JE PRENDS DE LA LENTEUR

 

Cutter’s way film que j’adore

Grand transparent detail et bizarrement ce que j’ai devant l’oeil droit

Soudain j’ai dit en frottant mes yeux: Ya quoi là? J’ai de la peinture sur l’oeil Mao?. Ben non, a-t’ il dit avec son délicieux accent Romain. Donc en sortant gaiement la MC93, j’ai vu se dessiner devant moi un filet ( comme une coulure de peinture en biais ou plutôt une ligne de couleur comme on faisait, petits en soufflant sur de l’encre de chine), puis des taches, des formes comme des cheveux devant mes yeux. Je n’entendais plus rien. Même en riant, en se disant que ce n’est rien, ça persistait et je n’entendais plus notre conversation sur le papier mâché, les géants du Nord, la résine… Le travail en cours…

On dirait que ça passe. Non. Ca ne passe pas.

RV au bar. Chouette. J’appelle JC car je commence à flipper. Il m’obtient un RV en urgence pour le lendemain chez un jeune Ophtalmo trop sympa. Déchirement du vitré, hémorragie. Boire beaucoup repasser vendredi sauf si points lumineux/ Aller aux urgences aux 15/ 20.

Vendredi nouvel examen mais le sang empêche de voir parfaitement la rétine. En face des raviolis et j’entends des mecs parler de scénarios. Oh! JF. trop sympa de parler avec lui quelques minutes. Puis direction Bobigny.

RV pour échographie Lundi. En attendant repos. Rien de stressant. Ne pas porter de trucs lourds. Ne pas bosser. OK mais….. Là j’obéis et écris Samedi dans mon lit ( ne voyant que d’un oeil ce qui est chiant, mais super chiant. )

Le temps est bizarre pour plusieurs raisons. R et puis cet oeil. A nouveau les 15/ 20 hier.Pas loin de Saint-Antoine ce qui me ramène il y a déjà deux ans et tout se mélange et me rend triste. C’était si attendu vu l’âge et si inattendu en même temps puisque ça n’avait pas l’air si grave. Je leur dis ma peur de le voir lui le docteur diminuer et rentrer dans mon oeil . On rit et il me dit qu’il va m’adresser à un autre service. Il est délicieux ce type. Je pose quand même des questions. Il ne veut pas opérer mais on ne peut soigner car on n’y voit rien comme dirait DA. Il me raconte une belle histoire d’oeil: C’est une boule, une sphère à la Ledoux me dis-je. Tapissé de papier peint orange. Chouette comme dans ma chambre d’ado. Rideaux orange vif et tourne disque. Bon. La boule est remplie de gel ( sans doute un genre de matière glucosée) et soudain le gel s’est recroquevillé en arrachant un petit bout de papier peint. Voilà le truc. Mais pas de laser pour le moment car le sang empêche de voir dedans, et moi m’empêche de voir. Saloperie. Je me voyais aveugle. Et pleurs et sanglots l’autre jour. R. rit pour alléger. Mais bon. Je me reprends mais pour bosser ce n’est pas simple et il y a Berlin à préparer maintenant que

—France-Culture est fini

—Le décor / Il ne reste qu’un grand rideau que j’ai commencé, et la peinture des éléments. On est en avance en plus.

—Les UC aux Beaux arts se sont passées au mieux. C’était super. Magnifiques moments de Yulong et Felix B. Les autres aussi. Les chinois et les Coréens, très beau. :

BONJOUR TOUT LE MONDE

CE PETIT MOT POUR VOUS DIRE COMME J’AI ÉTÉ CONTENTE DE CE QUE J’AI VU DANS LA SALLE DE DESSIN ET DANS LA CHAPELLE.

TOUT LE MONDE À JOUÉ LE JEU ( BIEN SUR IL Y AVAIT DES CHOSES PLUS PASSIONNANTES QUE D’AUTRES, PLUS RÉUSSIES, MAIS CE QUI ÉTAIT UN PEU RATÉ ÉTAIT BIEN AUSSI.)

TOUT ÉTAIT SUJET À REFLEXION ET C’EST BIEN ÇA.

J’AI LE PLUS D’ADMIRATION POUR CEUX QUI «  A PRIORI » AURAIENT LE PLUS DE DIFFICULTÉS.AURAIENT LE PLUS DE TIMIDITÉ À VAINCRE.  COMME QUOI RIEN N’EST JOUÉ D’AVANCE, ON NE SAIT PAS DE QUOI ON EST CAPABLE SI ON N’AGIT PAS.

QUELQUE SOIT LE RÉSULTAT LE MIEUX ÉTAIT LES PRÉSENTATIONS DE CE QUI AVAIT PU « MURIR » , LE TRAVAIL DE  CEUX QUI NE SE SONT PAS CONTENTÉ DE MONTRER SANS AVOIR RÉFLÉCHI, SANS AVOIR EU LE TEMPS DE CHANGER DE ROUTE, EN SOMME SANS AVOIR TRAVAILLÉ.

CAR MÊME SI JE NE PARLE PAS OU TENTE D’ÉVITER LE MOT PERFORMANCE, JE DOIS DIRE QUE QUELS QUE SOIENT LE MOTS , CE « TRUC » QU’ON PRESENTE SE TRAVAILLE. UNE PERFORMANCE SE TRAVAILLE AUSSI ET JE CROIS QUE LE PLUS IMPORTANT EST LE TEMPS ET COMMENT L’HABITER. HABITER LE TEMPS N’EST PAS LE REMPLIR ET DE CE FAIT JE NE CROIS PAS TROP AU SPONTANÉ. IL FAUT UNE OSSATURE, UNE ARÊTE QUI ASSURENT UNE STABILITÉ,QUI ANCRE. S’IL Y A ANCRAGE, IL PEUT Y AVOIR DES INVENTIONS, DES IMPROVISATIONS.

SANS FORCÉMENT DIRE AUX AUTRES CE QUI NOUS ANIME , NOS ACTES SONT GUIDÉS-SOUS TENDUS  PAR UNE PENSÉE. SINON ON FABRIQUE DES MACHINS ARTISTIQUES QUI N’ONT PAS GRAND SENS.

HÉHÉ!!!!!

JE PENSE QUE L’EXPERIENCE POURRAIT ÊTRE POURSUIVIE ET ENRICHIE. PENSEZ Y

IL FAUDRAIT QUE JE FASSE UN MOT À CHACUN MAIS MON OEIL ME CASSE LES PIEDS POUR CELA ( AU DESSUS UNE IMAGE DE CUTTER’S WAY D’YVAN PASSER UN FILM QUE J’ADORE )

BREF.

C’ÉTAIT BIEN POUR JONATHAN ET MOI CES MOMENTS OÙ ON PEUT AUSSI PARLER, COMMENTER ET RACONTER.

DOMMAGE QUE TOUT LE MONDE N’AIT PAS VU TOUT LE MONDE.

DOMMAGE QUE GABRIELLE ET MINSEO NE SOIENT PAS VENUES ET BON RETABLISSEMENT À EVA-GABRIELLE QUI MONTRERA SON M2 A LA RENTRÉE QUAND ELLE AURA RETROUVÉ SON BRAS CASSÉ

ALLEZ ZOU, JE VOUS EMBRASSE

LN

Ce matin, sorte de grasse matinée et café au QG ( hier on a mangé avenue Trudaine avec Camille – je devais rester à B et voir les Chiens de Navarre mais après une bière avec les constructeurs, je n’avais plus la foi….)

Voilà. Brautigan que j’achète à nouveau, un peu triste ce soir. Monter la maquette de Berlin.

Demain faire le montage de l’oiseau. Réfléchir, lire d’un oeil. Dormir. Mal dans ma peau sans sport et pas question de courir ou de tennis. Me sens enveloppée de façon désagréable. E. me manque. Se voir. Temps qui passe. Bla-bla.

Coup de blues là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut