TIENS TIENS…

Mail de E.

“Et ça, toujours de Jaccottet, dans “Eclaircies” :

Quelquefois je me vois pareil, dans mon incertitude, […] à ces oiseaux qui, moitié obéissant au vent, moitié jouant avec lui, offrent à la vue une aile tantôt noire comme la nuit, tantôt miroitante et renvoyant on ne sait quelle lumière.

“Hotel des voyageurs…”

C’est quand même bizarre. Au moment où je commande le journal de Mary Shelley, journal de douleurs suite au naufrage de Shelley, on m’invite au collège de France en Mai.

L’homme au manteau noir suite.

En rentrant de Caen suis passée aux A. et tiens tiens qui voilà.

L’homme au manteau noir… Suite Private

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut