Notes BURNS archive

201102281139.jpg

Four Women Crying, c. 1878. Photo: Courtesy Stanley B. Burns, MD, The Burns Archive


201102281156.jpg

En 1917, après l’abdication du tsar, elle constitue un bataillon entièrement féminin, le « bataillon russe de la mort », premier du genre.

Après un mois d’entraînement intensif, ce bataillon est envoyé au front et subi de lourdes pertes ; le lieutenant Maria Bochkareva elle-même y est grièvement blessée.

En octobre 1917, le bataillon défend le palais d’Hiver contre les forces bolcheviques. Après la défaite du gouvernement, Maria Bochkareva fuit vers les États-Unis, où rédige ses mémoires (qui seront publiés en 1939).

Elle revient en Russie en 1918, où elle tente à plusieurs reprise de former une unité féminine. Elle est arrêtée par les bolcheviks, condamnée comme « ennemi du peuple » et fusillée le 15 mai 1920. Cette Jeanne d’Arc moderne est célébrée comme sainte martyre par certains orthodoxes.

BOCHKAREVa BATTAILON.jpg

St. Petersburg womans Battelion of Death 1917

douce france 2

tableauenface.jpg

Hier alors que nous bavardions j’ai aperçu par la fenêtre ce portrait qui me regardait. Pas facile a photographier avec mon petit appareil mauvais .

Et je déteste les photos et les films avec l’iPhone.

En plus c’est assez loin. C’est un autre aspect de la France des expulsions et des poubelles dans la rue à 9h30, où toutes sortes de gens attendent pour prendre la bouffe.

Hier notes et promenade aux Tuileries le matin.

J’aime bien voir les deux bassins et à leur « proue » les deux statues 17eme , figures en pleine course.

Ailleurs, gros paquets de bronze de je ne sais quel(s) artistes.

En buvant au kiosque, où je dois dire, les gens sont sympathiques, je regarde des nouvelles de la Lybie.

Pas si facile de trouver des filles qui se photographient , ( c’est souvent assez mauvais, ou simplement ordinaire, ou hors sujet )

tiens je vais demander à CA , si dans son école…..

J’ai envoyé à l’école du cirque une proposition de rachat des costumes… Hum Hum.. De toutes façons ils ne peuvent pas servir.

Je ne sais pas par quel bout attraper les choses.

201102281009.jpg

AFP

Vendredi soir, Theatre 14 pour Un de la Canebière. Spectacle drôle avec de très bons acteurs.( les Carboni, du Panier à Marseille )Sans prétention. Le type qui joue  » Pénible est formidable: Marc Pistolesimarc pistolesi

201102281036.jpg

NOTES PHOTO/LIVRE un beau site 5b4. blogspot

Books on Books #10 Zdeněk Tmej’s Abeceda duševního prázdna (The Alphabet of Spiritual Emptiness) published in 1946 enables a rare look, from a captive’s perspective, inside a Nazi forced labor camp in Breslau, Poland during World War 11. It is remarkable that Tmej, a Czech citizen made to work for the Nazi war effort for two years, was allowed to photograph at all, let alone describe the psychological stasis of his experience with the poetic voice that these portraits and still-lifes convey. Books on Books #10 presents every page spread from this extremely rare and fragile document including the original texts by Alexandra Urbanová translated for the first time into English. Czech photo historian Vladimír Birgus contributes a contemporary essay on Tmej called Zdeněk Tmej’s Conscripted Labor in Germany.

tmej_comp.jpg

201102261712.jpg

Yutaka Takanashi Photography 1965-74 is beautifully realized with three different cover images silk screened onto the cloth of the boards. A yellow translucent dustjacket wraps the book and the color I have been told reflects the tone off an exhibition poster from the first solo exhibit of this work in Japan in the 1980s. The printing of the plates is also exquisite – a modern offset interpretation of the original’s lush gravure which remains rich and clean. The design reflects the twisting and turning of the original (horizontals oriented vertically) but with additional gatefolds for a few of the horizontal pictures. It was printed in an edition of only 500, 30 of which come signed and numbered with a print. An additional 100 were signed and numbered by Takanashi. I strongly recommend this book if you can get one. They are a bit pricey but I assure you it is because these books were expensive to produce.

Pas grand chose….


8 °C
Actuellement : Nuageux
Vent : N à 3 km/h
Humidité : 87 %

201102251128.jpg

Haunted house

…Si ce n’est La Lybie etc.. bien sur.   

Et ( ça alors un rayon de soleil !!!!!! )

rei kawakubo.jpg

LN mannequin de Rey

Bon je prépare pour la galerie des choses afin qu’ils s’y retrouvent. Un pensum d’être penchée sur moi-même et regarder ce que j’ai fait.

Berk

reçu les photos de V. de Berlin. que j’aime bien

Trouvé d’autres choses et aussi envoi de P.

Hier vu rapidement au 3PC ( et sa clientèle de jeunes cravatés je l’ai déjà dit )T.

Emission sur la guerre que je chope au passage

Nuit agitées. Rêves et eveil vers 5h ces jours ci. A Taiwan ma mère. Elle a dans ses affaires les deux chapeaux de soleil ou plutôt ( visières » banches de madame Feles.)

A un moment elle a le visage tout blanc.

Elle est seule et personne ne semble la voir( comme un fantôme)

Je dois préparer mes affaires. Il y a un camion devant la maison et je dois conduire. Je rentre en fane. Dans ma bouche un petit sabre argenté grand comme une fève. Je suis étonnée de le sortir et qu’il devienne un grand sabre. tout le monde rit de ce changement d’échelle.

Tout ça pour dire que je suis contente quand la nuit est terminée.

Je regarde La Maison Hantée de Buster Keaton, toussote, état bizarre et inquiet.

On a retrouvé Maurice Guillaud et Martine par le net.

Vu M. et les enfants… Oh merde un truc sur l’euthanasie je coupe le son.

rei Kawabuko.jpg

Rey Kawabuko

Untitled 2

Image 1.png  

Dimanche après midi / Ab à la Bastille/

Je repars avec son texte et  » le ciel dans un tapis »

Thé au jasmin et parfum de jasmin qui se localise dans un seul point de la pièce.

Atelier de F. et A. Dimanche soir. En retard.

Cherche voix de Dorothy parker. trouve et par la même occasion des interviws de Buster keaton.

Cheveux

Rapunzel / Grimm

esais montage avec tresses et rasée

henri IV

Voix encore cassée

Charlotte Rose Gaumont de la Force

Image 3.png

Sans tousser

Je ne suis pas sortie de puis près d’une semaine et le temps est donc un peu particulier. Voix toujours cassée même si , ouf, je ne tousse plus.

C’est à rendre dingue la toux.

En fait cela a commencé Mercredi dernier aux beaux arts pour la conf sur la main.

Je passais après Jeff, pianiste que j’aime beaucoup et qui a dit des choses passionnantes. Nous avons ensuite bu un verre aux « DEUX ACA », mot que je n’avais pas prononcé depuis perpéte; En plus, » les 2 aca » n’était pas mon bar attitré.

Comme le type demande de payer au bar « comme dans un pub Anglais  » je m’énerve puis décide de me calmer tout de suite plutôt que de déménager. Je deviens radieuse en emportant les verres. Retour en bus avec Jeff où nous parlons de direction d’orchestre , et moi de l’interroger sur Celibidache qui m’impressionne ( quelque part dans ce blog )

Le lendemain et comme je suis voix de perroquet mais en avance, je passe chez CA ( Dans l’entrée de CA, le type habituel est tassé au bout du couloir et fait sa prière.) rendre Snow à PG puis me balade vers Château Rouge et regarde ce qui s’y vend:

Des poissons séchés vendus par des femmes accroupies. des sortes de fruits qui ressemblent à de petites aubergines. On est loin, bien loin et j’aime bien. Ca parle , ça grouille et surtout ça se grouille de ranger les cartons aux signaux qui annoncent les flics.

Passage donc aux BA où je rentre avec plaisir dans l’amphi de morpho qui est très beau mais semble plus petit qu’avant lorsque j’y subissais l’insupportable Debord ( pas lui, l’autre!!!!) .

Je trouve VS qui fait cours. Ca sent le dix neuvième siècle. J’imagine que comme à l’école vétérinaire dans la salle des dissections rien n’a changé. J’aime bien ce recul étrange dans le temps.

Image 4.png

Rêvé et rêvé et rêve. Nez sur le côté comme Picasso et les demoiselles, je parle, puis images totalement oubliées.

Ah oui. La maison d’Amiens et la porte de derrière qui donne sur enfilade de pièces où on fabrique des sortes d’automates. J’y ajoute timidement des éléments et je m’aperçois que cela ne choque personne puisque c’est moi qui avait fait le reste et que je n’en savais rien.

Hier sortie. Ca va à peu près mais fatiguée. RV à la galerie à 10h ( pour moi c’est l’aube en ce moment ) où nous arrivons à 10 h pétantes.

Blabla et choses; Déjeuner dans un japonais et passage rapide pour voir l’expo de Gilbert &Georges. Ce sont des artistes que j’adore mais là je trouve cette présentation chic et ennuyeuse ( ( URETHTRA Postcard pictures )

exposition accompagnée de Deux énoooooooormes livres très beaux

Bon. RAS mais ce que je trouve vraiment très drôle est ceci:

photo.jpg

La présence des deux chaises vides est pour moi hilarante. De retour à la galerie, fou rire avec C. et N. sur le même thème.

C’était tentant de faire des associations et je me demande comment ils ont pu récupérer pour la galerie ces deux fauteuils identiques dont G&G ne voulaient plus. C’est par l’intermédiaire de leur ami de Londres je crois.

Commencé, et pourquoi jamais avant je vous le demande, Les cahiers de Malte…. Mais c’est magnifique!

Ce matin, je trouve l’invitation de P.C pour hier soir où nous « fûmes  » au théâtre ( pas toussé une fois mais un type a baillé dans un silence et à gorge déployée ce qui est particulièrement grossier, je n’en revenais pas.)

Donc un Michel Aumont toujours parfait dans une pièce qui parle d’euthanasie ( petit théâtre de Paris) .

Pas une bonne pièce en plus. Bavarde. Naturaliste, avec un rythme qui ne marche pas. On oublie.

RESUME

ZZ0C378DD2.jpg
   

Après la semaine à l’école, où à peine arrivée et pour cause de froid et de brouillard intense j’ai eu immédiatement envie de repartir. J’ai résisté et tout est devenu normal très vite: Le silence tout d’abord pesant devint parfait, puis le feu, puis le paysage sortant enfin de cette soupe blanche.

Et puis il y avait la visite de l’usine immense que l’on me prête avant démolition. Plusieurs bâtiments, des plus anciens aux plus récents avec une sorte de maison de maître centrale qui devait être la première fabrique de fusils Zapatero. Ca me plaît comme nom Zapatero.

Vu avec plaisir P. et E puis D. et F.

Visites à l’hôpital de Saint Bonnet , très beau bâtiment 17eme ( un âne vient de joindre deux parties avec un appendice hideux). Le même sans doute qui a semé des plots dans la rue principale. On se demande qui sont ces nunuches des bâtiments de France. On dirait un Algeco suspendu le machin.

Le premier jour j’ai fait une grande promenade et j’ai hesité à aller dire Bonjour à Petrus au château de Marandière. Il est dehors quelque soit le temps, s’occupe de ses poules et se des lapins dans don bleu rapiécé.,Puis ayant commencé les corrections ( encore encore du bouquin sur Nicole) , je suis restée près du feu à travailler.

Decente au village pour le pain et autres trucs, journaux, un café… Le jour du marché un type vend du Mimosa. C’est magnifique cette immense tâche de jaune sur la place.

Le premier soir j’avis acheté la fameuse saucisse d’herbe, spécialité locale que je n’aimais pas beaucoup au départ. Peu de lecture. Pas, pour ainsi dire. RElire et anoter prend plus de temps que je n’avais escompté.

Je monte au Supeyres mais cette fois pas à vélo et arrivée en haut , brouillard à nouveau que je filme.

Pluie verglaçante, ça c’est une saloperie.

Je décide de fermer la maison Dimanche et part à 18h après qu’Y. m’ait donné des oeufs tout frais pondus et tièdes.

J’ai écouté au retour une émission passionnante sur le voyage-pélérinage à la Mecque


photo 2.jpg

Au tournant des granges; « l’Henri » en Bleu de travail flamboyant et en sabots porte un sot. Il surgit du virage. Il a plus de 9à ans, sec comme une trique, toujours actif.

Les gros porcs se mangent 10 tonnes de décor

Expression que je ‘utilise jamais mais qui là a sa place. des sales cons avides de camions se sont débarrassé du contenu . C’est a dire d’un décor de Didon et Enée.

Je ne peux pas croire à ça.

Voilà l’appel de la compagnie ( que je ne connais d’ailleurs pas)

Image 1.png

Retour en haut