DE TOUS CÔTÉS ON N’ENTEND PLUS QUE ÇA

Vendredi soir, me fait piquer mon sac au bistrot. Rien compris. dedans uniquement l’appareil photo et mes clés d’atelier. Bon.

Samedi on décide de partir à la Madeleine à vélo. Temps magnifique ( aujourd’hui pluie battante ). Déjà beaucoup de monde, des gens tristes qui ont un bouquet, une lettre , des photos agrafées. Les drapeaux, sur le dos des grands portraits de Johnny. Des panneaux/ Merci Johnny/ des bouts de phrases entendues: “Ils peuvent pas comprendre ce qu’il était pour nous ». Je serais curieuse de savoir l’absentéisme au boulot ce samedi matin. «  J’ai dit que j’étais malade, fallait que je sois là » .

Puis les sosies ou semi sosies. De 1 m 50 à 2 mètres. Une dame en vison place de la Concorde se tient à un lampadaire. Elle doit revenir de la cérémonie de Jean d’Ormesson la veille. C’est vrai qu’il est curieux de voir ces deux mondes, ces deux cérémonies opposées totalement . Deux Frances, une France. Quelqu’un me dit: J’ose pas le dire, c’est dégueulasse ce que je vais dire, mais je croyais pas qu’il y avait autant de ploucs « .

Je dis qu’effectivement c’est assez deg de dire ça. Mais ici c’est vrai c’est une France hyper popu qui pleure, qui chante, qui photographie et applaudit. J’entends que les tatoueurs sont débordés depuis la mort de J. Différents modèles: Mains enchainées, dates de naissance et mort…

Je me souviens de  Johnny Roc, sosie officiel ( on l’avait vu à Gonfaron lors des fêtes d’été du Samedi soir !!), qui va faire un carton sans aucun doute depuis la disparition du vrai.

Bon et moi la grosse patate qui bouge plus ses muscles,  est ce que je vais faire un carton au tennis que je reprends ce matin après un an d’arrêt. je redoute.. A glagla.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut