"Old Shakespeare"

jtr33_470x320.jpg

Another letter sent to the police. The last letter was received by the police on 14October 1896.

(c) The National Archives MEPO 3142 F178

200905121405.jpg

Known fondly by her acquaintances as « Old Shakespeare »

due to her tendency to recite her favorite poet’s sonnets after a few drinks,

Carrie Brown checked into the East River Hotel, on the southeast corner of Catherine Slip and Water Streets,

with a man between 10:30 and 11:00 on the night of April 23rd.

Her lifeless body was discovered lying on the bed the next morning,

naked from the armpits down, according to the night clerk who found her.

Her body was mutilated, and she had been strangled, but there are few details known about her injurie

jackripper1.gif

Eteindre la lumière

adresse.jpg

Ceci vient d’IVRY, 4 rue Emile Zola.  

Finalement cette visite m’a un peu donné le bourdon. Cette maison de MIlly, morte. Bien morte.

Alors pendant que tout le monde parle et travaille et suggère etc… (Là il y aurait ceci, là cela, oui mais il faut absolument que les deux palmiers y soient, où était la main rouge, le buste? ), où est la main rouge, là la voix de Cocteau, là des images punaisées… ),donc pendant ce temps je cherche des micro indices, des restes de vie.

Ce sont les interrupteurs qui me troublent. Il n’y a pas plus ordinaire que ce bouton pour allumer ou éteindre, glisser sur le (la?) bakelite/ en parlant , en riant.

Mais c’est un index osseux que je voyais monter et descendre. Ce qui est terrible est de comprendre que tout geste aussi minuscule soit-il représente la vie. Et puis le thermostat du chauffage réglé sur le chiffre 19, et au dos d’une porte cette étiquette arrivée là je ne sais comment.

Dans la cuisine et dessiné sur un papier écossais, une cible au crayon: 1, 2, 5 et au centre quelque chose de peu lisible, une tête avec deux points pour les yeux et un oiseau?

Deux radiateurs blancs disposés là dans la chambre à alcôve rouge deJ.M. Disposés comme dans « Les enfants terribles » d’ailleurs.

Le carrelage ocre rouge et blanc, la peinture du château…

Et puis les papiers peints. J’en arrache un petit morceau et aussi un petit bout de tissu.

Je me disais qu’il fallait fermer tout cela, laisser la vie reprendre-que quelqu’un maintenant s’y installe et y VIVE- Pas de reconstitution. Rien , laisser le jardin en paix, laisser l’eau stagner et les orties, laisser les canards s’envoler vers les tours du château voisin.

Oui , c’est un peu triste cette fin des gens, cette fin des choses.

Bon.

Les quatre châteaux

interrupteur leopard.jpg

Je me demandais qui avait fait cliquer l’interrupteur et si la lumière était plutôt jaune, plutôt blanche.

Ce que je savais c’est ce que l’homme ou la femme qui étaient entrés s’étaient amusés du tissu – léopard sur les murs, avaient regardé un instant le jardin et le petit abri dans les herbes, avaient regardé encore les murs de la chambre, puis découvert la peinture au château .

Un château. Deux châteaux. Celui d’un conte de fées, aux toits bleus et tourelles grises, et puis sur un escarpement un autre sorti tout droit d’un récit de bataille , bien solide et fort près d »un tout petit arbre.

Deux châteaux… De l’herbe verte, une colline et au loin un tout petit toit rouge. Au loin encore deux cyprès et des montagnes bleues, un ciel bleu pâle des nuages blancs

Quatre châteaux perchés et surplombant un lac .

Deux fleurs blanches au premier plan.

Quatre châteaux de Seigneurs bons, mauvais, méchants, faibles, criminels, sanguinaires. Quatre châteaux de fantômes derrière un rideau rouge peint directement sur le mur.

Je ne sais pas s’il y avait un feu dans la cheminée, une horloge, des chaises et si l’homme ou la femme qui regardaient cette scène, allaient rester une nuit ou davantage.

peinture3.jpgdetail.jpgpeinture.jpg

AFTER WORK ( pas mis le nez dehors ) & BEFORE T.V , Katherine Dreier

Du blog Anonyme

200905102208.jpg

ARTIST AND COLLECTOR KATHERINE DREIER JOINED MARCEL DUCHAMP and Man Ray in 1920 to found the Société Anonyme,

an organization designed to support and generate awareness of modernist art; the group’s name, a French phrase meaning “incorporated,

” highlighted the fact that the organization was not allied with any particular artistic school.

The Société Anonyme promoted new artists by arranging exhibitions to introduce audiences to their work

and develop their reputations among galleries and collectors.

Critics praised the Société Anonyme for its commitment to new artists and its inclusion of their work in exhibits and catalogs. Between 1920 and 1940 they held 80 exhibitions showing mostly abstract art.

Katherine Dreier played an essential role in generating American interest in and acceptance of modern art.
She ran the Société Anonyme’s small gallery, curated exhibitions, and wrote essays and gave lectures in support of modern art.
Dreier was also an accomplished painter—two of her paintings hung in the legendary Armory Show of 1913.
The Katherine S. Dreier Papers / Société Anonyme Archive documents the life of Katherine S. Dreier and the activities of the Société Anonyme.
The collection is part of the amazing Beinecke Library at Yale University.
The collection consists of correspondence; manuscripts and notes for articles, books, fiction, and lectures;
clippings; brochures; programs; press releases;
advertisements; tax records; photographs and artwork; meeting minutes; and ephemera and printed material.
The papers span the years 1818 to 1952, but the bulk of the material is from 1920 to 1951.
Currently, only a portion of the Katherine S. Dreier Papers / Société Anonyme Archive is available in digital form.

SAMEDI 9

C’était agréable cette petite soirée avec U. Mais on boit toujours un peu trop. Je lui envoie un mail pour lui dire:

t‘es rentré en zig zag ?

—’me souvenais même pas que t’étais parti et je croyais même que l’on avait dîné chez toi!!! . Je croyais que t’étais un lampadaire de cuisine quand j’ai pris mon café ce matin!!!!!!!!!!!!!! ( je plaisante )On exagère. Mais on s’en fout!!!!!

Ce matin direction A avec C. et R. qui écrivent un scénario et vont tourner la semaine prochaine. Hier c’était le chef op, aujourd’huice sont les repérages et la liste des accessoires. Les photos pour tout remettre en ordre:— Je vous prête A. si je ne m’aperçois pas que vous y êtes venus.

On trouve un grand caddie abandonné sur la route et je grimpe dedans. Camille pousse, R. porte un de mes rouleaux de toile et on rit comme des… Tiens je vais Skyper bogota) et donc on rit tout simplement. Le caddie est chez moi.

cam+rodrigue.jpg

J’envoie un mail à M. Vu ma vitesse je préférerais qu’elle s’occupe de Tea-time. Ce qui ne m’empêche pas de préparer les fichiers sur photoshop.Il y a déjà 20 calques pour la scène du salon. Brrr. M. est vraiment une fille agréable, super précise. Ils bossent comme des fous pour leur film d’anim. Je lui demande pourquoi pas un vrai film?C’est vrai je ne suis pas une dingue d’animation. Déteste les animations des pays de l’est des années 60, la pâte à modeler et tous ces trucs pittoresques. Je reste tradi avec evidemment Lotte Reininger, les frères Fleisher, Starevitch et ses animaux, Shrigley…Quand je regarde Morello et son Mysterious je ne sais quoi , c’est assez beau; c’est beau… oui, mais…Mais souvent les histoires ne me concernent pas, et j’y vois une poésie surannée et un peu cucufrais. Et puis s’apercevoir de la technique c’est terrible. terrible comme l’huile de coude.
J’aime bien le dessin de Persepolis et n’ai pas vu Valse avec Bachir. Ce qui est bien encore une fois c’est de sortir des scénarii poético sucréstout mous
J’oubliais Mac Cay que j’adore avec Gertie. et Krazy cat de G. Herriman

Lu, sans rapport avec ce qui précède une interview de Terzieff que nous irons voir ces jours-ci. je meurs de sommeil et reste accrochée ici. C’est stupide.

A.M me skype avant de partir à une expo. Elle a vendu deux photos hier et elle est contente.

Zut ma souris est déréglée et je ne peux pas double-cliquer pour ouvrir des trucs; Ca m’énerve.

Je ne m’étais même pas aperçue du soleil revenu. Ce soir invitée à diner par J. rapidement croisée lors de son expo et que j’avais bien aimée. Cele me fait plaisir qu’elle m’invite. Mais je n’irai pas.

Mail de E.S que je ne connaissais pas

Je reçois de Métellus une invitation pour le Café de la Mairie le 26. Lis votre nom. Me dis : je vais voir. Vous trouve sur Internet. Votre blog. Votre travail. Je suis nul, je ne vous connaissais pas. Et vous, me connaissez-vous ?

J’ai donc une homonyme, mais c’est je crois J. qui me l’avait dit. Et avant de la réduire en cubes sanguinolants, j’espère qu’elle ne va pas déclamer dans ce café « Germanopratin » , des liqueurs métaphoriques!!!

Ce qui serait drôle c’est qu’ell ait ma tête, mais de ce côté là du fleuve, je ne me fais pas trop de soucis.

Aujourd’hui, j’ai chantonné mille fois:

Je vais m’en fourrer fourrer jusque là. Bon je fais quoi. Le coffret de Cassavetes que J. à offert à C?

Hum. Tiens j’ai vu Quand la mer monte de Y.M. C’est assez dingue ce film et le masque est magnifique tant il est inquiétant. Ca m’a fait penser que j’avais oublié ( comme chaque année) d’aller voir la sortie des Géants de Bethune. j’adore ces trucs là.

571371669.jpg

lüfer

J’apprends que le Temnodon sauteur : lüfer est un poisson du Bosphore.

La lumière qui vient des vagues et des maisons elles-mêmes

Voir Melling et les vues d’Istambul.

Allez, After E.

72-006885.jpg

JE VAIS EXPLOSER avec After Effects. Ou le personnage va a toute vitesse, ou le chien disparaît je ne sais ou, ou les bras bougent trop vite ou… La merde quoi. Le chien qui entre en marche arrière n’est pas mal non plus. Je prends es fous rires toute seule mais c’est sésolant le temps que j’y passe!

Guy qui doit s’ennuyer dans le train pour Amsterdam m’envoie des horreurs qui me font rire.

ANGOISSE AFTER

… EFFECTS

Quand je pense que C. A et d’autres utilisent ça comme ils respirent… Je n’en suis pas là.

Points d’ancrage, rotation, machin, et des calques des calques..

..AE marquis.tiff

Ce marquis doit en toute simplicité traverser le couloir. En deux heures j’ai réussi à lui faire bouger un orteil et en plus l’appli a quitté.

Mon Tea-Time pornographique n’est pas encore sur tous les écrans. Pourtant je faisais ça à l’arrache avec FCP. Mais il faut changer d’outil.

FIN DU RANGEMENT

  echelle.jpg

C’est fait, ça y est. Je ne pensais pas que cela prendrait autant de temps.

Hier RV chez F. pour des essais de caméra et de lumière. Le petit stagiaire est aussi gentil que nul. Je fronce l’oeil et lui annonce que je vais être désagréable. ( Portable, conversations à propos du match de foot le soir, allo maman… ). Rien à en tirer.

—Tu éteins ça.

Bref. D. est très efficace, ça compense.

Ce matin suite des essais puis passage chez Marin où j’achète pour la première fois de ma vie un rouleau de toile toute enduite …. On rit en voyant les types charger les fourgonnettes de toiles tendues avec « semence ». Ca va en faire des barques de pêcheurs en plus, ça va en rajouter à la planète des bouquets et des portraits…

Je suis partie avec un bonnet et deux pulls dans un col roulé, ce qui semble très adapté.

Je dois préparer ce petit texte du Jeu de Paume et un dossier pour la fille de Bogota. finir cette animation, etc etc.

RV le 12 avec I. et le metteur en scène. Je lui ai dit que je n’avais pas trop la tête à « ça ». Elle vient de me renvoyer le texte.

Je m’endors dans le métro avec mon rouleau de toile à la main ( où s’est déjà accroché un touriste italien, le prenant pour  » la barre »). On rit. J’ai refermé mon Istambul de Pamuk. J’aimerais aller le lire d’une traite à l’école. En parlant d’école oublié de faire les photocopies pour E.

R. Proposition de Bezace pour les Fausses Confidences. Mais c’est l’Eternel Mari qu’il veut jouer le plus vite possible. Et puis la correspondance Miller-Cendrars, travailler avec D.F et Trintrin

Tel de R.

Les propositions tombent cette semaine. Encore un film à l’instant avec le rôle principal cette fois-ci. Pendant ce temps je me lamente à côté de ma pintade préférée , (  » ma pintade c’est mon ombre », pourrais je dire.)

photo.1.jpg

Je ne sais plus de qui est cette photo…

Mail de Hovnatan pour boire un verre dans le quartier. J’aime bien ce type et son frère Tigranne. Mail de Pauline qui me donne les dates de concert des Vraoums ( 15, 16 mai à 19h au 210 rue de Belleville ( vais demander à C. et Y. s’ils veulent venir, le 20mai à la Féline à 21h). Mail de M. pour Londres, de D.P pour la Maison Cocteau.

Je ferais mieux d’ouvrir AE plutôt que de raconter ma vie.

May be….

costume lui.jpg

Chabrier

Oublié de dire que Dimanche j’étais allée avec A. voir « Le roi malgré lui ». La musique de Chabrier est surprenante ( je ne connais pas et suis étonnée) mais objectivement il n’y a plus aucune raison de montrer »ça ». Super production, Malgré les efforts de Laurent Pelly, au bout d’un moment il faut bien dire que l’on s’ennuie ferme. Comment était-ce monté à cette époque sans télé , sans cinéma, avec entractes vrais foyers et vraies loges. ceci étant dit, l’Opéra comique est une merveille.

chabrier.JPG

Tentation et orgueil ( ce n'est pas de Jane Austen)

Je me disais quoi? Parce que je me dis des choses que je trouve évidemment extraordinaires, je ne les note pas en me disant j’écrirai ça en rentrant. Et l’humanité toute entière pâtit de mes négligences. Ce matin une photo dans un magazine posé sur la table de la cuisine. J’en suis au dentifrice-Nescafé ou Fluocaril -eau chaude et en plus c’est le jour de la tonte. Tonte archaïque car je n’ai pas de tondeuse. Le magasin où je veux aller, qui doit s’appeler le roi du rasoir est rue de Clichy. Et quand je passe devant il est toujours fermé. R. le connait ( tiens il a pris un taxi avec un ancien chanteur d’opéra, tout ce que j’aime et n’a pas rabattu pour moi).

Je vois cette image bizarre donc sur la table de la cuisine. ( je mets mes lunettes… hum hum)

Alors c’est une sorte de défilé d’hommes-animaux-mousse-fougère. Splendide; La légende est un peu bêbête: « Ne riez pas ce sont de vrais soldats Iraniens ».

Ok . je scanne.

defilé102.jpg

Tiens en parlant de Jane Austen, la boule de la roulette s’est arrêtée hier sur les Soeurs Bronte de Téchiné et j’ai trouvé que Pascal Gregory mon chéri, était une excellente idée pour incarner Branwell. Puis j’ai trouvé la photo trop chiadée, pas assez « raide » etj’ai zappé sur je ne sais quoi et me suis endormie, partie à Rome , retrouvé P., et pas demandé son portable ( comme dans tous les rêves le concernant); Il y avait une chambre avec 3 lits … Brumes de rêve je ne sais plus ce qui se passait, des arrivages dans la chambre, un camion…

En parlant de bouquins , je me demande où Tufik sur France Cul va chercher ses femmes auteurs à petite voix et qui à mon avis manquent de sexe. Exaltation littéraire pour des idées pas fameuses me semble-t’ il…. Misogyne je suis. Plus intéressant ensuite, les mecs de chez Caterpilar qui témoignent…

Dans le train qui nous ramenait à Paris ( sur Paris ) il y avait une autre personne à vélo. Une fille avec des bottes turquoise horrible et des lunettes desoleil malgé la grisaille.

Oui , voilàt ce que je voulais dire au début: J’ai croisé le Cow-boy du 9 ème. Ce soir élégant avec la totale à franges caramel daim. Ca m’a rappelé mon sac à franges assorti au gilet pendouillant ramené des States par ma soeur. Une splendeur. A ajouter aux bottes marocaines de mon frère qui ont fait 50m: Le temps de les arracher de mes jambes et d’aller aux Beaux arts d’Amiens en chaussettes, d’être sauvée par Hervé qui passait par là en 2CV ( que j’ai croisé sur son vélo 30 ans hum 33 ans après rue de Clignancourt alors qu’on buvait un verre avec C. et Y. )

Bref hier M. pour mon film . En route pour 2 heures d’After E. Putain. Que de calques que de calques….

Je n’en peux plus.

Commande du Jap pour tous les 3.

Aujourd’hui encore rangement de l’atelier. sacs poubelles; J’ai envie de tout bazarder.

J’invite E. à dîner.

Je lui lis quelques passages du livre de DD que j’aimerais qu’un de ses étudiants puisse dire au Jeu de Paume. Merde il faut que j’écrive un texte et trouve un titre.

C. a squatté un tournage à Blanche.

Je dois rappeler Efizio. Ca me fait plaisir d’aller chez eux à Rome et de voir Roberta grosse comme une montagne; Elle accouchera au même moment.

RV chez D.D

teaceremony.jpg

delouche 2.jpg

J’arrive pile à l’heure et sonne à la porte miroir. Il me semble plus en forme que l’autre fois. Paravents, tentures, plafonds peints, trompe-l’oeil. Piano à queue. C’est le « nécessaire » de la bourgeoisie du 19e.

—Mes grands parents vivaient ici, j’y suis né. Rien n’a changé

—Rien du tout?

—Non. Ce qui n’est plus là, je l’ai remplacé par l’identique.

—Donc à cinq ans, vous jouiez là.

Oui et j’ai commencé le piano à 4 ans, suis tombé malade à 13 et j’ai renoncé. J’ai fermé ce piano. Terminé.

—Allons par là.

Par là est au bout d’un interminable couloir où il devait faire bon courir ou glisser en patins à roulettes. On devine une grande cuisine, des toilettes, une chambre et on arrive dans une autre avec un lit à baldaquin sur lequel est posé du matériel pour imprimante. Le plafond est un ciel bleu moutonneux. Et le ciel bleu en vrai est juste là au dessus d’un petit jardin-terasse avec des pots, des plantes que D. aime soigner.

Je ne photographie rien. Mais j’aime traverser ce couloir derrière lui dans la pénombre.Il marche vite.

J’ai déjà filmé ce genre de traversée, mais où? Peut-être chez la Duchesse d’O. ou autre noblesse lors des interviews pour Grès.

Je croyais pouvoir fouiller dans des boites de photos. Mais non; Il a déjà fait préparer 16 images. Bon.

—Et le télégramme ?

— Oh il est je ne sais où avec les lettres.

—Vous pourriez le trouver?

Ce n’est pas gagné.

moidelouche1.jpg

Je ne pose pas trop de questions pour ne pas couper la fraîcheur lorsque le moment sera venu de le questionner en Novembre. Il me dit de ne pas m’inquiéter, que ça ira, et qu’il ne faut pas préparer….

La princesse la langouste et le muguet

muguet et bazar.jpg

roger muguet 3.jpg

Camille et R.1er mai

Premier mai. tennis et brins de muguet. je suis contente . Je joue bien.

Travail toute la journée sur Tea-Time, puis arrivé à l’heure pile de Meriem. C’est une étudiante des Arts déco ( j’entends…;J »e ne trouve pas le poivre », là bas dans la cuisine, ce à quoi je réponds: « —débrouille ») – donc Meriem qui me montre AE. En fait on va travailler sur Tea-Time. C’est mieux que des exemples abstraits.

Puis RV avec MM ;Tout est fermé autour de la Comédie Française. Le Nemours fermé. Un verre de vin en face.M. me raconte des belles histoires; La répétition Boulez-Pollini.

Puis le Marly désert. C’est très agréable , le soir à l’intérieur avec personne.Je mange un cheese-burger. C’est bon ça.

Samedi re-travail toute la journée sur photoshop. Fastidieux. Puis U. à 17h? Récréation avec comme d’habitude les commentaires quant aux gens qui passent.On rit et on décide surtout de ne plus aller à la Marmite, car à peine servis :

—Je peux encaisser?

On a beau dire que ci et que là. Que dalle.

Là un type qui marche-le pauvre-comme le bonhomme qui va servir à l’animation de M.

Un type et une fille en tee shirt vert laitue qui s’enlacent et regardant dans le même direction.

Des retraités pantacourt vert kaki et gourde, deux grandes filles qui doivent bosser au Moulin.

Puis dîner chez A.

Chez Armelle c’est toujours bien. Il y a toujours des gens extra et jamais prétentieux. C’est toujours joyeux.

Je me demande si Voix off de Podalydes c’est bien. Je pense que oui. J’ai envie de le lire.

Hier Maurice Benichou et sa femme. Impec.

J’ai dormi comme une langouste.

Cet aprem je dois relire Les Felliniennes années en vue du RV demain avec Dominique Delouche

Ca c’était à Bruxelles mais je ne me rappelle pas le nom.

dumbfucks.jpg

E. doit être rentré du Japon, avec ou sans fièvre.

Le type d’en bas continue sa lutte contre le supermarché qui laisse les « pauvres » se servir dans les poubelles. Comme il trouve que ce spectacle n’est certainement pas le plus efficace pour la réussite de sa boite de com à la noix, il dit s’inquiéter pour la santé de « ces gens » car les produits sont avariés. C’est quand même immonde non? Quelle belle solidarité.

Bon, c’est décidé je vais aller m’installer à Dubaï dans un immeuble en forme de corne de licorne.

Retour en haut