EN PASSANT

Capture d’écran 2015-03-01 à 14.40.36

Je ne sais pas pourquoi j’aime bien cette photo des étudiants  C. et A   que j’ai faite au moment où j’ai eu ce flash des époux étrusques:

10-501112

J’aime ces sourires, ce moment où il ne se passe pas grand chose. Moi je suis en face, en train de regarder le travail de je ne sais qui et les aperçois. Depuis je me dis que cette image les concernera davantage dans 30 ans quand chacun sera devenu ce qu’il est déjà. Quand les terres cuites de Cerveteri ne seront peut-être plus qu’un tas de poussière parce que des gros abrutis ignorants les auront brisées.

 

 » LA MORT DANS LES YEUX « 

 

meduse-gorgo

C’est vraiment bien JP Vernant. Je je savais, ce n’est pas nouveau mais c’est vraiment bien, et épouvantablement compliqué ces histoires de Dieux et Divinités qui lorsqu’ils sont parqués dans des dictionnaires de Mythologie se tiennent à peu près tranquilles, mais libérés Haïe Haïe. Subtiles nuances et particularités, doubles, miroirs, travestissements, rites de passage. Artemise est bien plus que je ne pensais ( une sorte de Diane Chasseresse flanquée d’Acteon ). Non. Elle opère aux confins du monde entre territoire des hommes et vie sauvage. Elle veille sur les enfants jusqu’à la puberté. Et bien d’autres choses encore. Des histoires de masque et de mort, de regards et d’effroi. C’est simplement magnifique. Le passage concernant les cheveux des jeunes guerriers et des jeunes femmes aussi est passionnant.

Gorgo003

Je me demandais si je lisais cela parce que j’avais utilisé une image de Gorgô, ou si j’avais utilisé l’image parce que… La version un est la bonne. Bien souvent les choses s’effectuent dans ce sens. Une image ( re) surgit/ Souvenir ou photocopie / s’impose, devient le centre de la peinture puis, s’éteint peu à peu, disparait d’elle même / pas souvent/ mais disparait comme un échafaudage que l’on devrait ranger car il est devenu inutile. Hum.

Parfois c’est le contraire qui se passe. C’est ce qu’il y a de plus plaisant, cette sorte de sacrifice / Tuer une forme, un motif/ qui serait la garantie d’une plus certaine réussite. Tout cela ne sont que des mots et lorsque l’on a la peinture face à soi= misère!!! Recouvrir, enlever… Parfois on regrette d’avoir ainsi tout détruit. Mais on ne savait pas qu’il en serait ainsi, que tout s’écroulerait et que des ruines ne naitrait rien du tout.

Je repense à la bibliothèque de Beaubourg où j’allais autrefois ( j’y suis retournée la semaine dernière-j’adore ) tous les soirs et y avais découvert le fameux bouclier d’Achille et aussi Hésiode.

Capture d’écran 2015-03-01 à 14.34.40

Retour en haut