les choses réjouissantes et la femme-canon

En ce moment à peu près tout est chose réjouissante: R. termine sa tournée de 120 dates demain soir à Toulon ( je voulais lui faire la surprise et y aller mais c’est mort )

Christopher Lee ( merci E. ) sort un album Silver Knight  à 92 ans . Je crois que ce qui vaut l’os ce sont les images associées à My way, Moi Don

Quichotte et Toreador en Français. La musique est pas terrible mais c’est le fait d’exister 100 pour 100.

Comme Gisèle Casadessus que j’adore et qui fêtera ses 100 ans le 14 Juin prochain si Wiki dit vrai ( !)

SMS de GC qui m’a passé son stylo pour que j’écrive un mot dans le bouquin. Qu’ai je fait du stylo…

Travail de fou à Nogent avec Benoit Pfauwadel qui est notre chef !!!

Je m’éxécute. Fais ci. Va là. J’adore.

Il y a encore énormément à faire… Mais une fois que l’échafaudage sera enlevé je serai plus tranquille. ( j’ai la trouille des accidents -la disqueuse, les cutter, l’échafaudage, souder …)

B. fait venir des tas de gens: Samuel des arts Déco, Nathalie dont j’ignore le nom de famille: Précise, efficace, sure. Olivier , pas vu. Un autre pas vu qui a installé la table . Henri, serrurier et pianiste qui soude comme on respire. De mon côté Julie, Valerie, Pascal. Monsieur Dominguez et Cyrille. Giulia et Caroline. Quand ce sera fini on se demandera pourquoi tant de temps… Mais…

J’admire l’invention et le calme de Benoit, la façon dont il explique à chacun. et tout cela ( lui et les autres ) en totale générosité. personne n’est payé. Le budget est cuit.

Aujourd’hui G.A est venu pour « nous garder » et nous a fait un délicieux déjeuner.

Il nous a parlé de la femme canon. Il faut absolument que j’aille la voir . ( Elle est à la maison de retraite )

Le parc est très beau ( vu de l’intérieur ) . Retour et embouteillages.

C passe tout à l’heure pour le montage. Demain passer chez Varia pour récupérer le tissu. L’onde ne va pas. Il faudrait peindre, mélanger. Là ce n’est pas terrible. Et pas le temps d’essayer.

Son. Je suis à la bourre.

J’attends C. pour le montage…

La récré

 

C’est bon d’aller voir des expos! . Le matin au BAL, lui vraiment bien à deux pas de la maison et que je ne connaissais pas du tout.

Puis on file au Musée Victor Hugo.

Un club sandwich offert par Y en terrasse et il fait froid. Puis filer à la galerie.

Passage de G.L, accompagnée d’une fille sympa qui reste 10 minutes ne dit pas un mot et me demande le quartier des tissus. On en rit 5 mn!!!

Pas mal de monde. Montrer, rouler, accrocher.

Puis A.F arrive, on discute et on rit. Taxi . Maison . Dodo pendant que C. et N. doivent se taper le diner au Meurice

Notes

Das grinsende Gesicht (1921Julius herska

The cat and the canari / Paul Leni

l-homme-qui-rit pendus

Au Musée Victor Hugo, “l’Âme a-t-elle un visage?” en l’occurence L’homme qui rit.

05-278x374

Beaucoup de documents intéressants dont le Rochegrosse. La partie BD ,  Hum et le pire, le film de de Jean-Pierre Améris. 9a c’est vraiment moche. On avait les images splendides du film de Paul Leni et on se retrouve dans des images de télé.

Dossier à déposer demain et courses pour Nogent et c’est reparti. B.a bien travaillé et je suis très contente. J’ai hâte de voir ce que ça va donner.

 

Le tas de famille

(Pendant extraction de films)

De retour de la maison de la radio, puis de la boutique « Makillages » ( j’adore cet endroit plein de paillettes et de faux cils) Ils doivent se demander si je suis directeur d’un cabaret, ou encore si je suis la tenancière d’une boite de travesti ou encore si c’est pour mon usage personnel)

J’ai dû en acheter 20 boites ( des 09 et des 109 )

—Blanc ça n’existe pas?

D’un oeil complice:

— Si, si . Et même que lorsque vous êtes dans la lumière …. Ils sont fluo. Je vais vous en chercher , une merveille…

Tic tic tic il descend ( l’autre monsieur venait d’emprunter le même chemin pour des paillettes vieil or que je lui demandais )

J’aimerais passer une journée dans ce magasin, voir ce qui s’y passe, qui sont les clients.

En parlant de de ça, coup de téléphone de Michou qui veut que l’on vienne boire un verre. On doit le faire depuis longtemps;

Capture d’écran 2014-05-18 à 09.10.30

C’est pénible ces extractions. On ne peut rien faire d’autre. Tout est ralenti.

plus tard..

Et voilà le tas de famille

Capture d’écran 2014-05-18 à 13.38.09

La honte

Je ne connaissais pas Jacopo Ligozzi!! C’est magnifique.

La course.

Hier fin peintures

Ce matin fin ( enfin… ) dossier Beaux arts

Et là j’attaque le son.

NB ligozzi

 

54635013

 

rapido pour ne pas oublier

En revenant de la maison de la radio hier où j’étais partie « filmer une voix », je passe devant une vitrine à deux secondes d’ici et trouve ceci ( tas )

Bon plus tard pas le temps

LA BORGNOTTE note vente bibli zoummeroff

Capture d’écran 2014-05-15 à 08.49.40

 

http://www.pba-auctions.com/html/fiche.jsp?id=3906308&np=1&lng=fr&npp=1000&ordre=&aff=&r=

 

2 Pièces autographes signées « Fieschi », Prison du Luxembourg 17 et 18 février 1836. 2 pages in-fol. (déchirées et recollées, qqs manques). Portraits annotés et commentés de Fieschi pour sa maîtresse, la veille de son exécution. 17 février 1836, portrait lithographié (par Maurin, lith. de Villain) de Nina Lassave, dite « la Borgnotte », maîtresse de Fieschi, entouré d’inscriptions autographes signées: « Oui c’est ton portrait pour moi le plus doux souvenir que dans mon coeur doit toujour m’apartenir (…) je t’engage en mon absence, de faire professions de la vertu (…) rappel toi toujour de ton ami. Je tatend, dans les champ d’Elisé », etc. 18 février 1836, portrait lithographié (par Van Giel, lith. de kaeppelin) de Fieschi, dédicacé en haut et en bas à Nina Lassave: « cet eccritture et le mien, moi je t’aime, et je t’aimerais toute ma vie, cet amittié est sans réserve, elle combat avecque la raison mais la raison l’emporteras »… On joint un fragment autographe, donné par son défenseur Me Chaix-d’Est-Ange.

le mail de PVC

« Qu’est-ce autre chose que la vie des sens qu’un mouvement alternatif qui va de l’appétit au dégoût et du dégoût à l’appétit ? »

Anachorètes, Succubes Lascifs, Adulateurs et Contempteurs, Saintes profanes, Simples et Evidents Amis,

La toupie, la boule, le balancier.
Je reviens.
Le concours de bites permanent (kicé kila la + grosse fréro !) et ce moment où tu te vois, toi le gardien du temple, devenir bêtement comptable de tes heures ouvrées m’avaient fait lâcher prise, éteindre un désir, rogner une vocation, taire un savoir-faire, cracher sur le travail, maudire une enfance, douter d’une technique à parfaire…
Alors j’ai voyagé. J’ai vécu. Je suis allé ailleurs, souvent aux deux bouts du même spectre (ATTACK – DELAY – SUSTAIN – RELEASE). En tête : la certitude que tout est question d’échelle (SCALE) et de malentendus (RANDOM). Je rencontre des gens. Je gagne de l’argent. Je « mets à profit des expériences » et « développe un réseau ». J’oscille, wildly.
Tout ceci pour dire que « refaire l’acteur » me chatouille pas mal aujourd’hui (merci AW, merci YG, pour ça). C’est un nouveau désir égoïste où cette fois l’ego (narcisse) est mort. Je suis 1 outil.
Je suis 1 outil prêt à être employé pas n’importe où et n’importe comment, ni même à n’importe quels prix. Simplement, je suis 1 outil disponible, remis sur le marché.
De marteau sans maître, je me mue en marteau sans tête. Passez le mot si jamais.
Je suis là.
Je vous embrasse.
pv

 

 

I see you

Travail.

Je suis contente du livre.

Sans rapport ( ah ce qu’il m’énerve ce mec qui démarre sa moto-qui-ne-démarre-pas) tous les matins à la MÊME HEURE exactement…)

J’ai encore beaucoup à faire pour lutter contre  » des grognes  » et des agacements .

Pour calmer le jeu, ne pas envoyer de mail incendiaire.

Dans la langue courante, on dit « envoyer chier »  ou  » ne pas envoyer chier ».

C’est plus clair.

Savoir être indulgent, essayer de comprendre ( on se demande quoi parfois)

Dans la langue courante on appelle cela  » s’écraser » . ou être intelligent.

Sans rapport

E. est venue Vendredi enregistrer. C’était bien de l’entendre lire Rilke à nouveau

Bon.

Le suite ( en private …)

Sans rapport

Sinon, je ne cesse de travailler. Dimanche commencé à Argenteuil à 7h. retour 18h. Puis travail ici sur l’ordi.

Hier RV pour l’interview à Pantin. C’était très agréable.

Retour maison. J’oublie le rendez-vous d’après à la MR. J’ai horreur d’oublier un RV et cela m’arrive très peu souvent. Puis Nogent ( vérifier, déposer les factures )

Pluie plus que battante.

Récupérer à Nation la batterie pour les moteurs, métro. Hop Camille m’attend pour me montrer le montage .

Sushi

Lit.

 

Pas le temps de parler de l’arracheur d’yeux

Capture d’écran 2014-05-11 à 08.09.41

de parler de l’arracheur d’yeux qui a sévi l’autre jour dans les couloirs du métro. C’était drôle de voir cette intention. Schlack, toi je t’arrache les yeux. Vite fait

Pas eu le temps d’envoyer à TL son ( beau ) texte

Pas eu le temps de parler vraiment à J du sien

Le temps de trouver les prix-fait du couronnement de la vierge de Enguerrand Quarton

Le temps de passer beaucoup de temps à Argenteuil. Sans radio. Sans téléphone.

De coudre des perles.

Allez

Capture d’écran 2014-05-11 à 12.00.58

PS le temps de jeter un oeil au numéro 700 des cahiers du cinéma , posé sur la table de la cuisine. CA a l’air très bien

 

Retour en haut