Le convoi du 24 Janvier/ 49 sur 230 / pervitine

Je ne sais plus d’où vient cette image qui n’a rien à voir avec la suite dans l’intention de son auteur. 

Je savais bien qu’en achetant le livre de Charlotte Delbo, Le convoi du 24 Janvier, je ne me préparais pas à un truc super fun. Le livre était excessivement bien emballé, si bien qu’il était difficile d’ouvrir le paquet. J’ai essayé en marchant vers l’arrêt de bus avec mes clés puis j’ai trouvé la faille et j’ai tout déchiré. Ca faisait comme une sorte de truc explosé qui aurait pu être en métal d’ailleurs. J’ai, comme lorsqu’on ne connait rien d’un ouvrage , commencé à le tourner, retourner, regardé la quatrième et puis fait défiler les pages, pour voir. Voir qu’il s’agit d’une sorte d’index des déportées, une fiche qui se termine par le numero Auschwitz 31639  pour Madeline Dechavassine, communiste et chimiste , libérée en 1945, Auschwitz 31756 pour Charlotte Decock.

On lit aussi: Là elle a cessé de lutter. on l’a vue morte sur le tas des cadavres. Un rat lui avait rongé l’oreille. Puis j’ai commencé par le début , en italiques: Le départ et le retour. C’est vraiment dur et on serre les dents. C’es glaçant et on a envie de pleurer. 49 femmes sur 230 ne sont pas mortes et sont revenues.

Hier soir dans le genre. Il y avait déjà eu un film sur Arte au titre moins aguicheur

Nazis junkies – Durée : 75 min
Réalisateur : Christian Huleu, Société de Production : Outside Films

L’Allemagne nazie, c’est une nation entière qui se gave de speed… Et ce, jusque sur les champs de bataille où la drogue est distribuée aux soldats de façon systématique pour les transformer en machine à combattre. Des archives jusqu’alors inaccessibles jettent un éclairage nouveau sur ces années noires. Quel rôle l’usage massif de drogues a-t-il tenu dans l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale ? La méthamphétamine a-t-elle rendue l’Allemagne invincible pour ensuite la précipiter vers la catastrophe ? Et si derrière le rêve nazi d’un peuple de surhommes se cachait en réalité une nation plongée dans les drogues

Bon aujourd’hui c’est la Fiac.

Une pensée sur «Le convoi du 24 Janvier/ 49 sur 230 / pervitine»

  1. do you remember the show title ” stop the,world I want to get off” ? I just,remember the,title, not,the production’ But no please stay, Helen, take a deep breath and make some small talk with your many fans at the FIAC, to ease their brains after the delightful work of looking at your,paintings. And yes I am making,this comment in English since you say,you,need to work on yours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut