ORDI IN THE BED

Questa di fuoco / Rapida procella / Per colei solo non / provaì nocente / Che puo spezzar di morte / Le quadrella

(Cette rapide tempête de feu / C’est grâce à elle seulement / qu’elle ne me fut pas nuisible, / (Elle) qui peut rompre les traits mortels.

Je regarde des ex-votos de Mantoue, reçois de J. cette photo d’un arrêt de bus -où???- à mon nom.

Sois allée a avec C. au coquetelle chez FP à l’hôpital Laennec. Incroyable reception. Jardins. Les écrans verticaux qui montrent des défilés sont très beaux. Je bois du Champagne, on regarde les gens. Il était indiqué de ne pas porter de chaussures à talons because les gravillons dans les jardins? Bon. On regarde . On rit. On s’étonne. Soudain je veux partir. Dans le métro j’ai le bourdon. Cette richesse, ce monde si artificiel. L’aisance. Le coffret d’Heloïse et Abelard,les femmes trop grosses pour porter Miyaké qui d’ailleurs semble d’un autre temps,  les hommes en noir pour le service-combien sont-ils??? Je me dis que j’ai aussi de la chance, qu’il faut savourer tout.

Je retrouve R au bistrot. Puis d’autres. On rit. C’est gai.

Alors je repense à A. à mes visites à Villejuif pour la voir.Elle me manque. Son courage, sa folie, sa dignité.  Bref tout se mélange. Le champagne à la Scala deux jours avant, celui-ci, les vivants et ceux qui ne le sont plus, les polars que j’ai lus ( oui avec un S ). Je glande, ce qui est peu dans mes habitudes, lis avec délices le défunt Kerr.

Hier magnifique exposition, MA GNI FI QUE…. Complètement piqué. Quai Anatole France chez Kugel.

J’avais il y a deux ans visité pour la première fois la galerie. C’est magique là-dedans . Un autre monde. Et il y a au Rez-de chaussée de nouvelles salles. Des bronzes étranges, drôle de couleur moche. Mais les objets en écaille sont dingues. Il faut le plus souvent regarder avec une loupe. Ces tout petits points entourent des singes enchainés, des profils, des scènes de chasse.

On tourne , on s’approche, on s’éloigne. C’est ce que j’aime , les images qui changent selon la distance et non pas ce qui s’impose d’un seul coup , paf et qu’on avale tout rond, tout cru. Je comprends à moitié la technique-faire chauffer l’écaille, inclure ??? piquer avec de l’or.

Tout cela pour dire qu’il est bon de s’émerveiller.

Oh regarde!

 

 

Une pensée sur «ORDI IN THE BED»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut