L’insecte dans la peinture

 

Cette stratégie de communicant est à l’image de l’art dont Hirst s’est fait volontairement le champion. Sacrifié aux lois du marché depuis l’ère Saatchi, l’instinct d’homme d’affaires et l’esthétique spectaculaire mais sans référent de Hirst sont cette vanité totale que ses crânes et ses requins morts ne parviennent pas à incarner. Le voile de mystère qui entoure la présentation de Venise n’en est que l’énième preuve. Mise en abyme involontaire de Hirst ? Miroir dressé devant le personnage plutôt : Hirst tel qu’en lui-même.

Pas envie du tout de travailler mais plutôt de lire d’une traite la trilogie des jumeaux que je picore dans les transports.

Quelle incroyable écriture et tous les «  acteurs » de ce récit, des squelettes de la mère et de l’enfant jusqu’au Monsieur qui demande l’heure, en passant pas Mattias sont merveilleux. Un amour se dégage de tout cela avec une grande force.. Bon j’ai d’autre trucs à faire tout de suite que de papoter avec moi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut