Melmoth…

Charles Robert Maturin, Melmoth the Wanderer: A Tale

Capture d’écran 2013-10-12 à 16.46.01

Je meurs d’envie d’en poursuivre la lecture… Hum , le portait étrange au regard perçant…. Mais je me le garde pour le séjour à l’école à la fin du mois. C’est délicieux d’être près de la cheminée et de lire, surtout si on a fait 3 h de vélo avant. Il faut d’ailleurs que je commande du bois.

En revenant de mon premier mariage de garçons, j’ai commencé  » le club des parricides » de Ambrose Bierce. La première histoire est formidable. Elle commence ainsi:   » Une journée de juin 1872, au petit matin, j’ai tué mon père ».

Je n’avais plus envie de sortir du métro.

masque tricot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut