livres

En finir avec l’extension du pire, 2011
16,5 X 23
Editions Biffures 304 pages
Préface de Dominique Païni
couv en finir

Le « jeu lugubre » d’Hélène Delprat

Si Eric Rohmer n’en avait pas fait le titre d’un de ses films, j’aurais volontiers intitulé cette visite du livre d’Hélène Delprat : « La Collectionneuse ». En effet, elle cueille, elle ramasse, elle collecte, elle collectionne les images. Loin du poète de la ville moderne et du philosophe de la flânerie elle herborise pourtant. Elle ne se penche pas vers le bitume pour ramasser des restes de l’activité urbaine afin d’en construire un nouveau Merzbau ou même tout simplement des collages. La collectionneuse Hélène Delprat relève plutôt d’une diariste en images, d’une sœur des frères Limbourg, entrepreneuse d’un volume contemporain de « riches heures de sa vie ». …/…


Capture d’écran 2013-06-20 à 11.04.14


Twist & Die / Les Morts ont ils des manteaux?

  self-cut

Self-cut 2013

Vers 6 ans, j’ai coupé mes deux tresses.
Parfois Je me demande si je n’ai pas inventé ça.
Etais-je si mal avec ces cheveux-là?
Je me demande souvent pourquoi «ça»…Pourquoi j’ai fait ça.
Pourquoi j’ai attrapé les ciseaux.
Me suis cachée.
Ai commencer à couper.Tailler…
Tailler est un mot plus juste, parce que que c’était difficile.
ça accrochait, ça crissait.
Désagréable.
J’avais réussi.
Je ne sais pas ce que j’avais réussi.
C’était fait.
Cachée sous la table.
On ne sait pas quand cela arrivera. On sait qu’on le fera c’est tout.
On a peur mais on le fera.
J’ai eu peur et je l’ai fait.

Retour en haut