Une chambre à soi

Hier P. a dit:

—Tu sais cette fille intelligente et stupide? Tu vois qui?

J’adore.

Bon je pars demain matin.

A moi les sapins. A moi le fantôme de Petrus.

A moi le VTT, à moi les Tintin lus mille fois. Après cette journée… grise. Onyx sur l’ordi, timing de dérushage pour E.

Capture d’écran 2013-10-24 à 21.32.55

Puis réussir à sortir de l’appartement. Poste. Et Saint-Michel pour DVD.

J’ai fait découvrir au petit B., vierge de télévision et de films, Buster K. Je n’en revenais pas de ses éclats de rire Et maintenant ce sera C. Chaplin.

Il choisira son camp!!!!

J’emporte pour lui d’autres films et repose « La belle et la Bête  » que je lui montrerai à la cinémathèque un jour, en grand en vrai.

Il fait beau. Je flâne ce qui ne m’arrive que très peu souvent. J’ai bien fait de retarder le départ.

E. m’apporte sa valise rouge et hideuse. Nous rions de la voir si moche et je la pose sur un coussin du même ton, pour lui donner de l’allure.

Fou rire. C’est délicieux de rire ainsi. Pour un objet absurde.

Mail du notaire. Je réponds en deux secondes. Je signe.

Rues. Chaussures terribles dans une vitrine de second-hand. Elles sont à vendre mais dans un tel état. Etat poubelle cent pour cent.

Capture d’écran 2013-10-24 à 21.43.05

Alors voici ce qui peut nous inciter à un peu moins d’arrogance.

Putain mais qui va acheter les blanches. Cradingues, éculées mais qui semblent avoir un passé en forme de quelque chose.

Quand dans la cour de la mairie l’autre jour, je regardais les chaussures de R. Dati et Trierweiler, je chuchotais à l’oreille de X:

—Putain on fait pas le poids niveau pompes.

Et hier dans les allées je disais à C. que le fric discret était au poignet des hommes et aux pieds des femmes.

Là, les pompes de chez Guerrisol elles viennent direct d’un campement Rom , ma parole. Vous savez quand les bulls viennent de passer, il reste ce genre de choses.

En sortant ce soir dîner au bistrot du coin, comme une vieille dame choquée j’épouvante deux types qui s’apprêtent à pisser entre les voitures et un qui est en train de le faire. Hahahaha, ils filent…

Personne ne moufte.

Je grogne. Je grogne contre tout.

Et contre  tous dont certains, bien élevés pourtant,  à la Fiac qui vous rentrent dedans sans même un mot d’excuse ou de je ne sais quoi ,et qui rentrent aussi dans des dames qui ont l’air de vraies filles en disant

— » Vous n’avez pas la priorité!!.

Je l’ai vu et entendu. Le comble. Ca c’était à l’entrée VIP où un gros con à l’inverse du métro poussait pour sortir, une dame d’un certain âge.

Ca me désole.

 

U-Buzz ROI

Capture d’écran 2013-10-24 à 14.05.05

Je suis dans une humeur exécrable. Et je pense que c’est la FIAC qui en est responsable. Bien évidemment comme je le disais à C.  » Ce n’est pas la guerre… ou l’usine « ( Quoique…) Mais on rêve soudain de sapins et de neige dans ces allées où il n’est question que d’argent. Vieille lune que tout cela!!!

Comme on dit  » ça ne date pas d’hier »… Mais quand même , ce qui date d’il n’y a pas longtemps, avant-hier disons,  c’est cette présence collante de l’argent. On sent ici la tension de qui veut posséder. On entend le mot buzz. Et quand on va voir ce buzz on trouve des gens plongés dans des ordis et affalés sur une peau de banane géante et rembourrée.

Ca me rend assez triste je dois dire. Et ce n’est pas Nuccio Ordine  et Abraham Flexner encore moins!!! qui me contrediront.

 nuccio

Vaste et vieux débat que celui-ci. De Socrate à Leopardi, d’Italo Calvino …

Et puis , je n’ai pas encore vu le film «  la Ruée vers l’art » ( irai-je???),  tout cela prête le flanc à bien des moqueries et il est assez souvent difficile de défendre des positions dignes des Précieuses Ridicules.

Et il est toujours facile de caricaturer grassement des situations qu’on ne connait pas vraiment. Enfin , qu’on ne connait pas…????

Je lisais en me gondolant un texte justifiant une oeuvre. Je ne sais plus qui était l’artiste ( c’était chez Templon ) mais ces lignes désopilantes de bêtise, ou tristes à mourir démasquaient la nécessité d’un savoir bête et prétentieux, d’une justification permanente.

On doit faire parceque socialement, parceque politiquement, parceque…. le Coran, Lampedusa, Leonarda, Marine Le Pen, les Roms, DSK, la Grèce, Nord-Sud, réchauffement climatique, coca Cola, obésité,  ….

Mierda! dirais-je en espagnol ( je repense à mon père qui disait ça, un truc dans le genre, ah non, il disait c’était un Espagnol de l’armée en déroute qui se trainait.. sur le bord de la route, dès qu’on parlait d’Espagne. Il nous saoulait avec ça et ça énervait ma mère!!!!). Je souris à ce souvenir.

Bref.

Plus sérieusement, alors que je sortais du labo et reprenais mon vélo, chassant C.A pour une bière et ne le trouvant pas, C. m’appelle et vue la conversation et pour éviter une chute, je marche tenant le vélo. M’arrête, repars, il pleut quelques gouttes. j’atterris sur un muret où je décide de m’assoir, adossée à la grille du jardin en bas de Montmartre , juste en face du Marché saint Pierre. Je suis dans le noir et nous parlons de peinture et soudain, je pense, hum, qu’est ce que c’est hum….C’est agréable… Mon scan olfactif a détecté un parfum de lavande…. Ici???? Et bien oui. Je me tourne et vois des touffes de lavande grisâtres . Ca m’émerveille de sentir là et à ce moment-là de la lavande.

Petit plaisir. Je suis bien contente et vais seule boire cette bière aux Artistes en filmant le carrefour, ces autocars, passants sans tête etc…

Capture d’écran 2013-10-24 à 13.48.12

Suis repassée à A. pour terminer la peinture inspirée du portrait corrompu. Je note, invente tout un bazar autour de la peinture, comment la montrer etc…

Capture d’écran 2013-10-24 à 13.53.52

Cahier Rouge flou 2013

Oui donc, je ne parviens pas vraiment à regarder ce qui est présenté sauf comme toujours un roto-relief qui m’attire comme une mouche, et divers belles oeuvres ici et là.

Retour en haut