Nicolas Gogol écoute ça/ Un singe en hiver

Moi en singe de la couverture d’un magasine

Alors que je sortais de la galerie où nous avions RV avec P.A, je me suis dit que j’allais marcher. Il n’y a que lorsque je bouge que mon dos me fiche la paix. Se lever d’une chaise est douloureux etc…. Bon. Marchons, marchons…. Et tous ces gens avec des paquets, des sacs. Drelin ! Les soldes me dis-je. Et me dis-je aussi, mais Noel c’était hier et ils se précipitent encore pour acheter des trucs?. Bon. C’est néanmoins délicieux de n’être pas dans le rythme des autres et de déambuler nez au vent. J’aperçois dans un magasin un manteau orange que j’avais repéré un jour, puis oublié. A peine vu , il est enfilé. Ho misère, je disparais dans le tissu . On dirait que je vais entrer sur la piste du festival du cirque de Monaco. Je me regarde. Je me fais rire. « Ca taille grand ? «  est la question stupide que je pose. A ce moment là une dame me dit : Il est beau… et je réponds Ah comment vas tu ? croyant reconnaitre je ne sais qui qui n’est pas je ne sais qui mais personne. Bon . Tanpis. On m’apporte le même en couleur rose dentier des années 50. Je ne m’offusque pas. Mais là, c’est le même manteau qui aurait été passé à la machine 60 degrés avec essorage à 1800 tours . Je peux retourner sur la piste du cirque de Monaco pour la deuxième partie de mon numéro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut