Mon beau château

C’est drôle et affreux en même temps le devenir de chacun. Un exemple, la pharmacienne ( collègue on s’en souviendra peut-être du sosie d’ Oscar Wilde ), et bien la pharmacienne de G. a cette année la bouche à peine tordue. Alors comme ça on peut avec les années se tordre. C’est bien ce qui est terrible. On est droit puis hop ( un hop assez lent) on est tordu. Ces pensées ne sont pas si philosophiques, je l’admet que les pensées de Sollers dans le dernier Journal du Dimanche.
Drôle je dois dire. Ca s’appelle Casino royal.
Le château de Kafka. Bon. Est il ridicule de dire que ( j’écris tout petit) de dire que ça me barbe. J’en suis à la page 120. Ce n’est pas une relecture. Mais je ne sais pas, c’est le système , c’est cette réalité magique qui me gênent. J’y vois une forme, et une pensée qui obeit à cette forme. Bon, je vais insister un peu, et continuer ma promende à contre-coeur dans l’administration, le pouvoir, l’absurdité.
Est-on, c’est ma question obligé d’aimer le Château de Kafka. En conséquence, je l’avoue la queue basse et la truffe posée sur mes pattes, je l’avoue, j’ai ressorti l’Ile mystérieuse. Pas d’arpenteur, pas de Frieda, pas de maire.
Pas de neige.
J’ai acheté une boule à thé neuve et un balai neuf.
La radio /un peu d’attente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut