Dormir dehors

Le souvenir le plus récent c’est ma nuit en Italie, avec Venise en carton et le bateau qui repartait le soir alors que j’étais à peine arrivée…

Et puis ce soit Edith Scob avec qui je viens de boire un verre ( tiens elle aime la bière, ça alors…) à la sortie d’Inventaires où j’ai beaucoup ri.

Arg. Peinture. Comme la bouilloire a explosé je vais à la pompe à café chez D.

Hier soir Lundi, je rentre de la Fondation Ricard… (////) et dans la rue ils sont là.

Deux types debout, deux allongés à l’endroit où Carrefour sort les poubelles. Ils ont oté leurs chaussures. Et profitent du courant d’air chaud. L’un me  parle.  » Tu as mari? « . Je réponds oui, continue mon chemin de trois pas, puis m’arrête:

Vous avez bouffé?

Vous savez où vous pouvez manger gratuit? Non.

Ils sont à Paris depuis 3 jours. Ne savent pas grand chose. Je leur demande s’ils veulent manger. Je monte et il n’y a pas grand chose. Je pourrais faire des pâtes etles descendre mais c’est un peu compliqué. Ca pose des cas de conscience terrible. Je redescends. R. Me dit de prendre du fric dans son porte feuille.

Maintenant il y en a deux de plus. J’emmène celui qui m’a parlé et parle un peu Français. Viens on achète à manger. Tu veux quoi. Du pain, deux baguettes, des rillettes tu aimes ça? Un gros pot, du jambon, du je ne sais pas quoi. Il dit ça va . C’est assez. Des brioches tu veux? Oui. Des bières ? Oui. Voilà. Il porte le sac. On rajoute une bouteille d’eau. Pas de fromage. ? Non.

C’est Julian, qui vient d’une ville à 300 km de Bucarest, qui doit aller à Nantes ou appeler un patron en Belgique. Je sais pas ce que sont ces réseaux. Je pense au film d’Arnaud: Clandestin…

Je remonte, lui serre la main. Puis arrivée ici je vais à l’ordi et imprime les distributions de bouffe des restos du coeur et secours catho etc.Je redescends.

Il commence à pleuvoir. Je lui file les feuilles . Il a l’air d’être celui qui est le plus débrouillard. Les autre rigolent vaguement.

Ce soir, ils ne sont plus là.

En allant à A. en voiture, je constate l’avancée des bidonvilles. Dingue ce que ça pousse.

Je ne sais absolument plus d’où sortent ces images? Un film sur Ubuweb sans doute mais quoi. Mystère

chevalier

Capture d’écran 2013-01-26 à 22.54.58

La tache

Capture d’écran 2012-11-14 à 13.56.55Capture d’écran 2013-01-22 à 18.53.40tache nijinski

Nijinski

Ce n’est pas celle d’Hawthorne . … C’est  la preuve. Ce matin je passe rapido au labo pour expliquer à G . ce que je veux. Et demain matin ce sera prêt.

Donc la preuve que j’ai changé de médium, que l’ordi a dormi toute la journée.

10 degrés là-bas mais c’est bizarre, je n’ai pas froid. Il faut dire qu’assembler des châssis de Chez M. ça réchauffe. Et vas y à la masse avec un morceau de bois pour protéger le châssis lui-même. Sans rire , ils sont mal ajustés. Il va falloir le redire.

J’avais rangé l’atelier avant de partir ( nulle part) et donc c’était agréable. Vu que ma bouilloire a explosé rien de chaud. Pas grave. Retrouve France-Culture. D’une oreille comme d’habitude.

Je n’arrive pas à élucider le problème video qui indique que je n’ai pas de vidéos. Est ce que le fait de mettre un mot de passe est responsable?

Croise D., puis commence à dessiner .

NEIGE ET ENCORE NEIGE

Capture d’écran 2013-01-21 à 09.40.23

 

Je ne comprends pas pourquoi lorsque l’on va sur VIDEO ( à droite) chez VIMEO, ça indique qu’il n’y en a pas, alors qu’elles sont uploadées. Humhum

Si quelqu’un a une idée.

A l’instant MT me dit que AM est en plein BHV d’avant départ. Bon.

Je préfère donc abandonner l’idée d’un dernier verre qui sera triste de toute façons. Mieux vaut laisser la neige tomber tranquillement et s’en remettre aux bons soins de Saint-Skype.

Derushage toute la journée. Je ne sais pas encore comment construire le truc…

J’en ai plein la tête.

Atmosphère triste, je trouve.

Bon demain on verra.

Et demain je repars à A. Angoisse… !!!

« Quand j’étais jeunesse »

Après ces heures passées avec ES ( De 14h30à 18h ) je fille à vélo rejoindre AM dans ce bistrot de la rue du Chateau d’eau.

Il fait un froid terrible mais j’aime bien cette sensation après avoir travaillé toute la journée. J’ai enfin, je crois fini ce HI-Han song, et je vais pouvoir passer à autre chose dès la semaine prochaine. C’est à dire peindre ( ouille ouille le froid qu’il va faire). Finalement ça m’a pris un temps fou ce truc.

En ce moment R. doit dormir avec sa chapka!

Bon nous discutons tranquillement. Mais cette fois-ci le temps a filé, filé.

Angers, la veille ( Mercredi) était très intéressant. Les étudiants de HM travaillent , ne sont pas plongés dans des SMS. 3 Coréens, une Thaïlandaise, et un jeune chinois sont « les éléments exotiques ». Le jeune chinois qui a fait des petits films d’un fraicheur réconfortante dit: Quand j’étais jeunesse, je vivais Sud Chine.

Ce « quand j’étais jeunesse » me plait beaucoup, me fait sourire. On a envie qu’il ne le corrige jamais.

En parlant de cela, ce qui est bien à enseigner c’est que ça évite de parler de « quand j’étais jeunesse« , ( où alors c’est que l’on est un paternaliste vieux-con). Et tout à coup les amis parlent comme s’ils n’étaient plus jeunesse. Hum hum

Capture d’écran 2013-01-18 à 11.58.38

J’ai dit aux étudiants que je ne parlerai jamais de mon travail sauf s’ils me le demandent.

HM est un excellent professeur, exigent et passionné qui donne énormément, sans compter dirais-je. Ils ont de la chance les étudiants.

Elle m’envoie un mail quant à mon intervention, qui me fait plaisir.

Ce matin, tri du dossier SCOB ( les photos, les mails, les visites…

Je dois encore dérusher la fois dernière et hier.

Puis on se verra dans un petit moment. J’ai rendez-vous à FC pour un pré, pré montage le 11 février.

Vu Paul ce matin au café. Il a un boulot pour un an et repartira vivre au Brésil.

IL EST NÉ

Alors que j’envoyais un SMS à P. pour lui dire que selon ma boule de cristal elle devait moins faire la maligne et être rouge et horrible, Balthazar naissait.

Comme elle me disait lire Moby Dick, je lui ai conseillé pour le suite « la baleine de Dublin », magnifique bouquin de Bradbury.

En parlant de Bradbury suis allée à la Commune voir Fahrheneit mis en scène par David Gery ( Bartleby etc…). Cela dure 2 heures.C’est à dire 15 mn L’adaptation est très bonne. Malgré une surcharge video( à mon gout ) et les mouvements peut être pas encore assez rodés des panneaux( je trouve un peu que cela interfère avec le texte ) c’est un très bon spectacle avec des acteurs remarquables. Je ne sais pas qui est qui dans la liste. mais bon.

Bravo David donc parce que comme casse-gueule….. J’irai le 26 lire un passage de livre que je dois choisir mais je change d’avis tous les jours.

Tantôt c’est Pnine ( merci A.) tantôt c’est les cahiers de Malte…. Et il est indispensable de lire court. On n’est pas là pour faire un numéro et s’étaler .

Bon, tu n’as rien à faire LN?

( Hier bonne journée à Angers pour l’ARC Bêtise) C’est bien les étudiants!)

En rentrant, vu un homme monstrueux dans le métro. Tellement énorme, tellement énorme…

Il s’assied et , évidemment,  le garçon à côté est obligé de décamper, de se desemboiter. Le gros monsieur énorme lui répète: Je ne vous chasse pas. !

Je souris.

Tiens, un rêve. Le revoilà celui-là: PB

Pendant les rendus

Je dérushe ES

Ce qui me fait sourire en écoutant certains enregistrements avec Edith, c’est l’absolue inutilité de ce que l’on fait. On cherche des livres que l’on ne trouve pas, on suit des gens qui n’ont absolument rien de particulier. Et elle, a comme obsession la disparition et l’effacement.

A un moment donné dans « sa pièce », Elle chuchote pour ne pas déranger G.A qui travaille au dessus.Comme on ne peut rien faire je suggère de jouer au ballon. Dit comme ça c’est pas drôle mais sur l’enregistrement oui.

Sur l’enregistrement du carnet orange il y a Claude Regy ( Interieurs Maeterlinck)

Un journal à deux

Le silence

Les porteurs de texte

Le moscophore ( hou comme je l’ai dessiné aux Beaux Arts d’Amiens celui-là, au cours du soir  de Mademoiselle Bouchet (z))

Capture d’écran 2013-01-14 à 15.04.50

Hi-Han

2005

2005

Over dose de Hi-Han song
N’en peux plus de FCP et des rendus trop longs. Dire que je ne sais toujours pas me servir d’after par manque de pratique…

Quand je vois la dextérité de ? dans une expo hier…

Tiens je ne me suis pas fait démolir au tennis. Ça mérite d’être noté/ Mais il faudrait que j’achète un produit pour démarrer coté revers.

15 mn de rendu , je rêve…

Après ça je peins. Je peins et je peins. Rien fait depuis octobre ( oct, nov, dec, bon trois mois et demi…).

Préparer le RV de demain pour ne pas tout chercher comme une folle au dernier moment.

Un thé.( finalement non…)

Hier je disais à A. que chez Perrotin , au moment où nous y étions, j’avais l’impression d’être dans un film de Woody Allen: Le chic, le vernissage, le petit monde.Nous, entre nous. Caca…

Passe à la galerie et mange un morceau de galette  fait par N. qui me réconcilie avec cette saloperie. Elle l’avait fait elle même, ce qui pour moi est un mystère.Un peu brulé en dessous comme j’aime. J’aurais tout mangé.

Parfois dans les galeries je ne regarde rien.

Passage à l’expo de Julien D. Peinture peinture. Ca se décoince et il avance. Il est jeune. J’aime sa ténacité. Il ne fait que peindre.

L’expo la plus classe était R. Barry chez Yvon Lambert. Creten et Othoniel: Leur travail est réalisé magnifiquement, tour de force d’artisans verriers ou de Sèvres… C’est indéniable. Mais c’est chic tout ça. Surtout JMO. J’ai l’impression que c’est des décos pour vitrine Vuitton ou autre produit de luxe.

Diner chez MM. Très sympathique. Et il a LA surprise… ZE surprise…Une video de 1992 qui montre la préparation d’un bal chez Guy. Houuuuuuu. J’ai les cheveux longs et du rouge à lèvres. Et aussi les joues rouges.On rit comme des bêtes, je disparais sous l’habit magnifique de pape que G. portait. On voit le chameau  ( les initiés comprennet ) et si je tarde à mettre un costume, je suis contente de me reconnaitre dans un truc assez beau dois-je dire… ( hum hum) .

Ce n’était pas la soirée de la chauve-souris, pas celle du robot années 50, pas celle des cornes… Je ne me souviens pas des autres costumes et encore moins des soirées elles-mêmes car on descendait sec.

Document rare avec ( je reconnais des trucs à moi, genre Planète claire de B52’s, mais pas la Zoubida, un chef d’oeuvre qui nous plaisait tant et qui fut perdu ou emprunté.)

Je décrirai ça quand je l’aurai. On voit la tour Eiffel, le point se fait sur les invalides. La camera est d’un autre âge…

Et nous tous aussi…

duc de Windsor

« Le duc de Windsor and Madame  » dans une de nos fêtes du Trocadero. 

PS N’a t’on pas le droit de mentir?

En regardant cette photo, ce qui m’emmerde c’est que ces deux vieux cons ne sont peut -être pas plus vieux que moi aujourd’hui.

Au secours, je veux quitter l’ordi.

Le pire / le meilleur

Noter la visite 5 . Je ne l’ai pas fait tout de suite … Le carnet orange, Une chambre à soi, le temps, l’enregistrement à la bibliothèque, le rire, VL chargée de réalisation…

Theatre hier et avant-hier ( le meilleur et le pire)

Le meilleur Robert Hirch, à Hébertot. Purement génial.

Si je n’avais pas eu ce torticolis latent… Ca fait mal. J’ai l’impression que ma tête veut pencher à gauche et rejoindre mon épaule comme si les tendons etc étaient trop courts.

Après, nous allons le saluer. alors là, c’est un festival sur scène. Les deux « trésors nationaux » comme dit Armelle, qui s’embrassent, parlent rient et aussi pleurent il faut bien le dire sous l’oeil émerveillé de L.C et des autres. Ceux du plateau, la costumière etc. On est là, oui et on les regarde. On entend aussi. Sauf quand R. dit à R.: Viens par ici j’ai quelque chose à te dire. Ils s’écartent et L. photographie ces deux mecs. L’un tout fin, mince, l’autre massif.

R. me dira après de quoi il s’agissait… Mais c’est un secret.

En sortant si tard, la Sardegna ( je rêvais de m’empiffrer de pâtes , car après cette pièce il faut manger!!!), la Sardegna est fermée. Baci, on leur dit bonjour, auguri et tout. Puis on rentre.

On parle dans la cuisine. C’est bien. Et j’ouvre le délicieux vine de Marc. Hum. Raisonnable car ce matin tennis.

Voilà pour le meilleur.

Le pire c’est la pièce sur Sade mise en scène par NB. Une cata. D’abord le marquis de Sade ne peut pas avoir un pantalon de cuir et une chemise noire sur un marcel. Puis il ne peut être en marcel+ un tatouage/ avec  les bras de Marlon Brando. On est pas dans Un facteur sonne toujours deux fois bazar. Les fringues de la fille ( pas mauvaise ) sont vulgaires . Pénible. Plus pénible encore la traversée dans le public. Faux, vide.

Un solide ronflement s’échappe soudain du milieu de la salle.

Déjà que pour monter quelque chose de Sade faut être génial…

Oh putain on est loin de Marat-Sade, où Daniel Emilfork interprétait le marquis ( de Peter Weiss )/ et David Warrilow Marat

 Marat-Sade [Spectacle] / Peter Weiss ; traduction de J. Baudrillard ; spectacle de Compagnia Del Colletivo, La Salamandre et Jeune Théatre National ;

mise en scène de Walter Le Moli ; décors de Gigi Dall’Aglio ; costumes de Nullo Ricchetti

Ceci n’est pas mon portrait mais celui de D.E

danielemilforkmt1

photo © François-Marie Banier

Pauvre Sade! Bizarrement tu n’as qu’un seul allié dans cette catastophe.

C’est ton geôlier . Un Jacques Brunet magnifique de chair, de vie, d’intériorité. Je le verrais bien dans Becket, dans plein de choses, La cerisaie….

Je dois travailler et une flemme énorme m’envahit. Terrible.

Derusher cet après midi. Pas le courage. E finir cette saleté de Hi-HAn…

Bela Lugosi , mon lapin

Bon . Finir le remake Kyrie Asini ( je ne trouve pas la fin) et derusher la visite 4 de E.S.

Pour E.S j’ai rassemblé mes rêves notés sur le blog ( mal taggé ce qui ne facilite pas les choses;… ) Brr. Parfois c’est drôle, parfois terrible.

Un morceau de clafouti.

Conduit R au theâtre pour la galette de D.

Le manteau de Proust

manteau4

Je viens de terminer ce livre magnifique, Le « Manteau de Proust ».

C’est E.D qui m’avait parlé de Lorenza Foschini entendue sur France-Culture.

Moi qui n’ai jamais réussi à lire Proust, il me semble qu’à présent je pourrais le faire.

Grâce au manteau, grâce à ce qui est dit de Jacques Guérin. Et puis tout commence par la rencontre avec Tosi et Visconti pour le projet fou de Nicole » La recherche au cinéma ». Echec qui fut sa grande tristesse.

Tiens je vais l’acheter en Italien.

Collar-4-bw-courtesy-Eric-Karpeles

Retour en haut