Molières

Tiens, c’est certain qu’on va aller à Creteil pour les prochains Molières!!!!!

Ah, quelle perspective réjouissante!.

Si je me souviens bien, il y a un accés par le parking particulièrement délicieuse.

C’est nul. Qu’est ce que ça va changer???La gué-guerre subventionné-privé…

Pffff Avec en prime Feu la mère de Madame en première partie par Jean Luc Moreau…

Oué, oué!!!!

Moi ce que j’aime aux Molières, c’est la soirée après.

C’est toujours sympa.

Quant aux hommes, ceux qui donnaient le ton s’appelaient alors desmacaronis.

C’était en 1772.

Le nom venait de ce que les jeunes gens qui avaient fait leur tour en Italie, revenus à Londres,

avaient formé un club où l’on mangeait habituellement du macaroni.

Les caricatures les représentent avec un habit, un gilet et des culottes très serrées, un petit chapeau,

puis un énorme chignon artificiel suspendu à la nuque, et dont le poids balance presque celui du reste de l’individu.ZZ45FC28C8.jpg

Brirish museum

Louis Poirier

J’écoute mais n’écoute pas bien , sur le site de l’ENS ce qui est consacré à Julien Gracq et c’est Canto- Sperber qui mène la danse…

Reçu un commentaire de MF H dont je me souviens bien. Enfin bien…

Elle avait de longs cheveux, était sympathique et utilisait tout support plan pour en faire une sorte de piano.

Elle bougeait ses doigts, doigts sans touches.

Mais peut être que je me trompe.

Elle cherche également HP.

C’était ce qu’on appelle ma meilleure amie mais je n’ai plus de nouvelles depuis belle lurette. Hum…

Ressemble t’elle à présent à sa famille., à ce que je me souviens de cette famille .

Père sévère et impressionnant ( je ne rêve pas cette ceinture prête à servir) ,avec une canne et qui par la suite dût se faire amputer.

Soudainement je me revois Résidence Fleurie , j’ai oublié « dans quelle fleur  » la famille P. habitait. Oui, les bâtiments avaient des noms de fleurs… mais ces immeubles se ressemblaient et ce qui était sensationnel c’était la rampe qui glissait bien et il fallait être assez balaise pour prendre les virages sans se niquer un genou. .

Oui, je ressens cette atmosphère lourde , le jour de la décision de couper la jambe. Il y avait les deux fils. Ca se bagarrait pas mal. Ils nous taquinaient, nous les filles et je revois le visage hilare de H. et le sérieux de M.

Il lit mal ce mec


Nous passons de la ville au désert…



Retour des colonies je pense.

Bordeaux… Ecole de la magistrature?

Messe obligatoire. H. ne pouvait s’y soustraire même si à l’époque elle préférait être sur sa mob, qu’elle me prêtait d’ailleurs.

On a pouffé de rire et éclaté de rire bien des fois. Des supers amies.

Je me demande pourquoi les gens veulent se retrouver.

Je ne suis pas contre, mais sans doute prudente. Hum Hum…

Que devenons nous? Nos parents? Non. Je ne crois pas même si dans des milieux fortement bourgeois, c’est le cas et cela est terrifiant. Brrr

Bon,j’arrête de bavarder et vais stopper l’écoute de ce truc ennuyeux . J’aime beaucoup Gracq et les gens qui le lisent ne sont pas terribles. Ca me gâche le plaisir.

wwwcadavfluo11.jpg

Je ne sais plus où j’ai trouvé cette image l’autre soir. Mais bien sûr ce ne sont pas les jambres de Monsieur P. magistrat à Amiens.

« Demain?… Demain il est au Palais « 

R. tourne à Limoges.

J’ai envie d’être à l’ecole sur mon vélo dans les bois;

Le tennis de ce matin était excellent. ca fait du bien

Retour en haut