Auguste ferme le temple de Janus

Ca y est je veux rentrer. Hier en ouvrant les yeux, c’était pluie battante. Brouillard toujours. R. m’a appelé pour dire qu’il arriverait un peu plus tard alors j’ai eu la soudaine envie d’aller dans une ville. Lyon.
—Je viens te chercher à Lyon?
—Oui c’est encore plus simple.
J’étais contente en conduisant d’aller où j’allais. C’est à dire au Musée des Beaux-Arts, jamais visité, aperçu avec J. il y a quelques temps. Pas vu quand G. y était comme conservateur.
J’ai marché après m’être garée à Perrache. des gens, des magasins des cafés des terrasses des marchés…
L’entrée et Le Perugin. L’ascencion du Christ… Puis se laisser glisser ça et là. Les salles de sculptures et les plâtres de Rodin, des académies ( Paul Chenavard) qui me plaisent toujours car le les trouve monstrueuses: des yeux exorbités, des bouches grandes ouvertes, des cris et des gesticulations, des douleurs de cinéma muet , des énormes corps effrayants comme dans des séries Z ( cette sculpture en pied d’un homme-le sculpteur romain -je crois ,et qui porte dans chaque main une tête sculptée.
Notes/chercher des infos sur:
Le maître du monogramme A.H
La fête des couronnes de roses: Durer
Saint Jean Baptiste et sa peau de bête
saint François, magnifique Zurbaran ( et à côté la réplique peinte et offerte au Musée par Buraglio. Il fallait oser risquer la confrontation… hum hum)
Jonas sortant du ventre de la Baleine de Vernet.
Belle expositopn de dessins néo classiques; J’adore:
Marie-Phillipe Coupin de La Couperie= Jamais entendu parler; Mais déjà le le nom est une oeuvre en soi.
Jean-Jacques François Monanteuil d’après Prud’hon
Barthelemy Roger

Joseph Désiré Court et sa scène de Déluge m’évoque dans sa grandiloquence, Le trou de l’enfer que-Eureka- je viens de terminer toute essoufflée.
Deux jeunes filles parlent des Métamorphoses d’Ovide.
Une gardienne à la Mrs Danvers de Rebecca.
Pas pu tout voir.
Passage dans une grande librairie où sont présentés plein de « romans de la rentrée ». hésite a acheter le dernier d’Hélène Sixous et repars sans rien
Une vieille avec des longs cheveux gris roulés dans une couverture épaisse. Elle porte deux gros sacs accrochés au guidon de sa trotinette. Je la regarde s’éloigner.
Halte sur un banc en attendant le train. Dumas.
SMS hier:
—Je stresse a fond de passer en Cinquième. Je t’aime et t’embrasse
Moi:
—C ki?
—C Pia…
—Pia, d’où sors tu? D’ou arrives tu? De la lune???
Et tout à l’heure alors que je prenais des nouvelles elle m’a appris que c’était super, qu’elle était avec ses amis mais s’était fait plaquer.
Je lui dis
— »Mor le » et la réponse est
—=P
Quel est ce mystère?
—Ca veut dire koi?
—sa ve dir kelk1 ki tir la langue en Sourian

Ca me plait que d’un système aussi sec que le SMS les gosses trouvent des belles inventions;Je dirais que = est le nez et que le rond du P c’est la bouche?
R. est emballé par le livre de S.
Je vais commencer un des livres que U. nous a envoyés (Javier Marias)
Continué à taper Le cerf des tranchées. je suis épouvantée par les corrections à faire.Je crois que je vais aussi changer le titre.
Pas de photos , ni hier ni aujourd’hui. je sature un peu et me répète.

Technorati Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut