Melolonthinae et autres madeleines

Le « monument près de la mer est terminé ». Une histoire de 10mn, une histoire courte.

Après avoir par hasard parlé à CG des lucioles de la Villa Médicis, il me demanda si j’avais lu « la survivance des lucioles  » de Didi-Huberman.

Très beau livre à lire après avoir consulté « l’article des lucioles » des écrits corsaires de Pasolini.

Je repense souvent à »mes « vers luisants… A ce moment dans la nuit où je pédalais dans le noir, seule, m’étant relevée pour sillonner les jardins, pour « voir » je ne sais quoi.

Et je n’avais pas été déçue puisque , j’avais pilé net me croyant propulsée dans un autre monde-oui le paradis devait être un peu comme cela , ou la mort tout au moins. J’étais immobile et laissais faire, laissais clignoter .

J’y repense vraiment souvent. Et avec le temps ( comme on commence à dire), j’y repense avec émotion.

Ce que j’aime aussi c’est que l’on ne peut pas les représenter. Je n’ai jamais vu une photo de lucioles qui me procure le moindre intérêt .

Bon.

Au rayon diurne et en symétrie, j’ai à proposer les Hannetons dans le jardins et près du saule pleureur.

Des silhouettes adultes et floues à présent devant la maison, et les insectes qui s’accrochaient ou collaient je ne sais plus.

Hier déjeuner avec F et J pour essayer de trouver une solution pour A.

Au passage une adresse: Ramen 17 rue de Maubeuge. Restaurant japonais ( sans sushis) ou pour 8 euros vous mangerez une délicieuse et immense soupe , des gyosa et un thé à l’orge. SImple et peint en une couleur pas très heureuse/ un drôle de jaune orangé. Pas chichi comme….

La dame japonaise est très sympathique.

Pour le même prix vous avez 1 délicieux thé j’en conviens + deux tartines de bon pain avec confiture à l’angle Trudaine Martyrs.

Vous serez entourés de trentenaires-à-Mac ou Libé et dans le pire des cas d’enfants dans des poussettes « rolls », et dans le pire des pires des cas, de jumeaux dans les même poussettesX2

J’exagère un peu, mais la rue des Martyrs est devenue si snob, si bobo, avec ses boutique à la con ( la chambre des confitures), et ses bons produits je dois dire mais hyper chers, et ses enfants modèles le Dimanche . Enfants accompagnés la semaine de nounous noires.Ou parfois bébés à qui l’on donne le sein en choisissant un livre à l’Atelier.

Sans être une vieille peau méchante, je déteste :

Qu’on change un petit bébé devant moi, ou qu’on lui donne le sein dans des lieux publics.

Ca me gonfle.

Ce n’est pas une question de pudeur mas d’intimité. Pas plus que je n’ai envie de partager la vie de bureau que m’infligent certaines personnes avec leur portable, je ne veux être une puéricultrice modèle.

A un type qui malgré le monde égrenait la description de ses journées: « Lundi j’ai fait ça, mardi j’ai fait ça.. Arrivé à Vendredije lui ai demandé ce qu’il faisait Samedi et s’il était libre. Il s’est tourné tout confus et à quand même baissé de deux tons.

Si j’étais vulgaire je dirais que peut être Samedi il ira baiser deux thons Hahahah …

Pourtant j’aime les enfants. Mon admiration la plus récente est la petite Circé magnifique et souriante répétant « C’est dommage » qu’elle a assimilé recemment . Elle regarde ses livres, joue avec une petite souris blanche en plastique que je lui ai donnée, s’installe tranquillement sous la table. Pourquoi allons nous sous les tables lorsque nous sommes enfants.

Au Repenti même combat Noah et sa soeur Emma y ont passé des heures et moi il y a belle lurette j’y ai coupé mes tresses.

Bon. Stop Au boulot

polke.jpg

Sigmar Polke à Paris photo. Magnifique Stand et photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut