Adolfo Wildt et Stephen King

12348726533_f88e2cea8a_b

Retour d’Amiens. Hôpital et deux étages au dessus de JJ et son AVC, J.S meurt. Bon. Devais-je grimper les deux étages ou pas. Quelle était l’attitude la plus délicate??? N’y suis pas allée. On a papoté près de la fenêtre. La chambre à deux, c’est pas drôle.

Qu’il est con cet ORL de n’avoir pas appelé le SAMU. Quand on suspecte des signes d’AVC on se bouge même pour rien. Bref.

Grosse chaleur. Je lis sans savoir pourquoi un truc que j’ai trouvé: Carrie de Stephen King! J’ai abandonné pour le moment Starobinski et je ne sais plus qui. Tiens Agamben est à la villa Médicis/

De fil en aiguille j’essaie de joindre Nuccio Ordine sur fb pour l’inviter aux Beaux-arts l’an prochain. Mais peut être devrais-je aller aux Belles Lettres?

Passage éclair aux Bozar. Et je décide de prendre mon temps et un velib, d’aller (re)voir les nymphéas ( les gens semblent ici plus attentifs qu’au Louvre ) et l’exposition étrange Adolfo Wildt (1868-1931), le dernier symboliste.

Etrange et monstrueuse d’ailleurs. Plus c’est monstrueux, plus ça me plait mais les bondieuseries des années 30 plus abstraites ne me disent rien. Le buste terrible de Mussolini attaqué à la pioche est un sacré morceau, terrifiant. Le buste de  Pie XI. 1931 me fait carrément peur.

Bust of Pius XI. 1931.

Velib ( savez-vous que si vous ne trouvez pas à vous garer dans un rayon de 300m, vous gagnez 4h de location? Galeries Lafayette( berk ) et retour. Ca n’est pas si mal Carrie?

DARK FUR

josef-breitenbach-untitled-female-nude-with-dark-fur-and-ornaments-1940s

josef-breitenbach-untitled-female-nude-with-dark-fur-and-ornaments-1940s

Les beaux-arts ça me va tant que c’est une fois par semaine, ou pour les concours. Mais les Ateliers Ouverts m’ont fait un effet de trop plein. L’école est magnifique il faut le dire et circuler partout est plaisant. Le statut de “prof de dessin” n’est pas idéal car considéré comme parent pauvre, le dessin qui pour moi n’est pas une fin un soi mais un moyen de réfléchir, devient une corvée pour certains étudiants.( puisque sanctionné par de UC dans l’année.)

Bref. L’attitude de certains est juste ridicule et déplacée . Re bref.

Je me disais qu’il serait amusant de décrire en se laissant aller les images qui passent dans ma tête. Là, juste maintenant… Que vois-je???Des rochers,, c’est flou. un escalier et une porte battante. Le jardin, ma mère. Les sapins. mon vélo.

NOTE: josef-breitenbach

Passage aux beaux-arts pour ouvrir la salle. Allan arrive . Il parle de la web radio , etc. Je file, mange un truc prends la voiture et direction chez Marin. enfers d’embouteillages. Enfer. Calme de mon côté, je me dis que je suis isolée dans les voitures avec la radio. Je charge la voiture et un type me tutoie et me demande si je peins des formats aussi grands et quel est mon style. Grr. Lui est style “surréaliste” et comme ici ça ne marche pas, on lui a conseillé la Belgique. Bah voyons. Gentil mais béta. Je réussis à enfiler si je puis dire, le rouleau de toile de 2,70 dans la bagnole et je m’aperçois plus tard qu’en même temps je réussis à casser la pare-brise. A pleurer. Avec Tom, nous poursuivons paris/ la Garde-Freinet par SMS la liste des choses qu’on trouve ou ne trouve plus quand on prête une maison. Qu’est ce qu’on rit avec ça. Sa dernière à lui, et je m’en veux de ne pas y avoir pensé, c’est la planche à découper:Ou plutôt son tiers restant car à l’origine elle était ovale.Dans le genre, les plus faciles sont : le fond d’huile, les mites dans les céréales, etc… On en a plein. Ca va de la pince à linge, au PQ, en passant par la boite d’allumettes où plus une n’est vivante mais qui a été refermée à l’envers, jusqu’à la bouteille de gaz vide. On a passé une fois une bonne soirée avec ça. Il m’a envoyé aussi: l’ampoule cramée dans sa boite neuve.

En sortant des beaux-arts ce matin, j’avais envie d’un capuccino au Flore ( 7,50 ). Tranquille, lire. Regarder. Sur ma droite un couple d’un certain âge, très très bronzé, genre retour d’Ibiza. Vulgaire. Elle, en short noir dentelle, va au premier et pendant ce temps là il mate ses SMS. Elle rencontre un énooooooorme type assis à la place des habitués/ il a 60 ans aujourd’hui. J’entends:

—T’es où en Arizona toi?

Deux japonaises, une fille à côté de moi se déplie. Elle est immense. Immense et laide dans sa petite robe turquoise. Une géante.; Christine Angot qui a rendez-vous avec un journaliste pour son livre de la rentrée vient me dire bonjour. Je lui demande si c’est un bouquin comique avec des blagues. On rit. Elle monte: Rancardos discretos.

Je commence à préparer les livres pour partir.

Bill Evans.

DVD Sphinx, c’est fait. Prendre des notes pour l’expo. En parler avec B.

Sortir par la porte de Bustamante et lire Champfleury

champleury

professeur moustache1

Un mail de CR qui a perdu cette citation. Moi je ne me souvenais que d’un homme en noir. C’est affligeant cette mémoire moulinette-ordi.

Hier :

—Tiens! Comment vas tu? Oh Eh bien tu n’as pas beaucoup de cheveux…

et une main amorce un mouvement vers ma propriété crânienne.

Moi:

—J’ai le cancer

V. pouffe de rire du mauvais gout de ma réponse.

—Déconne pas. Tu fais toujours du théâtre?

—J’ai jamais fait de théâtre.

—Et tout cas, tu es toujours habillée drôle

— Je n’ai pas cette sensation

Après je me suis détendue.J’ai même été aimable Mais quand même c’est saoulant ces bêtises. ceci étant dit, j’ai croisé CA l’autre jours qui à la boule à zero , et à peine rencontré j’avais ma main qui caressait son crâne. Alors…. Oui la main, sans réfléchir, hop y est allée toute seule.!

Ce matin je me demandais combien de fois j’avais monté et descendu la rue Bonaparte dans ma vie. Chargée comme une mule, avec ma valise rouge en bois, mon chapeau à plumes ou le gris transpercé d’un plomb de chasse avec un ruban rouge autour, ou puisqu’on est au rayon chasse, avec la gibecière de mon père. Il y avait les chaussures montantes à lacets, introuvables à l’époque et que j’avais eues en soldes, le pull à bandes noires ( je n’ai jamais cessé d’acheter le même pull d’ailleurs)… Une collection de gilets en laine tricotés par ma mère. Le chiné était beau avec des boutons jaunes. Un rouge vif. Des chemises sans col, la salopette Hoshkosh achetée Rue Bonaparte l’année de mon Bac je crois.Une splendeur ( j’en avais deux ) Bref pourquoi je dis ça. Parce que ce midi alors que j’allais chasser le sandwich, j’ai vu deux hommes âgés, l’un derrière l’autre mais pas ensemble et comme le deuxième avait des lunettes miroir super avec des sourcils blancs qui dépassaient, j’ai pensé à des morts vivants ou au fantôme de Christopher Lee. Le premier était en sombre. Le deuxième en clair avec ses fameuses lunettes. Chacun penchait dans le sens contraire. J’aurais dû noter parce que je ne retrouve pas le déclic qui m’a comment dire, animée.Là mes descriptions ne sont pas vraiment convaincantes!

Bon. Bozar fin de l’installation. La porte de chez Bustamante a été piquée. On croit rêver. Je ris mais ce n’est pas drôle.J’ai envie de partir, partir, partir.

Je suis passée à la Hune et j’ai trouvé porte close. Je suis allée à l’autre, à côté du Flore. Ils ne sont pas aimables là-dedans. Ce n’est pas la première fois que je le constate. Place Clichy c’est vraiment mieux. bref j’achète les oeuvres de Des Forêts pour R. Et je prends Une histoire de l’anthropologie. Au dernier moment j’e prends un livre de Hermann Hesse qui parle de la bibliothèque. Je le sniffe puis le repose et attrape, edité aux belles Lettres, “La Bibliothèque perdue de Mehring”

IMG_4959

http://www.franceculture.fr/emission-le-temps-des-libraires-la-bibliotheque-perdue-de-walter-mehring-par-la-librairie-vivre-d-ar

Le retour du “Retour de l’ancêtre”

4S08000

Le retour de l’ancêtre , Rome 1984/ Frac Alsace

Journée aux Bozar, pas des plus enthousiasmantes pour les Ateliers Ouverts. Le cours de dessin sanctionné par un UC est de ce fait un truc obligatoire, une corvée pour certains. Comme nous partageons la salle je ne peux pas planter un souk, ce qui est bien normal. Mais j’aimerais plus de “bazar” , du faux bien sur, avec des mélanges d’images.; Je suis contente d’avoir mes petites photos et le diaporama, qui donneront l’idée de ce qui c’est passé. Ce qui est drôle est de voir ” ce que l’on génère”. De mon côté, beaucoup de choses écrites, de notes . Pas de dessin “esthétique” ou de composition. Fatigant de courir après le matériel. Il faut un étudiant pour le prendre. Je ne peux pas emprunter quoi que ce soit même pour l’atelier. C’est incroyable ça. Oh ça me déprime ça. Je me sens assez peu “prof” ( comme dirait Michel Bouquet ) mais j’aime néanmoins travailler avec les étudiants. C’est peut-être l’atmosphère d’école. C’est toujours la même finalement depuis la nuit des temps. Ou peut-être… !!!!???

J’ai entendu que le journal de  Maurice Garçon était paru ou réédité. Ca m’intéresse. Je ne savais pas qu’il était le père de feu Françoise Verny.

Discours à l’occasion de sa mort en 1967

” Mais notre confrère avait aussi un violon d’Ingres.

Il s’était, par le détour de l’histoire, intéressé à la magie, à la sorcellerie, aux procès auxquels celles-ci avaient donné lieu. Il avait acquis, dans ce domaine une compétence, une érudition exceptionnelles. On peut dire qu’il était l’homme au monde le mieux renseigné sur tout ce qui touche au Diable, à Satan et son empire. Là encore il assumait le rôle du défenseur. Il défendait le bon sens et la raison contre les délires de l’imagination et l’exploitation cynique de la naïveté et de la bêtise par les mystificateurs et les aigrefins.

Les livres publiés sur ces sujets par Maurice Garçon portent des titres suggestifs : le Diable, étude historique, critique et médicale. Guillemette Babin, sorcière. Trois histoires diaboliques, etc. Ces ouvrages, comme tous ceux qui sont sortis de la plume de notre confrère, sont écrits dans un style clair, aisé, élégant, coulant et plein d’agrément.”

J’ai beaucoup Aimé le film Eastern boys. Très dépouillé, plutôt sobre et économe en paroles. C’est vrai que les plus beaux films sont ceux qui bavardent peu. Bof, non, c’est faux. Voir Scorcese, Allen, Casavetes.

Tiens il y a … 2015-1984= 31 ans, MERDE…, c’était mon expo anonyme à la villa Médicis.Jungle et loups. J’ai retrouvé le texte de Guy: “Cuando ebbe varcato il ponte, i lupi…..”

texte guy 1 texte guy 2

Christopher Lee “GRAND SAIGNEUR” sur ma table et au Chelsea and Westminster Hospital

Capture d’écran 2015-06-14 à 09.52.56

Table le 14 juin:

Machine a faire des trous pour classeur,pots, lecteur mini DV, clé dans une enveloppe avec film Nicole Stephane pour Sylvie Pras, lunettes, café, ordonnance, photo de R, clé, machin pour nettoyer l’écran.

Rêves à nouveau: Voyage en Chine et retour. Je ne veux pas y retourner, je ne trouve plus le chemin de la gare du Nord à la maison , et dans une rue il vient d’y avoir une fusillade: 5 personnes mortes ou allongées. Des couettes rayées dans de housses, je vais rater mon avion, la maison d’Amiens et ma soeur je crois. J’ignore ce que j’y fais.

L’élégance d’élocution de Christopher Lee en Français est admirable.

Ce matin au réveil, R avait sur sa main un rayon de soleil comme dans un image sulpicienne. Je regarde la dernière peinture que j’ai faite et je cligne des yeux tant je trouve ça immonde. Une sorte de portrait inspiré de Manckievicz. Zut les films que nous a envoyés la femme de P2B sont des blue ray et je n’ai pas de lecteur. j’aimais beaucoup Phillipe. SMS de Marianne . SMS de E. qui est près de sa mère.

Va se poser la question de ” qu’est ce que j’emporte comme livres et de toutes façons je n’en lirai pas la moitié!” Je crois que je pourrais passer tout mon temps à lire. Je crois que finalement c’est ce que je préfère et regarder des films. Un film sans fin ce serait bien, même s’il n’est pas très bon. Hier en zappant, c’est l’horreur totale, l’effondrement de la dignité avec une émission d’Arthur. Abject, humiliant, pas drôle. Terrible. Tous les invités ont je crois une actualité comme on dit et la pauvre Mathilda May se retrouve là-dedans. N’a t’elle pas pu faire autrement ( le propriétaire du théâtre de Paris, est aussi le Boss de ” vente privée” {avec sa queue de cheval, hum hum }. Alors. On achète des théatres comme des caisses de fringues. Idem.

Hier B2B était bien élégant, avec un bracelet en or que je ne connaissais pas. Il était accompagné de deux personnes Belges.Ce serait amusant de mener l’enquête. Ici une photo plus ancienne avec un collier d’or et sa couronne.Quand je vois ça je me dis qu’il faut que j’ose lui demander  de faire des photos; Mais son ami est un vieux Monsieur dans l’appartement et il ne va pas voir ça d’un bon oeil ( c’est le cas de le dire ). Britten( Sanctus du War requiem qui est une merveille ). Deezer est quand même une sacrée invention pour la découverte de musiques. J’ai le War Requiem sur un CD et ne l’écoute jamais .

Capture d’écran 2015-06-14 à 10.13.10

Pas de tennis ce matin. Pas de terrain. Grr et pourtant il faut que je bouge. Se promettre ça aussi.

D’un côté le cheval, de l’autre le cavalier

equestre2

J’ai insisté pour que O. ait la salle de dessin en échange de quoi il devait repeindre le sol. Alors que je suis bien tranquille à lire, un SMS du genre , c’est la merde. Je râle et prévois ce que je vais entendre Lundi.

Je ne comprends pas que ça puisse arriver.

Bref. Regardé”The best offer” de Tornatore, qui commence pas mal et s’alourdit puissamment au fur et à mesure. L’idée formidable de Vaucanson devient collante et insupportable le décor de la fin. Est-ce le film Peter Ibbetson de Hathaway qui donne le nom à l’héroïne agoraphobe et aussi la présence de la lourde grille ( si je me souviens bien, deux enfants jouaient de part et d’autre et à un moment Peter traverse la grille. Non?

Lu un peu Bolano . Je le lis lentement . Restée ici, à chercher je ne sais quoi, des portraits anonymes et équestres. Préparé la clé pour donner le film ( tiens aucune nouvelle de E.L. qui a le fichier depuis 1 mois et devait le regarder le lendemain. Pas un mot non plus. Sans doute ça l’a emmerdée. )

Réglé des machins genre PV et réexpédition de courrier, envoi de Bio etc.

Hier Tailleur pour Dames de Feydeau et j’avoue que c’es très bien foutu, drôle et classe. On est rentrés et on a mangé ce qu’on a trouvé à la maison;

Je serais curieuse de savoir ce que j’écris chaque année au même moment. Sans doute la même petite lassitude et tristesse de fin d’année.

Pas mal de choses la semaine prochaine. Le 15, 18, le 19, le 20… sans compter les ateliers ouverts et Lundi Mardi leur installation.

Et après plus rien pendant deux moi! Yes!

auto-“dythirambique”

IMG_4925IMG_4924

Le matin quand j’arrive près de l’ordi c’est toujours le même paysage qui entraine une moue de désappointement: Le bazar: Un verre, une cuiller, une tasse, un ticket Uniqlo, deux agraffeuses, une photo Net B, un planning Juin, des post-it jaunes qui collent et qui sont cornés, un stylo pas rebouché, une carte SD, deux enveloppes de banque pas ouvertes, des photos bande de lecture, des clés, l’iphone en charge, une diapo coincée sous le clavier, une chemise en papier rose, une image de chaussettes Adidas Y3, un double dcm cassé à 25,5 cm, le dvd de 20000 lieues sous les mer de Fleisher.
C’est à peu près tout.

Aujourd’hui avant le RV aux BA, Louvre. Poussin.

Je fonce. Bonne idée un Mardi. Me suis retrouvée devant les portes comme une imbécile. J’ai remplacé Poussin par me MAM. Carol Rama. Ca ne m’intéresse pas beaucoup. Je trouve ça un peu vieillot et l’expo telle qu’elle est installée n’est pas sexy. Ce n’est pas un fond rose à un moment donné qui sauve le truc. Et puis les catégories écrites en grosses lettres et accompagnées de morceaux d’interviews… Beuh Beuh. J’ai honte d’avoir traversé la vie de cette femme en 15mn montre en main.

Passons à Lüperz. Tartines. Je suis plus intéressée par le gardien qui penche qui penche et se réveille soudainement puis qui penche qui penche , se réveille soudainement et ouvre un demi oeil puis qui repenche, repenche et n’ouvre plus rien du tout.

C’est lourd. C’est lourd. Mythologie, antique, Poussin. Bref. Ce qui l’enverra pour moi en enfer, c’est le film qui lui est consacré. “Attention Génie!!!! “C’est ridicule. Il sculpte à la hache, modèle fébrilement,  ou peint de sorte que Minelli et son Van Gogh sont sobres à côté. Puis ces grandes phrases sur l’art. Mais c’est pas possible. Au moins il n’a pas l’air d’avoir de doutes quant à son exceptionnel destin d’artiste. Il halète en “créant”, emporté par un tourbillon d’inspiration, Mozart à fond les wagons et pourquoi pas Wagner. Je trouve encore que ça vieillit mal cette gestuelle théâtrale, cette emphase…

RV avec NB puis avec une étudiante.J’en râte une autre qui me cherche et parle avec O.D qui a passé don diplôme ce matin.

IMG_4928

“Le secret des dents de Cervantès”

Capture d’écran 2015-06-08 à 09.39.30

Pierre Thomas, étudiant

J’ai envie de partir, de ne plus être à Paris, de m’ennuyer de Paris, de lire hors de Paris.

Hier nous nous retrouvons à 17h 30 devant l’Eglise de Saint Germain avec Jean et Daniel qui repart à New-york aujourd’hui. Thé à la menthe pas bon rue Bonaparte et discussion à propos de film, du film et de danse. Daniel etait chez Merce C. Il a un sourire éclatant et beaucoup de charme, un maintien de danseur, c’est clair. Jean repart sur sa moto et une dame crie:

—Bertrand!!!!!

—Ah….Non, ce n’est pas Bertrand!

—Mais si!!

—Main non!!

Elle n’en revient pas.

Promenade sur les quais en devisant. Paris/ New York; l’argent, la liberté, vivre en France,  Puis Métro Madeleine.

Diaporama refait et terminé.

Madero

Il y avait un type au carrefour qui gratouillait je ne sais quoi, penché vers le sol Il a abandonné son enquête, il a continué. J’ai regardé l’or qu’il cherchait: C’était un bouton métallique argenté et à moitié écrasé. Puis les cloches ont sonné, les cloches de je ne sais où et en même temps à cause du vent une canette vide a roulé sur le trottoir et je me suis dit que les sons allaient bien ensemble. Je me suis dit que parfois quand en marchant, je regardais , c’est comme si je lisais un livre. Mais je ne peux rien noter et après j’oublie. Puis en marchant -pourquoi-, soudain pensé à ces images qui ont presque 40 ans-,aux diapositives qu’avait fait C.G Je me souviens qu’on me voit dans l’entrebâillement de la porte du Rez de chaussée ou j’habitais. J’ai un faux nez. Il y en a d’autres prises à l’intérieur. Je vais les porter au labo pour en faire des fichiers. J’avais 19 ans je crois.

Je poursuis la lecture de Bolano ( avec un tilde que je ne trouve pas sur le clavier).Pas eu le temps de lire le texte d’E.

+ + tard

FORENSIQUE

IACweb002-635x635

Je me suis assise pour boire mon café et j’ai entendu des drôles de bruits. j’ai pensé qu’Artaud était dans l’appartement d’à côté ou sur le toit. Puis je me suis dit que ce devait être un jouet. Puis j’ai repensé que ça n’existe plus les jouets qui font je ne sais quel son quand on appuie dessus. Coinc… Coinc… Ce bon vieux son remplacé par des trucs qui dateront tout autant.

Hier JD que je présentais à eu le prix Marin. Je suis contente. Moins contente de mon attitude à un moment. Je regarde de loin Ernest Pignon Ernest qui est un homme délicieux et je vois que devant lui un type avec un I pad…. On connait la suite. J’ai pris mon cheval blanc pour aller le libérer et alors que le type, en plein vernissage faisait défiler des images de son travail, je suis intervenue. E m’a dit “Tu veux voir”. J’ai dit: “Surement pas”. Je ne veux rien voir du tout ici. On ne peut pas avoir des cacahuètes dans une main , un verre dans l’autre et regarder un travail. Bref, de quoi tu te mêles, LN et quelle peau de vache. Bon. Parfois c’est comme ça !!

Le diaporama pour les portes ouvertes, bien terminé avec ses 350 photos a été placé par mes soins dans la poubelle et j’ai aussi vidé la poubelle. bref.

Vu l’exposition au Bal. Très intéressante.Et enfin j’ai compris le sens du mot Forensique croisé souvent dans le roman de Kerr: Une enquête philosophique ( le personnage principal a pour pseudo Wittgenstein dont j’ai d’ailleurs acheté Les recherches philosophiques  à la librairie du Centre P. ) ( encore un livre dont je vais absorber 5 pages!!!!). POur revenir au BAL o Et j’irai sans doute écouter la conférence sur Nuremberg le 11.C’est un drôle de mot forensiqueForensique veut dire qui appartient, qui est lié ou qui est utilisé dans les cours de justice, vient du latin forum, la place publique, lieu du jugement chez les anciens (forensis : du forum). Science forensique est un néologisme, traduction de l’anglais forensic science, rendu nécessaire par la confusion des termes et de leurs traductions qui désignent la contribution des sciences, en particulier des sciences de la nature, à la justice

Chaleur terrible hier. Inhabituelle, inattendue. Quand c’est ainsi j’aime ( comme le faisait Hubert Deschamps ) avoir une veste et un col fermé, histoire de ne pas être soumise à la météo, de garder la tête froide. Hier , j’ai craqué et vite roulé ma veste dans mon sac. Le RER B un enfer, avec ses employés qui guident les gens. La chef a même un micro et ressemble de part son ton autoritaire à un kapo.

Il faut que j’aille voir plein d’expos avant de partir. E. m’envoie un message qui tue: ” Veux tu venir à Roland Garros cet après midi ?

Damned je ne peux pas. J’ai RV pour rouler la toile de 8m; pour faire l’inventaire des peintures en bas qui datent de l’époque Maeght. Aucune idée de ce que c’est.

Retour en haut