ECOLE/ AOUT 2011/USINE SAUVIGNET

cour usine.jpg
La veste du vestiare
IMG_5281.jpg

Cet hiver j’avais repéré  » A VENDRE  » sur la grille d’une usine à Saint-Bonnet. Et un peu plus tard, alors que je « calais », et tournais un peu en rond, l’usine m’est revenue en mémoire. J’ai appelé D.G — » Tu crois qu’on me la louerait « … ?

Il me répond qu’il va appeler et qu’il connaît très bien le directeur. L’usine a fermé depuis quelques années.

—Ah tu le connais? Tu crois qu’il me la louerait cet été, heu… prêterait?

Peu de temps après , et c’est ce qui est génial avec D. le Rendez-vous était pris.

Daniel m’a déjà prêté so « frigidaire à sapins », enfin sa chambre froide deux années de suite. C’est formidable cet endroit et j’adore y travailler…

D.G est pépinièriste et il écrit aussi et il a crée un prix du roman historique et… Il y a oui F. son épouse qui bat le record de vitesse du déchargement des cartons que j’utilise!!!

Il fait froid . Un froid terrible.

D. a une casquette à oreilles. JS les mains dans les poches. Moi un bonnet.

—Jacques Sauvignet

—HD

—Voilà, dit il avec un trousseau de clés à la main… Et la visite commence. C’est immense…

C’est déjà « mon » usine… Aucune idée de ce que j’y ferai….

Il reste la forge ,la photo d’une fille à poil sur une porte, des vestiaires, des tubes et encore des tubes, des prototypes de chaise, car on y fabriquait des vélos puis du mobilier en tubes.

chaises1.jpg

C’est comme une petite ville. Une ville dont je n’utiliserai pas la moitié.

Et il y a une rue pavée qui mène en montant , au bâtiment principal. Etrange, on pense à un fronton de Pelote basque. Avant ça s’appelait Zavaterro je crois.

C’est le 7 Juillet au soir que j’ai déchargé le matériel que je pensais utile pour le mois d’Aout: Des lampes, des vêtements, du plastique, du papier blanc et les cartons déjà stockés chez Daniel.

Puis je suis repartie.

Le 7 août. j’ai repoussé la porte. Je ne savais pas trop quoi faire là -dedans. puis petit à petit. Puis voilà, les Fausses conférences sont nées.

usine7NB.jpg

La partie ancienne de l’usine Sauvignet

IMG_4684.jpg

Comme ça

Alors que je découpais les journaux mon oeil s’arrêta sur la mot Attraction.

J’aime beaucoup ce mot .

Ca me rappelle Pigalle quand je suis arrivée à Paris et aussi les fêtes foraines un peu pelées, où la femme araignée attend patiemment dans sa toile ( au deux sens du terme: toile d’araignée et toile de tente qui prend l’humidité les soirs de fin d’été, baraque en un mot).

Bon. Alors donc mon oeil s’arrête et je lis que la plus belle des attractions de la nuit blanche était Purple rain, et qui montrait une pluie violette un jour sans pluie.

J’avais en en parlant à des amis désespérément cherché un mot qui exprimerait à lui seul ce type de proposition spectaculaire que je déteste.

Le truc à badaud, qui regarde cinq minutes un truc qui brille et qui à la bonne conscience de s’intéresser à l’art.

Je préfère les feux d’artifice à la campagne. Ne pas réfléchir pour ne pas réfléchir, mieux vaut avoir le nez en l’air et enlacer un garçon en oubliant tout et en sachant qu’après on mangera une glace ou des churros….

Et bien le mot dans « l’art contemporain », c’est attraction.

Oui. Attraction. Sauf qu’il s’agit d’attractions sophistiquées, high cost si l’on peut dire, et assez démagogiques. ( ou qui participent à une certaine démagogie ).

Bref.

Cette nuit ( mon rêve) c’était Noel je ne sais où et c’était cafardeux. Même pas de neige. Puis perdue dans une ville. Et aussi un revenant.

Parfois il y a des raisons de se réjouir et en même temps de s’attrister ( c’est le titre de mon prochain ouvrage de vulgarisation)

2f31_35.JPG

Se réjouir:

Je ne fais QUE ce qui me plaît et j’ai tout mon temps pour ruminer mes soucis artistiques(!)

Je ne suis pas ( encore ) malade

J’aime lire

Je peux m’acheter des livres

Je sors de Paris si je veux

On a de la place à la maison pour circuler

J’aime mon vélo

J’ai des amis, qui sont MES amis même si je ne les vois pas

je vis avec une personne que j’aime

—————————————————————————————

= J’additionne et ça fait un gros chiffre, largement au dessus de la moyenne.

diana karenne 1927.jpg

« Casanova » de Alexandre Volkoff (France)
Diana Karenne dans le rôle de Maria,Duchesse de Lardi


M’attrister:De la disparition d’amis ou personnes que j’admire.

Des problèmes qu’ont des amis avec leurs enfants

Des difficultés dues à des maladies incurables et au courage incroyable de ceux qui les subissent.

En parlant de cela, hier je suis allée au théâtre écouter des textes de Maupassant mis en scène par Clémentine Célarié. Cette fille est incroyable. Pour un ami , qui joue assis et ne se lèvera plus jamais elle a monté ce truc.

J’ai passé une heure délicieuse à écouter des nouvelles que je ne connaissais pas.

Puis dehors on a ri et parlé. puis dehors attendait PAM.

La première fois que Benoit m’a dit  » Pam viendra la chercher », j’ai cru que Pamela était une copine d’Isa.

Non PAM , c’est Paris Accompagnement Mobilité.

Ce n’est pas un fille gironde et un peu vulgaire mais toujours souriante.

C’est une voiture, ou une estafette ( j’aime ce mot) qui vous ramène chez vous avec votre fauteuil roulant.

Retour en haut