Une petite embrouille avant le repas…

Aujourd’hui j’ai repris la gnack et nagé une heure;

Puis riz complet et un jus d’orange puis Saint-Lazare et Sade.

Travaillotte et vais chercher T. à son cours de théâtre au « Figuier Blanc », centre culturel tout neuf d’Argenteuil que je découvre avec dans la programmation Michel Bouquet et plus tard Irina Brook…

Je dois l’emmener rue d’Amsterdam pour un casting. Ben oui, j’avais lu dans une annonce Libé : Recherche fille 10 12 ans type slave…

Alors j’ai laissé un message à Dalila.

Elle a appelé. C’est vrai que le type slave est une notion à préciser.

T. est fille d’une Marocaine et d’un Français.

Elle est magnifique avec de grands yeux bleus, son héros est Michel Bouquet.

C’est drôle. Donc je la chope au cours de théâtre du figuier blanc.

On retrouve D. sur le quai de la 13. On va à la production. Bien reçus. Impec. ils emportent la gosse. J’ai envie de regarder par le trou de la serrure.

On entend gueuler:

_ Pas du tout. j’M’habillerai pas comme ça…

C’est drôle; En fait on lui a décrit une situation ( sa grand-mère veut je ne sais quoi, et elle, doit réagir… )

C’est drôle comme sont à l’aise les gosses…

Bon. Bon.

Ce soir je vais chez Monorum, délicieux Viet toujours vide.

En sortant avec mes sacs je passe devant ex-Shopi; ex-Champion, new-Carrefour. Et là…

Tu le crois … un jeune black , un renoi, qu’en à marre de sa bière , secoue la bouteille_ça fait une cascade_ et deux blondes qui passent sont arrosées.

Je chope le mec.

—Toi, t’es tout seul dans ta doudoune?

Ce que je ne sais pas , c’est qu’il n’entend rien . Il a ses écouteurs.

Il les enlève . Il fait le méchant.

Moi:

—Jte signale qu’on vit ensemble. Et toi, vas-y, t’en a marre de ta bière, t’es dans ta musique, t’es sur la lune, vas-y t’arrose.

Les blondes gueulent et lui commence à bomber le torse et dire:

—Tu m’pètes les couilles sale pute…

Je lui chope le bras. Je lui parle doucement puis je dis aux filles de dégager. ( c’était du genre étudiantes classe, désarmées).

Je le rechoppe:

—Qu’est c’qu’on disait. Ah oui..

A ce moment là, il y a un caissier et le vigile qui sortent.

—Oui, ce que je voulais dire, c’est que moi, j’ai super envie de pisser…

_….???

—Oui et je crois que je vais te pisser dessus , c’est une façon de communiquer…

—??

—Mais pour te pisser dessus j’ai un problème. Je n’ai pas de teub…

Alors là, c’est le hit. Tout le monde se marre…

Ah oué c’est marrant me dis-je.

Je dis oui, c’est super marrant, mais toi, tu es super con, non?

—Vas-y t’as trop raison, me dit-il… et le voisin d’en face passant par là avec ses couches pour son bébé et qui me voit en embrouille , m’attrape par le bras…

_ Viens….

Bref , c’est pas marrant du tout , mais je pense qu’à Argenteuil, ça ne se serait pas fini en conte de Noël. Et que je l’aurais fermée.

A Argenteuil, j’me s’rais pris un coup de boule disco genre Flashdance des années 80

Là c’était du nul mais du soft.

Dans l’ascenseur, j’avais le coeur battant.

Comment on va faire???

201001062227.jpg

Des pensées sur «3»

  1. J’aime « t’es tout seul dans ta doudoune » version hivernale de « t’as rien dans le froc ».
    « Comment on va faire » vous dîtes, je sais pas. Il semblerait qu’il n’y ait que dans les villes post-holocauste (Berlin, sa porte Branderbourg, sa Merkel, ses ados gentils) que les gens sont calmes. Hum, hum hum.

  2. Je voulais plutôt dire « tu ne vois que toi, il n’y a que toi » mais votre interprétation est drôle.
    C’est le propre des grands textes!!! avoir plusieurs niveaux de lecture!!!!
    LND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut