conclamatio/ NOTE

Et Le Monde du 1 avril 2005, dans son édition informatique, écrivait ceci:

Quand le pape meurt, c’est le camerlingue qui constate officiellement le décès, en présence du maître des célébrations et du chancelier de la Maison pontificale.

Jusqu’à la mort de Pie XI en 1939, le cérémonial voulait qu’il frappe trois fois le front du pape et l’appelle à trois reprises par son prénom de baptême.

En l’absence de réponse, il se retournait vers les assistants en disant :

« Le pape est vraiment mort. » Désormais, le constat du médecin suffit. Mais ce sont le camerlingue et le chancelier de la Maison qui dressent l’acte de décès.


conclamatio.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut