attendre la mort de mon père , éclairée par sa cage thoracique.

Je ne sais plus, il me semble qu’il m’a parlé.

ombres.tiff

PLUIE

Partie puis remontée pour prendre une sorte de Kway.

Me fais saucer à vélo. Train de 11 57 , 8 mn de transport. J’ai failli rater l’arrêt à cause « d’Evelina ».

Hier , échange de mails avec S. Je lui déconseille le Barthes sur sa mère . Ce n’est pas le moment de lire cela , si précisément on va perdre la sienne . Enfin c’est ce que je crois.( c’est au demeurant un livre magnifique, terrible…)

Hier soir, projection ( trop cher ) de « La classe morte  » de Kantor ( ben oui yen a qui savent pas) ++ tard.

Camille trouve que c’est insupportable.

Mais au moins elle l’aura vu. On s’était couchés tard la veille avec ses deux amis de l’école.

Moi aussi claquée;;;

« La polonitude »

Je me demande ce que fait Klaus à Copenhague, ce que fait P. à Rome, ce que fait P. à Prague, ce que fait M. à Londres, ce que fait AM à Bogota…. Ce que fait P. à Toulouse,ce que fait Y. quelque part au Viet-Nam, ce que fait la comtesse à Venise, ce que fait N. au ciel ou en enfer.

rarebit_007.gif

Mac Kay

remember

L’autre jour j’ai croisé deux jumelles. Elles avaient dans les 65 ans et chacune un pansement sur un oeil ( le même ).

Il y en a deux autres très âgées qui vivent entre la place et la porte de Clichy.

Je les ai croisées deux fois. Une fois à chaque endroiT

BETTY et Monsieur Beaucaire, Ciboulette "vont s'en fourrer jusque là"

200903221829.jpg

Et puis ça ce n’est pas pour tous les YEUX

C’est quand même incroyable ce que l’on trouve sur le net. Je regarde des dessins animés deUb Iwerks? mais trouve Robert Benchley et son: Sex&life of a polyp.

benchley1.tiff

benchley2.tiff

benchley5.tiff

Polyp6.jpg



« Je suis gai, soyez gais , il le faut je le veux, lalala i tou »

Brrr..;;

aahosts7.jpg

Je repensais hier soir à cet extrait du journal de Mathieu Galey; lu sur FC

Il s’agissait de sa dernière visite à Josette Day, ou plutôt de sa visite à Josette Day avant qu’elle ne s’installe dans sa dernière demeure. Terrifiant. Je vous laisse trouver cela quelque part là:

Brr…

— »Belle, Acceptez vous que je vous voie souper?

—Vous êtes le maitre…

—Non… »

30 juin:

« …Il n’y a ici de maitre que vous… »

Josette Day

« Matthieu Galey décrit l’ancienne Belle de Cocteau sur son lit de mort:

« La beauté sur ce lit à baldaquins, entourée d’arômes, fardée,sereine, soudain retrouvée comme il y a 20 ans…

Et puis dans le silence, un horrible craquement, une explosion… Les viscères sans doute qui travaillent…

Atroce…

Je pense aussi à ce corps qui va brûler dans quelques jours, apprêté pour le four comme on part à la fête. Pousser la coquetterie jusqu’au néant.

De la Belle, il ne doit rien rester qu’une image, pas même des cendres.

Une pellicule, comme si elle voulait se fondre avec le mythe.

J’aime cet orgueil. »

Trade Ad 1.jpg



Hier soir RV avec F. et S. à la Station Place de Clichy. En direction de Saint-Denis , c’est toujours l’horreur. On est serrés comme je ne sais quoi. Mais on diffuse de la musique « classique » qui adoucit je ne sais quoi. Les Pauvres sans doute. Soirée drôle avec C. JP chez MT.

Au retour, un groupe de russes un peu épais.

Je regarde des photos de Bela Lugosi chez lui et ajoute le lien Bela, Betty eyt les autres.

PORQUEROLLES'S CUP

unknown_self_portrait_self_portrait_self_portraiture_gallery_blog_collection_autorretrato_autoportrait_selbstbildnis_selfportrait_painting_drawing_photograph.jpg

C’était hier soir bien tard. C’était en sortant de chez Eric qui nous avait invités, J.J, J. et moi; Après un délicieux champagne, une excellente blanquette, la vraie de vraie… J. et JJ qui arrive de N.Y où il reste encore en poste quelques mois, parlent en Allemand de temps en temps.

Nous rions, parlons de livres, des gens. On assomme personne, on est bien et le cheese-cake de Jule ( à prononcer Iouleu) est bon comme le reste.

Je file vers une heure et oublie mon téléphone sur la table/ Ca me fait plaisir. Oui, plaisir de ne plus être attachée à ce truc.

La Motte-piquet.

Un groupe de garçons et filles se la jouent décontracté en buvant de l’alccol dans des verres plastique ( qu’ils laissent d’ailleurs sur place-ya des types pour le ménage).

Ils sentent l’UMP.Evidemment ce n’est que mon avis. Mais je ne les aime pas. Je hérisse un peu le poil.

Ils sentent leurs parents et on devine déjà la calvitie mentale. Ils sont contents d’eux et parlent fort:

_ »Tu verras quand tu plaideras la première fois ».

Le haut est le portrait de leur mère et père , le bas c’est Nike ou Adidas zt auusi une chaussure-bâteau qui est une pièce à conviction.

Changement à Madeleine. Le renfort entre. Un groupe au moins 10 en queue de train. Ils ne me plaisent pas non plus. Une espèce de jeunesse arrogante. Un grand, se permet de faire en souriant un petit signe au guitariste qui n’ennuie personne en jouant, un petit signe pour lui dire;

_  » Eh, vieux, Steuplé, joue moins fort, on parle…

Terrible ce regard que j’ai enregistré, ce mépris paternaliste et compassionnel.

Je ne serais pas seule je chercherais l’embrouille.

Beurk.

Là, à ma droite la fête continue. 3 filles et un garçon, face à face sur les straps:

Un fille feuillète son carnet:

_ « Mariage, mariage, mariage…. Le mois prochain j’en ai un tous les week-end…

Elle feuillete encore

_Ah, super! J’espère que ce sera au moment de la Porquerolles’s cup!

—……?

—La Porquerolles’s cup vous savez pas c’que c’est ? C’est trop bien. On prend les voiliers et on fait une course… Le tour de l’île … Ca vous dit? On y va tous? Je demande la maison de mon oncle au milieu des vignes…

Je soupirais donc hier soir. Ce n’est pas le problème de la Porquerolles’s cup!

Mais c’est le ton, la façon de dire. Oui.

Heureusement le guitariste au sourire un peu niais chantait Joe Dassin, et « Les Champs Elysées » dans ces cas là, c’est merveilleux.

« A midi, à minuit, au soleil ou sous la pluie…. »

Moi transformée en chaise par le Marquis et ainsi échappant aux états d'âme ordinaires d'un artiste de son siècle

ET
aawhen11.jpg
enraged creature.jpg
corruption.jpg
les marquis.jpg
detail4.jpg
detail3.jpg
ET
03/2009
boxing + hirst.jpg
Boxing Rabbit de retour à Londres écoute les conseils de Damian Hirst quant à la carrière d’artiste au XXI eme siècle
wigs&wigs.jpg
Wigs and wings
peintre.jpg
Mon portrait en peintre de cour
miroir.jpg
« Miroir… »
betty deco.jpg
Décoration Betty Boop
Chaise pour les regarder
lady octopus.jpg
Célèbre collectionneuse parisienne découvrant une pieuvre vivante dans une galerie et manifestant son effroi
Moi en artiste ridicule qui danse devant un chien riche
Moi transformée en chaise par le Marquis et ainsi échappant aux états d’âme ordinaires d’un artiste de son siècle

Blog plume

main.jpg

En regardant les stats, je constate avec effroi ( enfin… ) que les termes utilisés par les internautes réunissent « Le chat doré » qui est assez sympathique et aussi les  » actrices nue arab « , ce qui me désole davantage. Ce matin cours de tennis. Depuis que R. a dit que « l’on accélère », je meurs d’accélération, je beugle en pliant les jambes et en restant sur mes appuis… et en plus le vélo au retour.

Bilan, je dévore la semoule et les légumes préparés, achetés par R; puis un dessert.

Puis A. en voiture, ça roule bien; Puis…. je m’endors au moins trois quart d’heures dans un fauteuil.

Un tél me réveille. Ca doit venir d’Auvergne… 04 77 et je ne réponds pas. travail jusqu’à 20h30.

C’est pénible sans France-Culture même si j’écoute d’une oreille. Là, programme continu de chansons grâce ou à cause de la grève/

Diner-débat avec C. et R qui détaille après cuisson la fiche technique des galettes de légumes de C; Plein de saloperies , de graisses, d’épaississant.

Merde on est déjà Jeudi….

Ysé par demain au Viet-Nam….

Message agréable d’une personne qui a vu les Colombaïoni; Message de Mohamed, étudiant à Cergy, aujourd’hui marié et père; Il faut que je lui réponde.

POST N°101

octopus.tiff

Velo d’ici à A; . Puis retour. Puis je file à Menilmontant et avoue caler au milieu de la montée car j’ai le sac et aussi le sac avec la caméra. Cours de J.Je filme; j’enregistre. C’est intéressant de voir ces corps d’enfants, la syncronisation, la conscience de la droite et de la gauche…

Je redescends rue Guénègaud à toute vapeur et m’arrête en passant chez Perlbox;

Me gare en face de chez D. Repond au téléphone et raccroche car je trouve devant moi A2G. Il sort d’Art Paris et me dit qu’il ne peut rien regarder tranquillement sollicité qu’il est et de toutes parts.

On parle de l’expo Warhol au Grand Palais. Il a raison de noter que sont énormément représentés les riches commanditaires, que Warhol ce n’est pas que « ça ».Ce n’est pas ce mondain « là ». On ne parle pas de musique, et la TV est chez lui à la Maison R. Je décide de nepas aller à A.P et téléphone à D. pour qu’elle ne m’attende pas. Ca va encore me déprimer ces masses d' »art »….

Je grimpe les 5 étages et l’assistant japonais de D. est là.

Il part.

Blabla et arrivée de J.L.S. Un verre de vin et je file. Vélo à nouveau…. Rue des Martyrs au secours ce soir.

Surtout que le tennis d’hier a été particulièrement dur….

— »On accélère ».

D’accord, mais montre en main je tiens à peine 10 mn à ce rythme nouveau.

Les genoux… Haïe .

Tiens je n'avais pas posté?

C’est vrai que ça m’a quand même démoralisée, ces vernissages où je n’étais pas obligée d’aller. Et puis je me suis fais engueuler par R. qui m’a dit:

« Mais t’en es encore à t’emmerder avec ça, à être sensible à ça? »

Ben oui, je vois ce que je vois et je trouve que c’est pathétique.

En même temps je m’en fiche. Bon tennis, bien joué, bien plié mes jambes, bien posé mes appuis, bien restée pas de face, bien servi.

Puis retour, puis hop IKeA, c’est fait les placards ;

Ouf; Puis maison.

Puis moral in the talons. Puis déjà 15 h; puis j’y vais quand même; puis atelier;

Puis 16h et contente. papier et perles et contente. Puis Dalila. Puis retour vélo. Puis dîner ici avec C. ert R.

DIMANCHE

Ronald Fischer, Beekeeper, Davis, California, May 9, 1981,

avedon.jpg

AVEDON

Temps absolument magnifique.

Hier c’était bien d’aller au F. A.Heliot m’attendait dans son imper violet. Oui c’était bien de choisir des livres qui allaient vers une fin certaine, et de trier ceux qu’elle avait mis de côté pour moi.Je les emmène à l’école et donnerai à C. les siens.

Dimanche

Projection à 11h

Fnac où l’on ne vend plus mon encre d’imprimante.

Hier vernissages=Tout ce qui peut démoraliser. Du mec genre artiste qui est pieds nus et parle à A. de Villepoix au milieu des espèces de broderies sur fond gris (qui ressemblent si je suis un peu méchante à de la déco de resto chinois), à Xavier Veilhan devant le buste qu’il a fait de Nouvel , ( Blind face of Jean Nouvel, je crois), avec Nouvel himself qui écoute ,et des gens qui regardent et Perrotin tout affolé, des saloperies chez Crousel( genre corde avec des perles cousues ). Là on dirait une brocante qui s’épuise… J’arrête.

Mais zut, qu’ai je vu?????

On est reparti tristes comme des bonnets avec T.

Je lui ai envoyé un SMS en sortant du métro pour savoir comment on mettait les balles dans le chargeur.

Il m’a répondu: » Ouf, tout cela est derrière nous. »

Terrible ce milieu….

J’écoute Michel Legrand.

Vendredi aprem, interview de Jean.

Vu aussi le projet R.W à la Commune.Pourquoi choisir »le promeneur »? Pour faire défiler des images ( très réussies d’ailleurs des belles animations en Noir et Blanc) pour se balancer sur un trapèze en ombre? On entend plus le texte, enfin au point de vue sonore on l’entend dans une récitation, je trouve un peu appliquée…

Il ne reste rien ( musique terrible…. Brrrr) Rien que la pluie en rétro projection et ces images qui glissent sur l’écran de papier.

Tout cela est un peu niais ou naïf. Un peu jeunot. Ils auraient dû inventer leur histoire, mais pas faire cette illustration au pied de la lettre…

Mon amie le sculpteur Sally Ryan se cache

sally ryan.tif

Dis donc ma petite Sally , par ce beau jour de 1945, tu nous prends un peu pour des idiots. Non?Tu vas nous faire croire, que tu sculptes ce « baiser », à grandes enjambées dans ce salon? Là? Ce qu’on voit là serait ton atelier/ Pas un brin de poussière, des canapés , des appliques ou lampes sur la cheminée?. Allons, allons-Hum Hum Sally- ce n’est pas parce que tu as dans les 82 ans aujourd’hui, que tu seras épargnée. Les images parlent Sally!!!!

20 rue de Clichy, et 11 rue….

03-3.jpg

La dame d’en face ouvre ses volets et porte une robe de chambre rose déprimante.Ce qui est terrible c’est la répétition des gestes au quotidien. Je fais la même chose. 1. attraper chaussettes etc… dans le tiroir sans allumer, 2 ouvrir la porte de la salle de bains, 3 tout poser et attraper la brosse à dents, 4 aller dans la cuisine et appuyer sur le bouton de la bouilloire, 5 repartir prendre une douche rapido…

Tous les jours…

Une cuiller et un tout petit peu plus de café dans la tasse, 3 petits carrés de sucre, l’eau.

Puis les mails…

Commencé Evelina qui a l’air assez drôle et incisif.

Visite de P.H qui est une personne très agréable , attentive et courtoise. Je n’ai jamais tant parlé de ce que je fais. Peut-être était-ce confus, ou pas assez comme-ci ou comme-ça. Je pense et espère qu’il ne s’est pas ennuyé devant l’avalanche d’images et de mots assaisonnée d’un thé fumé.

C’est quand même agréable de parler calmement,

Puis passage de U, avec une bouteille de vin de Gonfaron.

rage

PAS D’IMAGE CAR JE SUIS FÂCHÉE

Ce qui est extraordinaire dans le web, c’est la puissance de l’anonymat. OUI

Oui, je trouve une image, un fichier devrais-je dire, car toute « oeuvre » est un jpg , ou un tiff , ou un png.

Et pour les utilisateurs (-encore…! – de PC- MAIS COMMENT FAITES VOUS AVEC UN OUTIL AUSSI INDIGENT? AUSSI LENT? AUSSI DEPOURVU D’ELEGANCE, AUSSI NASE, AUSSI LAID, AUSSI LENT, AUSSI MOCHE, AUSSI VIEUX, …

Le PC c’est un ski en bois, heu, c’est un bigoudi, un séchoir des années 50. C’EST un artiste en velours, un homme d’affaires qui fait « un peu de photo », un mec qui « bidouille »= vieux mot du 20eme siècle…. BEURK LE PC, BEURK

Vous aurez compris que je déteste ABSOLUMENT le PC et que je ne comprends ABSOLUMENT PAS comment on utilise « ça », tout comme on utilise cette merde d’EXPLORER ».

Bon… Que diriez vous d’un yaourt-châtaigne.

Ca vous en bouche un coin ( j’imagine mon demi ami américain en train de déchiffrer ça_ bouche un coin HAHA intraduisible à vrai dire….)

STOP

6a00d8354704f253ef00e54f2e01228833-800wi.jpg

Retour en haut