J'ai joué comme une mule

Je me fais un sandwich et pars dans 5 mn. L’impression que j’ai de ce que j’ai vu hier, c’est la vulgarité.

Car même pour traiter la vulgarité , il ne faut pas le faire vulgairement.

Je n’aime pas attacher ce mot vulgaire aux choses, mais là, oui c’est ce que j’ai ressenti avec un peu de tristesse.

Vulgaire: Qui se limite uniquement à ce qu’il est déjà.

C’est peut être cela le problème.

Et les quatrième degrés, les « peinture+antiseptique »,( super bonne idée ) les « depuis 20 ans inspecte le » …. ou « réenvisage la »….

Il y avait des artistes hier. Je le sais parce qu’ils avaient un badge artiste. Comme il y a charcuterie, ou poisson au super marché. Au charcutier on demande des nouvelles du jambon, au poissonnier on demande si les bouquets sont congelés. A l’artiste on demande « de nous expliquer tout ça » tout leur monde et plutot rapido parce qu’il faut tout voir. Parce que les notices, c’est pas assez précis.

Les trucs bien, j’en parle plus tard… Après y être retournée (??)

Au moment où j’écris, dans la rue une voix masculine:

— »C’est un personnage intéressant »….

Ils doivent parler de moi, ces deux types sans corps 5 étages plus bas.

En route.

écouter France culture , Arnaud Laporte à propos de cette expo mérite que je sois décorée de l’Oreille dorée, et je dirais même plus de la grande oreille dorée…. Ri- di-cu-le.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut