Arg/patinoire

4178641586_4baec01152_b.jpg

Ce matin théâtre Tristan Bernard pour assister ,sur l’invitation de Guillaume, aux travaux des étudiants de chez Perimoni.

Je suis agréablement surprise.Ce n’est pas facile de jouer un texte que l’on a écrit …

Je pars vers midi, très, très TRES fâchée par l’accueil , si on peut dire accueil, de E.

J’en ai ri après , j’en ri mais j’étais tellement en colère que j’ai cru partir tout de suite.

Fâchée le le suis et je crois pour un moment.

J’ai dû mal comprendre la hiérarchie dans le monde de l’apprentissage (?) du théâtre; A dire avec une voix de basse et en lançant le bras droit en avant.

Puis vaille que vaille, direction Argenteuil où il faut avoir fait de la danse pour tenir debout.

Hollyday on ice, n’est qu’un pale ersatz de figures entrevues:

Un type descend de sa voiture et disparaît sous elle . ( c’est maintenant que je ris… )

Certains endoits ne sont pas dégagés et sont brillants de glace. Ca caille un peu dans l’atelier , mais curieusement ça va. Thé chez D; On rit beaucoup d’histoires de gens, de fâcheries, de malentendus et … de bossus.

Demain, j’irai au Reflet M pour le livre de Dominique et avant il y a la mission « Cesar », aller chercher les 5 kilos de films, avec mot de passe, carte d’identité etc….

BL33106.JPG.jpeg

Les Krims


COPENHAGUE: la cata

Et cette nuit la chemise dont les poignets sont en lambeaux ( je l’avais achetée il y a 100 ans à Rome) à l’aéroport de NY ( j’entre chez un chemisier pour hommes et en commande d’autres ).

L’homme me demande pourquoi je ne les achète pas à Milan.

J’ai peur de râter l’avion etc… Standard des aéroports, oubli de passeport, de sac, etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut