NOTES BOKASSA

Bokassa et parade nazie berk

 

Je montre à R, le film INA du couronnement de Bokassa. c’est toujours un truc qui laisse pantois. Je cherche où ont été fabriqués les éléments de décor mais n’ai pas encore trouvé.La vaisselle du couronnement quant à elle a été vendue l’an dernier. J eme demande qui a dessiné ces saloperies pour Hitler et pour Bokassa plus tard

Notes

On trouve là, la robe incrustée de perles et de pierres façon rubis, les deux capes et les traines doublées de fourrure d’hermine blanche. Les vêtements de couleur rouge sont brodés de fil d’or représentant des soleils et des abeilles. « Ce sont des pièces historiques. Il n’ y a guère que Napoléon et Bokassa qui se sont sacrés Empereur » explique Me André Billy le commissaire priseur qui s’amuse de l’étonnante curiosité que suscite la mise en vente aux enchères de ce trousseau impérial.
QUI VA ACHETER?
La mise à prix a été fixée à 150 000 F. De fait, le fastueux déballage attire invariablement le regard vers les deux mannequins de bois, les longues traines étalées et les chaussures signés Berlutti. « C’est impressionnant mais quelque part cela me gêne à cause de l’image que l’on garde aujourd’hui de Bokassa. Il était un tyran sanguinaire peut-être même anthropophage n’est-ce pas? » questionne cette visiteuse venue essentiellement pour les meubles de style qui feront l’essentiel de la vente de ce samedi « africain ». « Les propriétaires de ces pièces uniques souhaitent s’en séparer. Ils les avaient acquis lors de la destitution de l’empereur grâce aux liens d’amitiés qu’ils entretenaient avec un proche de Bokassa » poursuit Me André Billy. « Ils sont de la région mais ils tiennent à garder un strict anonymat » explique-t-il encore. On les comprend.
L’intérêt est de savoir s’il y aura foule aujour’hui dans la salle de ventes pour suivre ces enchères, et si l’on comptera par exemple plus d’acheteurs potentiels que de curieux attirés par cette affiche insolite.
Et si les amateurs des habits du sacre impérial de novembre 1977 toujours aussi contesté et contestable auront à coeur de se partager les dépouilles d’un couple complètement mégalomaniaque et dont le passage à la tête de cet Etat africain y fut plus préjudiciable que prévu.
Réponse en fin d’après-midi au terme de cette vente d’exception.

 

Je me disais que parfois j’ai une vraie indigestion, non , pire lassitude d trop d’images que je consomme.

 

Des pensées sur «6»

  1. Voir le film à la maison des grenadières de Cervières (42) qui ont été sollicitées pour les broderies…Quant à Maldiney voir l’oeuvre d’Elsa Maldiney (St Paul de Vézelin 42 too)…

  2. j’aime me promener sur votre blog. un bel univers. Très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon blog récent ( lien sur pseudo) à bientôt.

  3. “Pour marquer l’événement, Bokassa revêt une réplique du costume que portait Napoléon Ier lors de son sacre, une épaisse cape écarlate doublée de fourrure d’hermine blanche et d’une robe incrustée de perles sur laquelle étaient brodés en fils d’or des soleils et des abeilles15. La cérémonie est très fastueuse : 10 000 pièces d’orfèvrerie, 200 uniformes d’apparat, 600 smokings et pas moins de 60 000 bouteilles de Champagne et de Bourgogne. De nombreux artisans et créateurs français furent mis à contribution par l’intermédiaire de Jean-Pierre Dupont. Un trône monumental fut créé par le sculpteur Olivier Brice, empruntant le symbole de l’aigle à Napoléon. La garde-robe impériale fut conçue par Pierre Cardin. La couronne en or pur, confectionnée par le joaillier Claude Arthus-Bertrand, comportait 7 000 carats de diamants, dont l’un de 60 carats, était estimée à près de cinq millions de dollars quand le salaire moyen en Centrafrique était d’environ 100 dollars15. À la fin de la cérémonie, le nouvel empereur remonte les rues de Bangui à bord d’un carrosse de bronze et d’or tiré péniblement par huit chevaux importés du haras national du Pin, situé en Normandie, envoyés par l’Élysée. Deux chevaux meurent lors du trajet, ce qui contraint la famille impériale à parcourir les derniers mètres en limousine. On chiffre la cérémonie à quelque 100 millions de francs, financés en partie par le « cher cousin » Mouammar Kadhafi16. Le titre complet du nouvel empereur est « Empereur de Centrafrique par la volonté du peuple centrafricain, uni au sein du parti politique national : le MESAN » (Mouvement pour l’évolution sociale de l’Afrique noire). Ce dernier épisode lui vaut une réputation de mégalomane. Bokassa justifie ses actions en déclarant que la création d’une monarchie aidera la Centrafrique à se distinguer des autres pays africains et à gagner le respect des autres pays du monde. Il prétend mettre en place une monarchie constitutionnelle, mais son régime demeure une dictature redoutable et violente.

    Un film de son couronnement a été réalisé par le service cinématographique de l’Armée française sur commande de la France pour les archives personnelles de Bokassa17. Des bobines de ce film furent stockées avec précaution dans les archives de l’ECPAD car le générique présente l’annonce de son sacre sous forme de lettres roses pailletées de diamants. Le service d’animation de l’ECPAD voulait en effet montrer sa capacité à créer de nouvelles techniques d’effets spéciaux et ainsi annoncer le faste de la cérémonie. L’affaire des diamants incita les dirigeants de l’ECPAD à placer le film au coffre sous la mention « diffusion restreinte » jusqu’à sa déclassification en juin 200818.”

    Wikipédia

  4. Bonjour,

    Effectivement les broderies or du costume de sacre de Bokassa ont été réalisée par les brodeuses au fil d’or du Haut-Forez (Loire – 42).
    Elles ont travaillé pendant 3 mois sur ce projet sans savoir qui était le commanditaire. Elles auraient reconnu leur travail quelques temps plus tard en lisant Paris Match, le sacre ayant fait la une de ce magazine.

    Nos archives possèdent encore les dessins, piqués et autres documents de travail qui ont servi à la réalisation du costume.

    Bien cordialement,

    L’équipe de la maison des Grenadières

  5. incroyable!!!. Est ce ouvert en Aout ? je viendrai car suis l’été dans le forez ( montarcher à côté de saint bonnet le chateau )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut