“L’urne funéraire de Fidel Castro quitte La Havane”

Clément année 1/ 18 ans

Dimanche matin/ pas de tennis. Ce n’est pas plus mal car je n’en ai pas envie. L’après midi ce concert chez Christian Berst est étrange car ce sont des trisomiques qui chantent. 16h : Choolers Division.C’est incroyable de voir leur gravité, leur énergie aussi. Je ne sais pas si  je suis à l’aise ou pas. J’étais réticente ( un peu ) à l’idée d’y aller. Mais pourquoi au fond. J’avais peur de céder à une curiosité malsaine. J’ai juste cédé à une curiosité.

Après je marche, je traverse la place de la République qui est plutôt réussie. Je regarde les skateurs-j’ai acheté un jus de fruit épais et sucré -, la nuit tombe,il fait un peu froid. J’aime bien. Je filme des garçons le long du canal.Ils s’entrainent. Pompes, abdos, mouvements de bras, sautillements à la boxeur.

Me voici en avance près des cinémas MK2 quai de Loire et je m’arrête devant les marches, là sur le côté: Il y a des groupes assis et attentifs et des filles face à ces groupes. Ce sont des réfugiés et les filles leur apprennent le Français. Ils sont extrêmement attentifs et répètent comme à l’école , les mots, les phrases. C’est formidable des gens qui font vraiment quelque chose. Moi , rien. Bon. Je vais y repasser pour me renseigner.Donc, dans la même journée, j’avais eu le plaisir de découvrir ce travail avec les trisomiques que l’on emmène en Lozère ( un peu à la manière de Deligny et des autistes ) , les garçons dans la nuit, et les cours de Français. Ensuite on a vu Les alliés qui est un navet et en plus mal foutu je trouve. Marion Cotillard ne me fait pas frémir. Bon.

Beaux-arts hier et nécessité de déménager à la bibliothèque ce qui est très agréable. J’avais demandé aux étudiants des textes. Il ya en a qui sont vraiment bien. On les lit à voix haute.

Pas le temps de souffler et ça me plait. La journée se termine en beauté avec C. qui est incroyable. Je le filme et le re filmerai volontiers.

Un étudiant de l’an passé vient me demander des conseils en amour !!!. C’est vraiment drôle. Allan ne s’est pas manifesté depuis un moment. Je parle avec Demian, aperçoit X,

Ah oui, il y a eu le vernissage Twombly. Ben moi j’aime pas ça. En fait c’est pas que je n’aime pas, mais je trouve cela si élégant, si beau «  c’est beau » que ça m’ennuie. Je regarde les gens et ça c’est toujours bien. Une dame crêpée comme pas possible, qui fait que sa tête est trop grande pour le corps (comme ces statues d’église que l’on voit au sol et qui sans la perspective deviennent monstrueuses). Quelqu’un à qui je fais part de mes méchantes réflexions ajoute: «  En plus elle a une tête de musaraigne ! ». Paf, ça c’est plié.

Ce matin travail avec Benoit. Camille a dormi ici. Et on s’est éteintes devant le Clan des Siciliens.

“Un air gai chic et entrainant”

capture-decran-2016-11-27-a-11-02-22

Ron-Ron 1970

Pourquoi en me réveillant un peu tard je me suis souvenue qu’il y avait autrefois de la nourriture pour chat qui s’appelait du Ron-ron. Je souris. Le ron-ron. J’imagine un type habillé en années 70 avec un pantalon marronasse en tergal avec le pli devant et une cravate rayée , glorieusement annoncer sa « réclame ». Celle de l’INA , 1970 effectivement en noir et blanc. Ronron poisson ( on voit des poissons ) , ronron nature, ( on voit une forêt ) , ronron boeuf, ( on voit des boeufs ). Et des yeux de chats différents ( Mother mary comes to me, speaking words of wisdom, let it be ). En sautant du ron-ron à Let it be, je me revois aux nouvelles Galeries acheter le 45 tours des Beatles et au fond du jardin quand le chat a été enterré. .

Hier la soirée était super au China club pour le mariage d’A2G et AV. Plein de monde, 3 filles qui chantent en mode Andrew Sisters. Quand j’arrive, elles chantent «  Rhum and Coca -cola , qui précisément était dans le spectacle de Roger. Petit bug et puis Bonjour bonjour. Je danse avec Blistène- qui l’eût cru Lustucru- qui m’a paru antipathique pendant des années et là c’est absolument le contraire. On parle des usines LIP avec JJL. Etc. Une grande américaine, des gens pas mal vieux, des gens pas mal jeunes mais plutôt mezzo. De l’argenté du leop, du brillant. J’aurais dû mettre mon pantalon doré. On se balade là et là avec nos baguettes et nos bols. C’est vrai que finalement quand on est debout c’est le meilleur truc.

A chaque fois dans ce genre de circonstances je repense aux moments où je travaillais absolument seule et ne connaissais plus personne. Je serais, restée deux minutes, car c’est insupportable si on est pas un peu dans le machin. EG me dit du fond de ses verres de champ, que tout le monde était contre moi au FA, pour la commission des achats. Ca me fait rire. J’aimerais être une souris pour entendre dire que Delprat , c’est quand même pas terrible ( et je ne suis pas forcément en désaccord )

HdiR est égal à lui même , hyper speedé, sympa comme tout. Il dit «  A qui je n’ai pas encore cassé les couilles ce soir ? », puis voyant des Mojitos il en cherche la provenance et disparait. Mojito , danger absolu?. Je m’abstiens. Il y a un concert en bas. Je décide de filer et prends un velib. Il fait bon. J’ai la jambe un peu molle mais c’est trop bien.

La différence, c’est ce silence, parfois…

AP est tout beau dans son costume. Ca lui va bien. G. a disparu, elle était triste. Moi aussi là maintenant. PM est joyeux , calme et souriant comme d’hab.

Et partout dans la rue j’veux qu’on parle de moi

Ca tombe assez bien que ma partenaire de tennis ait une déchirure musculaire.

Et partout dans la rue j’veux qu’on parle de moi/ Que filles soient nues

Qu’est ce que je vais faire pour casser la gueule à ce Dimanche? dessiner à côté, aller marcher? Au Palais royal. Lire ( c’est ce que la raison voudrait ) car ces temps ci on peut dire que je ne lis pas du tout. Je commence, recommence, mais pas de suite. puis faut absolument que je commande ces lunette, des vraies et pas des loupes napolitaines.

You are the sunshine of my life

R. m’avait raconté tant de fois son gala de l’union que je suis surprise de le trouver sur le site de l’INA ( Du ron-ron au gala de l’union ) . C’est vrai que ce n’était pas rien cette perche…)

En écoutant Malraux…

capture-decran-2016-11-26-a-12-10-19

Vente Piasa/

Broche lion ébouriffé en or jaune 18k, 750‰ lisse et satiné, les yeux ornés de cabochons d’émeraude rehaussés de diamants, de l’émail noir sur le museau.
Travail français vers 1970
Hauteur : 4,5 cm
Poids brut: 24,3 g,

S’il est bien un épisode de la vie de Piero della Francesca qui n’a cessé de fasciner et d’inspirer les romanciers qui se sont intéressés au peintre, c’est cette cécité dont il avait été frappé pendant sa vieillesse. Giorgio Vasari est le premier à l’évoquer, brièvement mais par deux fois au début et à la fin de sa Vie de Piero della Francesca: Il ne put à cause de la cécité qui le frappa dans sa vieillesse et de la mort, publier le résultat de ses travaux et les nombreux écrits qu’on conserve de lui à Borgo san Sepolcro, son pays. Piero di Borgo, dont les oeuvres datent environ de 1458, devint aveugle à l’âge de soixante ans à la suite d’une cataracte et vécut jusqu’à quatre vingt six ans. En 1556, c’est à dire très exactement soixante quatre ans après la mort du peintre, un très vieil homme du nom de Martin di Longaro, qui, par un merveilleux hasard propre à nous faire rêver, était fabricant de lanternes pour circuler pendant le nuit, rapporta à un certain Berto degli Alberti un souvenir de sa prime jeunesse qui celui-ci ne manqua pas de consigner sur ses cahiers: “Ledit Marco,lorsqu’il était petit menait par la main maitre Piero della Francesca, peintre excellent qui était aveugle: C’est ce qu’il m’a dit. »…

…/ La scène est belle est émouvante: Dans les dernières années du Quinzième siècle, un enfant, qui deviendra plus tard un fabricant de lanternes, un spécialiste de l’éclairage de l’obscurité, guide un viel aveugle qui fut l’un des peintres les plus célébres de son temps, dans les ruelles de Borgo san Sepolcro. (Alain Buisine)

sontag

… » Le bonheur suprême était de marcher seul au cœur de la nuit, le volet de la lanterne refermé, le pardessus boutonné, sans un rayon de lumière qui s’échappe, ni pour guider nos pas ni pour signaler l’objet de notre fierté ; sans être autre chose qu’une petite colonne de ténèbres dans le noir de la nuit, sachant, au plus secret de notre cœur, que nous avions à la ceinture une lanterne sourde, et pour cela exultant et chantant tout au long du chemin.”!…

Stevenson/ Les porteurs de lanternes

bailly

Pandora/ JC Bailly

“La grande rencontre c’est Heraclite-Laurel et Hardy”

famous Ancient Greek philosopher Heraclitus quote about change on blackboard

Benoit a débarqué à 8h pour travailler. Au secours. Il veut «  visiter » mes disques durs. Et moi je n’en peux plus de voir ce que j’ai fait!!On a une première étape pour l’expo, mais maintenant il faut approfondir et remettre en question.

Zut , je n’ai pas rappelé MT pour la voix de Jean-Louis. Il faut que je réfléchisse à d’autres choses à enregistrer car lorsqu’on a un tel acteur , ce serait dommage de ne pas aller plus loin.

Puis l’après-midi , F. arrive et on fait de la paperasse. Ça n’en finit pas. Moi dès qu’il faut coller un timbre c’est l’enfer. En plus je suis crevée et ça me déprime ces machins. F. passe les coups de fil, etc.

Alone in Berlin  a des critiques terribles.

J’avoue que je me suis calée dans mon fauteuil, sans grand sens critique. Je suis sortie de là , pas trop dérangée/ c’était sans doute un signe !!!. C’est vrai que pour un tel sujet magnifique c’est mou du genou. Je voudrais lire le livre.

Monique Chaumette est vraiment bien.

Visite à la Galerie des Amis du Jeu de Paume. Puis je file chez D. pour diner avec Paini et quelques personnes. Je suis cassée en deux mais mange comme un loup le délicieux repas de D. Comme c’était bon !!!!

Je repars à pieds en faisant un bout de chemin avec H. Qui me parle de sa famille. On poursuit notre chemin chacun de son côté quand on croise la rue de Dunkerque.

 

 

 

CA FAIT DU BIEN

capture-decran-2016-11-20-a-19-35-04

Cher X

Ca fait un petit moment que je résiste à te parler. Mais à présent je te dis ce que j’ai sur le coeur: Tu me gonfles à me prendre pour un facteur ou un bottin mondain. C’est extrêmement déplacé. Ca l’a toujours été et que tu ne t’en aperçoives pas tout seul me désole. Trintignant, ta lettre, Arnaud Bedouet et maintenant Sami Frey…
Ca suffit.
Ca m’a pas mal  amusée je dois dire. On en a même ri avec mes amis qui n’en croyaient pas leurs oreilles.
Maintenant je suis en colère.
Remarque tu n’es pas le seul. Les deux autres qui, eux chassaient le Depardieu et le Weber, je les ai eu au téléphone et ils doivent à l’heure qu’il est porter des sonotones vu les décibels d’injure qu’ils ont pris.
Pour toi, ce sera plus silencieux. Mais néanmoins, je te prie de ne plus m’adresser quoi que ce soit. Je n’ai jamais été la secrétaire de RD qui aurait été bien fâché de ton attitude.
Bonne continuation.
LND

Mecki par ci, Mecki par là

table-paris

Partir de Drummond de Melfort pour arriver là:  AK – Kindermotiv, Glasperlenaugen, puppe, Kleinkind, c’est à dire dans le royaume de Mecki , c’est quand même amusant. Suis passée par des grottes, des duels, des scènes équestres et des cartes postales de Noel horribles.

 

Hier après midi je m’endors en re-regardant l’homme qui aimait les femmes. Le début est splendide avec toutes les voitures qui se garent côte à côte.

Dessin hier après midi ici, et FC : Simon Leys/ Intéressant.

Rapide visite au BHV ( c’est déjà l’horreur de Noel ), expo de SR au centre Japonais.

Bonne soirée à la galerie. Edith arrive. je l’appelle Mémère Scob pour la taquiner

Merci petite Hélène de m’avoir invitée ; je n’ai parlé qu’avec des gens sympathiques, ce qui n’est pas si fréquent ! t’embrasse tendrement Alice

Tiens cette nuit j’ai cassé un grand miroir.( c’est sans doute les photos de Bascoulard qui tient son miroir brisé pendant la pause ) Et je n’arrivais pas à sortir d’une espèce de passage en barbelés.Puis , ah oui, on voyait une immense et magnifique perspective comme un sous bois et qui montait qui montait. Je cherche une perceuse et passe dans des rue . Il y a des pieds de bébé qui sortent d’un chou-fleur blanchâtre. Il est debout puis oscille , je passe dégoutée et ça fait splash comme une matière molle. Je fais un détour pour ne pas repasser là. Je soupire en écrivant. Mais c’était vraiment dégueu ce truc.

capture-decran-2016-11-20-a-10-06-28

What a difference a day makes…

Twenty four little hours

What the sun…

My yesterday was???

Messe à Saint Roch. C’es la Sacem qui m’avait prévenue. J’y suis allée mais je ne connaissais personne de la Sacem. J’embrasse Dominique Delouche. Bon. C’était plein. ( le nombre de disparus cette année c’est dingue , entre Papa Wemba, Michel Tournier etc… )

En sortant il pleut mais je marche dans le jardin . C’est beau et je fais une photo-poncif= les chaises dans le jardin vide mais ça me fait sourire ce genre de carte postale!!! Il y a une séance photo avec un jeune garçon noir très beau. Le photographe veut me prendre aussi. Dac. Ne regardez pas vers moi et marchez. 

Je photographie à mon tour le garçon, puis des scouts qui s’accrochent le pied avec une ficelle, puis un type en kilt. Mais ses chaussettes font des plis.

Au boulot.

la jambe du roi est noire

J’ai beaucoup aimé le film de Serra. Econome malgré les apparences, silencieux, sans effets ( malgré les apparences ) mais sophistiqué dans l’espace, la lumière et la langue. Langue sans préciosité où caricature de ce que l’on suppose être la parole de cour. Ici , presque quotidien ( un peu limite d’ailleurs ) mais pas. Sauf un «  d’accord » impardonnable.

Quand j’avais vu d’autres films j’avais l’impression qu’il n’était pas assez rigoureux et qu’il gardait tout ce qui était filmé.

Cette jambe noire est magnifique. Elle m’évoque Saint Cosme et San Damiano. Et puis lorsqu’on ouvre le corps on sourit car on est davantage dans une performance à la Dali qui déroulerait des boudins noirs dégoutants. Par contre les râles sont assez terribles. Ne me suis pas ennuyée, malgré le silence, la lenteur, le décor unique et le peu d’espace. Malgré la longueur des plans, le peu de musique. La mouche que l’on entend voler ça et là est terrible. La nourriture. Et pas le visage blanc cérusé habituel. Juste les perruques et pas toujours.

JPL a de la chance d’avoir été filmé comme ça, contrairement à ce que disait mon voisin de salle  en sortant: “C’est moche.”

Sans doute y voit-il l’agonie de Léaud lui-même… Sais pas.

Levée très tôt. Et en plus la télé s’allume toute seule. Elle recommence ses crises accompagnées du son qui monte tout seul lui aussi. Regarde un bout de film colombien pas mal..

Ces jours ci beaucoup de travail. Et aussi nous étions invités chez Michou depuis Juillet , par D et C patrons des Artistes. Il nous ont généreusement conviés, mon frère , E, Camille et Julie. On devait y aller avec R. Et U. Bon. Les choses ne se passent pas toujours exactement comme on a prévu. On a beaucoup ri et je me suis couchée à 4h. Le lendemain matin, RV avec l’éditeur, voix de basse horrible et KO. Puis l’après midi le RV qui miraculeusement avait sauté et rétabli: Notaire pendant deux bonnes heures. Misère. Comme c’est ennuyeux et quand on est vivant on ne pense pas à tout ce bordel heureusement.

Mardi c’était les Beaux arts aussi de 10h à 18h sans arrêter avec des anciens étudiants qui viennent me voir:

« —Est ce qu’on peut passer notre diplôme avec vous?”

De toutes façons maintenant avoir un atelier ne me dit plus rien. Quand je repense à ce jury et cette combine , j’en ralôte encore. Je m’en fiche objectivement . Mais quand même un établissement qui ne t’envoie même pas un mot quant aux résultats ( la lettre type ). Bref. Qu’on me prenne pour une imbécile c’est pas grave sauf si je m’en aperçois. Ils nommeraient- ou ils l’auraient fait à temps surtout -un prof de dessin en temps voulu ça  m’éviterait d’avoir 75 étudiants que j’ai des difficultés à suivre. On peut s’en douter . Bref.

Rencontré l’autre soir deux spécimens d’un autre temps. Nous sommes face à face avec F. et mangeons une terrine de sanglier délicieuse avec des cornichons bien sur. C’est le jour du beaujolais ( berk ) et j’arrive du RV avec la MAC VAL à l’atelier. Le matin j’avais tendu la toile de 7m. ( Plus facile que prévu ). Bref on parle et je vois dans la rue deux types qui hésitent à rentrer. Je dis au garçon, débrouille toi pour les faire rentrer et tu les mets à la table à côté. Chose faite. Deux hommes de plus de 75 ans. L’un un peu tordu mais pas trop, l’autre grand, petite moustache coupée court à la clark Gable un peu, lunettes fumées et col ouvert qui laisse voir une lavallière bordeaux. Montre sur la manche du pull, pantalon des années soixante dix et coiffure comme une perruque, gonflante. Mais vrais cheveux.

Je change tout de suite de sujet en donnant un coup de pied à F. sous la table :

Moi: « —C’était quand j’ai pas entendu …”

« — J’saurais pas dire… “

—Elle est bonne cette terrine de sanglier.

à C qui est plus loin : Elle est bonne C. votre terrine de sanglier!

—Donc on disait? Ah oui… Belmondo… L’expo de son père…

« —Ah oui qu’est ce qu’on a ri. Moi je l’adore ce Belmondo. T’aimes bien les sculptures de son père toi?”

« — Ah oui c’est bien… “

“— En tout cas il m’a envoyé des fleurs magnifiques.. “

( On mange un cornichon, on boit une gorgée et on entend ):

—Excusez l’indiscrétion, mais nous on l’a connu Belmondo…

J’exulte car de A à Z ils sont tombés dans mes filets , ma nasse, ont mordu au crochet , à l’hameçon. C’est bon ça!!!!!!! Et cette phrase , ils la disent avec un léger accent Parisien qu’on n’entend plus… Ils sont des machinos de cinéma, nous parlent de Jules Dassin, de De Broca et j’en passe… On n’est pas d’accord sur de Funes, mais c’est marrant et Le Beau dit «  entendre au poste « . Magnifique. Je n’ai pas vu leurs chaussures. Le beau me dit qu’il aime bien raconter mais s’il y a une femme à table. Puis on reprend nos conversations respectives. F. compare les habitués au zing à une barre de Baby foot avec les joueurs et c’est assez vrai.

Voici que X recommence et à présent , c’est le Numero de Sammy Fray qu’il me demande. C’est quand même dingue ça. Ils sont fous.

Hier RV maison Rouge l’après midi, et le matin galerie. J’offre à C. des lunettes horribles et on fait une petite séance photo:

En allant chercher mes faux-cils, je crois un modèle élégant de clochard ( car il est à l’ancienne ) : Grand manteau-PArdessus chameau fermé par une grosse ficelle jaune, sac Apple orange, barbe et surtout: Bombe de cavalier avec bride au menton. En guise de cravache et sous le bras un parapluie, juste manche et baleines. Echarpe rose. Au coin de la rue Rambuteau et la rue du temple il y a un autre clodo vieux style. Mon cavalier se plante devant lui et le toise avec mépris . Puis il repart. J’adore ça

LE BUREAU DE R.

 

capture-decran-2016-11-14-a-11-22-49

De l’autre côté/ Dimanche 13 novembre

Hier BB est arrivé tout affolé car étant allé au cimetière de Saint-Ouen ( Des qu’il prononce le mot cimetière je l’engueule ) il a assisté à une panique et une grosse explosion. «  Je suis saisi » c’est ce qu’il dit. “Tu ne peux pas imaginer le bruit puis la panique des gens.”

J’en déduis que sans doute des trucs comme ça arrivent et que personne n’en parle mais est-ce possible quand Instagram et Twitter existent. Sais pas..

Ce matin je ris en écoutant je ne sais quel journaliste parler de la « Pantoufle «  qui était l’expression pour désigner la DS de François Mitterrand. “J’ai pris votre pantoufle ce matin“, m’amuse beaucoup. Je ris carrément. Je l’imagine en train de dire la » Pantoufle ». Je me souviens de lui si impressionnant quand il nous ouvrit la porte de la rue de Bièvre en 81 le jour de son élection. Je n’en menais pas large comme on dit. Il avait sa casquette de marin et le chien Nil près de lui. Il a dit: Tu viensNil puis on ne l’a pas revu. On a mangé des bananes et bu du champagne dans des bols. On était combien? 9 ou 10 maxi. Après on est rentrés car j’avais besoin de Ventoline.

“Quand François Mitterrand parcourt le Morvan, sous la pluie, à bord de la  « pantoufle » (la DS), il emporte avec lui …” blabla bla
J’ai franchi hier le Rubicon, réussissant à m’installer dans la pièce de R.

capture-decran-2016-11-13-a-13-41-36

C’est sans doute le hasard mais le jour où il y a eu Les regardeurs j’ai eu 1148 visites. D’habitude … Heu… Comme tous les génies méconnus, les grands auteurs découverts trop tard … Les rebelles, les purs… j’ai peu de lecteurs !!!!!!!Allez.60 a tout casser.

“Day by day”

capture-decran-2016-11-13-a-14-40-46

Intérieur de la veste de BB

Avant de filer chez Rezvani avec mon bouquet de tulipes blanches j’écoute un peu Cohen encore. Je vais rester peu de temps. Récupérer le livret de famille de MJN qui fut la première épouse de R. Bazar pour obtenir ça.

Sa voix au téléphone est fatiguée.

Je ferais mieux de commencer à écrire mon communiqué plutôt que d’écouter Cohen ( je ne peux pas écrire en musique , sauf ça!!! )

Hier c’était intéressant de voir l’expo au BAL. Mais un monde fou. Le film que l’on regarde dans d’assez mauvaises conditions est très beau. Ces galeries creusées, ces gens qui s’enchainent pour résister et fabriquent des forteresses comme au Moyen-âge. C’est troublant cette volonté de résister face aux déferlantes pas si inévitables parfois finalement .Après je file au café de la Mairie où A. fête son anniversaire. Nous sommes dans la petite salle du haut. Bonne idée. Et nous sommes nombreux. A. et son ami nous offrent la lecture de « Porteurs de lanterne » de Stevenson. C’est très agréable , au moment où l’arrogance et la vulgarité de Trump fait la une, de se trouver à l’abri en quelque sorte, dans une situation quelque peu désuète peut-être, mais délicieusement désuète.  A. porte une robe que l’on dirait « rose » mais c’est un rose si particulier que rose est trop réducteur. Je saurais le fabriquer je crois, mais je ne sais pas le dire. Puis le garçon arrive du bas et nous demande notre choix pendant que se préparent des assiettes avec des crackers délicieux fabriqués par B. Tout cela est élégant et plaisant.Chaleureux, amical. Je rencontre 3 personnes et nous parlons. Puis nous filons avec MT. Je passe aux A. et raconte des âneries, photographie l’intérieur de la veste de BB, et l’on découvre que Christian Lacroix cache des messages dans les costards: Un coeur, un truc de corrida et … Il faudra que je regarde mieux. Ce soir avec ce costume élégant il a des chaussures vernies et un parfum moins agressif. Hier il était fâché parce qu’on disait que sa montre était en toc. Puis je lui fait mettre mon bonnet, lui fait un fatify. Il meurt de rire.J’en fais ce que je veux. C’est vraiment un enfant.

J’ai froid. C’est toujours ainsi après le tennis. J’ai perdu. Puis décidant de me me convaincre qu’il n’y avait pas de match, j’ai gagné. Des que j’entends le mot Match, je joue de face , mes mouvements sont rabougris, je suis crispée et je me prends les pieds dans rien.

Bon j’y vais.

L’appartement est à deux pas d’ici. Je sonne. R. ouvre et disparait puis MJ . C’est tout sombre là dedans. Brrr. Je ne reste pas. Je vois que tout est en mode somnolent. Mais lui à l’air impec à presque 90 ans. C’est chiant de ne pas mourir assez tôt.

Message sur le répondeur très gentil et très gêné de m’avoir reçue entre deux portes…

Bon il est 15h41 et je n’ai pas commencé ce machin.

Bon c’est fait. Je ne sais pas si c’est bien. Quelques mails délicats envoyés. Rangé le placard à outils, déplacé une table. Je veux virer pas mal de choses. Mais avant les montrer à J.

Bon je sors 5 mn voir quel costume porte BB

 

“Goodbye my fallen star “/ Travelling Light

capture-decran-2016-11-12-a-15-47-57

11 Nov 2016

La poste. Le temps de me mettre dans la queue puis de demander si on pouvait imaginer un service correct, deux personnes par exemple et pas seulement la banque. La banque. Le service public pas le fric. Les 20 personnes devant moi ne me regardent même pas, muettes et résignées. C’est grave. Pas un siège en cas de personne âgée. Par contre niveau trucs à vendre ya ce qu’il faut. Quand vous faites la queue pendant un quart d’heure avec votre paquet on vous indique la machine. Mais avant il faut scotcher avec un truc breveté qui ne colle pas. J’essaie de venir en aide à une dame qui rit de cette absurdité.

Putain la voix de Cohen. J’écoute et réécoute. C’est pas vraiment ce qui remonte le moral mais c’est doux.

Une master class de Herzog et peindre la planche en gris.{Try to stick to your vision }{ If I cut the silence, I have lived in vain } { je ne supporte pas la culture de la plainte à laquelle on assiste de plus en plus, dit-il }  Faire que la pièce qui était «  son bureau » devienne la mienne et sans fantômes. Pour le moment je ne fais qu’y passer ou poser ces papiers maudits. J’enlève des livres , les remplace par les miens, emporte les autres dans la chambre. Souvent il me disait que je gagnais du terrain et qu’un jour j’envahirais son terrain. Mais il ajoutait, j’aime bien, ça sent le travail.

On a diné pour la première fois à 5 dans cette pièce la semaine dernière.

Courses avec le sac à dos. Je ne mange pas grand chose, vais quelquefois chez le Tibétain qui est bon. J’aime les soupes.

Hier soir , avenue Trudaine. Le bar est sympa. Plein de monde. On boit un verre avec Thomas, pas revu depuis Saint-Roch.C’est agréable. Je veux lui montrer BB et on file aux artistes où le mot de passe que j’ai inventé est de se donner une claque. Des bretons arrivent et partent chez Michou. Il faut que j’écrive le communiqué de presse, et on a rendez-Vous avec L’éditeur Mercredi.

Paris photo vite fait. Bien sur qu’il y a des belles choses mais c’est assez chic. Les acquisitions Pompidou est ce qui me plait le plus. David la Chapelle est toujours ce que je trouve le plus immonde quand je le croise. Que c’est moche.

Cette nuit une piscine et j’ai deux maillot de bain superposés. Mais je ne ma baigne pas. Je reste avec Jean Dujardin et on parle assis dans une pièce de ciment gris. SA femme arrive et elle porte un chapeau fait de pages de livres illustrés. On peut y ajouter une petite photo. A nouveau l’espace d’Argenteuil ( l’atelier jumeau qui apparait dans mes rêves et pourtant n’existe pas) La rue Leonidas qui est restée abandonnée et avec mes affaires…

Tiens revoilà Edith Scob qui ne m’avait plus appelée depuis. Je crois que ça l’angoisse trop d’imaginer »ça » pour elle-même et c’est pour cette raison que c’est l’omerta.

En me rasant le crâne je me disais qu’il y avait toujours un « coin », si on peut dire et je pensais à la terre et à ce fameux coin qu’on ne pourrait atteindre- un peu comme dans le livre inachevé… heu Le Mont Analogue. Voilà. Ces 2 cm2 qui sont toujours à vérifier sont un peu cette troisième ou quatrième dimension là.

Peindre la planche en gris. Préparer mon intrusion » de l’autre côté » là ou tu n’es plus assis, au téléphone ou dans des livres, des paperasses…

Tous les livres de Tchekov, d’André de Richaud, de Michel Bouquet et ceux sur le Chamanisme

capture-decran-2016-11-12-a-15-59-54

MAGNIFIQUE/ Treaty

/ Espérons qu’il n’a pas appris qui était son nouveau président

I’ve seen you change the water into wine
I’ve seen you change it back to water too
I sit at your table every night
I try but I just don’t get high with you
I wish there was a treaty we could sign
I do not care who takes this bloody hill
I’m angry and I’m tired all the time
I wish there was a treaty
I wish there was a treaty
Between your love and mine
They’re dancing in the street, it’s Jubilee
We sold ourselves for love but now we’re free
I’m sorry for the ghost I made you be
Only one of us was real and that was me
I haven’t said a word since you’ve been gone
That any liar couldn’t say as well
I just can’t believe the static coming on
You were my ground, my safe and sound
You were my aerial
The fields are crying out, it’s Jubilee
We sold

WELL WELL, « Et maintenant que vais-je faire ?”

capture-decran-2016-11-10-a-09-53-51

detail, Les fées gonflables

Ya plein de livres super intéressants chez Champion mais ils sont chers nom d’un chien.

Hier j’ai traduit grosso modo une video pour C. Oh lala.Les films cut composés d’autres extraits de films, genre la fille téléphone avec une actrice d’un film américain. ( Quand on zappait comme je le racontais pour réussir à atteindre une cible d’une chaine sur l’autre c’était plus marrant ). Bref.

Je souriais ce matin en écrivant « en tout bien tout honneur «  et en m’émerveillant de ces expressions que l’on a en soi, sans y faire attention, naturellement dirais-je.

J’ai bien dormi, pas rêvé que les nazis me poursuivaient ( mais d’où ça vient ça ) et regardé un film étrange avec Mathieu Kassovitz: Un illustre inconnu.

J’ai fini Bambi. C’est un très beau livre sur la peur et l’inquiétude qui pèsent jusqu’à la fin. Je vais l’offrir à B. ( je l’avais emmené voir le film et il râlait trouvant que c’était pour les filles;

Je regarde avec horreur les pubs pour macDo où l’on voit TRUMP . L’enfer. Celle avec les cravates de blaireau est terrible, genre ready for business. Gout de chiotte ouaneandridepersante

Hop/ Paris photo. Je pense à V. qui se fait opérer today et à A. qui est à l’hosto.

Sourions pendant que c’est possible.

capture-decran-2016-11-10-a-09-25-42

 

TRUM(P)RESIDENT

capture-decran-2016-11-09-a-21-16-12

Détail 2016  2M X 6M

TRUUUUUUUUUUUUMP NONNNNNNNNNNNNNNNNNNN!!!!!!!!!

Ce matin c’était le RV à la Maison Rouge. Le problème du Patio…

Puis Cattelan. J’aime bien l’exposition, les pigeons, le lit mortuaire; Pas “les gisants” en marbre. Tiens je n’avais pas parlé de cette oeuvre sublime à San Severo. Le Christ sous le voile mais aussi le personnage au dessus de l’entrée qui bondit hors de son catafalque et aussi le filet de marbre qui est une pure prouesse technique. Le chauffeur de taxi nous dit quant au Christ que pour lui c’est la preuve de l’existence de Dieu car ce que l’on voit est un miracle et qu’un être humain ne peut réaliser une telle oeuvre.

Rue Sainte-Anne un ramen et un thé, j’ai fin et m’aperçois qu’hier je n’ai mangé qu’un demi sandwich, des cacahuètes et deux yaourts puis le bus, puis le train vers Argenteuil. Je m’attarde car il y a la cérémonie du 11 novembre avec l’harmonie, les drapeaux, les anciens combattants, les cheminots médaillés, la CGT, etc. La Marseillaise.

capture-decran-2016-11-09-a-21-10-04

sansevero_01

Il fait plutôt froid. J’ai fini Bambi et je marche. Le type pas loin de la grue et qui habite dans le recoin m’appelle. Il croupit sur un matelas, voudrait que je l’aide parce qu’il a les jambes paralysées. Quelle misère noire. Il pleut. Il n’arrive pas à glisser sous ce qui lui sert de couvertures.

— «  Tiens les… « .

Je lève les couvertures. Elle couvrent des vêtement sales, des boites, du pain mouillé. Il parvient à descendre dans « le lit » . Je le recouvre: Edredon donné sans doute, couverture, plastique 1, plastique 2 . Je trouve un parapluie et lui ouvre. Il pleure. Je lui remets en place son bonnet et lui frotte un peu la tête. Lui donne un peu de fric. Il dit que Dieu veille sur lui qu’il est là-haut… Hum hum.

En repassant ce soir il y a avec lui des jeunes types et ils discutent. Je me joins à eux 5 mn. Mon paralysé a retrouvé le sourire pour le moment.

La barbe, j’ai pas envie d’aller à Paris photo. J’y vais pas.

Quelques amis pensent que je suis fâchée car je ne donne pas beaucoup ou pas du tout de nouvelles. C’est vrai. Mais je ne suis pas fâchée. Je ne fais que travailler et rien d’autre pour ne penser à rien.