Pas trop le temps

Bouffes du Nord

Wims et Carmelo Bene

Jacques Taroni

Macbeth

puis avec plaisir retour en métro avec A.H

Blabla pas le temps/

Image 2.png

Mais drôle de trouvaille que les exercices de désignation de Decroux sur You tube.

Je me délecte de ces images en repensant à cette jeune femme qui n’a pas trop ri de se voir « désignée » par moi.

Oh lalalalalalalalalal

++ tard pour Macbeth

G. pas là

la dame qui tousse

J.Marc

Pinocchio au retour

Unglee et coca cola

Image 3.png

Je pars demain

L’Amour fou

skelet singe.png

Je crois que si l’on a envie de se flinguer mais que l’on cherche une vague issue, un vague espoir , il est de toute urgence de ne pas regarder l’intéressant  » Amour fou » réalisé par Pierre Thoretton.( interview de D.P)

Moi j’ai envie d ‘ouvrir la fenêtre et de crier , de respirer. de vivre. De ne jamais revoir Un Brancusi, un Poussin, Un Cranach. ( Au moins pendant une demi heure!!!)

Comment dire cette tristesse ressentie face à tant de perfection, proustienne ou pas (!). PAs d’air, pas de vie. Tout est splendide, posé, figé et mort;

Des jardins Majorelle à la Datcha de Normandie; de la rue Babylone aux moindres endroits filmés qui deviennent des moments de vie taxidermée.

Pierre Bergé est touchant dans son costume vert de gris. Les oeufs coque du Flore se tiennent bien et les gars de chez Chenue précautionneux pour emballer ces sublimes oeuvres , dont on assistera à la vente à la fin du film.

Courageux de s’être séparé de tout.

Je me souviens du Bal des Monstres ( quelque part dans ce blog ) auquel nous avions assisté AH et moi. Splendeur absolue des oeuvres et des objets ( mis à part les Lalanne que je ne peux vraiment pas aimer).

La mer grise et agitée , et comme une figure symboliste sur fond romantique , PB de dos face au paysage ou PB dans un miroir, après la séquence des crânes. Vanité bien sûr . On a compris. Un peu appuyé tout cela. Aussi la salle des ventes vides et PB seul.Vanitas Vanitatum+ et in Arcadia ego+ un peu d’opium+ des oeuvres et des oeuvres et des oeuvres ou la vie irrespirable dans un Musée. La vie empaillée, la vie fourrée à l’extrait de Proust, la vie chez Swann, la vie avec Charlus. Bon.

Les mots qui me sont venus sont évidemment « Génial « pour Saint – Laurent ( si fragile, mal quelquefois pitoyable avec sa coiffure bouclée, comme perdu et « extraordinaire « pour PB qui l’a épaulé toute sa vie. Mais aussi touchant, atroce ( pour ce monde de la haute couture et de l’argent )terrible, tragique, sinistre, épouvantable, mort.
Bon. Ca m’a ouvert l’appétit.

Mais ce soir , pas de petit pot de caviar sur un lit de glace dans un étui de cuir noir apporté pour N. alor sque j’allais la visiter à l’hôpital.

 » Emportez ça Hélène, emportez le.!


Et moi, je l’ai oublié sur la table.

Notes du Dimanche. Du musée du Caire à l’oreille cassée de Clement Rosset

Alexander Kluge

U B U W E B – Film & Video: Alexander Kluge – Frau Blackburn, geb. 5 Jan. 1872, wird gefilmt (Frau Blackburn, Born 5 Jan. 1872, Is Filmed) (1963)

Jen Toutin

Elias Holl

Bellicorum Instrumentum liber

Flickr: Galerie de peacay

Image 25.png

Ca barde en Egypte. Mais qui est entré dans le musée et a commencé à casser? La police elle-même?

Samedi glacé à vélo. drôle de Samedi sans vraiment d’entrain.

Chez X, et pendant qu’ E. poursuit sa maintenance , j’observe les bureaux de l’open space.

C’est drôle comme se révèle la personnalité et le caractère de chacun sur quelques mètres carrés. Je suis pour quelques minutes l’inspecteur d’aucune enquête. Chacun a sa façon de construire son bureau, de s’organiser pour créer un minimum d’intimité: Ordi au milieu, dossiers autour, bouteilles d’eau alignées. Ou ordi au milieu et terrain dégagé de chaque côté mais bordel au sol. A l’entrée la secrétaire a bien aligné ses post-its et ses crayons. Même chose sur les écrans. Le bordélique se détecte immédiatement. Nous en rions et analysons de la même manière.

La rue Charlot est pleine de boutiques terribles dans le mauvais sens du terme. Bobo ethno, galeries merdiques ( sauf Crousel bien sur)

Nous déjeunons DEHORS au très bon boui boui Japonais , c’en est un , du marché des enfants Rouges.

Ca caille terrible malgré la petite théière de fer blanc dans mes mains. Mais cela nous évitera de sentir la bouffe en sortant. Puis RV avec S devant chez Perrotin. Je lui montre ce qu’est une exposition conceptuelle et lui explique un peu les « définitions méthode », les dm. Pas si simple.

Un chocolat chaud.Un coup de fil à M.

louvremanege.jpg

La salle du manège la semaine dernière. Et demain???

Je décide de rentrer à la maison et de me débarrasser de mon vélo.

Passe le disque d’installation pour contôle du hard ware. Tout normal. Memoire normal. Pourquoi alors ces applications qui se bloquent, les DDe qui ne montent pas??? Pénible… Pas le courage de passer chez M. sur la rive gauche comme promis . Repars en métro pour l’expo chez Christophe Gaillard « the title as the curator’s artpiece ».


P8.jpg

1936

J’aime beaucoup le petit texte à la fin de l’idiotie de Rosset. Il y est question de l’oreille cassée de Hergé. De l’original et de la copie, du double et du réél. Vraiment bien. Je me le garde dans un coin. Ce serait drôle de lire ça dans le colloque de G. Je vais lui proposer.

Ai accepté la présidence du jury à Toulouse en juin pour les diplômes. Les quelque fois, c’est ce que je disais à F. , les quelquefois où j’ai accepté d’être jury, je me suis dit que ce serait la dernière fois. là, 18 étudiants à ausculter. Parler , analyser , commenter…

Dîner très agréable chez MT . Blabla divers. Rires et imitations des uns et des autres. Ce matin, tennis à reculons. c’est rare mais ça arrive. Même pas le courage de faire ma corde à sauter. Puis ça va. C’est vraiment agréable ces cours exigeants. Technique et mental. C’est vraiment intéressant. Moi j’irais bien tous les jours.

Dimanche tranquille et recherche d’images. Feuilleté les livres de De Richaud ramenés par R.

Travaille un peu pour l’intervention aux BA du 9. ( extraits de films-la Nuit du chasseur/films expressionnistes et en passant un documentaire sur Cocteau.)

Nous devons aller au cinéma mais je m’endors monstrueusement . Au fond de la mer, bras et jambes de plomb et qui sait un petit filet de salive à la commissure des lèvres!!!

sang poete 2.png

Appelle R. pour qu’il mette le chauffage à l’école. Zut. Jane est à l’hôpital. Bon.

So What Miles ?

Je suis claquée. Tous les jours à A. Alors qu’il ne semble pas faire plus froid, j’ai eu plus froid. Il y avait du vent tout à l’heure. Bonnet deux pulls; bonnet à l’intérieur , grosses godasses. Ce matin en arrivant à la gare ( lecture de

Je peins en me demandant quand je me réveille ( ! ) à quoi ça peut bien servir et puis me mets dans la position de ma propre élève. Je me dis alors « fais toujours ». Sinon je reste vissée toute la journée. Et être vissé sans fumer c’est pas marrant.

J’ai reçu en deux mails successifs les voeux de Fred N. et l’annonce de Gennevilliers pour le spectacle de Arthur N.

Les images m’intriguent mais je ne serai pas à Paris la semaine prochaine. Je file à l’école voir l’usine que D. a trouvée et tirer des plans sur la comète. J’y retournerai selon disponibilités, etc… Peut être avec C. ?

M. dans un sale état vues les nouvelles. Passe ce soir.

J’écoute Miles Davis ( oui jamais je n’écoute de jazz) en croisant les doigts pour que « Flunch » et ses spécialités enviées de tous n’écorche pas mon oreille.

peinture chevaliersanstete.jpg

aRman suite

Ne voulant pas rester bloquée sur mes positions, je vais visiter les trois sites conseillés par un aimable internaute.

Nom d’une pipe. leur point commun ( et je ne parle pas encore de l’oeuvre) c’est d’être plus laids les uns que les autres . Terrifiant ces mises en page, lettres de couleur etc…. Quant aux oeuvres, c’est terrible d’en voir tant.

Quant aux histoires d’héritage qu’ils se demmerdent!!!!!

« Messieurs a-tten- ti -on!! A-tten- ti -on ! »

moustaches

photo 1.jpg

J’ai entrepris la récolte des moustaches ajoutées dans le métro et sur les affiches. toute aide est bienvenue.

Hier soir. Encore la Commune pour un Labiche très drôle ( mais comme dit R. Labiche c’est du Offenbach sans la musique). C’est vrai que n’est pas Feydeau qui veut.Et que tout repose sur rien. Quel travail d’acteurs. Tous excellents. Ils rebondissent , traversent des écrans de papier, ont des faux nez, perruques et costumes réussis. Décor parfait . Comme je suis comptable théatral, je pense qu’on aurait pu faire l’économie des toiles peintes.

Le texte est terriblement vieillot mais pas la mise en scène, pas les acteurs. Ils doivent perdre 10 KG à chaque fois.

La distribution est parfaite qu’il s’agisse du physique ( la mèr eet la fille comme deux jumelles, le filleul plus large que haut etc. Et les cheveux postiches, dressés, épais, bouclés, chauves…

Les scolaires ont dû souffrir un peu car le vocabulaire est daté, » Ah ça ».

C’est un théâtre qui grouille de monde.

On a mangé quelquechose après. Coté bouffe j’épargnerai à tous mes reflexions. Je dirais juste que c’est sympa et pas très bon. mais on n’est pas là pour manger. R papillonne à droite à gauche comme un acteur qu’il est.

Crombecque,

Hop Sportivo. J’y vais.

Je ris encore du mail de MM

Conversations avec la mère du fils

photo 5.jpg

« Conversations avec ma mère »

C’était hier au theatre de la Commune. Avec Sadoyan et bezace. Pièce tirée d’un film argentin. Une table. Une chaise. Une mère un fils. Un fantôme un fils. Une morte un fils.

Le bruit d’une cocotte minute et la pluie. J’ai beaucoup aimé. Ce soir on y retourne voir un Labiche car DB nous a invités.

Suis passé à la librairie Place Clichy où l’on m’a serré la main ( j’ai dû au moins acheter 5 livres là dedans:

Les morts bizarres de Richepin

Traité de l’idiotie Clement Rosset

et

Mauvaise journée demain de Dorothy Parker

Je ne hais pas Dorothy Parker.


parker.jpg

couverture+moustaches


Il y a tant de bon dans les pires d’entre nous et tant de mauvais dans les meilleurs d’entre nous qu’il ne sied guère à quiconque de parler de ceux qui restent

Comme l’appelait son entourage/

Moi je dirais The wit ou la vie est un shaker étincelant.

The wit, c’est Dorothy Parker.

A l’instant me vient à l’idée la nécessité ( peut- être, peut être pas dans Paris d’avoir une vie de Province. D’aller par exemple le Samedi dans la même librairie ( ou bibliothèque), et pour moi celle de la Place Clichy . Autrefois elle était vieillotte. A présent je l’aime bien.

Bon. Le recueil de nouvelles » Comme une valse » est particulièrement désopilant; je crois que le mot est un peu fort mais c’est vrai que le rire vous vient comme un coup de poignard. Certaines réflexions sont d’une telle cruauté, férocité, et d’une telle justesse, que ce nom THE WIT est vraiment juste. L’esprit.

La première nouvelle ne m’a pas beaucoup plu » Les heures blêmes ». Mais elle prend sa juste place quand, comme pour les bons livres on recommence le début dés que l’on vient de terminer. Pour bien fermer le dessin du serpent qui se mort la queue ; le petit ourobouros, dont j’ai encore vu un exemple sur je ne sais quel tableau à Strasbourg.

J’avoue que je vais essayer de mémoriser: « Ne faites pas le terrier d’Airedale ». et Inutile de dire pourquoi ceci me fait pouffer de rire. Il faut lire l’héritage de Whistler. Page 229

C’était une grande dame lourde, habillée de façon stupide, avec des joues pendantes et des paupières qui semblaient avoir été piquées par des abeilles p 101 Haute couture

Bon voilà.

Entre autres choses.

L’autre soir , lors du dîner agréable et tranquille-sans histoires dirais-je après la conférence de P.l’ allais choisir le cochon de lait aux mirabelles et P. m’en a dissuadée.

cochon de lait.jpg

Soit. Le civet de sanglier n’a fait qu’un tour lorsque j’ai vu son nom sur la carte. Hum avec un peu de chou rouge et les « chpezzeli » et une sorte de purée délicieuse..

Le lendemain j’ai acheté chez le Christian des beignets un kouglof.

Dieu (?) que c’est mauvais ce machin. Enfin je n’ai jamais beaucoup apprécié ce genre de spécialités, Panetonne ou autres…

En tapant Kouglov pour m’assurer de l’orthographe, une image surprenante arrive en 5 eme position.

C’est une rousse aux chevaux couleur du cochon de lait ci-dessus.

Avec des gros seins et une grande bouche. Dans une robe échancrée, décolletée aux manches courtes qui finissent leur course en s’effilochant… Heu je ne sais plus ce que je voulais dire . Soyons plus simple. La bombe rousse et souriante pose dans une robe parme sur un fond turquoise. ( Les afffinités electives / Michel François …Un peu ennuyeux??? Non. C’est que sa voix est un peu mono-triste…) Oui alors on tombe sur un site qui s’appelle Lociol » Plus proche la mort ». Visiblement il y a des épisodes et un des personnages est KOUGLOV, justement.. J’y trouve aussi cette image . Oh il est monocorde ce type. ..

Mas pourquoi beaucoup d’artistes sont ennuyeux . Zut. pas bêtes . Intelligents mais chiants disons le. Pas vivants. Un type, un savant mettons,qui parle de l’anti-matière ou de la physique quantique est plus palpitant. C’est vrai.On dirait que nous on a pas le droit de rire. Oui oui je vois qui est Bioy Casares; ou » je me souviens de ce petit roman excellent «  C’est vrai quoi, une monteuse de cinéma, un réalisateur, un savant , un chef d’orchestre, ça respire. On écoute on sourit, on râle mais c’est là. Non? Bon. Je n’ai rien dit.

L’histoire du Bus en carton et du vrai bus cependant m’arrête . ( Affinités électives.)

intermède

201101221421.jpg

SOAP

Cendrars.jpg

Cendrars

…………………………………………………………………………

« .…vous offriront en retour, de la part de l’artiste, un dessin qu’il a réalisé pour vous, ainsi qu’un petit morceau de savon de santal de sa composition. »

Je ne voulais pas exactement commencer par cela , mais parfois on retient davantage ce qui semble stupide , vain, risible.

De toute évidence, cet extrait reçu dans la lettre d’info du centre Pompidou n’aurait pas dû m’atteindre davantage que cette phrase entendue dans le TGV Strasbourg-Paris:

Voyageant en IdZen ( à ne pas confondre avec le IdZap !!!!), cette phrase s »est échappée du haut parleur: « Mesdames et messieurs bienvenue dans Idzen. Si vous n’avez pas encore salué votre voisin– ceci est la phrase intacte- , la suite est du genre  » Faites-le ».

Je me pince seule, pince ma voisine et lui arrache la joue en guise de salut; Je crois rêver.

Me dire à moi, à moi qui ( après avoir salué ma voisine puis refermé mes politesses vivement afin qu’elle comprenne que mon Bonjour n’est pas un appel à la conversation/ ) moi donc qui viens à peine d’entamer avec frissons de plaisir, un beignet à l’abricot de chez  » Christian » – « bonne maison » de Strasbourg, ( Haie une grosse larme orangée et onctueuse à jailli et s’est affalée sur mon pull gris et mes mains réparatrices sont toutes collantes ) donc, je poursuis ,me dire à moi de saluer ma voisine, ou mon voisin.! Comme si nous étions à un stade tellement avancé dans l’incivilité?

Ah bon, c’est à ce point ici? C’est comme ça chez vous? On ne se dit pas bonjour, on se prend des coups de sac à dos dans le métro quand la personne se retourne… et quand un passant pressé accroche le livre que vous étiez en train de lire , c’est vous qui vous excusez bêtement mais l’autre a déjà disparu et écrasé les pieds de quelqu’un d’autre… Je ne peux pas le croire!!! Chez nous ce n’est pas comme ça. ….!!! revenons à ce haut-parleur ( L’haut- parleur comme j’ai entendu et aussi entendu des « ablations » dans le Gange à la place d’ablutions. Vous vous imaginez un peu le fleuve sacré et cannibale qui fait de vous un tronc.. Bref encore, LOPARLEUR ( il y a aussi aller AU roy Merlin )

Mais c’est RIDICULE. Plus encore que de vouloir rencontrer-chatter les-avec vos voisins de compartiment. Qu’ai je à dire, moi, à ce type imbu de lui même là-bas qui se sert de « sa poulie d’astragale » pour faire tourner son pied et par la même occasion sa chaussure à boucles d’homme d’affaires quinqua, d’un air satisfait ( un tour dans un sens, un tour dans l’autre).

Il fronce les sourcils en découvrant des mails venus de l’au-delà, des trucs super importants, des devis de chantiers sur la lune, des briefings difficiles à caser, des tracas, un rendez-vous chez la manucure déplacé et une maîtresse capricieuse?

chat strasbourg.jpg

Bref.

j’ai beaucoup aimé ce petit voyage à Strasbourg J’ai retrouvé P. et nous avons partagé un horrible sandwich à rien dans du pain de mie froid.

Puis il est allé travailler et j’ai repris ma lecture de Dorothy Parker.

Très froid. Cathédrale. J’adore les horloges astronomiques. Elles m’ont toujours un peu effrayée.( celle de mon enfance c’est Beauvais)

Je pense aux automates côté coulisses, dans le noir et dans le froid, prêts à entrer en scène; l’un après Mercure, l’autre après Saturne. Brr.

Et je ne peux pas ne pas voir que l’horloge astronomique est l’ancêtre du train fantôme. Je me suis dit que cela coulait de source(s).


Image 1.png

Intermède

« il était tenté de croire que, la glace peignant les objets, le peintre pour les représenter, peignait peut-être une glace. »

Je viens d’importer des photos que P..m’a demandé de prendre au Musée des Beaux-Arts. Et je meurs de jalousie en pensant que P. et R sont .

J’adore ce peintre.

Grrr. Il m’envoie ce dessin


Deux quadrumanes.jpg

dessin Philippe Comar

Donc

Ce qui m’épouvante aussi c’est cet impressionnant ensemble sculpté dans la cathédrale. Le Mont des Oliviers .

Les personnages ont une taille humaine ce qui est troublant parce que l’on prend part à la scène. Tout ceci me glace. Je m’imagine dans le petit Chariot de l’horloge ; précédée par le temps, suivie par la mort, avec moi aussi une petite faux pour le défendre. Mais une faux de jardin disons. Pas La faux. Chacun ses armes!

Pendant que j’écris R. me parle de Dan Yack; et s’étonne que ce soit un texte si peu connu.

Image 2.png

201101231318.jpg

Les images ( diapositives ) de PM sont magnifiques. Les Grotesques sont des exemples richissimes de vivacité, de drôlerie et d’intelligence.

Ils demandent une lecture très attentive, très précise, car rien , absolument rien n’est là par hasard.








Douce nuit

C. malade comme un chien depuis minuit. Et il est 5 heures moins 20

J’appelle quand même SOS médecin. De toutes façons il faudra un certificat médical pour demain.

Dans un autre ordre d’idée je repensais aux deux garçons de la table d’à côté vendredi soir qui, alors que je cherchais l’acteur de Victor Victoria, se sont tournés et ensemble ont dit « Robert Preston ». Eux ils étaient du genre Gilbert and Georges. Avec petites lunettes et vraiment très Brit.

Ils ont continué tranquillement à manger leurs « Crèp Souzette » .

J’ai enfin achevé Samedi la lecture de « La fille aux tatouages », livre particulièrement glauque et sinistre. Ca colle bien le cafard. Contente de ne plus l’avoir à l’esprit. Commencé Edith Wharton , des nouvelles qui parfois me font pouffer de rire. C’est incisif et impitoyable. Je m’en veux toujours de ne pas lire en Anglais. Par flemme. Il suffirait de s’y mettre

Je crois que si j’avais fait semblant d’appeler SOS, C.se serait endormie sur le champs comme ce qui est en train d’arriver. Elle est affalée sur la table de la cuisine, des belles cernes sous les yeux. R. Va râler quand il saura que j’ai appelé. Mais bon. Il y avait en plus une telle angoisse… La preuve.

Je crois que je vais avoir une place à offrir pour Patti Smith demain soir!!!

Je crois que je vais proposer au toubib une petite valse et que ça lui fera plaisir. J’espère qu’il a un maillet pour réveiller sa patients.

J’ai hâte de dormir aussi!.

Image 3.png

Merde les spasmes recommencent. La pauvre.

SAint Denis le Dimanche

En roulant je lis une affichette Noir et blanc sans images:

Le 9.3 a son film ( roman,)les anges s’habillent en caillera.

Enregistré dans le métro des africains un peu soûls et très drôles qui parlent des événements de Tunisie.

Voulais voir Le pen passer le pouvoir. Pas vu.

Vu avec plaisir C.A rue chicken . Un peu court mais je dois filer pendant qu’il termine un Five cents(?) burger au coin.

Ne note pas assez de choses? des trucs reviennent d’autres s’oublient.

Rêve total Maeght. grandes descentes. prison de femmes? Cheveux qu’on coupe. Cellule. c’est sans doute le champagne d’hier soir. Bon j’avale des pâtes et je file eil est déjà tard.

Usine en cours . Super . Ja partirai sans doute fin de mois.

Bon bon

couv DVD .tif

les carouges à épaulettes / ceci ne parle pas d’Offenbach

Je n’ai plus les articles papiers de ce moment. je n’ai pas intercepté à temps la pile dans la poubelle et R a oublié de me les garder.Je voulais aussi des images des gens qui sont obligés de s’isoler car trop sensibles aux ondes etc..

Le document imprimé est rédigé en « français d’époque » mais reste parfaitement compréhensible… En substance, l’auteur relate un combat dantesque de plusieurs heures entre des oiseaux de toutes espèces qui auraient ensuite été retrouvés morts par milliers entre Salins(-les-Bains) et Dole. Évidemment, on devine que l’auteur en rajoute (description des oiseaux, quantité d’oiseaux morts…) afin de dramatiser le récit qu’il fait d’événements auxquels il n’a vraisemblablement pas directement assisté. Difficile donc de savoir ce qui s’est réellement passé en 1676…

oiseaux morts.png

Extraits retranscrits par mes soins dans un français plus contemporain (sous réserve d’erreurs) :



(…) Mais il y a bien du temps qu’on n’a entendu parler d’une chose aussi surprenante et prodigieuse que de ce qui arriva le 26 du mois passé, entre Dole et Salins en Franche-Comté. Sur les neuf heures du matin il parut des légions d’oiseaux si nombreuses que l’air en devint obscur, et comme s’ils s’étaient donnés là le rendez-vous pour leur champ de Bataille, après avoir tournoyé en confusion l’espace de deux heures, de même que s’il était arrivé quelque querelle ou démêlé entre eux, ils se séparèrent en deux corps avec un espèce de défi dont l’effet suivi bientôt, car après avoir donné le signal par des cris et des sifflements terribles et dont tous les lieux aux environs retentirent, ils vinrent fondre les uns contre les autres avec toutes les formes qui s’observeraient entre deux armées ennemies, conduites par des chefs également braves et expérimentés ; ils commencèrent par des escarmouches et étant venus des prés, aux prises, ils combattirent durant plusieurs heures avec tant d’ardeur et d’animosité de part et d’autre, qu’on en trouva plusieurs milliers sur la terre, tant d’étouffés qu’à demi-morts, qu’ensanglantés, que déchirés et le reste des deux partis ennemis en battant des ailes (…) se retirèrent sans qu’on ait su où ils se sont reposés. Première remarque : le point n’était pas un signe de ponctuation répandu à l’époque… Seconde remarque : on fumait quoi naguère?



(…) Les buissons de la hauteur d’un homme s’en sont trouvés couverts et on en a trouvé la terre couverte à monceaux en beaucoup de lieux, plus de cinq cent pas en longueur où le fort du combat s’est donné, sans plusieurs centaines que l’on a trouvées dispersées çà et là, outre ceux qui sont allés mourir en plusieurs lieux, selon la vigueur qui leur restait où ils sont tombés.


etc

Pluie d’oiseaux morts en Franche-Comté… en 1676 – Besacontin sur LePost.fr

Image 1.png

oiseaux.jpg

Musée des Beaux arts strasbourg

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

  

conseils de lecture

Une personne m’envoie des suggestions de lecture sur Arman; me faisant subtilement comprendre que je suis passée à côté!!! Je souris.

je les offrirai à P.Z ( hahah)

On ne peut rien à l’ennui qui vous prend en regardant certaines oeuvres. ( même si on connaît le contexte et l’artiste et Restany etc )

Tiens ça me rappelle cette émission Strip-Tease sur les Nahon. Personne n’était sorti indemne. de Louis Cane à Arman en passant par César. Tous pathétiques et ridicules ( ridiculisés…)

Ca avait fait du bruit…

Je me disais…

…. qu’il y avait des livres un peu délicats. Je n’aime pas beaucoup « la fille aux tatouages  » de Oates ( pas fini encore) et me disais d’autre part que parfois il faut faire attention quand on offre des livres.En l’occurrence dans ce livre, on assiste aux symptômes de la sclérose en plaques ( ou d’une sclérose en plaques )…

Moi qui connais des personnes atteintes de cette saloperie…

Cette nuit ils sont arrivés à deux voitures comme dans un film de Melville. On venait de sortir du garage de mes parents ( immense pour l’occasion) et ils nous ont pris dans les phares des voitures. Ils se sont baissée un peu pour tenter de voir l’intérieur puis, comme des personnages de Hopper qui se mettraient à bouger, ils ont couru sur la gauche ‘ Jardin au sens propre du terme ) peu de temps avant un type avec des cannes atrrivait pas là. Que vont ils faire là???

J’étais à peine revenue d’un pays aux beaux paysages, à la Suisse. Nous avions essayé de suivre les lacs et de ne pas suivre les routes intérieures. Il y avait un sens interdit. J’ai rebroussé chemin. La police et une frontière. Puis un parking souterrain. Pas d’issue. je remonte à pieds, traverse des ateliers clandestins, redescends et vois la voiture au bord de la mer.

Sommeil de plomb ces temps-ci.

Cherche un hôtel à Strasbourg puis abandonne. Ceux que je veux sont pleins. Mais je ne sais pas prévoir deux mois à l’avance.

Avant- Hier, j’étais je crois la seule à ne pas rire au théâtre. Le masque.

M m’envoie sa photo sur un âne, exactement comme sur les illustrations où l’on voit le cavalier impatient et furieux, levant la main car la bête refuse d’avancer

IMG_4203.JPG

montre.jpg

C’est beau ça, non? C’est une montre.

Ca me fascine cette dextérité de l’orfèvrerie. Quand je vois ce que je fabrique avec ma terreQui ressemble plutôt à Fischlii & Weiss

201101141050.jpg

Fischlii & Weiss

Résultats de recherche

ce qui me rend dingue ( entr’autres choses!

C’est de chercher l’adresse d’une école d’art , en l’occurrence, Strasbourg ou je vais la semaine prochaine et d’être probablement obligée d’engager un détective privé pour cela.

Mais merde pourquoi sur les sites compliqués et bavards de tant d’endroits, il n’y a ( Heu n’y a t’il pas en français ) justement pas d’endroit. Il n’y a pas d’adresse où écrire ( écrire????!!!) aller ? ( venir!!!!!!!!!!???)

Ca m’énerve.

Arman dernier jour

Dans l’expo

Collier qu laisse une trace perles nuages
Objets animés
Cheveux
Algues
Negatif
Poubelles organiques

Docteur es Heurtebisation 1960 ( ça m’intrigue )
1985 portrait robot de mozart
Casser un violon sur musique de Bach

Ce qui m’interesse davantage ce sont les lettres et dessins

piano a queue et dynamite
Le piano en feu

En rentrant…

L’exposition est bien mais  Ca me barbe Arman. Sauf au début et encore.

Oui j’ai bien regardé. Mais bon. Je m’ennuie

Retour en haut