saint joseph de copertino

Tout à coup, il soupira et poussa un grand cri  et, du milieu de l’église, il vola comme un oiseau jusqu’au maître-autel, où il embrassa le tabernacle. Or, du milieu de la nef jusqu’à l’autel, la distance est de quelque cinquante cannes. Mais le plus beau de l’affaire est que, l’autel étant couvert de flambeaux allumés, frère Joseph vola, se posa au milieu des flambeaux sans renverser une bougie ni un chandelier. Il resta ainsi sur l’autel, agenouillé et serrant le tabernacle dans ses bras, un quart d’heure environ  quoi il descendit de l’autel, sans l’aide de personne, ne dérangeant rien. Il s’éloigna de nous, les yeux et les joues baignés de larmes, nous disant : « Mes frères, c’est assez, soyez bénis pour l’amour de Dieu ! » Nous étions tous effrayés de dévotion ( sic ) et fort étonnés. Je me dis intérieurement : « C’est certainement un miracle12».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut