Eteindre la lumière

adresse.jpg

Ceci vient d’IVRY, 4 rue Emile Zola.  

Finalement cette visite m’a un peu donné le bourdon. Cette maison de MIlly, morte. Bien morte.

Alors pendant que tout le monde parle et travaille et suggère etc… (Là il y aurait ceci, là cela, oui mais il faut absolument que les deux palmiers y soient, où était la main rouge, le buste? ), où est la main rouge, là la voix de Cocteau, là des images punaisées… ),donc pendant ce temps je cherche des micro indices, des restes de vie.

Ce sont les interrupteurs qui me troublent. Il n’y a pas plus ordinaire que ce bouton pour allumer ou éteindre, glisser sur le (la?) bakelite/ en parlant , en riant.

Mais c’est un index osseux que je voyais monter et descendre. Ce qui est terrible est de comprendre que tout geste aussi minuscule soit-il représente la vie. Et puis le thermostat du chauffage réglé sur le chiffre 19, et au dos d’une porte cette étiquette arrivée là je ne sais comment.

Dans la cuisine et dessiné sur un papier écossais, une cible au crayon: 1, 2, 5 et au centre quelque chose de peu lisible, une tête avec deux points pour les yeux et un oiseau?

Deux radiateurs blancs disposés là dans la chambre à alcôve rouge deJ.M. Disposés comme dans « Les enfants terribles » d’ailleurs.

Le carrelage ocre rouge et blanc, la peinture du château…

Et puis les papiers peints. J’en arrache un petit morceau et aussi un petit bout de tissu.

Je me disais qu’il fallait fermer tout cela, laisser la vie reprendre-que quelqu’un maintenant s’y installe et y VIVE- Pas de reconstitution. Rien , laisser le jardin en paix, laisser l’eau stagner et les orties, laisser les canards s’envoler vers les tours du château voisin.

Oui , c’est un peu triste cette fin des gens, cette fin des choses.

Bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut