ghost /note

Portsmouth, Angleterre – Une professeure clâme qu’une amie « fantôme » lui aurait sauvé la vie deux fois et l’aurait même aidée à rencontrer un homme.


Louise Wright, 25 ans, a acheté un appartement installé dans un ancien orphelinat.

C’est en y emménageant qu’elle a rencontré un fantôme qu’elle appelle Morticia.

L’âme de la jeune fille lui aurait alors, par deux fois, sauvé la vie. Elle lui serait apparue une première fois quand elle avait laissé son four en marche. Le fantôme aurait agi une seconde fois en faisant souffler une grosse rafale de vent (alors que les fenêtres étaient fermées) pour éteindre un début d’incendie causé par une bougie restée allumée.
Au cours d’une conversation avec son fantôme, Mme Wright a appris qu’elle rencontrerait un homme prénommé Paul lors d’une fête. Cet événement s’est, en effet, réalisé. « C’était étrange mais pas du tout effrayant » raconte-t-elle.

SAlinger

Le monde .fr

L ‘écrivain américain J. D. Salinger, auteur du roman L’Attrape-cœurs, est décédé à l’âge de 91 ans, a indiqué, jeudi 28 janvier, son agent littéraire. J. D. Salinger « est mort à son domicile mercredi, dans le New Hampshire«  (nord-est des Etats-Unis), a précisé Phillis Wesburg.

Le célèbre auteur, qui a profondément marqué la littérature américaine du XXe siècle, vivait en reclus et n’avait accordé aucun entretien à la presse depuis près de trois décennies. Malgré l’énorme succès de son roman de 1951 sur la révolte d’un adolescent, Salinger n’avait plus rien publié depuis 1965, et vivait isolé à Cornish, un village du New Hampshire (Lire : Sans nouvelle de Salinger) .

Auteur fétiche de la génération de l’après-guerre, Salinger s’était senti traqué par la célébrité après le succès de ses cinq recueils de nouvelles (L’Attrape-cœurs ; Franny et Zooey ;Dressez haut la poutre maîtresse, charpentiers ; Seymour : une introduction ; A Esmé). Dès les années 1960, il s’était réfugié dans un chalet de bois, perché sur une colline du New Hampshire. Après la publication de sa dernière nouvelle dans le New Yorker, en 1965, le romancier s’entoure d’un silence presque mystique qui durera jusqu’à sa mort.

INNOCENCE DÉSENCHANTÉE DE L’ADOLESCENCE

Né le 1er janvier 1919, dans une famille aisée, Salinger commence à écrire à 15 ans au moment de son entrée au collège militaire de Pennsylvanie, et la découverte d’Hemingway et de Fitzgerald fortifie sa vocation. Appelé sous les drapeaux en 1942, il participe au débarquement de Normandie et à la libération de Paris où il rencontre sa première femme, Sylvia. Sa seconde union avec Claire Douglas, dont il a deux enfants, se termine aussi par un divorce au bout de dix ans.

Placé sous les feux croisés des critiques après la parution de Franny et Zooey en 1961, Salinger s’enferme dans un tête-à-tête avec sa seule compagne : l’écriture. Ses manuscrits dorment dans un vieux tiroir attendant la levée de la loi du silence que leur impose leur créateur. D’une naïveté teintée de noblesse, cet écrivain désabusé évoquait dans ses œuvres l’innocence désenchantée de l’adolescence, illustrée par le héros de L’Attrape-cœurs, Holden Caulfield, cet élève renvoyé de son école et qui décide de passer trois jours à New York, découvrant le monde artificiel et ndifférent des adultes (Lire : Le mystère « Attrape-cœurs »).

201001291102.jpg

C’est comme ça. Demain ce sera autrement ( peut-être )

courreges.jpg

Journée pas bien.  

Réveil difficile.

Sensation de passer et repasser aux mêmes endroits, de sentir comme chaque année que les jours rallongent, que le ciel est dégagé de ce côté, mais le sol humide; que … Encore …

Encore…

Pareil

Ecoute Bertrand Lavier sur France Culture. Pas antipathique mais dans le fond, m’ennuie.

Ce matin projection au JdeP

Regarde sur You Tube des extraits de Le lac de Gandrieux. Pour voir…

Me décide, dans cet état gris d’aller quand même à Arg.

Je m’applaudis de ce courage

Dalila. Sa porte est ouverte. Elle cherche une photo dans un grand tiroir.

M’assied 5 mn.

Quelques blabla puis dessins pas terribles. Sans vraiment d’envie.

Passionnant

mirrorfaces04.jpg

Appel de C. pour l’Eglise. Ca n’en finit pas ce bazar .

Duck/ L’homme qui parle à l’oreille du canard

Avant de me traîner au lit et surtout avant d’oublier;

Métro Pigalle. Moi assise.

Un mec devant moi= Vous avez une cigarette??

—Je ne fume pas.

Il attrape dans la rigole dégueulasse sous les sièges , je ne sais quoi.

Des trucs, des bouts;

Puis , revient à ma gauche s’asseoir;

Il sort un truc de son sac, un truc indéterminé et je lorgne.

Je me dis qu’il a en main, une farce et attrape en crotte de chien, vous voyez le modèle;

Ben Non. Il s’en sert comme d’un portable qu’il caresse;

Mais il chuchote à l’oreille de ce machin et lui parle et lui caresse la tête.

—Sa tête, la tête de la farce et attrape????

—Oui

Je découvre que c’est une tête de canard.

—Merde

Oui oui, une vraie, parcheminée, maronnasse, dégueulasse.

Une momie de canard.

C’est génial ce que l’on peut croiser comme dingos quand même.

Ca rassure finalement.

Ca nous sort de la »stratégie d’efficacité artistique  » ( entendu ce soir à Orsay dans la bouche d’un 23 ans )

HEIN?????????

Mais cette nuit

Ma mère allongée près de moi et qui s’étouffe en voulant avaler ses lunettes…. (sans commentaires)

Puis la boite à brosse à dents jaune citron qui est dans la salle de bain en Auvergne, est bleu -Turquoise et c’est ma pirogue.

Je me réveille en hurlant car comme je veux charger ma barque de rouleaux de papier, je m’aperçois qu’elle a maintenant des roues et que c’est une bagnole de sport des années 4O, d’un bleu plus pâle.

La Menzogna

LN 26012010.jpg

26012010-2.jpg

Ca déménage le dernier spectacle de Pipo del Bono. On se sent une momie qui ne fait rien dans in monde abruti et trébuchant, un ver de terre sans énergie devant tant de rage.

Ca fait du bien. J’ai de la chance en ce moment: De Roussopoulos à Pipo ( et évidemment Bobo ) en passant par l’opéra de Pékin..

Ca fait du bien. Le théâtre fait du bien.

Plus que les expos.

Oui ça barde La menzogna. Ca barde et ça parle très peu.

Nous sommes des animaux , ou de la chair à morts, on crie. Gianluca nu. Derrière des grilles. Un âne. Des visages cagoulés.

Une sorte de coiffe de Ku klux Klan.

Gianluca miaule nu, pendant qu’un peintre caricatural propose une croûte, pendant que l’on confond la finance et l’économie, pendant des ouvriers meurent dans une usine en feu. Pendant Metropolis.

C’est réussi. Rien n’est trop. Pipo photographie sans cesse. Comme font les gens. Tout photographier comme des cons, sans rien regarder. Ecouter sans entendre. Classique….

Ce pourrait être ridicule. Non. La nudité. On ne se dit pas  » oh encore, ça va, on connaît…. « 

Non. ça marche. ça parle. On connaît pas. Pas de filon. Pas de manière.

Il y a des gens qui se barrent. Pas mal de gens.

C. m’a invitée à dévorer un hamburger en renvoyant les petits signes que lui faisait Bobo.

Puis on est rentrées en nous prenant pour des étoiles de l’opéra dans le métro. Ca ne faisait rire que nous;

  

« Heavy metal will never die » =Christopher Lee…Charlemagne (Ghost)

Il est frappé le Christopher Lee avec son groupe Metal….

Ca sort en mars.

l_772ba24fb9b145598193b185de155ef0.jpglee folk.png

Le deuxiéme sous titrage me fait vraiment rire.

En parlant de lui. Un type assis dans le métro avec des gants en latex et un livre enveloppé dans du plastique….


note

Man in Space is a 1982 installation made by artist Jonathan Borofsky in collaboration with filmmaker Gary Glassman. It consists of a monitor on a base and a wall painting behind it. The video alternates white drawings on a black ground and black drawings on a white ground. In the centre of the screen, an anthropomorphic figure with a rabbit’s head seems to be permanently falling. Its arms and legs, represented by empty volumes, are not connected to its trunk and its body, which is almost like that of a robot, appears fragmented. In the centre of the figure there is a clock with hands which seem to be detached as well.


Carole Roussopoulos/écrit dans tous les sens, effacé, rajouté, mélangé

rousso1.jpg

Je ne connaissais pas Carole   Roussopoulos.

Hier , invitée par sa fille A., je suis allée à l’hommage qui lui était rendu, 3 mois après son décès.

Theatre Sylvia Monfort.

Quand on ignore une chose, on pense qu’il en est de même pour tous.

Alors quand j’ai vu le monde dans le hall, je me suis dit que j’avais râté une marche.

Puis, il était bizarre de ne voir, disons le clairement , QUE des femmes. Ca m’a amusée et un peu fait peur! A ce point là.

Des femmes de 60, 70 ans, pas forcement toutes homosexuelles, mais du genre plutôt masculin.

J. est arrivée .

Les ( rares) hommes étaient plutôt du type intellectuel ( si ça existe, mais oui je crois…) , Cheveux un peu longs-pas trop et blancs, lisant le monde en attendant.

Dans le hall ils ont du exploser la vente des sandwiches et du vin rouge. En fait, tout de suite j’ai repensé aux très rares manif auxquelles,adolescentes j’ai assisté.

Et puis à ce truc mémorable qui avait lieu à La Bastille à l’emplacement de l’opéra, et qui était la réunion de la Jeune Peinture.

Alors ça, faut l’avoir vu.

Moi j’arrivais trop tard. En 1977 la fête était finie, les collectifs moribonds. Queue de Comète. Dernière chose , lorsque je suis partie à Nairobi ( invitée à l’occasion de l’année internationale de la femme), et Yvette Roudy était à l’aéroport .

Hou… Vertigineux…; QUE des femmes.

+ + TARD CAfé

Zut je ne trouve plus le programme.

rousso2.jpg

SI.

Mais voir « Monique  » ( sur le document filmé pendant l’hommage, ce qui explique les rires etc…) il il y a d’abord Miso et Maso, puis Monique de l’usine Lip ),

Delphine Seyrig camera video à la main, et Genet parlent d’Angela Davis c’est quelque chose

J’avais râté tout cela en live- trop jeune et en province protégée/ Et je me demande si dans les écoles d’art on insiste assez sur le fait qu’à ses débuts la Video était politique et qu’on ne savait pas ou peu se servir de ces engins révolutionnaires.

( Elle raconte qu’elle s’est fait licencier de chez vogue, elle arrive pour un RV avec Genet; Il lui dit tu as combien?

—3000 francs…

—Que vas tu en faire?

—????

—Viens.

et il l’a emmenée acheter un truc dont il avait entendu parler: Une camera video.

Oh le bon temps BRRRR du U-matic !!!!

++ tard

Tout à réécrie. Pfff , perdu et pas enregistré….

Image 1.png

Je préfère joindre la lettre que j’ai envoyée à A.

Et puis non. Pas ici.

debout2.jpg

Il y a plus inconnu que le soldat inconnu -sa femme-


Image 3.png

Monique ouvrière de Lip est extraordinaire, et on rit beaucoup.

Quand elle décide de dire « Blancs » pour les hommes et « arabes » pour les femmes. Ca donne un truc incroyable.

Les archives, où l’on voit Genet parler d’ Angela Davis, Delphine Seyrig camera à la main, les Italiens et le chant d’Oreste Scalzone.

J’ai moins aimé Brigitte Fontaine ( elle m’agace toujours un peu, car je trouve qu’elle ne sait pas s’effacer…)

Très drôle,qui l’eut cru ( « Vivre dans cette société, c’est au mieux y mourir d’ennui. »Notre société n’est pas une communauté, c’est un entassement de cellules familiales.) ,

S.C.U.M Manifesto, avec Delphine Seyrig qui tape à la machine tandis que Carole ( je crois) lit.

Pour ceux et celles qui ont le courage,

«  » Valérie Solanas est une vraie catastrophe.  » – Andy Warhol, 1978. »

et Maso et Miso ( avec Françoise Giroud )

Carole R. est drôle, intelligente. Et Paul, sur ce document où il explique comment trafiquer une camera….

Il est magnifique, là , dans la salle, près des siens et là daans ce film de Chris Marker ( L’ambassade)…

Je suis rentrée émue. Direct maison, sans boire un verre.

C’est rare les soirées comme ça.


secrétaire.

Les listes pour le theatre c’est le pensum. Ca me met de mauvais poil.

Quelques appels déjà

Je ne veux pas m’occuper des invitations.( à part ce qui est envoyé)

Le plus beau avait été M. qui m’avait demandé 2 places , OK, puis 4, puis 5 et finalement n’était pas venu, sans prévenir bien sûr.

Hop je file déjà beaucoup trop tard.

Libérons les parapluies

Ca a commencé moyen après le portable introuvable.

Il était dans ma poche et je tournais tournais dans l’appartement sans savoir ou chercher. A devenir dingue.

Oui dans ma poche. Après ça a été le porte feuille, et ensuite les clés.

R. qui me demande de chercher des modèles d’épée car celle qu’il a est un vraie et elle est coupante.

Je trouve des trucs de déguisement moches puis décide d’aller au Paradis des enfants riches, Le Nain bleu. Tout ce que j’aime…

Ca me rappelle qu’enfant , j’aimais bien aller au Nain Jaune. Oui ça s’appelait le Nain Jaune.

Et aussi je me souviens mes soucis avec mon « circuit 24 » qui n’avait jamais très bien marché.

Il n’était pas grand. Une piste comme ça, que j’avais surélevée avec des bouquins.

Puis, à force de tanner ma mère et le nez toujours dans les catalogues de trucs qu’on pouvait rajouter ( la pompe à essence, les arbres….)… J’avais réussi à avoir des morceaux en plus, des super virages. Et à plat ventre j’attrapais les voitures et les titillais sous le ventre , là ou le contact s’effectuait pas terrible.

Autour , à défaut des trucs super beaux qu’on ne voulais pas m’acheter, j’avais mis les animaux de la crèche.

Pas la peine de rigoler… Même si l’âne était plus petit que ma bagnole, ça animait et puis j’avais fabriqué des arbres en papier et en scotch.

Le petit Jésus ( plus grand que mon âne et que les bagnoles ), mais comme un scarabée sur le dos, même position, je l’avais laissé dans la boite à la cave.

Il avait rien à voir dans mes compétitions

Sur la boite, le circuit avait l’air immense. Les pièces s’assemblaient en engageant des sortes de clous dans des tubes creux…

Bref, le téléphone retrouvé sonne à Madeleine. Il faut remonter place Clichy et signer encore un papier. Puis repasser à la maison, c’est urgent pour que R. signe aussi.

OK. La journée est grillée. Je me rends. Je me calme. Argenteuil c’est rapé.

Il est déjà Midi

Banque encore. Blabla. Tiens et si je réglais ce problème d’assurance, si je payais le gaz qu’ils vont couper, si je postais cette lettre, si j’appelais Paula, . Tous les trucs à la traine.

Puis Nain Bleu. Reçue comme Cendrillon, mais les épées sont nases et chères en une sorte de matière molle. Il y a un arc à deux cents et quelques euros, peut être trois cents, je le soulève, songeuse. J’imagine la tête blonde ouvrir le paquet et chialer parce que ça ne lui plaît pas ce truc équitable ou je ne sais quoi.

…///J’y pense et puis j’oublie, c’est la vie c’est la vie

le dimanche à la chasse aux lapins avec mon fusil je suis le roi.///


Et si j’allais faire réparer le vélo. Il n’y a plus de freins. Ca commence à craindre. J’sais pas réparer ça.

Le type de Décathlon, fronce l’oeil en regardant la bête jaune et peureuse s’avancer dans l’atelier. C’est humiliant pour un vélo.

Il a l’air vraiment désolé pour moi le garçon. Il soupire, comme un médecin qui ne sais pas mentir. Il le prend dans ses bras et le lève pour l’accrocher. Le diagnostic, je le sens va être terrible.

—Cher?

— Ben…

—Oui mais je l’aime bien. Il est moche, il est lourd

— Faut le réparer vous même.

La solution est de menacer PJ pour qu’il me le fasse.

Farces et Attrapes près du BHV. Je repars avec une magnifique épée dorée et argent à 8 euros. Rue de Rivoli, mon épée à la main ( parce qu’elle glisse dans le sac); j’ai l’air d’un justicier et je chante

J’viens d’toucher l’fond de la piscine… et je me calme en voyant dans du doré qui va bien avec l’épée, un type allongé comme un peau-rouge, avec les pompiers autour.

Après j’ai craché mon chewing-gum , berk et j’ai pensé au type , à son cou que les gars soutenaient.

Je me suis souvenue de la vie, et du soleil et passais alors près du Fumoir. A. en avait parlé. Un thé vert Japonais en terrasse avec le livre de PC que je poursuis avec appêtit

Mais à droite un groupe de mecs ( leur chef et eux qui font une sorte de jeu de piste-genre test de personnalité en entreprise…

Et à gauche un connard qui explique comme il est performant. Gagner en vitesse et en précision grâce à cette façon d’utiliser son agenda en cuir, qu’il range dans un sac en cuir-écrin.

Mes yeux noirs à son égard ont été sans aucun doute interprétés comme une expression d’admiration.

Il est en fin parti en oubliant son parapluie. je me suis dit

—Sauvons ce pauvre pébroc et je n’ai rien dit.

Quelqu’un aura plaisir à en avoir un nouveau

Image 7.png

Soupir repu

J’ai trop envie de travailler tout le temps.

Maintenant j’aime mon atelier.

Je ne suis plus autiste.

Tout est plus simple

Commencé le livre de Phillipe Comar.

Tennis.

Je pense que j’ai moins de forces. J’en chie.

Si j’avais assez de fric, je jouerai avec un prof tous les jours;les match ne m’intéressent pas; Gagner non plus.

La beauté du geste.

Gagner de l’argent???? Il faut.

Comment gagnent de l’argent les gens qui en gagnent???

Le costume de Jules Berry dans les Visiteurs….

4243077635_6992e37979_o.jpg

Bal aux Pôles ( balopol)/VOTEZ

I go to Florence Italy , du 10 au 15.

Incroyable ma difficulté à prendre la décision de bouger.

Horrible d’être comme ça. ( En + là, je suis fauchée avec l’appart…)

Le Pôle Nord ma fille, il va falloir te faire à l’idée;

— Mais si je pars au Pöle, je râte le bal du 14 Juillet à Gonfaron????$

—Oui

—Hum, Hum . Le Repenti , c’est ABSOLUMENT sacré. Mais ne pas partir au PN, ce serait con, non?

Qui me donne son avis????

Votez!!

1 Le Pôle Nord

2 Gonfaron le 14 Juillet

Image 1.png

Retour en haut