Notes

Au XVIe siècle les Gonzaga invitent à leur cour Giulio Romano, qui avait travaillé à Rome avec Raphaël pendant de nombreuses années.

L’œuvre la plus importante de cet artiste à Mantoue est le Palais Te : une villa à l’ancienne imaginée par la fantaisie d’un peintre architecte fils de la Renaissance mais qui suit sa « manière ».

Frédéric II, marquis de Mantoue, fait construire en 1524 un palais à l’extérieur de Mantoue, à l’emplacement des anciennes écuries sur l’île Te d’où le nom du palais .

Il confie le travail à Giulio Romano, un des élèves de Raphaël.

Giulio Romano réalise une bâtisse rectangulaire avec une succession de cours carrées, de jardins bordés de colonnes.

Il a fallu près de 10 ans pour compléter la décoration des pièces car chaque centimètre du palais est décoré de fresques des stucs

Avec Giulio Romano collaborent Benedetto Pagni ou Rinaldo Mantovano.

Les fresques sont somptueuses, les thèmes représentés suivent la mythologie grecque et romaine, Les métamorphoses d’Ovide, L’âne d’or d’Apuleius.

Remarquables sont la salle de Psyché, la salle des chevaux et celle des Géants. Une fois le Palais terminé, Frédéric fit demeurer sa maîtresse « officielle », Isabella Boschetti, dans ce qu’il appelait son Palais aux « chantages lucides » (Palazzo dei lucidi inganni).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut