Choses et autres…

Ca m’étonne toujours quand je lis quelque chose comme: « Try again. Fail again. Fail better. » dit et non pas cité, comme c’est le cas dans la feuille de présentation de l’épouvantable exposition chez Carsten Grave. Epouvantable de part ses lourdes métaphores. Laborieusement installé tout cela…

…/… L’action se referme sur Try Again. Fail Again. Fail Better.

Ca ne gêne pas Claire Morgan de ne pas citer Beckett??De ne pas mettre de guillemets. Ou pense t’elle que l’on connait tous cette phrase, reprise si j’ai bonne mémoire par un metteur en scène allemand, comme titre d’un petit essai en Français  . Je vérifie..Trouve pas…

 

Ca me revient , dans le genre monstrueux et insoutenable-c’était tard le soir- Amelie Nothomb dans l’émission Empreintes. Je n’ai jamais à ce point ressenti … Comment dire… Cette complaisance, cette fabrique de soi-même… Et puis la pose, toujours la pose dans les décombres du Japon, les pleurs avec la nounou retrouvée. C’est immonde. Immonde de s’y être prêtée, immonde de l’avoir réalisé. Immonde de se vouloir sincère.

Dieu sait si j’aime les dandys, mais ces chapeaux ridicules qui me font penser aux guides de touristes avec leur parapluie dressé pour être repéré, pour rassembler les ouailles…, cet uniforme chic … Ces manières de vieille petite bourgeoise. Berk. Cette voix détestable. ( elle n’y peut sans doute rien mais…)

Je suis méchante, mais trop c’est trop dans l’indécence.

C’était bien avec les amis de…

On a passé de bons moments avec E. et P. Entre le théâtre, le jeune femme aveugle, les expositions, l’exposition Dürer etc…

V. nous a reçus dans son fief aux Beaux-arts et on est entrés dans l’amphi chauffé pour le modèle. Il y avait de la poussière de craie dans l’air, car les étudiants dessinent au tableau. Il est magnifique cet amphi. C’est surtout que rien n’y a changé depuis que je l’ai pratiqué. Rien n’y a changé , jamais je crois.

Puis, en haut, dans les collections: Main de momie, crâne de Descartes, écorchés, singes et squelettes, moulages dans les vitrines.

On est bien contents. C’est vrai. On passe dans le Palais des études puis la promenade continue et on rentre à pieds…

Ai enfin fini « Le monument ». Ouf. Suis allée à Arg. Paris est un peu vide. Il y avait un velo et une dame dans le train, genre congés payés 1936. A visiter. Puis au retour des gars qui vont faire le championnat de France de boxe et qui sont au régime.

Ben oui mon gars on va pas faire comme ces gros lards de Geek avec leurs pizzas. Mais c’est la Nasa ces gars là en informatique.Ya des renoi aussi mais des renoi gros lards. Y sont assis , Y ont des codes. La nasa ces mecs là…. Nan, jvais m’prendre un panini, un truc léger.

En parlant de bouffe j’ai été impressionnée par l’appétit énorme des gosses à lunettes de Villiers dont je parle plus haut.Les hamburgers doivent encore en trembler.

Je sens qu’on va être en retard. Je le sens…

« Papa oh papa »

Hier c’était bon de se détendre en allant à l’imprévu, petit bar sympathique à Villiers. Oui , je sais bien, sympathique et Villiers ne font pas bon ménage. C’est vrai que cette clientèle est particulièrement atroce et arrogante. Le plus marrant est d’aller au 3PC, qui à l’allure de La Fourmi à Pigalle, mais dont la clientèle est faite de jeunes gens de bonne famille ( à Rome on aurait dit « dei Parioli »). C’est incroyable.Des caricatures.

Bon, notre Imprévu nous réservait deux surprises. Une famille Française à lunettes avec les 3 enfants. L’ainé doit avoir 10 ans et il est déjà aussi sympathique qu’un banquier. Les filles plus petites. Idem. Elles me regardent sans arrêt derrière leurs lunettes de première de la classe. Je ne devrais pas mais j’éprouve une antipathie évidente pour ces enfants qui ne m’ont rien fait mais dont j’imagine toute la vie. C’est tracé. Alors, moi je trace un mouton. Comme le petit Prince, disons mais en Gore.Tout à coup me vient à l’esprit que c’est l’Aïd et qu’on va égorger le mouton. Un bon conte de fée un peu saignant ne fait mourir personne, mais les parents « remuent les chaises  » comme aurait dit mon père pour qu’ils n’entendent pas mes commentaires.Et comme je parle de mon père , et bien il aurait été content . Et je me dis que je connais ce type au bar, qui s’agite et s’échauffe. Il a l’air assez sympa. Je dis à T. C’est « il tape sur des bambous, » Il me répond que non. Mais moi je sais que c’est « il tape sur des bambous nanana ». Le mec est lancé, boit des coups. Damned, je me suis trompée. C’est le fils de Tino Rossi.Papa, j’ai vu le fils de Tino!!

—Ah… Tino…

Je n’ose imaginer ce qu’il a vécu le Laurent. L’enfer.

Je rentre travailler et T. M’envoie pour ma détente « Oh papa ». Si vous n’avez pas peur, c’est le moment. Et là aussi.

Bon, comme les clés sont arrivées, ça y est je peux passer à autre chose!!!. Je n’en reviens pas que Chronopost marche!!!!

Et quant au mec qui pique des images pour mettre Haendel dessus en me disant que la musique adoucit les moeurs. On rêve.

Je ne veux pas que ce truc circule…

Retour en haut