Une pensée sur «UN DEUX TROIS QUATRE. PRIVÉ…»

  1. toujours aussi chic le cabinet de Freud, les deux derniers photos sont floues et devraient s’éclaircir si vous faites une suite théoriquement. sh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut