note

Man in Space is a 1982 installation made by artist Jonathan Borofsky in collaboration with filmmaker Gary Glassman. It consists of a monitor on a base and a wall painting behind it. The video alternates white drawings on a black ground and black drawings on a white ground. In the centre of the screen, an anthropomorphic figure with a rabbit’s head seems to be permanently falling. Its arms and legs, represented by empty volumes, are not connected to its trunk and its body, which is almost like that of a robot, appears fragmented. In the centre of the figure there is a clock with hands which seem to be detached as well.


Carole Roussopoulos/écrit dans tous les sens, effacé, rajouté, mélangé

rousso1.jpg

Je ne connaissais pas Carole   Roussopoulos.

Hier , invitée par sa fille A., je suis allée à l’hommage qui lui était rendu, 3 mois après son décès.

Theatre Sylvia Monfort.

Quand on ignore une chose, on pense qu’il en est de même pour tous.

Alors quand j’ai vu le monde dans le hall, je me suis dit que j’avais râté une marche.

Puis, il était bizarre de ne voir, disons le clairement , QUE des femmes. Ca m’a amusée et un peu fait peur! A ce point là.

Des femmes de 60, 70 ans, pas forcement toutes homosexuelles, mais du genre plutôt masculin.

J. est arrivée .

Les ( rares) hommes étaient plutôt du type intellectuel ( si ça existe, mais oui je crois…) , Cheveux un peu longs-pas trop et blancs, lisant le monde en attendant.

Dans le hall ils ont du exploser la vente des sandwiches et du vin rouge. En fait, tout de suite j’ai repensé aux très rares manif auxquelles,adolescentes j’ai assisté.

Et puis à ce truc mémorable qui avait lieu à La Bastille à l’emplacement de l’opéra, et qui était la réunion de la Jeune Peinture.

Alors ça, faut l’avoir vu.

Moi j’arrivais trop tard. En 1977 la fête était finie, les collectifs moribonds. Queue de Comète. Dernière chose , lorsque je suis partie à Nairobi ( invitée à l’occasion de l’année internationale de la femme), et Yvette Roudy était à l’aéroport .

Hou… Vertigineux…; QUE des femmes.

+ + TARD CAfé

Zut je ne trouve plus le programme.

rousso2.jpg

SI.

Mais voir « Monique  » ( sur le document filmé pendant l’hommage, ce qui explique les rires etc…) il il y a d’abord Miso et Maso, puis Monique de l’usine Lip ),

Delphine Seyrig camera video à la main, et Genet parlent d’Angela Davis c’est quelque chose

J’avais râté tout cela en live- trop jeune et en province protégée/ Et je me demande si dans les écoles d’art on insiste assez sur le fait qu’à ses débuts la Video était politique et qu’on ne savait pas ou peu se servir de ces engins révolutionnaires.

( Elle raconte qu’elle s’est fait licencier de chez vogue, elle arrive pour un RV avec Genet; Il lui dit tu as combien?

—3000 francs…

—Que vas tu en faire?

—????

—Viens.

et il l’a emmenée acheter un truc dont il avait entendu parler: Une camera video.

Oh le bon temps BRRRR du U-matic !!!!

++ tard

Tout à réécrie. Pfff , perdu et pas enregistré….

Image 1.png

Je préfère joindre la lettre que j’ai envoyée à A.

Et puis non. Pas ici.

debout2.jpg

Il y a plus inconnu que le soldat inconnu -sa femme-


Image 3.png

Monique ouvrière de Lip est extraordinaire, et on rit beaucoup.

Quand elle décide de dire « Blancs » pour les hommes et « arabes » pour les femmes. Ca donne un truc incroyable.

Les archives, où l’on voit Genet parler d’ Angela Davis, Delphine Seyrig camera à la main, les Italiens et le chant d’Oreste Scalzone.

J’ai moins aimé Brigitte Fontaine ( elle m’agace toujours un peu, car je trouve qu’elle ne sait pas s’effacer…)

Très drôle,qui l’eut cru ( « Vivre dans cette société, c’est au mieux y mourir d’ennui. »Notre société n’est pas une communauté, c’est un entassement de cellules familiales.) ,

S.C.U.M Manifesto, avec Delphine Seyrig qui tape à la machine tandis que Carole ( je crois) lit.

Pour ceux et celles qui ont le courage,

«  » Valérie Solanas est une vraie catastrophe.  » – Andy Warhol, 1978. »

et Maso et Miso ( avec Françoise Giroud )

Carole R. est drôle, intelligente. Et Paul, sur ce document où il explique comment trafiquer une camera….

Il est magnifique, là , dans la salle, près des siens et là daans ce film de Chris Marker ( L’ambassade)…

Je suis rentrée émue. Direct maison, sans boire un verre.

C’est rare les soirées comme ça.


Retour en haut