REPRISES

1 NOVEMBRE Cette nuit j’ai passé le Bac. Suis arrivée en retard , ai perdu mes affaires. Ne trouvais plus rien. Résultat un grand dessin représentant Louis 14, et un petit représentant ??? Aussi un texte. L’angoisse dans la nuit !!!! Mélange géographique Paris Amiens, Palais Royal -rue Saint Fuscien.. Niveau blog j’ai tous mes posts récents dans la stratosphère… Je vais régler ça. Paris. Automne en ville calme, c’est bien aussi. J’ai lu une interview intéressante de Marie Darrieusecq sur le plagiat et le plagiat psychique? Je trouve qu’elle parle très bien de ces guerres justifiées ou non, douloureuses ( voir Celan .. ?) (Rapport de police. Accusations de plagiat et autres modes de surveillance de la fiction)

7 NOVEMBRE Ce n’est pas une crucifixion ( plutôt une crucifiction d’ailleurs ). Les oiseaux ce matin sont bavards. Une mouche bourdonne. Il y a pas mal de coccinelles et les vaches -je tourne la tête – broutent doucement. Automne, feuilles mortes ( ben oui ). Promenades de 10-12 km chaque jour. Cette petite application me permet de trouver plein de nouveaux chemins et surtout d’en sortir. Tout se ressemble un peu dans les bois. A propos, je ne comprends pas ces traces de chenilles qui créent de vrais autoroutes forestiers. On a l’impression que Herzog vient de filmer la montée du bateau de Fitzcarraldo. J’ai repris Conquête de l’inutile que j’avais abandonné. Mais voici que je comprends que ce n’est pas vraiment un journal, mais une fièvre pleine d’animaux, de serpents et d’oiseaux.

« Conquête de l’inutile survivra à tous mes films. J’en suis sûr. Les films ont de toute façon une durée de vie limitée. Les gens doivent bien comprendre que ce livre est une œuvre de prose, un rêve ou un délire en état de fièvre. A fever dream. A fever delirious. Ce n’est pas un journal de tournage. Seule la structure extérieure en adopte la forme et le ton.  C’est un texte purement littéraire déguisé en journal de bord. A l’origine c’était bien sûr un journal, mais seule une toute petite partie de ce qui y est écrit est tiré d’événements effectivement survenus au cours du tournage de Fitzcarraldo (1982). Je décris avant tout des événements intérieurs. Je le redis, c’est le rêve d’un homme qui a la fièvre. C’est un livre de catastrophes inventées. Comme si, pendant que je tournais Fitzcarraldo, j’écrivais de la poésie sur ce que c’est que vivre dans la jungle. » – Werner Herzog.« J’ai cette réputation sulfureuse de prendre des risques lors de mes films, de faire des choses risquées, mais cela n’est pas de mon fait, c’est le problème des médias, mais je dois reconnaître qu’il m’est arrivé de jouer avec la roulette russe. »

J’ai retrouvé un article ou il déclare: « JE VEUX ÊTRE LE FRELON QUI PIQUE »( 19 aout 2020 / Le Monde. Je ne connais pas son dernier film Family Romance, tiens je vais voir. 

Pas encore remontée sur le vélo. 

Repris LES MOTS DU SOIR saison II: Herzog, Kundera, Edward Bond, Beckett. Ce soir je ne sais pas ce que j’enverrai. Je fais ça lorsqu’il fait nuit, vers 18h. Aujourd’hui, c’est le dernier jour de l’exposition. Hum. Elle aura quand même duré un peu.  Ici je trie des articles découpés, les assemble. J’ai installé une grande table pour dessiner. Mardi on aura la fibre ( je ne voulais pas mais vues les circonstances je suis obligée). Je n’ai pas résisté à l’achat de Metropolis de Phillip Kerr !J’avais été très déçue par Bleu de Prusse que je trouvai sans intêrêt sauf pour les éditeurs au moment de sa mort. 

J’ai mal au dos sauf quand je marche. 

#dessin#forets#herzog#marche#mots-du-soir-ii#viviers-confin-2

OUF/ 8 NOVEMBRE

C’est quand même un sacré soulagement de voir ce type débarrasser le plancher comme on dit. Il ne va malheureusement pas s’évaporer comme par miracle mais… Sa bêtise l’a rendu hideux , lourd , atroce, déplacé en toutes circonstances. Un chien dans un jeu de quilles et un chien moche en plus. Vulgaire, Ubu, ridicule. 

Vélo gonflé. Petite appréhension quant à ma forme physique. Mais j’ai envie d’en faire c’est le principal. Quand je pense à tous ces km sur route et dans les bois. Puis plus rien. Bon. c’est ainsi. Soleil timide. Un peu fais. les oiseaux aiment Tchaikovsky visiblement. Ah, un rayon de soleil plus audacieux.

9 NOVEMBRE/ THOM

Je viens de visiter le long clip de la collection printemps 2021 de Thom Browne. Chaque défilé est un monument d’inventions. J’aime un peu moins le dernier avec les masques d’animaux. Les « jeux olympiques »sont plus rares je trouve et le fameux chien qui vole et dépose deux jeunes femmes jumelles venues d’on ne sait où pour allumer la flamme olympique!. Le présentateur entouré de drôles de figures et sa correspondante… Les drapeaux…Un des plus beaux défilés est me semble t’il cette sorte de cérémonie mortuaire inspirée de Barry Lindon. Je ne sais plus l’année. Ce que j’aimerais savoir c’est économiquement parlant comment tout cela fonctionne. Ca me semble être monstrueux de travail, préparation, fabrication, prises de vues, 3D. Temps splendide aujourd’hui. Commande à G. de la table à dessin et ordinateur. Je regarde …; Je regarde quoi, ah oui quelques textes d’Académie avec des sujets interessants genre Mécènes érudits et peintures énigmatiques du XV ème siècle 

Vélo, ce n’est pas une victoire très nette mais c’est un début et je suis contente.

#thomas-browne

10 NOVEMBRE/ NOTES

MECENES_ERUDITS_ET_PEINTURES_ENIGMATIQUES.pdf

Mathieu d’Escouchy, chroniqueur de l’époque, fit un récit détaillé du Vœu du faisan 😦 ça me plait comme nom le Voeu du Faisan )

« Après l’apparition d’un géant escortant une dame représentant la sainte Église, apparaît dans la salle du banquet : «Toison-d’Or, roy d’armes, lequel portoit en ses mains un phaisant (faisan) en vie, orné d’un riche collier d’or, garny de pierres fines et de perles ; et après iceluy Toison-d’Or, vinrent deux damoiselles adextrées de deux chevaliers de la Toison-d’Or. Ils s’avancèrent jusques devant le duc, où après avoir fait la révérence, ledit Toison-d’Or parla à icelui duc en ceste manière : »

« TRÈS HAUT ET TRÈS PUISSANT PRINCE, ET MON TRÈS REDOUTABLE SEIGNEUR, VOYEZ ICI LES DAMES QUI TRÈS HUMBLEMENT SE RECOMMANDENT À VOUS ; ET POUR CE QUE C’EST LA COUTUME QUI A ESTÉ ANCIENNEMENT INSTITUÉE, APRÈS GRANDES FESTES ET NOBLES ASSEMBLÉES, ON PRÉSENTE AUX PRINCES ET SEIGNEURS ET AUX NOBLES HOMMES LE PAON OU QUELQUE AUTRE NOBLE OISEAU POUR FAIRE DES VŒUX UTILES ET VALABLES, POUR CE SUJET ON M’A CI ENVOYÉ AVEC CES DEUX DAMOISELLES POUR VOUS PRÉSENTER CE NOBLE PHAISANT, VOUS PRIANT QUE LE VEUILLEZ AVOIR EN SOUVENANCE. »

« CES PAROLES ESTANT DITES, ICELUI DUC PRINT UN BREF ESCRIPT, LEQUEL IL BAILLA À TOISON-D’OR, ET DIT TOUT HAUT : JE VOUE À DIEU, MON CRÉATEUR, À LA GLORIEUSE VIERGE MARIE, AUX DAMES ET AU PHAISANT, QUE JE FERAY ET ENTRETIENDRAY CE QUE JE BAILLE PAR ESCRIPT. »

« Toison-d’Or prend alors l’écrit et en fait lecture à haute voix. C’était le vœu que faisait le prince d’entreprendre et d’exposer son corps pour la défense de la foi chrétienne, et pour résister à la dampnable entreprinse du Grand-Turc et des infidelles… Et, ajouta-t-il, si je puis, par quelque voye ou manière que ce soit, sçavoir ou cognoistre que ledit Grand-Turc eût volonté d’avoir affaire à moy corps à corps, je, pour ladite foy chrestienne soustenir, le combattray à l’ayde de Dieu tout-puissant et de sa très douce mère, lesquels j’appelle toujours à mon ayde. » »

Il est fait appel spécialement à de nombreux artistes pour participer à la décoration des lieux de festivités. La liste nominative et leur rémunération sont connues grâce aux archives ducales. On signale la présence de Jacques Daret, le mieux payé d’entre eux, mais aussi de Jean HennecartJean Le TavernierSimon Marmion3.

14 NOVEMBRE/ EN ECOUTANT JACQUES VACHÉ

Ma table à Viviers

Je ne peux pas m’empêcher de battre des mains lorsque par magie et en deux secondes arrivent dans le dossier de téléchargement des livres ENTIERS: Oblomov, Locus Solus, l’Iliade et j’en passe. C’est quand même incroyable pour une personne de ma génération. Autre chose étrange. Je reçois les infos de la maison Piasa et ils annoncent la vente Aznavour. Incroyable son univers. Je ne m’attendais pas à un intérieur si conventionnel composé de tapisseries, meubles 18eme, bustes Romains, lustres. Une boutique d’antiquaire, un monde complètement non contemporain, un monde à mon sens irrespirable ( comme l’était celui de Pierre Bergé -bien plus rare et beau avec de vrais chef-d’oeuvres-mais néanmoins pas d’air frais. J’écoute une émission sur Jacques Vaché mort à 23 ans…. 

Rentrée à Paris Mercredi soir 11 Novembre. Beaux-arts Jeudi et Vendredi. Ecole déserte. 

Montrer patte blanche. Rendez vous d’une heure comme chez un médecin lent. Ambiance étrange. Paris sans cafés n’est pas Paris. On dirait un décor, chacun chemine fait 3 courses et rentre chez soi. « —L’incertitude des sirops— » A

Aller Saint Etienne Paris, un gros garçon devant moi n’arrête pas de se frotter les mains, comme s’il avait attrapé la maladie du gel hydro alcoolique ( soleil intense sur ma joue gauche-une mouche me tourne autour_ Bref il y a toujours chez l’inconnu quelquechose qui vous fascine ou vous exaspère, mais ce qui est bizarre c’est qu’un simple geste répété crée un malaise. On devine au travers de ce frottement un mal être, et je détecte celui ci comme celui d’une personne prête à s’excuser d’être vivante. Et toujours en trop. trop gros, trop présent, trop tout.Heureusement j’ai mes écouteurs / je ne m’en sers jamais / pour fuir ce bruit d’ailes. Boulevard de Clichy devant l’Elysée Montmartre un homme debout agite don bras comme s’il battait la mesure. Je m’arrête un moment et le regarde. D. Le connait, enfin l’a repéré elle-aussi. La veille j’avais vu des documents sur les traumatismes de 14 et ces tremblement horribles et incapacité à retrouver un corps droits juste Poor des raisons de désordre psychique: Rester dans la position de protection instinctive lors d’une attaque. Un repli sur soi dont on ne peut plus s’extraire. Je repense à mon enfance et à la position que j’adoptais au coucher. Sur le dos Bras at jambes un peu écartés de peur d’être saisie dans la nuit par la polio. Je n’avais en tant qu’asthmatique pas été vaccinée. 

Les oiseaux sont encore pondu, arrangé le nid. Mais de naissance point. 

« La vérità in cimento », La vérité à l’épreuve

Vivaldi fut au cœur d’une querelle esthétique déclenchée par un virulent pamphlet satirique du compositeur conservateur Benedetto Marcello (1686-1739). Reconnaissable sous l’anagramme d’ « Aldiviva », Vivaldi était attaqué comme un des représentants majeurs du renouveau de l’opéra. 

Résumé

« Héritière du sultanat de Joghe, Roxane doit épouser Melindo, le fils de Mamoud, sultan de Cambaja. Pour ne pas risquer de compromettre cette union dictée par des impératifs politiques, Mamoud décide de révéler qu’une substitution d’enfant a eu lieu autrefois avec son consentement. A Selim, le fils légitime qu’il a eu avec la sultane Rustena, Mamoud a substitué Melindo, un bâtard né de ses amours avec sa favorite Damira. Cette dernière est décidée à tout faire pour que le trône revienne bien à son fils, Melindo. Selim, persuadé d’être le fils de Damira, se désespère car il aime Roxane et voudrait empêcher son mariage avec Melindo. Quand Mamoud révèle que Selim est le véritable héritier, Roxane accepte de l’épouser. Tout pourrait donc rentrer dans l’ordre voulu par Mamoud mais ce serait sans compter sur l’action conjointe de l’ambitieuse Damira, et de la naïve Rustena qui ne veut pas accepter la vérité et continue à considérer Melindo comme son fils. Ce serait aussi oublier que Roxane aime toujours Melindo qui est maintenant fou de jalousie… Après bien des revirements, la sublime bonté du généreux Selim fera revenir le bonheur et la concorde. « 

Je dis 

OH OH OH

#bozar#jacques-vache#tocs#vivaldi#viviers-2020

17 NOVEMBRE / Le daimon/ Comment la religion vint aux hommes

J’ai ouvert mon téléphone vers 5 h ce matin pour avoir un petit ronron sonore et je tombe sur une merveilleuse émission ( un épisode ) de Vinciane Pirenne-Delforge.( 2019) Comme c’est agréable de se tourner retourner sous la couette avec cet objet rectangulaire et plat, qui m’apporte ce savoir. Il y a je crois 16h d’émission….

Durkheim/ definition de la religion/ Opposition entre les choses sacrées et profanes ( 19 ème). La religion / Fait social/ reprendre dans des conditions nouvelles le problème de l’origine des Religions et de la religion/ Taylor= animisme/ Freud Totem et Tabou.

Définition opératoire de la Religion: La religion est une institution qui régit selon des modèles culturels les relations avec la sphère supra-humaine dont cette culture postule l’existence.

Rites/ Pratiques et entrer en relation avec les sphères supra humaines/ comment se comporter avec les choses sacrées

Oups l’énumération du nom des penseurs Grecs…. Critias, Prodicos, Ephemère.

C’est un beau nom Ephémère / Il remet bien les choses en place et plutôt que de se tourner vers des prénoms à la con des séries, mieux vaudrait se servir dans l’antiquité.

Une vache était mal en point hier en haut du pré. Elle n’était pas sacrée. Je l’ai observée de loin et aussi l’approche des corbeaux . Elle a bougé la tête quand l’un d’eux lui a piqué l’oreille. Je voulais approcher, mais elle n’était plus là. 

Statut / Puissance d’action/ traditions narratives/ Démonique/ Acteurs du culte/ Dualité/ Acteurs du culte engagés dans les démarches rituelles.

Les Dieux grecs sont des puissances et non des personnes.

Nouvelle perruche gris bleuté. Elle entre dans la cage où Coco Montaigne, maitre du territoire, bat soudainement des ailes. Puis ils restent chacun dans leur coin, au sens propre du terme. Ce matin, ils étaient côte à côte. Les Mandarins pondent mais rien n’éclot ( c’est peut être un peu comme à l’Université !!) C’est bizarre. Les oeufs n’ont pas l’air de les passionner et ils ne couvent pas. J’en ai récupéré 15 et il y en a 3 dans le nid.

Beau temps pâle. Aller marcher maintenant ou plus tard? Question importante.

J’ai filmé le ciel hier, c’était magnifique avec les nuages qui filent à toute vitesse.

#vinciane-pirenne-delforge

18 NOVEMBRE /Promenade 15 km

Temps printanier / je pars de La Citre et laisse la voiture là. Environ 15 km de chemins que je ne connais pas. Cette application est géniale. Traversée de ruisseaux, de forêts, grand soleil. Retour vers 14h .Lecture au soleil. Yaourt et céréales. Dessin et papier carbone que je redécouvre. Sais pas si c’est bien. ( repensons à la lettre géniale de Sol Lewit à Eva Hesse ). 

Chère Eva, 

Cela va faire quasiment un mois que tu m’as écrit, et peut-être as-tu oublié quel était ton état d’esprit (quoique j’en doute). Tu ne changes pas et, fidèle à toi-même, tu ne le supportes pas. Non ! Apprends à dire au monde : « Va te faire foutre ! » une fois de temps en temps. Tu en as le droit. Cesse un peu de penser, de t’inquiéter, de te méfier, de douter, de t’effrayer, de peiner, d’espérer une issue facile, de lutter, de te cramponner, de t’embrouiller, de gratter, de griffer, de marmonner, de bafouiller, de grogner, de te rabaisser, de broncher, de marmotter, de grommeler, de miser, de culbuter, d’écumer, d’escalader, de trébucher, de tramer, de rouspéter, de pleurnicher, de te lamenter, d’affûter, de désosser, de déconner, de pinailler, de chicaner, de compisser, de trifouiller, de t’emmerder, de te leurrer, de moucharder, de cafarder, de poireauter, de tâtonner, d’abominer, de payer, de scruter, de percher, d’entacher, de trimer, de trimer encore et encore. Arrête — et contente-toi de FAIRE ! 

D’après ta description, et d’après ce que je sais de ton travail antérieur et de ta capacité ; ton travail semble très bon « Dessin-propre-clair mais dingue comme des machines, en plus grand et en plus vigoureux… véritable non-sens ». Ça m’a l’air bien, formidable — du véritable non-sens. Va plus loin. Encore plus de non-sens, encore plus de dinguerie, encore plus de machines, encore plus de seins, de pénis, de chattes, de ce que tu veux — fais foisonner tout ça avec le non-sens. Essaie de titiller cette chose en toi, ton « humour bizarre ». Tu appartiens à la part la plus secrète de toi-même. Ne te préoccupe pas de ce qui est cool, fais ce qui selon toi n’est pas cool. Fabrique ce qui t’est propre, ton propre monde. Si tu as peur, fais-le fonctionner pour toi — dessine & peins ta peur et ton anxiété. Et cesse de te préoccuper de ces choses grandes et profondes telles qu’« opter pour un but et une manière de vivre, l’approche cohérente d’une finalité même impossible ou d’une finalité même imaginaire ». Tu dois t’entraîner à être stupide, muette, étourdie, vide. Alors tu seras capable de FAIRE ! 

J’ai grande confiance en toi et bien que tu te tourmentes, ton travail est très bon. Essaie un peu de faire du MAUVAIS travail — le pire qui te vienne à l’esprit et vois ce qui se passe, mais surtout détends-toi et envoie tout au diable — tu n’es pas responsable du monde — tu es seulement responsable de ton œuvre — donc FAIS ÇA. Et ne pense pas que ton œuvre doive se conformer à une quelconque forme, idée ou saveur préconçue. Elle peut être tout ce que tu veux qu’elle soit. Mais si la vie était plus facile pour toi en arrêtant de travailler — eh bien arrête. Ne te punis pas. Je pense toutefois que c’est si profondément enraciné en toi qu’il devrait t’être plus facile de FAIRE ! 

Quelque part, malgré tout, il me semble que je comprends ton attitude, parce que je traverse parfois un processus similaire. Je suis pris dans une « Déchirante Réévaluation » de mon travail et je change tout autant que possible = je déteste tout ce que j’ai fait, et j’essaie de faire quelque chose d’entièrement différent et meilleur. Peut-être ce genre de processus m’est-il nécessaire, parce qu’il me pousse à avancer. Le sentiment que je peux faire mieux que la merde que j’ai faite. Peut-être as-tu besoin de ton déchirement pour accomplir ce que tu fais. Et peut-être que cela t’incite à mieux faire. Mais c’est très douloureux, je le sais. Ça irait mieux si tu avais assez confiance pour faire le boulot sans même y penser. Ne peux-tu laisser le « monde » et l’« ART » tranquilles et aussi cesser de flatter ton ego. Je sais que tu (comme n’importe qui) ne peux travailler que jusqu’à un certain point et que le reste du temps tu es livrée à tes pensées. Mais quand tu travailles ou avant de travailler tu dois vider ton esprit et te concentrer sur ce que tu fais. Après que tu as fait quelque chose, c’est fait et c’est comme ça. Au bout d’un moment, tu peux voir que des choses sont meilleures que d’autres, mais tu peux voir aussi dans quelle direction tu vas. Je suis sûr que tu sais tout cela. Tu dois aussi savoir que tu n’as pas à justifier ton travail — pas même à tes propres yeux. Bon, tu sais que j’admire grandement ton travail et que je ne comprends pas pourquoi il te tracasse autant. Mais tu peux voir ce qui va suivre et moi non. Tu dois aussi croire en ta capacité. Je crois que c’est le cas. Alors tente les choses les plus outrageantes que tu peux — choque-toi toi-même. Tu as en ton pouvoir la capacité de tout faire. 

J’aimerais voir ton travail, mais je me contenterai d’attendre août ou septembre. J’ai vu des photos de choses nouvelles de Tom chez Lucy. Elles sont impressionnantes — surtout celles qui ont la forme la plus rigoureuse : les plus simples. Je suppose qu’il en enverra d’autres plus tard. Dis-moi comment se déroulent les expositions et ce genre de choses. 

Mon travail a changé depuis que tu es partie et il est bien meilleur. Je ferai une exposition du 4 au 9 mai à la Daniels Gallery, 17 East 64th Street (là où était Emmerich), j’espère que tu pourras être là. Mon affection à tous les deux, 

Sol 

Source : Lettre de Sol LeWitt à Eva Hesse datée du 14 avril 1965, Sot LeWitt, cat. exp., éditions du Centre Pompidou-Metz, 2012.

Première publication en anglais in Lucy R. Lippard, Eva Hesse, cat. exp., New York. New York University press, 1976. L’original de la lettre est conservé dans la LeWitt Collection, Chester, Connecticut, États-Unis. Traduit de l’anglais par Catherine Vasseur. 

C’est de l’imagerie, du montage d’images. Pas plus. Ne vois pas le temps passer. Hier verre et un peu de fromage de chèvre avec G et M. Puis retour et « melofilm « très beau. Cold War de Pawel Pawlikowski. 

Appel de Y. émouvant – et qui décide de repartir en Chine. Je lui dis de ne rien précipiter, de ne pas prendre de décisions irréversibles. Qu’il rentre et voie sa famille quittée depuis plus d’un an. Il est triste . Ca me touche. Il a peur de m’avoir déçue. Il dit qu’il a 30 ans. Ce qu’il fait est très beau/ des costumes, des coiffes , des dessins, des rideaux. Mais sans doute trop réservé.Pas facile tout ça. Si c’est en Chine qu’il est heureux il faudra rester en Chine. 

#dessin#marche#trump#yulong

19 NOVEMBRE / STATE FUNERAL/ MON PETIT STALINE SALETÉ

Il faut absolument voir STATE FUNERAL. C’est un documentaire de Losnitza dont je n’ai pas vu les films. Un truc me prend la tête , un tout petit extrait sonore sur France Culture, je cherche désespérément de quel film ca vient: Je vois une boite de nuit, la guerre froide, une femme chante. Grr. photographie le lever du jour.Allumé FC et me suis rendormie. Le mal de tête hier soir et encore ce matin me transforme en animal qui suiffe ici et là pour savoir s’il a encore un odorat. Le Nescafé a bien son goût de Nescafé. J’ai un peu froidd mais j’ai la flemme d’aller chercher un pull.

Ils exagèrent au gouvernement avec leurs déclarations, ( les journalistes qui devraient prévenir lorsqu’ils couvrent un événement ) et la police filmée floutée, ça ressemble aux prémices d’une dictature? Non. On ne peut pas sortir, se réunir, il faut des autorisations ridicules. Ca ne rappelle rien? Tiens sur FC ils disent ça. Il faut arrêter là. J’ai regardé hier soir Fritz Bauer, un Heros Allemand. Interessant. Et que c’est bon de ne pas voir de films Français avec leurs petites situations intimistes. J’exagère mais c’est rafraichissant de ne pas connaitre les acteurs, donc de ne pas penser à eux dans d’autres situations. . Tiens le brouillard est là. J’aime bien je dois dire. Je vais dessiner. Me demande bien ce que je fais. Soupçonne que ce n’est pas terrible, que je me répète un peu. Oser. Je le pr^che à longueur de Beaux-arts . Je ferai mieux de. Pas de peinture car l’atelier ici est hors saison. Il faut néanmoins que j’y passe pour prendre quelques unes des revues d’art que j’avais achetées à la brocante. Je ne me souviens pas dutitre, mais c’est la peinture des années 1910, l’Officielle, l’horrible et académique. Il y a cependant des images très belles en Noir et Blanc d’oeuvres du passé.

j’ai essayé le nouveau vélo de F. ma voisine d’en face. Une Rolls. Un VTT électrique ( n’est ce pas contradictoire? ) qui pèse 23 kg, avec des suspensions dingues et une selle qui monte toute seule. Jamais vu ça. J’en ai rêvé. Je crois que je vais m’acheter un vélo de route pour m’y remettre. Un léger. On ne voit plus rien dehors. J’entends un type couper du bois. 

#staline#state-funeral#velo

Ce site gratuit est financé par la publicité. En savoir plus
Retour en haut