notes

La Vie Et Les Opinions De Tristram Shandy – Tome 1, Volumes 1 Et 2 Laurence Sterne

Satyres contemplant une anamorphose / Hans Jean Troschel.

La Syrinx au bûcher : Pan et les satyres à la Renaissance et à l’âge baroque

La syrinx au bûcher: Pan et les … – Google Livres

Merde 112 euros

201105251308.jpg

201105251310.jpg

Syrinx aruanus


Les silènes (du nom d’un satyre compagnon de Bacchus) étaient de petites figurines fendues en leur milieu, que l’on pouvait donc ouvrir en deux parties : fermées, elles représentaient un joueur de flûte grotesque ; ouvertes, elles montraient la figure d’une divinité. C’est cette image que le jeune Alcibiade, à la fin du banquet de Platon, utilise pour faire l’éloge de Socrate.

Avant Rabelais, qui s’en inspirera pour le prologue du Gargantua, Erasme commente cette image dans un des meilleurs chapitres de ses Adages, d’abord mince recueil de proverbes glanés chez les auteurs anciens, devenu les Chiliades à mesure des considérables accroissements dont l’œuvre s’est grossie. Il y développe une de ses idées-maîtresses, l’opposition entre intérieur et extérieur, corps et âme, lettre et esprit, Mammon et le Christ : comme l’enveloppe la plus humble peut cacher la sagesse la plus précieuse, la grandeur et le faste dissimulent souvent la plus basse dépravation




les maîtres fous

Alors qu’il n’a que huit ans, en 1889, le jeune Ludwig reçoit de son père un phonographe d’Edison avec lequel il s’amuse à enregistrer les cris et chants des animaux de sa ménagerie. Le premier enregistrement connu et conservé d’un oiseau a donc été réalisé par jeu par un enfant… Ludwig Koch est issu d’une famille de musiciens qui fréquente alors le gratin du post-romantisme : Franz Liszt, Johannes Brahms… C’est ainsi que l’on a conservé un document exceptionnel : une captation de quelques notes des Danses hongroises de Brahms, jouées en 1889 par le compositeur lui-même ! Pour l’anecdote, Koch, qui ne devait pas être bien grand, avait placé l’enregistreur sous le piano ce qui explique, en plus de son ancienneté, la qualité limitée de l’enregistrement. L’aspect « sale » de ce dernier lui confère une dimension presque surréelle et accentue sa qualité de témoin d’une époque révolue.

Plus tard, Ludwig Koch se spécialise dans la captation de cris et chants d’oiseaux, mais aussi dans la réalisation de portraits sonores de lieux. La vie quotidienne de Paris en 1952 est ainsi présentée sur deux pistes presque cinématographiques. En ce qui concerne les oiseaux, on peut entendre sur le disque des spécimens des serres royales de Laeken (1938-1952), un rossignol (1938) et plusieurs oiseaux marins (puffins, pétrels…) à diverses dates. Alors qu’il fuit l’expansion du parti Nazi en Allemagne et qu’il s’établit en Grande-Bretagne, Koch travaille à l’édition du célèbre livre sonore Songs of Wild Books en 1936. Durant la guerre, il est engagé par la BBC pour laquelle il expérimente diverses techniques d’enregistrement et contribue au développement de la bioacoustique. A 80 ans, il achève son travail pour la BBC en captant les sons d’un nid d’hirondelles dans le Somerset. On peut écouter de nombreux enregistrements de Ludwig Koch sur Archival Sound Recordings de la British Library.
.
Je termine cette note en mentionnant que ses captations dans les serres de Laeken ont été commandées par le roi Léopold III et sa mère Elisabeth afin de réaliser le livre Les oiseaux chanteurs de Laeken, publié seulement en 1952 et distribué gratuitement dans plus de 20000 écoles ! Bon, on va essayer de trouver cet ouvrage accompagné de ses 4 disques 78 tours…

Une pensée sur «notes»

  1. Je me permets de signaler que la traduction de Guy Jouvet (Edition Tristram) si elle respecte la forme du texte se caractérise par un grand n’importe quoi (cf par exemple les dernières lignes et la traduction de « A cock and a bull story ». La traduction classique de Mauron manque l’allusion sexuelle mais il la signale en note, celle de Jouvet est délirante)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut