rapidement j’écris

Juillet à Paris. Envie d’écrire et pas le temps après la Fontaine et encore le travail à Sevres.

Reprendre le projet de la Villa Medicis.

Terminer Unlimited

Laennec en Aôut pour présenter les deux grandes peintures

Tout m’énerve, hier refuge à Sèvres. C’était sans prévoir des réparations de portes, des marteau-piqueurs. Je ne supporte rien, et mets des écouteurs dans le métro et le train. Chose que je détestais faire.

Faire la liste de ce que je dois régler avant le départ. Mais cette année, c’est Paris. l faut que je me calme, que je n’aie pas envie de tout casser à tout moment comme c’est le cas.

Le 14 juillet été délicieux. Expo à Orsay de Laura Bosi / L’origine des mondes. Je suis déçue. Des choses passionnantes évidemment et de bonnes croutes amusantes, mais accrochage ennuyeux et espaces moches à mon sens. La fin, la théosophie… Monet et des nympheas qui passaient par là. Le pire ( le mieux ) est devoir qu’on a foutu en l’ait la planète en 300 ans. Le temps de découvrir mondes nouveaux, iles sauvages, plantes et oiseaux, de les classer , de les dessiner… puis de commencer le massacre.

Sur le boulevard Saint Germain passaient des Saint-Cyriens, des chars qui rentraient au bercail avec des militaires armés et raides comme des taille -crayons. C’est vrai, on les aurait crus en plastique. Visage scrutant l’horizon, main sur la mitraillette, mitraillette plaquée contre le torse. On a déjeuné chez Mucha et le boulevard devait être fermé parce qu’aucune voiture n’y circulait. J’ai pris un carpaccio et un coca. Nous sommes rentrés tranquillement. Tour de France et puis RV en face avec D et C; Une chanteuse au bar de la Cigale. Elle chante Yvette Guilbert et là un bourdon s’abat sur moi, un spleen total et une envie de pleurer que j’arrive mal à contenir. C’est sinistre. Je trouve tout sinistre: l’état du monde, le climat, les masques, les maladies…Comment se barrer . La salle est sinistre, la fille plutôt bien. Mais.

On a trouvé un moment pour s’éclipser et rejoindre la télé affreuse des ses couleurs bleues et blanc et rouge , ses vidéos montrant les interprètes du concert de Paris en gros plan de part et d’autre de la scène/ ou je ne sais quoi près de les Tour Eiffel. Et le Stephane Machin, comme thanatopracté. Néanmoins on a bien ri et regardé le feu d’artifice, fenêtre ouverte pour le son. ( A la télé il y avait je ne sais quel groupe ou chanteur. un feu d’artifice c’est beau:

—quand c’est un peu pauvre dans les campagnes l’été ( villages )

—quand il n’y a que les crépitements et claquements.

En même temps/ Des yeux des yeux

Note retrouvée

Un étudiant patauge et je ne comprends même pas comment on l’a choisi. Est-ce une erreur de ma part. Je l’écoute. C’est pénible. Les médiums nobles, les sujets sales…. Oh Oh… On s’ennuie ferme et 15 mn dans ces cas là c’est long.
Quoi de neuf dois -je dire depuis que nous avons mangé des bonbons en forme de petit oeuf blancs comme des oeufs de Pâques en revenant du Château. Parfumés à la fleur d’oranger. Cette nuit là C. m’a ôté les yeux des paupières et les a mis dans un tube à essai. Quatre paires. Il fallait opérer-de quelle opération s’agit-il je l’ignore . C. est partie à L.A avec le tube. Impossible de la joindre elle avec son tube . En transparence on voyait des filets rosâtres. Tiens cette nuit c’est Catherine Deneuve qui avait un cours de tennis. On mettait une grande planche sur une piscine et c’était le court.Puis je ne sais quelle danseuse classique est passée sans me voir. Elle s’était brisé les deux jambes/ Game over. Il y a eu un train aussi et dans une forêt GC installait sa cabane. un grand camion arrivait dans la clairière. Bon donc, Pfft mes yeux , et en plus C. tombe amoureuse d’un pilote d’essai de formule 1 ( en parlant de ça, B. au tel me dit qu’il a acheté une Mazerrati. N’importe quoi ! pourquoi faire me dis-je)

Finalement que tout le monde se rassure, je ne suis pas devenue aveugle comme c’était à prévoir car les 8 yeux étaient bons encore pendant une semaine.

Je n’en peux plus de travailler, d’envoyer une facture qui ne va pas, de ne pas savoir ce qu’est une dispense de précompte, et de ne pas avoir trié mes factures pour les impôts.

Ca m’a semblé bon de marcher sur le sable, de regarder les kite s’envoler, la mer et le soleil. C’est bien la mer. J’aimerais avoir une toute petite maison au bord de l’eau . Je vais recevoir des annonces à cause de tous ceux qui écoutent aux portes, boites de location, mouchards de nos lectures, envies, émotions, fatigues.

Cette nuit , j’ai cassé le bord d’une assiette précieuse. Je vois en flou ma nuit mais ne peut mettre un mot sur les images ou le contraire.

13h52. rejoignons la réunion.

Voilà voilà

Avoir vu le Christ en personne porter sa croix en montant la rue des martyrs pieds nus et en affichant le VACCIN C’EST LA FOI.

Le même m’a t’on dit affirmait que ce n’était pas le COVID qui tuait mais le CADDIE VIDE/ Pas mal

Avoir épluché le 134 dossiers peu enthousiasmants pour entrée Beaux arts. Archi, design, communication, événementiel et comme dit Pascale Marthine Tayou: VRAC. VRAC c’était le mot qu’on employait avec Edith Scob pour indiquer nos bazars non identifiés/ Un mouchoir un revolver faux, une photo, un bout de quelquechose…

Avoir rêvé à la suite, de ma mère, de ma tante Thérèse et de mon autre tante. Ca se passait à Amiens

Avoir rêvé qu’un bébé épervier était accroché à mon pantalon avec un bec ultra rasoir et que je ne savais pas comment m’en débarrasser. Puis terreur qu’il ne me retrouve dans le jardin.

Avoir appris à mouler

Avoir pris R. dans la cour d’A pour m’aider à décharger la voiture et à porter à l’avenir tous ces trucs. Veux plus le faire. OUF

Avoir commencé le Guépard

Avoir fini Le professeur et la Sirène

Avoir acheté quelques livres

Me sentir pas terrible dans ma peau. Molle. Plus de sport.

Avoir délégué à B. Le dossier Invalides, réunions etc.

Expo atelier et projection de 3h 30 OK

Un oiseau mort, la petite femelle

Un autre oiseau mort dans le parc du château

Allée au château. très beau, dormir là bas sans personne, sans rien au mur et encore vide . Le mieux . Pas encore de déco et de trucs. Un pic-vert

Travaillé à la fontaine.

Choisi des cristaux à intégrer et de la feuille d’or

fait faire des lézards à M.

Et des coraux

et un médaillon Napoleon

Envie d’une île

Envie de la mer

Envie de peindre

Aller régulièrement à Sevres

Ne pas voir grand monde

rire avec Camille et parler picard

Heraldique, armoriaux magnifiques

S’ennuyer des Musées.

Impression de temps de rien: Ranger la maison, faire des travaux dans l’appartement, ranger la cave, ranger les placards.

Donné des tas de cables ordi. Gachis

écoute Michael Levinas

Noté: CULTIVER SES CONTRADICTIONS

Relire lettre à un jeune poète

Pense à la Sicile

Acheté une ponceuse électrique jaune et des outils. Du plâtre pour les moules.

Drapeaux en cours de fabrication. Tres belle forme en bois pour les réaliser. B est vraiment bon.

Souffleur de verre. Y aller pour réceptionner.

Impots. trier tout pour D

Prendre des nouvelles de Suzon

Laurence Bertrand Dorleac ok pour dialogue Marmottan

rV pour le décor. Il n’y plus qu’à le faire et après ouf.

Bâle Unlimited

Festival d’histoire de l’art / Dialogue avec Paula

Table ronde invalides

Film Nicole au FFFC. serais curieuse de savoir combien de personnes ont regardé.

Cette nuit rêves et lieux compliqués: En otage en Afghanistan, un lit , quelques affaires. Finalement je peux me déplacer. Il y a des hommes armés, des femmes voilées on ne me demande rien. Je rencontre là-bas le peintre P.A ( est il vivant ?, je ne pense jamais à lui.) Puis je m’aperçois que je peux dormir dans la maison du Forez. Mais j’ai peur, il y a des missions, je risque de prendre des balles. Est ce que je suis armée? Finalement non je ne suis pas vraiment otage. Je travaille dans l’atelier de Saint Bonnet, puis la bouche pleine de graviers et de comprimés, un sac poubelle plein de chaussures et un autre, je remonte la pente Diu château de Malbosc ( j’ai traversé sa grille on ne sait comment certainement comme dans Peter Ibbetson ( Aïe j’ai toujours le DVD de A.B ). Me voici devant la villa Medicis avec mes graviers et je cherche des yeux un endroit pour les cracher. Des touristes font la queue devant l’aile droite . Je dis que je suis pensionnaire mais dois entrer par l’ile gauche. Pas de loggia. Ma chambre , la 8.

Je repars/ marais/ piscine de 50 mètres pour les musulmans chics. Quand je veux rejoindre ma chambre, je ne la trouve plus. Sur la porte un mot/ Jeudi 13. Je tape. Un garçon m’ouvre. Je m’excuse et repars mais me retrouve devant cette même porte, après avoir traversé un salon très sombre avec des convives en fin de repas.. Je tape à nouveau/ qui êtes vous dans ma chambre ? Vous êtes pensionnaire? Non. Il dessine au feutre , assis par terre.

C’est fatigant tout ça. Café, regarder le Monde magazine, plein d’images de mode, et aux titres bizarrement placés je trouve. Belles photos de Beuys, interview de Berendonck, ( pantalons en latex gonflant ) accessoires de mode, mannequins très beaux…

Arrivée par mail d’images de drapeaux avec fixations variées. Il faut que je fasse l’aigle et le guerrier. Beaucoup de travail cette semaine.

Hier soir diner à 6. Mais de plus en plus je me contenterais d’un apéritif et plus d’un truc où on est vissés à table.

Zoom à 18h pour les dossiers des beaux arts qui ne sont guère exaltants.

Envie de coller des images

Envie d’avoir la forme d’il y a trois ans et de jouer au tennis

Cols à vélo

Grande expo pas pour la grandeur pour le plaisir

Faire la maquette livre fontaine. Tiens je vais commencer

demain Polyester 93/ aigle/ porte drapeau/ peinture des médaillons

Ai proposé à LA Monnaie après avoir raté la dernière étape, une monnaie soluble dans l’eau.

Sensation de planète pourrie, d’oiseaux morts, de plantes disparues. plutôt réalité que sensation

Aller refaire un Nescafé

Mail aux étudiants

11h 46 NON?

SI

le texte du dimanche de Clelia/ Test

Dans le film Thérèse d’Alain Cavalier, on voit une soeur s’habiller le matin en commençant par nouer autour de sa taille une ceinture de cuir à l’intérieur de laquelle ressortent des clous qui lui rentrent dans la chair. Avec son vêtement de nonne qui couvre tout, personne ne peut soupçonner que son premier contact vers l’extérieur c’est de la souffrance, et qu’au moindre geste qu’elle fait, elle prend conscience de cette ceinture-torture invisible.

Il y a des vêtements qui sollicitent toute notre attention dès qu’on les porte : des chaussures qui répètent « aïe » dès qu’on fait un pas, une jupe trop courte qui pense que tout le monde la reluque, une braguette cassée ou une tâche mal placée qui supplient qu’on les cache avec un pull…

Un bon vêtement est un vêtement dont on n’a pas conscience de le porter car il se fond en nous et épouse parfaitement notre corps et notre esprit.

Je veux faire des vêtements qui rassurent et protègent, qui donnent force et confiance à celui qui les porte. Des accessoires invisibles, secrets, qui touchent la peau pour que le corps s’imprègne de leur magie. J’aime la ceinture qui se noue à la taille car elle recouvre une zone du corps où se concentrent le stress et les émotions fortes. On pourrait voir la ceinture comme un stabilisateur d’émotions, elle régule la respiration sans la contraindre, soutient le corps sans le brimer.

Ensuite, pour qu’il y ait magie sur le vêtement, il faut qu’il y ait parole. Parole parlée comme une incantation ou parole écrite brodée sur le tissus. L’étiquette d’un vêtement, cousus dans l’envers du tissus, vers l’intérieur, touche (voir gratte) le corps est ce qui donne sa valeur au vêtement, son aura, parce qu’elle renseigne sur son origine. On a besoin que le vêtement nous raconte son histoire pour qu’il nous touche, pour l’apprivoiser, pour nous familiariser avec. Ça doit être pour ça qu’un vêtement neuf que je viens d’acheter peut passer un an dans mon armoire, au contact de mes autres tissus, le temps de s’acclimater, de vivre, avant que je me sente suffisamment en confiance pour le porter.

Mais quels mots sont magiques et ont le pouvoir de donner de la force lorsqu’ils sont portés ? Je pense aux mots « Je t’aime » que Titi Parant a copié toute sa vie et que j’ai trouvés si touchants la première fois que je les ai lus, ou alors aux médaillons autour du cou avec le portrait de son amant, ou encore – toujours dans le film Thérèse – à la dernière larme d’une soeur que Thérèse recueille dans un sachet de velour. Ces mots sont magiques parce que ce sont des dons, il y a un destinataire, un sens, une private joke.

Qui est le destinataire des vêtements magiques que je veux faire ? On m’a parlé d’un artiste (je crois que c’est Seth Siegelaub je sais plus, ou quelqu’un de la beat generation plutôt ?) qui a traversé les Etats Unis avec une veste, dans laquelle il coinçait au fur et à mesure des morceaux de papiers qui étaient des bouts de poèmes. Ou alors c’était des bouts de tissus qu’il cousait. Toujours est-il que la veste était le reflet de son âme, le support de son expérience/aventure. Je veux me confectionner une veste semblable, des accessoires-supports-d’expérience vierges pour le moment où je partirai faire mon grand voyage.

PALAGONIA RETOUR

J’AI REÇU LE PRINCE DE PALAGONIA, QUI S’ANNONCE ASSEZ BIEN . GIOVANNI MACCHIA.

Le prince s’appelle Ferdinando Francesco Gravina, décrit souvent comme étrange ou même fou. La villa que j’ai visitée avec bonheur il y a quelques années a été filmée un peu dans Mediterrannéee de JD Pollet et dans un Antonioni me semble t’il. J’ai découvert un site que je ne connaissais pas: Archivio Storico Luce.

Je découvre le poète Rezzonico della Torre, Qui est-ce/pardon j’y vais de ce pas/ Peint par Vigée Lebrun. et aussi le peintre ou plutôt dessinateur Huël. Je préfère Volaire. D’ailleurs j’adore les peintres de volcans. Donc je poursuivrai après une promenade à vélo ( je n’ai pas envie mais ce vélo que l’on m’a gentiment offert dort dans la cour et n’a pas fait un mètre. Ca me désole cet abandon du sport , tennis et vélo. Finis les cols dans la Loire, le cher BArracuchet au départ de Monbrison. Je me vois bien incapable de recommencer. Je ne sais pas si c’est une idée stupide, un abandon flemmard ou une réelle incapacité. Disons que je n’ai plus l’entrainement du tout et plus le désir non plus ce qui est plus grave. Depuis 3 ans ,date de l’arrêt de tout, je me dis que je vais reprendre et ne le fais pas. Hum. Je déteste. C’était si bien les 6 h de tennis par semaine. j’adorais. Bon, la pandémie est là mais je n’ai aucune excuse.

Apres avoir été sélectionnée pour le concours de la monnaiee de paris ( 6 retenus sur 174 ) je me suis fait dégommée. Je pense que j’y suis allée un peu sûre de moi et désinvolte, sans projet !!! Dommage mais de toutes façons je n’ai pas trop le temps e plus de Sèvres une fois par semaine, les Beaux arts, l’expo aux Invalides et le décor. J’ai en fait juste envie de Sèvres, de continuer mes médaillons en terre que je moule, les drapeaux, et peindre et lire et lire. Voilà.

Aujourd’hui aller au marché aux oiseaux…

Surveillance renforcée

post qui ne voulait pas apparaitre donc il est plus ancien que le précédent

Ce matin je suis allée à Saint Thomas d’Aquin. Hub nous a quitté . Je l’aimais beaucoup. J’avais un petit bouquet ( j’aime être le plus petit bouquet dans ces circonstances) Arrivée en avance, il y a un marchand de piano à un coin , une galerie moche à l’autre et en ce moment beaucoup de camions à cause du chantier Science PO. J’avais mis  » mes habits du Dimanche  » Le prêtre était plutôt âgé et une dame chantait. Suis rentrée à la maison et repartie pour le 18 eme: Commencer à parler du décor avec Mao, qui me montre son oiseau qui avance et tourne, sur le modèle des voleries d’opéra. Il a aussi deux écorchés de Ozou, magnifiques. Cette semaine aussi j’ai revu Jonathan avec beaucoup de plaisir. Comme au bon vieux temps il a partagé avec moi les Rv avec les étudiants. Je poursuis le livre de Norman Mailer sur Hitler. ( horreur je l’ai oublié quelque part. Où????) Ca commençait à m’intéresser mais tout juste. Le temps file. Pas peint depuis octobre. J’ai reçu les médailles commandées. Elles sont un peu petites mais jolies. Et tout à l’heure je suis aller prendre mes deux boites de film: Les enfants terribles en 16mm. Ce qui est drôle c’est que redemandant s’ils avaient quelque chose sur Mourir à Madrid ( parce que je m’étais fait doubler), le Monsieur m’a dit en m’en présentant un autre: C’est lui qui l’a. C’était drôle et comme par hasard aussi dans la vitrine il y avait une pointe de hampe soviétique, avec la faucille et le marteau, la même que celle que j’ai achetée sur eBay. Hier on parlait de Daniele Lebrun, paf je la rencontre elle et Marcel sur un banc au soleil. Je les salue. Lui je ne l’ai jamais beaucoup aimé. Bon. Après on a bu un café dehors sur un banc. 18h:Après l’annonce du reconfinement partiel le week-end d’une partie des Alpes-Maritimes et de l’agglomération de Dunkerque, le Premier ministre devait dévoiler ce jeudi à 18h la liste des départements où la situation épidémique est jugée préoccupante. Nouvelles restrictions, discussions avec les élus locaux, renforcement des traitements expérimentaux… Retrouvez toutes les annonces et déclarations du chef du gouvernement.

SURVEILLANCE RENFORCÉE

Cette déclaration m’a mise de sale humeur. Ce sont des mots d’une incroyable violence. Est on censés s’y habituer???? Je râle. Pas de vaccins, des mots, des sens et contresens Paris qui serait encore bloqué pendant 3 semaines. Oui / Non. Suis suffisamment en retard pour ne pas penser à bouger. Objectivement c’est pénible. Surtout qu’à 18h il fait beau. Et on a l’impression de rétrécir. Etant une des 6 sélectionnées pour le concours de la Monnaie, je suis allée cet après midi visiter et aussi dans les ateliers. Quel drôle de monde.

Coup de vieux

Moi Mars 2021/ Le pire est devant nous !

Voilà ce que je dirais. J’en ai pris un. Le fait d’avoir arrété le sport arrange rien: Mal au dos et sensation de raideurs. Super. Bref. On y va.

Rêves en pagaille. Chambre 4056 que je n’ai pas débarrassée. j’y retrouve des tonnes de choses à emporter dans une valise et un sac trop petits . Impossible. Où me débarrasser de tout cela. Ces rêves doivent être liés à ces moments angoissants de  » vidages  » de maisons ( Les deux tantes, les parents …. ) Ces milliers de choses qui font une vie et disparaissent d’un seul coup. Je n’ai rien gardé. Seulement la bague de ma mère et son sifflet d’institutrice, les photos dans des boites et ces trucs qu’on arrive mal à évacuer à savoir les torchons et nappes de trousseau brodés. Tout ce temps passé…. Mais quand ils étaient usés j’ai gardé les broderies des initiales. En parlant famille, j’ai retrouvé des Delprat dans l’armée Napoléonienne. 6 je crois. Dont un Jean et un Antoine ( noms de mes père et grand-père et origine sud ouest, comme père et grand-père. )Mon père m’avait raconté qu’un ami de son arrière grand-père avait reçu la légion d’honneur des mains de Napo. C’est drôle ces trucs. Donc cette nuit aussi je marchais dans un champ de boue, gadoue, horreur, peur de m’enliser . J’ai les bras chargés d’affaires. Une personne est plus loin dans le champ et la voyant je pleure . Ne sais plus pour quelle raison.

Atelier retrouvé et apprentissage du moulage avec Sarah qui est en cinquième année. Ca me plait. Comme chaque semaine aussi , je suis allée à Sèvres Jeudi. Petite visite au Musée ( la céramique contemporaine ne me dit pas grand chose à vrai dire) Mais joie de voir les Palissy etc, et des gros gâteaux à la chantilly peinte en dorée. Pluie battante, ambassadeur du japon. Dans le hall qui mène à l’endroit où je travaille il y a un piano à queue. Quelqu’un y joue lors de sa pause. C’est agréable. Pas facile de se retrouver dans les couleurs d’émail. A est là pour m’aider et elle est sympa. Très réservée au début , ça va mieux. Lui ai apporté des jonquilles. C’est incroyable sa dextérité. Elle a passé son enfance dans une ferme.Parcours bizarre. Faut que je lui demande.

Beaucoup de choses à faire. Portrait de Napoleon en cours mais l’affaire de l’esclavage me tourmente, comment en parler discrètement sans gros sabots consensuels comme on le voit en ce moment. En parlant de cela, on a regardé les Cesar l’autre soir. Un truc abominable, on dirait que chaque année c’est pire mais là je trouve qu’on est proche du fond. La vulgarité, la lourdeur… Oh lala . Gênant. Que Capitaine Marlo déboule avec une peau d’âne sanglante puis à poil m’a plutôt fait rire. J’y vois d’avantage un geste Dada dans notre monde rétréci. Mais les blagues ( genre film de cul pour film docu / mentaire) je trouve ça vraiment … Collant. Marina machin n’a pas été terrible, pas plus que Isabelle Huppert d’ailleurs.

J’ai enfin fini le Chateau en forêt de Norman Mailer. livre étrange et plutôt interessant je dirais avec cette biographie fictive de Hitler enfant, ses parents ( tout commence par un inceste ) et ses actes pilotés par un assistant du diable ( dans un corps de SS ) Le bien, le Mal, le diable?Ssi ce n’est pas parfaitement réussi, c’est assez singulier. Le passage des ruches m’a plu, la svatiska aperçue ( mais NM n’appuie pas sur les images marquantes de l’enfance ) / Extrait

NOTES: Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem. Harry Mulisch : L’Affaire 40/61, Harry Mulisch : Siegfried, une idylle noire, traduit par Anita Concas

Quoi d’autre . RV à 13 h en Visio pour le décor. J’y ai très peu réfléchi. L’affaire Napoleon m’occupe entre les drapeaux, les peintures et les moulages. Puis la fontaine à terminer, le RV à la Monnaie de Parie ( j’ai passé tout Dimanche dernier à faire un portrait de moi de 2mn.) Mais c’est amusant. On verra.

Oh LA LA écrit le 7 février

Je n’écris plus, n’ai le temps de rien. En fait le temps de tout mais peut être une mauvaise organisation. Plein de rêves, couchée tôt, regarde des âneries à la télé tard,( suis époustouflée par les années 80, ce que les journalistes comme Yves Mourousi osaient, disaient. Aujourd’hui plus question d’insolence. Que tout est plat et raisonnable…. lis ou plutôt picore. Viens d’acheter Thomas Bernhard aux cahiers de LHERNE, L’Italien du même auteur, ai commencé la sonate à Kreutzer, déjà commencée, abandonné ça et ça. Perdu mon cahier noir dans lequel il y avait les recherches pour le concours de la monnaie. Zut. Refaire et refaire en mieux. L’idée d’une médaille me plait ( je me souviens de mes médailles à loi: Ma première étoile, ma médaille de Thierry La Fronde et le Prix Victor Choquet à la médaille fort laide. C’était quoi ce prix. Tiens je regarde ( les noces de Figaro, L’insecte minuscule, Les oiseaux s’égosillent et ce matin tôt il y avait un très beau chant dans la cour. Chant répétitif curieux. Parfois à la campagne je m’arrête et compte les écarts de temps entre deux reprises. La régularité est incroyable. )En parlant de campagne, on déclenche les hostilités contre le voisin qui planque des carcasses de bêtes mortes sous des plastiques, met des produits toxiques dans les chemins, envahit littéralement le hameau défiguré par des sacs plastiques, des pneus etc. Il joue les victimes. Donc Stop.

Bref.

Le prix Victor Choquet. Trouve pas la médaille. Ce devait être dans les années 79.

Dominique Blanc que j’aime beaucoup sur France musique. Cette nuit une barque et les rames n’étaient que des bâtons. « La voix vieillit  » comme le corps finalement. Le mien notamment car il ne bouge pas. Presque 4 ans sans sport. Passer de 6 h de tennis par semaine et vélo, plus l’été chaque jour vélo et tennis au moins 3h, plus natation et plus rien. Ca me désespère cette flemme mais je ne pouvais pas lutter sur tous les fronts; J’ai choisi tout mon temps pour le travail. Réponse de T. Roppac. Nous n’avons pas réussi à accorder un Rendez vous. On verra quand il rentrera de Salszbourg. ( Me ramène à Thomas Bernhard quel drôle de type.

Dolc’ è pur d’amor l’affanno

L’adorant de Larsa

Statuette d’homme agenouillé dit « l’Adorant de Larsa » 
Début du IIe millénaire avant J.-C.  Mésopotamie, Larsa Bronze, or

Le personnage qui porte un bonnet à haut bord, proche de la coiffure royale, est à demi agenouillé, une main devant la bouche dans l’attitude de la prière. Sur le socle, il est représenté dans la même position face à une divinité assise. Une longue inscription indique que la statuette a été dédiée au dieu Amurru ou Martu, dieu-patron des Amorrites, par un homme de la ville de Larsa, pour la vie de Hammurabi.
Une petite vasque à offrandes est fixée à l’avant du socle.

HWV 109a : Dolc’ è pur d’amor l’affanno Air- pour contralto et basse continue.

Le rêve de la nuit se poursuit l’après midi lors de la sieste que je ne peux m’empêcher de faire. Je retrouve donc cet espace: Un appartement Italien ou nous devons aller après l’opéra. C’est au numéro 18 d’une rue au coin et classe correspond au numéro d’une loge. Une vieille prostituée est assise là. J’ m’aperçois qu’il sera impossible à R de monter: Des marches puis une petite échelle et longer une armoire, à nouveau des arches et l’échelle jusqu’au 8eme étage. J’annule la location et nous dormirons à Malbosc qui n’est pas si loin heureusement. Acheter des légumes / J’oublie je ne sais quoi / Il y a un homme que je ne connais pas.Que fait la dedans pas soeur pas vue depuis 20 ans.

Hier voyage de retour pour le moins l’oser. Perigueux Bordeaux/ Mon livre est presque terminé/ La sonate à Kreutzer qui est un ensemble de 3 textes sur l’amour. Tous effrayants dans leur genre, de l’ennui, au crime et au suicide. Billet de premiere classe mais il n’y a pas de première classe. Du monde et me retrouve sir un strapontin inconfortable. 5 enfants ensemble plus loin, importunés par une dame qui leur demande de mettre un masque alors qu’ils échappent à l’obligation. Elle vient s’assoir en face de moi et je me dis que pour la finir d’ennuyer des enfants, de ne pas les laisser vivre eux qui étaient si calmes, le nez dans un bouquin. Je mets mes écouteurs et sors mon nez de sa cachette. Je me dis que je n’ai qu’à attendre un peu. Elle regarde son écran et a un tic au bras droit. Elle l’écarte régulièrement de son corps. En voilà assez pour forger une antipathie, puis elle mort rapidement à l’hameçon et me titille le bras alors que je fais semblant de ne pas l’entendre. J’ouvre les yeux et là c’est elle qui m’a entendue. Bref. Elle descend à l’arrêt suivant et la police vient directement vers moi , la gestapo comme me dit ma nouvelle voisine plus accorte.  » Papiers, billets, vous n’aviez pas de masque ». L’autre m’a balancée. On me menace des 135 euros puis on me fiche la paix. J’ai des trucs au pantalon, et du ciment plein les chaussures ce qui n’arrange rien. Bon, ils me lâchent le mollet je parle de délation et m’étonne de leur réaction quant a ma plainte d’avoir acheté un billet en somme qui n’existe pas. Au départ de paris Bordeaux j’avais également hérité de la place 81 que je cherche encore. Tout cela n’est pas passionnant mais a eu le mérite de faire rire un peu D. qui a perdu H hier. Donc , je n’ai plus rien à lire et recommence au début le Bonheur conjugal sans grand enthousiasme. Arrivée à Montparnasse, je descends. Je m’étonne que les gens restent dans le train. Après Montparnassse c’est l’enfer? Non? Le quai est désert et vient d’être lavé. Il y a le panneau jaune qui indique que ça glisse. Soudainement alors qu elle train est encore à quai , je me rends compte qu’il y a un truc qui ne tourne pas ron; Exact. Je tente de renter à nouveau. trop tard. Nous sommes à … Massy. Misère j’en aurais pleuré. Avec mon lourd sac à dos, mon Tolstoï épuisé, me voilà en chemin désert vers le RER B. Puis pas détaxé, puis métro.

Ils ont bien ri à mon arrivée. Moi aussi . Mais c’était vraiment sinistre. Et les gens qui circulent à 22 h sont soit des travailleurs, soit des SDF qui cherchent une clope ou un peu d’argent. 3 ados de banlieue avec leurs petites jambes dans des survêtes étriqués qui achètent au distributeur des saloperies sucrées.

Goulash. Et au lit. Ce matin réveil à 6h puis rendormie. Mails des étudiants, atelier fermé/ 4 cas covid chez moi on se distingue comme on peut !… Pâtes ce midi. Un livre de Norman MAiler que je n’ai jamais lu. Ca commence avec Himmler et l’inceste… Puis je m’endors profondément.

J’aime bien aller seule à l’hôtel quand je travaille. C’est comme un sas. Je bois une bière en bas, ou marche une demi heure dans Perigueux avant le couvre-feu. Ne dîne pas ou commande un tajine poulet que je mangerai devant la télé. Un truc très interessant sur Arte. Bellingcat , les combattants de la liberté. L’alarme de l’hôtel se déclenche et nous invite à rejoindre les sorties les plus proches. Je m’imagine et laçant mes chaussures que je suis sur le Titanic ( l’alarme a u côté marin ). Je sors tranquillement convaincue qu’il s’agit d’un pas grand chose. Une dame court. Effectivement chacun retourne d’où il vient.

Le brouettes de ciment me rappellent les chantiers de mon père ( DELPRAT FRERE ) et les visites des constructions le dimanche. Allergies au visage. Outils, truelle. Faire les lougliers, sortes de loups romains et sangliers des métamorphoses. On voit que ce n’est pas Circé qui est à la bétonneuse.

Chacun s’active. Il y a le rayon moulage avec la radio genre Nostalgie où on entend Garou qui nous casse les pieds avec Esmeralda plusieurs fois par jour. Gérard Lenormand ensuite, c’est sans doute le pire. Puis je chante moi aussi Allumez le feu ou bien une autre connerie. Le programme musical des métalliers n’a rien à voir . Plutôt Métal, c’est le cas de le dire. Les apôtres de Notre Dame sont allongés, soudés, réparés puis comme un Covid enfermés dans un sac plastique.. Il y a la mosaïque et ma fontaine. Quel bazar. Zut j’ai cassé les oreilles de cet animal qui sera fixé au bord. Je n’aime pas l’oeil des serpents. Les fleurs? ça va. Le monstre? Zut le fontainier dit que les canalisations du bras sont trop fines. Mais pourquoi ne l’a t’on pas su. Sandwich à quoi?.Voici l’atmosphère

Tiens

Je ne suis jamais allée à Bomarzo. J’y pense alors que j’écoute France-Musique un opéra argentin de Ginastera ? , des années 60. L’opéra s’appelle Bomarzo. J’entends « Duermes? » chanté par une voix d’enfants. J’adore les choeurs d’enfants et les Christmas Carols de Britten notamment. J’écoute donc à présent France-musique délaissant France-culture ( je n’en peux plus des nouvelles sombres, de la planète moribonde, des déchets, incestes, grèves de la faim et autres réjouissances mondiales ) Dans mon atelier, 3 covid, donc fermeture pendant une semaine. La joie. Suis allée à Sevres voir les résultats des derniers essais. Pas mal le blanc sur fond noir. Un noir profond fait de deux noirs superposés. Chaque fois que je vais un Sèvres il y a un garçon qui joue du piano au Rez de chaussée et je l’enregistre. Si je faisais un nouveau film il démarrerait sans doute par un recherche de sons plutôt que d’images. Cet endroit à la manufacture est très spécial avec ses entrées d’atelier, ses énormes fours à bois entourés de chaine ( pour la dilatation ) . Dans un autre atelier des filles font du « pâte sur pâte  » si je dis bien, qui serait une sorte de bas relief posé sur un vase. L’enfer à réaliser. Et hyper long. C’est quand même un drôle d’univers. Hors du monde, comme les Gobelins, comme la Monnaie.

C. habite toujours à la maison et c’est très agréable. Elle renoue un peu avec ses débuts à Paris. Hier elle avait un coup de blues, de Covid blues. Dimanche L est passé à la maison. J’aime beaucoup cet étudiant qui n’est pas très en forme. J’aimerais pouvoir l’aider à vaincre ses angoisses qui l’empêchent de vivre. Hier réunion Zoom avec Laurence Bertrand Dorleac et ses étudiants. Je suis un peu bavarde. Le matin interview téléphonique où l’on me demande ce que je pense d’un catalogue raisonné me concernant. En fait je n’en pense rien même si je vais être un des cobayes pour un truc internet. C’est vrai que c’est plutôt agréable comme proposition et que CG en a besoin pour travailler. Mais ce qui se passera après ne m’émeut pas particulièrement. Les oiseaux sont particulièrement réceptifs à la musique surtout les perruches.

Je lis la sonate à Kreutzer après avoir abandonné des livres

La caverne de JF Lesueur. Bon je vais préparer mes affaires pour Périgueux

Mouvementé

Lygia Clark

Ce matin levée à 6h30. J’arrivais de Turquie, beaucoup de soucis, des problèmes d’aéroport encore, deux frères turcs et beaucoup d’enfants dans une maison, sais plus. Aussi des chiffres et de noms qui s’évaporent immédiatement au réveil. Neige à Paris. Couvre feu à Paris. Coppola ( Tetro) en cours. M. mieux /ouf et il sortira de l’hôpital Lundi en principe. C’était fatigant ces nouvelles bonnes puis mauvaises. Expo de dessin à la galerie tout à l’heure. Je continue sur place un dessin de 2011 et y ajoute des pages récentes. Ca m’amuse. Sais pas si c’est bien. Sais pas…Passage à Argenteuil. Pas de problème et le chauffage se rallume au quart de tour. N’y ai pas travaillé depuis 10 mois. C’est d’ailleurs incroyable. Mais ranger.

J’ai à peu près terminé le projet Napoléon, travaillé aux Beaux arts Mardi, suis allée à Morlaix Mercredi. JC veut bien m’échanger ses deux dessins , pas les vendre. Il veut des CD de Johnny. C’était crevant la journée et ses 6 heures de train pour 5 heures sur place. Mais il faut déjà choisir des orientations. Pas grand chose de rare en deux mots cette semaine. C’est bien Lygia Clark.

Je viens de rentrer sous la pluie et de finir de regarder Tetro de Coppola. Hum. Je dirais un peu lourd.

Les parties en couleur au début ( Coppelia) sont très belles puis les métaphores dansées… ( L’image de la mère je suppose en Rouge qui s’élève dans sa longue robe rouge°… Les trois acteurs sont impeccables .Vincent Gallo , Maribel Verdu, Alden Ehrenreich

Des hauts et des bas

Jehan Georges Vibert

J’adore ce tableau et surtout cette idée de jeu d’enfants. On a des marionnettes on les déplace comme des soldats sur le théâtre des opérations.Il s’agit d’organiser le sacre. Le nom du peintre m’échapperaient. Il est visiblement spécialiste en « corps ecclésiastique  » avec des rouges flamboyants / Jehan Georges Vibert. Pas mal non? Je poursuis mes recherches sur Napoleon,{rêvé que tout le monde avait le chapeau sauf moi…} me disant que je vais faire vider le salon d’honneur. Out le portrait de Louis 14, celui de Bugeaud etc, et les panoplies. Place à Bibi Fricotin. On ne peut que raser les murs car c’est une salle d’apparat/ celle au centre/ Vue sur la cour/ vue sur le grand Palais. et pas de trucs au milieu. J’ai réussi à ce que l’on enlève le piano à queue. M. des hauts et des bas et j’ai le moral qui suit la courbe. C’est insupportable de ne pouvoir rien faire pour quelqu’un qui souffre. Ca me rend dingue. Ce matin interview à la Galerie pour le Centre Pompidou. Je suis partie tôt. Il faisait nuit. J’aime bien pédaler dans une ville qui commence à s’animer. Hier signature du tableau chez A.P. Puis retour vélo, savourer Paris, le soleil et le froid. Mais triste. Diner clandestin chez C et D.

Aujourd’hui lire les textes de étudiants, demain Beaux-arts et Mercredi Morlaix pour le décor et pour écouter Jean-Claude qui ne sait pas lire, dire Thomas Bernhard. Je suis sûre que ça peut être formidable. J’ai attrapé à la librairie le livre de Lucienne Peiry : les écrits bruts. J’aime surtout les broderies de Bispo do Rosario. C’est époustouflant.

Je m’aperçois de chose oubliées: Hier revu  » Charade » de Stanley Donen  » que j’avais totalement oublié. Magnifique Catherine Hepburn. Très rôle, très spirituel avec Bateaux mouches dans le prix et petits tailleurs ravissants. Un noyé dans sa baignoire, un sanguinolent mort, et trois timbres.

Jeudi retour à l’atelier. Hum. Mais envie d’y aller. Pourvu que je réussisse à allumer le chauffage. D. m’envoie une photo de « sa case » à la Réunion. C’est magique.

Comment se débarrasser du sapin

2015 avant poubelle

La question se pose et c’était amusant de l’extraire de la rue et de le monter ici ( comment R. a t’il fait, mystère / On a mis des épines partout et j’étais bien d’accord avec la dame du RDEC qui munie de son balai pestait.)

Peu de lumière, M. à l’hosto, ce matin café chez D au bar. On dit ce que tout le monde dit et on parle de ce dont tout le monde parle. On lève les yeux vers la télé qui marche sans le son, les vaccins, l’inceste, les restos et les remontées mécaniques et aussi le nouveau virus. Les oiseaux ici gazouillent mais je dois acheter une cage aux deux petits qui sont passés d’une cage loft de 500 m2 à une chambre de bonne en quittant le Forez. J’aimerais bien aller dans un musée. Je regarde le magnifique livre sur Uccello que j’ai eu comme cadeau. Fascinnée par mes Mazocchi. J’aimerais bien aller à Naples, j’aimerais bien n’avoir rien à faire. Dois retourner à A. Je redoute . C’est toujours pénible de recommencer à peindre et je me demande si arrêter serait si pénible. J’ai souvent l’impression que lire me suffirait. Hier les Beaux arts, un étudiant par heure. C’est toujours interessant, pas évident.

Bon , la maquette du salon d’honneur est faite. J’y ai mis le temps . C’est fou d’être lente comme ça.

En plus je n’ai rien à dire. J’ai travaillé à Sèvres toute la journée de Lundi. J’aime beaucoup. Aucune idée du résultat. J’ai fait 3 essais sur 3 formes de vases. Dont un laissé blanc et le dessin en tous petits points ( poncif ) noir. Les points sont faits soit avec une plume soit avec une sorte de coton tige qui vient de chine ( je ne savais pas que les chinois avaient des oreilles d’elfes!) Ce que je fais est assez opposé à ma peinture. Complètement même. J’essaie d’être minutieuse. Et quand je vois les peintres de Sèvres avec leur pinceau à un poil, je soupire.

Je reçois à l’instant un extrait du Petit Manoir, Witkiewicz, puis une étudiante est d’accord pour déplacer sa table, l’autre envoie son texte en retard. Parfois je me dis que e faire qu’enseigner c’est pas mal. Non, j’enlève ce que je viens de dire.

Torticolis suite

Comme ça fait mal ce truc. Impossible de dormir. Alternance film sur mon ordi dans le lit , un truc pas terrible sur MUBI, trop propre , deux vies en parallèle, je ne sais plus de qui c’est. One/ Two je crois est le titre. Bref. Puis conneries affligeantes à la télé puis radio, puis lecture, en ne sachant pas s’il me faut 5 oreillers ou être à plat. Café chez D. Elle me met de la pommade et ça a l’air d’aller mieux. Je regarde le début de Los olvidados sans sous-titre et ce que je voulais voir c’est PIXOTE. Mais ce n’est pas sous titré non plus. BOUGE PAS MEURS RESSUSCITE idem. Zut.

Désoeuvrée, par où commencer. Les Invalides; la fontaine, Sèvres, la scénographie… Pas envie. Lire oui plutôt. Peut être aller marcher pendant qu’il fait beau. Je note Lenka Lente éditeur, j’ai acheté le système périodique de Primo Levi et Ellis Island de Perec et The disaster Artist.

Hier Dimanche, grand vent et pluie. Nous avions RV à 10h pour elle marcher car D.ne connait pas la rive gauche. Je me suis moquée d’elle. Mais comme elle travaille sans cesse… J’avais prévu un itinéraire touristique: Rue des Martyrs, rue du FG Montmartre, les passages, la rue Vivienne, la bourse, la rue de la banque et Jardins du Palais Royal ( ce que je constate c’est qu’une fois de plus j’ai raconté cela hier et que ça a disparu). Je disais que le Palais Royal avait toujours été un lieu d’émotions et de plaisir: La neige et un chanteur haute-contre/ Nous sommes avec AM et écoutons dans le blanc, les dimanche après-midi, promenade et chocolat au Nemours, le pique nique avec C enfant, le premier soleil , les chaises vertes et pieds sur le rebord de la fontaine. Le bonheur total de sentir le soleil/Les fleurs/ Le fou rire absolu qui se termine par des larmes: Un chat très snob apparait alors que nous lisons. Il est de cette race très sophistiquée des chats « nus ». Pas de poil du tout. C’est affreux à mon gout. Me vient une hilarité que rien n’apaise sauf une tristesse soudaine. La femme de Robbe-Grillet qui effectue un « performance  » SM, ridicule à mes yeux, l’attente des résultas d’un examen, les arcades et la boutique de vêtements couture, la promenade du soir avant d’aller diner au Grand Colbert ou je prenais toujours un carpaccio, des frites, puis une dame blanche. Le théâtre, chez Muscade. Le monde le Dimanche…

Donc après avoir abandonné l’idée de cette promenade hier pour cause de météo, je suis remontée à la maison, puis immédiatement redescendue, ayant une folle envie de vent, de pluie, de fraicheur. J’ai effectué le même parcours, traversé la Seine et pris un vélo à l’angle de la Rue Bonaparte pour rentrer.

J’ai lu a nouveau ce magnifique texte d’Artaud sur UCCELLO, puis regardé des choses concernant La Bataille de San Romano, inspecté le tableau, découvert le personnage à 4 jambes, écoute des trucs sur le mazocchio et sur la perpective, repensant aux marqueteries au dessus de Naples … Où? Dans la sacristie de la Chartreuse de San Martino Heu bref- me disant que l’histoire de l’art est un domaine passionnant . Ce soir ce sera les Mots du soir saison II N°33, qu suivent les Mots du soir Saison I qui ont 60 numéros.

NOEL

On a passé un très bon moment à 6. Simple avec le sapin géant qui je dois dire a fait de l’effet. C’était trop moche de voir ces 3 sapins abandonnés sur le trottoir, emballés et qui allaient à la benne le 23. Je crois que l’on n’a jamais eu un si grand arbre même dans la maison d’A. Noel m’a toujours angoissée surtout quand les parents avançaient en âge. L’angoisse aussi c’était le repas su 25 à midi. Oh lala quelle horreur . Personne n’a faim tout le monde a sommeil…. Me suis réveillée avec un torticolis. J’ai l’impression d’être toute tordue; des reins au sommet du crâne.

J’ai lu un texte magnifique d’Artaud Paul les oiseaux ou la place de l’amour. Je souris car l’autre jour un jeune étudiant m’a demandé si je connaissais Paolo Uccelli  » ou un nom comme ça  » . J’ai répondu en disant qu’il s’agissait de deux frères jumeaux- un Uccello , deux Uccelli -on l’aura compris tous les deux peintres. J’ai ajouté que s’il en doutait je savais qui était Mickey.

Comment je regarde des paperoles, magnifiques objets et en arrive a Damian Hirst , mystère. Toujours est-il que je tombe sur un article qui raconte l’installation en hélico d’une sculpture à Saint-Moritz puis je suis poussée vers Venise et son exposition spectaculaire il y a quelques années que je n’ai pas vue. Bon, je reviens aux paperoles.

Paperoles et reliques tissent des allégories du Paradis, lieu protecteur où l’âme peut résider en toute pureté, à l’image des couvents au sein desquels ces objets sont produits. Les paperoles seraient une version sophistiquée des « petits paradis », des boîtes vitrées d’une confection rudimentaire souvent centrées sur l’Enfant Jésus5. Proches des crèches traditionnelles, ces « paradis » – aussi appelés « jardins », « grottes », ou « déserts » selon le style et la composition –, qui ne contiennent ni reliques ni papiers roulés, constituent une variante primitive des reliquaires à paperoles, même si leur côté raboteux les rend souvent davantage oniriques. Troisième déclinaison de ces mondes fermés, les « boîtes de nonnes » en seraient la représentation la plus sévère et minimale : mises en scènes ascétiques, elles montrent la vie des religieuses dans leurs cellules d’une façon tellement dépouillée qu’elles n’ont même pas recours au verre.

Aujourd’hui , seule, ne sais pas trop quoi faire. Pourtant j’ai de quoi m’occuper mais pas envie de travailler. je grimace en tentant de caresser ma nuque. Je vais voir si je trouve un quelconque Beaume. Le voltarene, effet zéro.

Viens de regarder FAntastic Mister fox de Wes Anderson. C’est très bien et les voix top.

Radio en rentrant.

Pasolini interviewve Erza Pound.

Qui je suis lu par Pierre Clementi (avec des coupes)

Retour du château. Vu l’implantation de la fontaine et il est certain que la couleur ciment ne convient pas. Quant aux formes il faut que j’y mette la main, car agrandir ce n’est pas faire. Décidemment entre Sèvres et la journée délicieusement désespérante après avoir vu le travail d’email de A. Incroyable dextérité, magique savoir de formes et de chimie, aisance du trait. Disons le, à côté je peins avec des gants de boxe. Au château la boue aspire une de mes bottes et la chaussette. On rit. Rayon sculpture je grince un peu des dents aussi. Me suis fait tester là-bas. Oh ça pique. C’est surprenant comme sensation. Désagréable c’est certain. J’ai mal au dos et ce point de côté un peu bas. Pénible. Bouger absolument. Refaire du sport est indispensable sinon ce sera la catastrophe.

« L’exceptionnel: Je cherche des cas limites. La nature n’est pas naturelle. Pas de moyenne, mai des cas limites des extrêmes; Mes films sont des tragédies modernes. Porcherie est une oeuvre lisible à 2 niveaux

Les Mots du soir saison II N)28 ce sera Perec et les choses à faire avant de mourir.

Choses simples :
– une promenade sur les bateaux mouches
– me décider à jeter un certain nombre de choses que je garde sans savoir pourquoi je les garde
– ranger une fois pour toutes ma bibliothèque
– faire l’acquisition de divers appareils électroménagers : un lave-vaisselle, un lave-linge
– m’arrêter de fumer
Choses liées à des désirs plus profonds :
– m’habiller de façon différente : porter une cravate, porter un costume trois pièces
– aller vivre à l’hôtel à Paris
– ou : aller vivre à la campagne
– aller vivre pendant assez longtemps dans une grande ville étrangère Choses liées à des rêves de temps et espace :
– passer par l’intersection de l’équateur et de la ligne de changement de date (méridien de Greenwich en plein Pacifique)
– aller jusqu’au cercle polaire
– vivre une expérience hors du temps : dans une grotte, sans point de repère de temps
– faire un voyage en sous-marin
– faire un long voyage sur un navire
– faire un voyage en ballon
– aller aux îles Kerguelen
– aller du Maroc à Tombouctou à dos de chameau en 52 jours
Choses que je voudrais avoir le temps de bien découvrir :
– aller dans les Ardennes

– aller à Bayreuth, Prague ou Vienne

– boire du rhum trouvé au fond de la mer, comme le capitaine Haddock dans Le Trésor de Rackham le Rouge
– avoir du temps de lire Henri James
– voyager sur des canaux

Choses liées à un bloc d’apprentissage :
– trouver la solution du cube hongrois (rubik’s cube)
– apprendre à jouer de la batterie, faire du jazz
– apprendre une langue étrangère (l’italien)
– apprendre le métier d’imprimeur
– apprendre la peinture
choses liées à mon travail d’écrivain (projets) :
– écrire pour de tous petits enfants (entre 6 mois et 4 ans)
– écrire un roman de science-fiction
– écrire un scénario de film d’aventure dans lequel on verrait 5000 Kirghizes cavaler dans la steppe
– écrire un vrai roman de feuilleton
– travailler avec un dessinateur de BD
– écrire des chansons
divers :
– planter un arbre
choses impossibles, car impliquent des gens qui sont morts :
– me saouler avec Malcolm Lowry
– faire la connaissance de Vladimir Nabokov

C’était en septembre 1981. Georges Perec mourra d’un cancer quelques moins plus tard, en mars 1982.

Faire un cahier avec les motifs que j’utiliserai. Faire un dessin préparatoire pour poser l’émail. Entrainer ma main encore le 4 janvier.

DONC

Les journées à Sèvres pour le projet : Peinture et ornementation de 7 « vases » dont le plus grand fait 120 cm de haut.J’y vais demain toute la journée pour continuer les essais. L’autre jour je suis allée dans les archives avec possibilité de consulter des motif sutilisés au cours du temps.. Ca me plait d’aller travailler là-bas et ce n’est pas simple car je n’ai pas l’expérience de l’émail etc.j’ai essayé les filets. Bref c’est amusant. Acheté un pull qui me plait, reçu la claque des impôts, passée à la galerie, ne me suis fâchée avec personne, Beaux arts toute la journée de Vendredi. Je regarde l’interview de Yulong. Pas fameux. Son très mauvais, caméra qui bouge. Je ne comprend pas ce qu’ils ont fait.

Il fait noir. Du monde dans la rue. Troisième confinement? Ce serait pénible. Mal au dos toujours. Je n’ai plus envie de campagne . recommencer à travailler. Exposition au Brésil en 2022 + le reste. Si Los Angeles marche il va falloir s’activer.

Faire des analyses. Prendre le RV. Facture des garages, chèque pour Benoit, acheter deux cages pour le bien être des oiseaux. Ai regardé Monster Chetwynd dont les démesure me fait rire, tout comme Cate Giordano. Commandé les Ecrits bruts et à ce propos j’ai vu un très beau dessin de JC un des acteurs de catalyse. C’est le plus âgé. J’aimerai qu’il dise Thomas Bernardt ( lu les 4 délicieusement méchantes nouvelles dans Goethe se mheurt ( ce n’est pas une faute d’orthographe ) .

dessin dans le cahier de Jean-Claude acteur de catalyse

Lundi donc Sévres, mardi au château pour la fontaine, et ensuite travailler ici ( continuer les pages de Viviers )

REPRISES

1 NOVEMBRE Cette nuit j’ai passé le Bac. Suis arrivée en retard , ai perdu mes affaires. Ne trouvais plus rien. Résultat un grand dessin représentant Louis 14, et un petit représentant ??? Aussi un texte. L’angoisse dans la nuit !!!! Mélange géographique Paris Amiens, Palais Royal -rue Saint Fuscien.. Niveau blog j’ai tous mes posts récents dans la stratosphère… Je vais régler ça. Paris. Automne en ville calme, c’est bien aussi. J’ai lu une interview intéressante de Marie Darrieusecq sur le plagiat et le plagiat psychique? Je trouve qu’elle parle très bien de ces guerres justifiées ou non, douloureuses ( voir Celan .. ?) (Rapport de police. Accusations de plagiat et autres modes de surveillance de la fiction)

7 NOVEMBRE Ce n’est pas une crucifixion ( plutôt une crucifiction d’ailleurs ). Les oiseaux ce matin sont bavards. Une mouche bourdonne. Il y a pas mal de coccinelles et les vaches -je tourne la tête – broutent doucement. Automne, feuilles mortes ( ben oui ). Promenades de 10-12 km chaque jour. Cette petite application me permet de trouver plein de nouveaux chemins et surtout d’en sortir. Tout se ressemble un peu dans les bois. A propos, je ne comprends pas ces traces de chenilles qui créent de vrais autoroutes forestiers. On a l’impression que Herzog vient de filmer la montée du bateau de Fitzcarraldo. J’ai repris Conquête de l’inutile que j’avais abandonné. Mais voici que je comprends que ce n’est pas vraiment un journal, mais une fièvre pleine d’animaux, de serpents et d’oiseaux.

« Conquête de l’inutile survivra à tous mes films. J’en suis sûr. Les films ont de toute façon une durée de vie limitée. Les gens doivent bien comprendre que ce livre est une œuvre de prose, un rêve ou un délire en état de fièvre. A fever dream. A fever delirious. Ce n’est pas un journal de tournage. Seule la structure extérieure en adopte la forme et le ton.  C’est un texte purement littéraire déguisé en journal de bord. A l’origine c’était bien sûr un journal, mais seule une toute petite partie de ce qui y est écrit est tiré d’événements effectivement survenus au cours du tournage de Fitzcarraldo (1982). Je décris avant tout des événements intérieurs. Je le redis, c’est le rêve d’un homme qui a la fièvre. C’est un livre de catastrophes inventées. Comme si, pendant que je tournais Fitzcarraldo, j’écrivais de la poésie sur ce que c’est que vivre dans la jungle. » – Werner Herzog.« J’ai cette réputation sulfureuse de prendre des risques lors de mes films, de faire des choses risquées, mais cela n’est pas de mon fait, c’est le problème des médias, mais je dois reconnaître qu’il m’est arrivé de jouer avec la roulette russe. »

J’ai retrouvé un article ou il déclare: « JE VEUX ÊTRE LE FRELON QUI PIQUE »( 19 aout 2020 / Le Monde. Je ne connais pas son dernier film Family Romance, tiens je vais voir. 

Pas encore remontée sur le vélo. 

Repris LES MOTS DU SOIR saison II: Herzog, Kundera, Edward Bond, Beckett. Ce soir je ne sais pas ce que j’enverrai. Je fais ça lorsqu’il fait nuit, vers 18h. Aujourd’hui, c’est le dernier jour de l’exposition. Hum. Elle aura quand même duré un peu.  Ici je trie des articles découpés, les assemble. J’ai installé une grande table pour dessiner. Mardi on aura la fibre ( je ne voulais pas mais vues les circonstances je suis obligée). Je n’ai pas résisté à l’achat de Metropolis de Phillip Kerr !J’avais été très déçue par Bleu de Prusse que je trouvai sans intêrêt sauf pour les éditeurs au moment de sa mort. 

J’ai mal au dos sauf quand je marche. 

#dessin#forets#herzog#marche#mots-du-soir-ii#viviers-confin-2

OUF/ 8 NOVEMBRE

C’est quand même un sacré soulagement de voir ce type débarrasser le plancher comme on dit. Il ne va malheureusement pas s’évaporer comme par miracle mais… Sa bêtise l’a rendu hideux , lourd , atroce, déplacé en toutes circonstances. Un chien dans un jeu de quilles et un chien moche en plus. Vulgaire, Ubu, ridicule. 

Vélo gonflé. Petite appréhension quant à ma forme physique. Mais j’ai envie d’en faire c’est le principal. Quand je pense à tous ces km sur route et dans les bois. Puis plus rien. Bon. c’est ainsi. Soleil timide. Un peu fais. les oiseaux aiment Tchaikovsky visiblement. Ah, un rayon de soleil plus audacieux.

9 NOVEMBRE/ THOM

Je viens de visiter le long clip de la collection printemps 2021 de Thom Browne. Chaque défilé est un monument d’inventions. J’aime un peu moins le dernier avec les masques d’animaux. Les « jeux olympiques »sont plus rares je trouve et le fameux chien qui vole et dépose deux jeunes femmes jumelles venues d’on ne sait où pour allumer la flamme olympique!. Le présentateur entouré de drôles de figures et sa correspondante… Les drapeaux…Un des plus beaux défilés est me semble t’il cette sorte de cérémonie mortuaire inspirée de Barry Lindon. Je ne sais plus l’année. Ce que j’aimerais savoir c’est économiquement parlant comment tout cela fonctionne. Ca me semble être monstrueux de travail, préparation, fabrication, prises de vues, 3D. Temps splendide aujourd’hui. Commande à G. de la table à dessin et ordinateur. Je regarde …; Je regarde quoi, ah oui quelques textes d’Académie avec des sujets interessants genre Mécènes érudits et peintures énigmatiques du XV ème siècle 

Vélo, ce n’est pas une victoire très nette mais c’est un début et je suis contente.

#thomas-browne

10 NOVEMBRE/ NOTES

MECENES_ERUDITS_ET_PEINTURES_ENIGMATIQUES.pdf

Mathieu d’Escouchy, chroniqueur de l’époque, fit un récit détaillé du Vœu du faisan 😦 ça me plait comme nom le Voeu du Faisan )

« Après l’apparition d’un géant escortant une dame représentant la sainte Église, apparaît dans la salle du banquet : «Toison-d’Or, roy d’armes, lequel portoit en ses mains un phaisant (faisan) en vie, orné d’un riche collier d’or, garny de pierres fines et de perles ; et après iceluy Toison-d’Or, vinrent deux damoiselles adextrées de deux chevaliers de la Toison-d’Or. Ils s’avancèrent jusques devant le duc, où après avoir fait la révérence, ledit Toison-d’Or parla à icelui duc en ceste manière : »

« TRÈS HAUT ET TRÈS PUISSANT PRINCE, ET MON TRÈS REDOUTABLE SEIGNEUR, VOYEZ ICI LES DAMES QUI TRÈS HUMBLEMENT SE RECOMMANDENT À VOUS ; ET POUR CE QUE C’EST LA COUTUME QUI A ESTÉ ANCIENNEMENT INSTITUÉE, APRÈS GRANDES FESTES ET NOBLES ASSEMBLÉES, ON PRÉSENTE AUX PRINCES ET SEIGNEURS ET AUX NOBLES HOMMES LE PAON OU QUELQUE AUTRE NOBLE OISEAU POUR FAIRE DES VŒUX UTILES ET VALABLES, POUR CE SUJET ON M’A CI ENVOYÉ AVEC CES DEUX DAMOISELLES POUR VOUS PRÉSENTER CE NOBLE PHAISANT, VOUS PRIANT QUE LE VEUILLEZ AVOIR EN SOUVENANCE. »

« CES PAROLES ESTANT DITES, ICELUI DUC PRINT UN BREF ESCRIPT, LEQUEL IL BAILLA À TOISON-D’OR, ET DIT TOUT HAUT : JE VOUE À DIEU, MON CRÉATEUR, À LA GLORIEUSE VIERGE MARIE, AUX DAMES ET AU PHAISANT, QUE JE FERAY ET ENTRETIENDRAY CE QUE JE BAILLE PAR ESCRIPT. »

« Toison-d’Or prend alors l’écrit et en fait lecture à haute voix. C’était le vœu que faisait le prince d’entreprendre et d’exposer son corps pour la défense de la foi chrétienne, et pour résister à la dampnable entreprinse du Grand-Turc et des infidelles… Et, ajouta-t-il, si je puis, par quelque voye ou manière que ce soit, sçavoir ou cognoistre que ledit Grand-Turc eût volonté d’avoir affaire à moy corps à corps, je, pour ladite foy chrestienne soustenir, le combattray à l’ayde de Dieu tout-puissant et de sa très douce mère, lesquels j’appelle toujours à mon ayde. » »

Il est fait appel spécialement à de nombreux artistes pour participer à la décoration des lieux de festivités. La liste nominative et leur rémunération sont connues grâce aux archives ducales. On signale la présence de Jacques Daret, le mieux payé d’entre eux, mais aussi de Jean HennecartJean Le TavernierSimon Marmion3.

14 NOVEMBRE/ EN ECOUTANT JACQUES VACHÉ

Ma table à Viviers

Je ne peux pas m’empêcher de battre des mains lorsque par magie et en deux secondes arrivent dans le dossier de téléchargement des livres ENTIERS: Oblomov, Locus Solus, l’Iliade et j’en passe. C’est quand même incroyable pour une personne de ma génération. Autre chose étrange. Je reçois les infos de la maison Piasa et ils annoncent la vente Aznavour. Incroyable son univers. Je ne m’attendais pas à un intérieur si conventionnel composé de tapisseries, meubles 18eme, bustes Romains, lustres. Une boutique d’antiquaire, un monde complètement non contemporain, un monde à mon sens irrespirable ( comme l’était celui de Pierre Bergé -bien plus rare et beau avec de vrais chef-d’oeuvres-mais néanmoins pas d’air frais. J’écoute une émission sur Jacques Vaché mort à 23 ans…. 

Rentrée à Paris Mercredi soir 11 Novembre. Beaux-arts Jeudi et Vendredi. Ecole déserte. 

Montrer patte blanche. Rendez vous d’une heure comme chez un médecin lent. Ambiance étrange. Paris sans cafés n’est pas Paris. On dirait un décor, chacun chemine fait 3 courses et rentre chez soi. « —L’incertitude des sirops— » A

Aller Saint Etienne Paris, un gros garçon devant moi n’arrête pas de se frotter les mains, comme s’il avait attrapé la maladie du gel hydro alcoolique ( soleil intense sur ma joue gauche-une mouche me tourne autour_ Bref il y a toujours chez l’inconnu quelquechose qui vous fascine ou vous exaspère, mais ce qui est bizarre c’est qu’un simple geste répété crée un malaise. On devine au travers de ce frottement un mal être, et je détecte celui ci comme celui d’une personne prête à s’excuser d’être vivante. Et toujours en trop. trop gros, trop présent, trop tout.Heureusement j’ai mes écouteurs / je ne m’en sers jamais / pour fuir ce bruit d’ailes. Boulevard de Clichy devant l’Elysée Montmartre un homme debout agite don bras comme s’il battait la mesure. Je m’arrête un moment et le regarde. D. Le connait, enfin l’a repéré elle-aussi. La veille j’avais vu des documents sur les traumatismes de 14 et ces tremblement horribles et incapacité à retrouver un corps droits juste Poor des raisons de désordre psychique: Rester dans la position de protection instinctive lors d’une attaque. Un repli sur soi dont on ne peut plus s’extraire. Je repense à mon enfance et à la position que j’adoptais au coucher. Sur le dos Bras at jambes un peu écartés de peur d’être saisie dans la nuit par la polio. Je n’avais en tant qu’asthmatique pas été vaccinée. 

Les oiseaux sont encore pondu, arrangé le nid. Mais de naissance point. 

« La vérità in cimento », La vérité à l’épreuve

Vivaldi fut au cœur d’une querelle esthétique déclenchée par un virulent pamphlet satirique du compositeur conservateur Benedetto Marcello (1686-1739). Reconnaissable sous l’anagramme d’ « Aldiviva », Vivaldi était attaqué comme un des représentants majeurs du renouveau de l’opéra. 

Résumé

« Héritière du sultanat de Joghe, Roxane doit épouser Melindo, le fils de Mamoud, sultan de Cambaja. Pour ne pas risquer de compromettre cette union dictée par des impératifs politiques, Mamoud décide de révéler qu’une substitution d’enfant a eu lieu autrefois avec son consentement. A Selim, le fils légitime qu’il a eu avec la sultane Rustena, Mamoud a substitué Melindo, un bâtard né de ses amours avec sa favorite Damira. Cette dernière est décidée à tout faire pour que le trône revienne bien à son fils, Melindo. Selim, persuadé d’être le fils de Damira, se désespère car il aime Roxane et voudrait empêcher son mariage avec Melindo. Quand Mamoud révèle que Selim est le véritable héritier, Roxane accepte de l’épouser. Tout pourrait donc rentrer dans l’ordre voulu par Mamoud mais ce serait sans compter sur l’action conjointe de l’ambitieuse Damira, et de la naïve Rustena qui ne veut pas accepter la vérité et continue à considérer Melindo comme son fils. Ce serait aussi oublier que Roxane aime toujours Melindo qui est maintenant fou de jalousie… Après bien des revirements, la sublime bonté du généreux Selim fera revenir le bonheur et la concorde. « 

Je dis 

OH OH OH

#bozar#jacques-vache#tocs#vivaldi#viviers-2020

17 NOVEMBRE / Le daimon/ Comment la religion vint aux hommes

J’ai ouvert mon téléphone vers 5 h ce matin pour avoir un petit ronron sonore et je tombe sur une merveilleuse émission ( un épisode ) de Vinciane Pirenne-Delforge.( 2019) Comme c’est agréable de se tourner retourner sous la couette avec cet objet rectangulaire et plat, qui m’apporte ce savoir. Il y a je crois 16h d’émission….

Durkheim/ definition de la religion/ Opposition entre les choses sacrées et profanes ( 19 ème). La religion / Fait social/ reprendre dans des conditions nouvelles le problème de l’origine des Religions et de la religion/ Taylor= animisme/ Freud Totem et Tabou.

Définition opératoire de la Religion: La religion est une institution qui régit selon des modèles culturels les relations avec la sphère supra-humaine dont cette culture postule l’existence.

Rites/ Pratiques et entrer en relation avec les sphères supra humaines/ comment se comporter avec les choses sacrées

Oups l’énumération du nom des penseurs Grecs…. Critias, Prodicos, Ephemère.

C’est un beau nom Ephémère / Il remet bien les choses en place et plutôt que de se tourner vers des prénoms à la con des séries, mieux vaudrait se servir dans l’antiquité.

Une vache était mal en point hier en haut du pré. Elle n’était pas sacrée. Je l’ai observée de loin et aussi l’approche des corbeaux . Elle a bougé la tête quand l’un d’eux lui a piqué l’oreille. Je voulais approcher, mais elle n’était plus là. 

Statut / Puissance d’action/ traditions narratives/ Démonique/ Acteurs du culte/ Dualité/ Acteurs du culte engagés dans les démarches rituelles.

Les Dieux grecs sont des puissances et non des personnes.

Nouvelle perruche gris bleuté. Elle entre dans la cage où Coco Montaigne, maitre du territoire, bat soudainement des ailes. Puis ils restent chacun dans leur coin, au sens propre du terme. Ce matin, ils étaient côte à côte. Les Mandarins pondent mais rien n’éclot ( c’est peut être un peu comme à l’Université !!) C’est bizarre. Les oeufs n’ont pas l’air de les passionner et ils ne couvent pas. J’en ai récupéré 15 et il y en a 3 dans le nid.

Beau temps pâle. Aller marcher maintenant ou plus tard? Question importante.

J’ai filmé le ciel hier, c’était magnifique avec les nuages qui filent à toute vitesse.

#vinciane-pirenne-delforge

18 NOVEMBRE /Promenade 15 km

Temps printanier / je pars de La Citre et laisse la voiture là. Environ 15 km de chemins que je ne connais pas. Cette application est géniale. Traversée de ruisseaux, de forêts, grand soleil. Retour vers 14h .Lecture au soleil. Yaourt et céréales. Dessin et papier carbone que je redécouvre. Sais pas si c’est bien. ( repensons à la lettre géniale de Sol Lewit à Eva Hesse ). 

Chère Eva, 

Cela va faire quasiment un mois que tu m’as écrit, et peut-être as-tu oublié quel était ton état d’esprit (quoique j’en doute). Tu ne changes pas et, fidèle à toi-même, tu ne le supportes pas. Non ! Apprends à dire au monde : « Va te faire foutre ! » une fois de temps en temps. Tu en as le droit. Cesse un peu de penser, de t’inquiéter, de te méfier, de douter, de t’effrayer, de peiner, d’espérer une issue facile, de lutter, de te cramponner, de t’embrouiller, de gratter, de griffer, de marmonner, de bafouiller, de grogner, de te rabaisser, de broncher, de marmotter, de grommeler, de miser, de culbuter, d’écumer, d’escalader, de trébucher, de tramer, de rouspéter, de pleurnicher, de te lamenter, d’affûter, de désosser, de déconner, de pinailler, de chicaner, de compisser, de trifouiller, de t’emmerder, de te leurrer, de moucharder, de cafarder, de poireauter, de tâtonner, d’abominer, de payer, de scruter, de percher, d’entacher, de trimer, de trimer encore et encore. Arrête — et contente-toi de FAIRE ! 

D’après ta description, et d’après ce que je sais de ton travail antérieur et de ta capacité ; ton travail semble très bon « Dessin-propre-clair mais dingue comme des machines, en plus grand et en plus vigoureux… véritable non-sens ». Ça m’a l’air bien, formidable — du véritable non-sens. Va plus loin. Encore plus de non-sens, encore plus de dinguerie, encore plus de machines, encore plus de seins, de pénis, de chattes, de ce que tu veux — fais foisonner tout ça avec le non-sens. Essaie de titiller cette chose en toi, ton « humour bizarre ». Tu appartiens à la part la plus secrète de toi-même. Ne te préoccupe pas de ce qui est cool, fais ce qui selon toi n’est pas cool. Fabrique ce qui t’est propre, ton propre monde. Si tu as peur, fais-le fonctionner pour toi — dessine & peins ta peur et ton anxiété. Et cesse de te préoccuper de ces choses grandes et profondes telles qu’« opter pour un but et une manière de vivre, l’approche cohérente d’une finalité même impossible ou d’une finalité même imaginaire ». Tu dois t’entraîner à être stupide, muette, étourdie, vide. Alors tu seras capable de FAIRE ! 

J’ai grande confiance en toi et bien que tu te tourmentes, ton travail est très bon. Essaie un peu de faire du MAUVAIS travail — le pire qui te vienne à l’esprit et vois ce qui se passe, mais surtout détends-toi et envoie tout au diable — tu n’es pas responsable du monde — tu es seulement responsable de ton œuvre — donc FAIS ÇA. Et ne pense pas que ton œuvre doive se conformer à une quelconque forme, idée ou saveur préconçue. Elle peut être tout ce que tu veux qu’elle soit. Mais si la vie était plus facile pour toi en arrêtant de travailler — eh bien arrête. Ne te punis pas. Je pense toutefois que c’est si profondément enraciné en toi qu’il devrait t’être plus facile de FAIRE ! 

Quelque part, malgré tout, il me semble que je comprends ton attitude, parce que je traverse parfois un processus similaire. Je suis pris dans une « Déchirante Réévaluation » de mon travail et je change tout autant que possible = je déteste tout ce que j’ai fait, et j’essaie de faire quelque chose d’entièrement différent et meilleur. Peut-être ce genre de processus m’est-il nécessaire, parce qu’il me pousse à avancer. Le sentiment que je peux faire mieux que la merde que j’ai faite. Peut-être as-tu besoin de ton déchirement pour accomplir ce que tu fais. Et peut-être que cela t’incite à mieux faire. Mais c’est très douloureux, je le sais. Ça irait mieux si tu avais assez confiance pour faire le boulot sans même y penser. Ne peux-tu laisser le « monde » et l’« ART » tranquilles et aussi cesser de flatter ton ego. Je sais que tu (comme n’importe qui) ne peux travailler que jusqu’à un certain point et que le reste du temps tu es livrée à tes pensées. Mais quand tu travailles ou avant de travailler tu dois vider ton esprit et te concentrer sur ce que tu fais. Après que tu as fait quelque chose, c’est fait et c’est comme ça. Au bout d’un moment, tu peux voir que des choses sont meilleures que d’autres, mais tu peux voir aussi dans quelle direction tu vas. Je suis sûr que tu sais tout cela. Tu dois aussi savoir que tu n’as pas à justifier ton travail — pas même à tes propres yeux. Bon, tu sais que j’admire grandement ton travail et que je ne comprends pas pourquoi il te tracasse autant. Mais tu peux voir ce qui va suivre et moi non. Tu dois aussi croire en ta capacité. Je crois que c’est le cas. Alors tente les choses les plus outrageantes que tu peux — choque-toi toi-même. Tu as en ton pouvoir la capacité de tout faire. 

J’aimerais voir ton travail, mais je me contenterai d’attendre août ou septembre. J’ai vu des photos de choses nouvelles de Tom chez Lucy. Elles sont impressionnantes — surtout celles qui ont la forme la plus rigoureuse : les plus simples. Je suppose qu’il en enverra d’autres plus tard. Dis-moi comment se déroulent les expositions et ce genre de choses. 

Mon travail a changé depuis que tu es partie et il est bien meilleur. Je ferai une exposition du 4 au 9 mai à la Daniels Gallery, 17 East 64th Street (là où était Emmerich), j’espère que tu pourras être là. Mon affection à tous les deux, 

Sol 

Source : Lettre de Sol LeWitt à Eva Hesse datée du 14 avril 1965, Sot LeWitt, cat. exp., éditions du Centre Pompidou-Metz, 2012.

Première publication en anglais in Lucy R. Lippard, Eva Hesse, cat. exp., New York. New York University press, 1976. L’original de la lettre est conservé dans la LeWitt Collection, Chester, Connecticut, États-Unis. Traduit de l’anglais par Catherine Vasseur. 

C’est de l’imagerie, du montage d’images. Pas plus. Ne vois pas le temps passer. Hier verre et un peu de fromage de chèvre avec G et M. Puis retour et « melofilm « très beau. Cold War de Pawel Pawlikowski. 

Appel de Y. émouvant – et qui décide de repartir en Chine. Je lui dis de ne rien précipiter, de ne pas prendre de décisions irréversibles. Qu’il rentre et voie sa famille quittée depuis plus d’un an. Il est triste . Ca me touche. Il a peur de m’avoir déçue. Il dit qu’il a 30 ans. Ce qu’il fait est très beau/ des costumes, des coiffes , des dessins, des rideaux. Mais sans doute trop réservé.Pas facile tout ça. Si c’est en Chine qu’il est heureux il faudra rester en Chine. 

#dessin#marche#trump#yulong

19 NOVEMBRE / STATE FUNERAL/ MON PETIT STALINE SALETÉ

Il faut absolument voir STATE FUNERAL. C’est un documentaire de Losnitza dont je n’ai pas vu les films. Un truc me prend la tête , un tout petit extrait sonore sur France Culture, je cherche désespérément de quel film ca vient: Je vois une boite de nuit, la guerre froide, une femme chante. Grr. photographie le lever du jour.Allumé FC et me suis rendormie. Le mal de tête hier soir et encore ce matin me transforme en animal qui suiffe ici et là pour savoir s’il a encore un odorat. Le Nescafé a bien son goût de Nescafé. J’ai un peu froidd mais j’ai la flemme d’aller chercher un pull.

Ils exagèrent au gouvernement avec leurs déclarations, ( les journalistes qui devraient prévenir lorsqu’ils couvrent un événement ) et la police filmée floutée, ça ressemble aux prémices d’une dictature? Non. On ne peut pas sortir, se réunir, il faut des autorisations ridicules. Ca ne rappelle rien? Tiens sur FC ils disent ça. Il faut arrêter là. J’ai regardé hier soir Fritz Bauer, un Heros Allemand. Interessant. Et que c’est bon de ne pas voir de films Français avec leurs petites situations intimistes. J’exagère mais c’est rafraichissant de ne pas connaitre les acteurs, donc de ne pas penser à eux dans d’autres situations. . Tiens le brouillard est là. J’aime bien je dois dire. Je vais dessiner. Me demande bien ce que je fais. Soupçonne que ce n’est pas terrible, que je me répète un peu. Oser. Je le pr^che à longueur de Beaux-arts . Je ferai mieux de. Pas de peinture car l’atelier ici est hors saison. Il faut néanmoins que j’y passe pour prendre quelques unes des revues d’art que j’avais achetées à la brocante. Je ne me souviens pas dutitre, mais c’est la peinture des années 1910, l’Officielle, l’horrible et académique. Il y a cependant des images très belles en Noir et Blanc d’oeuvres du passé.

j’ai essayé le nouveau vélo de F. ma voisine d’en face. Une Rolls. Un VTT électrique ( n’est ce pas contradictoire? ) qui pèse 23 kg, avec des suspensions dingues et une selle qui monte toute seule. Jamais vu ça. J’en ai rêvé. Je crois que je vais m’acheter un vélo de route pour m’y remettre. Un léger. On ne voit plus rien dehors. J’entends un type couper du bois. 

#staline#state-funeral#velo

Ce site gratuit est financé par la publicité. En savoir plus

Me revoilà

Dans les bois hier

Je me demande si je ne suis pas mon unique lectrice mais peu importe. 19h32. Nuit depuis plus d’une heure, France Musique et vision surréaliste des vaches dans le pré d’en face qui suivent un engin agricole plein phares blancs. C’est très beau. Ce matin je suis allée à pieds chercher le Monde, 12 km AR pour un journal. A l’aller j’ai pris la route et moi qui déteste ça j’ai mis un casque qui trainait ici, et j’ai écouté Peter Handke. J’aime beaucoup sa voix, son Français puisque je ne peux pas juger de son autre langue, pas l’allemand l’autre , heu Slovène sans doute. J’entends parler de marche et qu’il est impossible de ne pas pratiquer la marche, du désert , de la peur, de l’écriture qui ne se fait pas par plaisir. Des questions/ Toujours trop de questions. J’avais oublié Colette Felouz qui mène la danse, sa voix à elle aussi. Il lui dit d’arrêter de regarder le magnéto, qu’on ne peut pas faire  » comme ça « . Il parle d’amour, et j’ai regardé à 40:22 pour les étudiants, le moment où je crois il évoque la nécessité de la nullité.

Un faisan Pffft devant moi et hier en reconduisant Gilles, deux chevreuils. des corbeaux, des rapaces, des coccinelles et des mouches lourdes dans leur vol, comme saoules ou anesthésiées, trop faciles à coincer tellement elles sont lentes. Cimetière, chrysanthèmes sur la tombe de Jane. Rectangles de terre délimité par des pierres: Réservé. Comme au restaurant, comme lors d’une projection.

Installation de tables et de tréteaux parce que l’atelier est trop froid même si le temps est doux et il n’y a pas assez de lumière. Et surtout je n’ai pas envie de peindre.

Expo sur RV. Zut. Ca a très bien commencé. Donc demain une semaine toute neuve commence. Marche, j’espère m’y tenir, travail ( lequel ( Napoleon et Gulliver etc… ) , album et articles de presse et dessins, Etudiants. J’autrai la fibre le 10. Fini le Moyen Age malheureusement !!!

RETOUR

Me revoici. Pas de reseau, confinement depuis le 14 Mars. Ai-je écrit depuis je crois. . A présent le texte le plus récent.

Puisque je n’avais rien de vrai à raconter, n’ayant jamais rien vécu d’intéressant, je me suis adonné au mensonge avec beaucoup plus d’honnêteté que les autres, car je dirai la vérité au moins sur ce seul point : en disant que je mens .

  Lucien de Samosate  Histoires vraies. 

I HATE MY PAINTINGS …

Moi, regardant une de mes peintures en cours de réalisation. Chaussettes Tom Browne ( zut il manque une rayure )

JE DÉTESTE MES PEINTURES… fait suite à deux précédents livres-notes: En finir avec l’extension du pire, 2012 et Fair is foul, Foul is fair, 2014…

Cette fois, c’est un livre sans chapitres. Sans vraiment de présentation.  Un livre d’images et de textes que j’ai choisis: De Claude Regy à Paradjanov en passant par Bruce Nauman, François le Lionnais, Thomas Bernhard (évidemment ) ou Sebald…Walter Benjamin, Marc Aurèle, Benjamin Péret ou… 

Mais il pourrait y en avoir tant d’autres… Au hasard: Les cahiers d’Aspern de James,  Pompes funèbres de Genet, Tristam Shandy de Sterne, Le grand Cahier d’Agota Christoff, Premier amour de Sandor Marai…Les cahiers de Malte Laurids Brigge de Rilke… L’excursion des jeunes filles qui ne sont plus de Anna Seghers, Miss M. De Walter de la Mare, et John Copper Powis, et Cervantes et Sartor Resartus de Carlyle, et La baleine de Dublin de Ray Bradbury , et… Et d’autres livres encore et d’autres images. 

Des trucs à « eux », des choses à moi qui tantôt s’assemblent, tantôt disparaissent pour s’aimanter ailleurs. 

Mais ici tout est vrai: 

Mr Arkadin, Orson Welles

NUIT / La peau de l’écureuil

J’ai fait un rêve curieux. Un bolide en flammes tournait autour de la maison d’Amiens.

Quelqu’un est apparu devant moi, portant sur son épaule un bâton. Sur ce bâton était piqué la peau d’un écureuil. Pas n’importe quel écureuil. Vous voyez la photo en couleur où l’on me voit assise sur une table face à ce jouet en peluche? Je dois avoir un an. Eh bien la dépouille rousse-brune portée par l’inconnu, sur son épaule, au bout d’un bâton, comme lors d’un un retour de chasse, était celle de l’écureuil de ma petite enfance. Il est beaucoup trop grand pour moi. Je sais qu’il était bourré d’une sorte de paille et que ses yeux n’étaient pas en verre. Je ne trouve plus cette image .

D’une peluche à l’autre je pense à présent, aux terrifiants ours allemands- les ours Hermann? -avec leur visage méchant, leurs yeux menaçants. Comme si cette seconde guerre mondiale ne suffisait pas pour effrayer les enfants. Il fallait « ÇA » en plus. Bref…

JOUR / Écureuils retrouvés

Le Neveu de Wittgenstein  Thomas Bernhard 1982

Puis

JOUR / 28 Décembre 2014/ DAYS

« De mon banc j’observais les écureuils qui partout dans le parc ( d’où j’étais il paraissait immense ) grimpaient en un clin d’oeil dans les arbres et en redescendaient tout aussi vite, et qui semblaient n’avoir qu’une seule passion: Ils happaient les mouchoirs en papier qui trainaient un peu partout sur le sol,  jetés par les malades des poumons et ils les emportaient à fond de train sur leurs arbres. Partout on les voyait, venus de tous les coins, filer dans toutes les directions avec ces mouchoirs en papier dans la gueule, jusqu’au moment où, dans le crépuscule on ne pouvait plus distinguer, filant en tous sens, que les points blancs des papiers qu’ils tenaient dans leur gueule. Je restais là assis, savourant le spectacle, non sans bien entendu y greffer les réflexions qu’une telle observation ne pouvait manquer de susciter. On était en Juin, les fenêtres du pavillon étaient ouvertes, et à partir d’un schéma rythmique finalement orchestré avec un vrai génie contrapuntique, les patients toussaient par les fenêtre ouvertes dans le soir qui tombait.        «                                                                               

J’ai terminé ce matin la relecture du Neveu de Wittgenstein ( tiens le livre est sorti quand j’étais à Rome. C’est drôle de penser que quand Il faisait ça, je faisais ça). C’est vraiment un livre magnifique. Le personnage de Paul est si finement tracé qu’il est assis dans la pièce où je lis. Il me regarde d’un air un peu hagard, dans son habit sur mesure. Il n’a pas encore fait irruption dans la bijouterie de son frère pour y exiger « la perle ». Comme de tous les livres que je lis, il ne m’était resté que peu de choses. Surtout j’avais été frappée par la description du jardin de l’hôpital. Les  écureuils et les mouchoirs blancs.

&

Soudain je me demande s’il ne faudrait pas peindre comme Thomas Bernhard écrit? Avec une sorte de bégaiement, rage contenue ( je fais ça ?  ) ou comme le dit aussi Bruce Nauman en 1988 : « Un art qui surgirait comme ça tout d’un coup. Un art qui agirait comme un coup de batte de base-ball en pleine face… »

Donc…Je déteste mes peintures… 

On pourrait s’attendre à un développement de ma part: Je déteste mes peintures parce que… Je déteste mes peintures donc… Non. Je déteste mes peintures point. Aucun commentaire. Peut-être ajouter: J’aime les peindre mais pas les voir… C’est un peu paradoxal. Peindre sans voir. Bref. Je n’ai jamais beaucoup aimé parler de tout cela. Les artistes ont tendance à « boursoufler » si on peut dire, leurs propos. Ils y « mettent » soit trop de drame , soit  trop de dérision. Ça m’ennuie. Alors plutôt parler « autour », parler «  contre » Raconter, oui. Je préfère.

I Hate my paintings …

Alors de quoi s’agit-il? Est-ce une coquetterie, un slogan absurde, une petite formule complaisante? On le croirait. Si elle n’aime pas ses peintures, pourquoi les montre-t-elle ?

Non, il s’agit bel et bien une déclaration de guerre qui ne concerne que moi. Mais contre qui? Contre quoi? Contre la peinture elle-même? Hum… Bref. Hum… Bref…Hum. Oui.

Je pense aux folles entreprises de Don Quichotte mal protégé par son heaume, ridicule plat à barbe, en guerre contre les nuages de poussière. Je sais, moi, depuis toujours que la peinture est une guerre perdue d’avance, contre le temps, contre les âmes des morts, et c’est bien cela qui me met en colère. Je n’y mets aucun drame, mais pas mal de mauvaise humeur. ÇA, oui J’ai souvent tenté d’échapper à cette passion chronophage. Mais que faire d’autre?

Dans les années 2000, je me  déclarais Ex-peintre Français, et réalisais de petites gouaches où on lisait: Où est la peinture? ( OELP) It must be this Way, ou Encore râté, Comment ne pas peindre en peignant? Désastre… La fin… Artiste désobéissant…

Ni les films, ni les scénographies, ni les émissions de radio que j’aime tant réaliser ne me satisfont vraiment, car je vois la peinture partout.Tout est peinture même si je fais semblant de.… Ou plutôt tout existe pour sa mise en oeuvre: Les livres, les paysages, les conversations, les images, la peinture, le cinéma, la marche, les choses les plus insignifiantes, nulles, moches. Tel le scorpion dans la fable racontée par Mr Arkadin, vaincue je déclare: « C’est ma nature. »

Car c’est ma nature de vivre ainsi.

Je regarde mes mains. Les ongles sont encore pleins de peinture verdâtre utilisée hier. 

Mais il faut bien le dire, on ne s’amuse pas beaucoup avec la peinture !!!

C’est l’Art de l’Ennui.

Venise 2020, Punta della Dogana

JOUR 11h50 / Jour /Une Exposition de fuite

Ce que j’aurais plutôt envie de faire c’est une exposition de fuite, une exposition transportable dans une petite valise. J’entends: 

—Comme … ? Je ne réponds pas.

J’avais commencé avec les caisses de voyage en bois qui contenaient des grandes peintures roulées. Mais en cas de panique 3 mètres c’est quand même un peu encombrant  se sauver.

JOUR 11h55 / Un fim…

qui serait un  mélange d’images nées de lecture ou films ou promenades, brouillé par ce qui surgit à notre insu: une image d’enfance, un motif de carrelage, un paysage de montagne, un pique-nique il y a tant d’années et les guêpes sur le melon, une aire d’autoroute, un mal au coeur -il y a de la neige et du brouillard-je m’ennuie à l’arrière de la voiture.

Ces flashes sortent du même brouillard et vont rejoindre d’autres scènes dans un coin de mon cerveau.

D’autres resteront enfouis comme un virus dans le permafrost, attendant leur tour. Scènes qui se succéderont à une vitesse et couleur variables. Scènes qui réussiront À s’immiscer dans ma lecture, à la brouiller sans que je l’aie décidé. Vaincue, je ferai une corne à la page, et reposerai sur mes genoux le livre contaminé par mes propres histoires. A nouveau les guêpes s’approchent de nous, dans une clairière étouffante au mois d’Août alors que nous montons dans l’arrière pays. Le poulet froid en attire bien d’autres: Attention elle est sur ton bras, et nos mouvements de fous dignes de la danse du diable de Pabst. 

—Je l’ai eue.!

SOIR / radio / LOCUS HORRIDI / frisson délicieux

Stephen Duck, ermite ornemental

J’entends à la radio, je n’écoute pas vraiment parce que je peins, j’entends : Nananablabla….ermite ornemental. Là je m’arrête net, oreilles dressées comme un chien de chasse. Un noir et blanc. Plutôt un chien de troupeau, je préfère… Je n’ai jamais entendu parler de cela. Mais qu’est ce que c’est qu’un ermite ornemental? C’est trop beau un ermite ornemental!!!!  Je n’ai rien pour noter les quelques références citées. J’entends Hunt ou hutte??? 

« Aucun jardin paysager du XVIIIe siècle n’était complet sans son ermitage, voire ses ermites. Ceux-ci servaient clairement à évoquer, ne serait-ce que d’une façon simpliste, l’idée de méditation solitaire rappeler – sans forcer sur le réalisme – la vie austère des anachorètes… »

En 1730, la reine Caroline, épouse du roi George II, embauche Stephen Duck, un poète particulièrement torturé, afin qu’il vienne vivre dans son ermitage de Richmond Park. Celui-ci devient l’un des ermites les plus célèbres de l’ère romantique. Duck se laisse pousser la barbe et écrit de la poésie. Il a également accès à la bibliothèque personnelle de la reine et reçoit des milliers de visiteurs chaque année. Malgré cette existence paisible, l’inconsolable poète finit par se suicider en 1756 en se jetant dans la Tamise. Fatigués par les frasques de leurs ermites d’ornement, certains propriétaires les remplacent par des mannequins de cire.

Un certain John Hill va même plus loin en ayant recours à une marionnette.

Il demande à l’un de ses domestiques de lui construire une réplique grandeur nature du Père Francis ( ermite décédé ) et engage un homme pour se tenir accroupi derrière la marionnette. Chaque fois qu’un visiteur approche de sa cahute, ce dernier déclame de la poésie et fait bouger la bouche et le corps du pantin. Il faut attendre la fin de l’ère romantique, vers 1850, pour que l’intérêt pour les ermites d’ornement commence à décliner.

Plus tard les vrais-faux ermites disparaitront.

Covid glove 2020

JOURNEE / ordi/ hasard

Les défilés de mode et mises en scène de Tom Browne

Les peintures de José-Maria Sert

Le Cenacolo San Appolonia à Florence

Tintoret vu comme pour la première fois à Venise il y a 15 jours

Mike Kelley toujours

Stingel encore

Mac Carthy Yes

Et d’autres..

Joan Jonas

JOURNEE / ordi/ hasard

Liste de lectures

Les écrits de Claude Regy/ Espaces perdus

Genesis and lady Jay

Perturbation /Thomas Bernhard

Isabelle Stewart Gardner museum

Mario Praz

Schopper, Hartmann, 1568 Panoplia omnium illiberalium mechenicarum aut sedentaria… 

( je ne sais plus ce que c’est )

Nazi Germany in color 1938

Suggestion for the study of color

10 great films set in museums

L’écriture androgyne: Le travestissement dans le roman de Silence

Histoire des ingénieurs des mines

Walter Benjamin / Archives / Abécédaire

Pakui Hardware

Ralph Eugene Meatyard

Frederic Kiesler: Architect, artist, Visionary

I riti di Pasqua 

Claude Regy: Autoportrait d’un maitre qui ne voulait pas l’être

Emmanuele Coccia, Philosophe de la métamorphose

Digital Grotesque with Benjamin Dillenburger

Scapulomancie

Etude et aérodynamique. Machine à fumée avec Obstacle-Etienne Jules Marey

Les comédies d’Andreas Gryphius (1616-1664) et la notion de grotesque

Photograph by Herbert George Ponting, ‘Camera Caricature’, a grid of 24 photographic portraits all made from an original in the top left corner using a ‘distortograph’.

Histoire de la divination dans l’antiquité: divination hellénique

Euricles of Athens

Portail du film documentaire

Stephan Tennant

Eloge du journal filmé

The expression of emotion in the pigeons 1909-11

Artists Hauser & Wirth

John Cage Mushroom hunter

Monde de l’art et types sociaux

Archivio Gastone Novelli

Sebald une vie une oeuvre

Sarah Kane, anéantie

Entretien Peter Handke

Conférence de John Dixon Hunt: « Jardins, réflexion sur la condition humaine. »

Le capitaine Fracasse pare les coups de bâton

Fashion fits

General strike piece/ Lee Lozano

Gustav Metzger,  Destruction in Art Symposium 1966

NUIT / insomnie / Lee Lozano sur l’iPhone

Est-ce que Lee Lozano détestait sa peinture, comment Magritte a t’il pu assumer sa période vache. Je me le demande souvent. On en revient au goût et à la laideur. Quelle laideur?

Gustav Metzger 

MATIN / Bar des deux Académies  & Rendez-vous des Artistes

 Je bois un café. Derrière moi, une voix de stantor. Difficile de ne pas entendre Je me retourne . C’est un Monsieur qui n’a plus qu’une dent, un noeud papillon plat. Il raconte sa vie à un jeune homme qui  prend des notes. Il est question de lits métalliques, de le ville de Metz. Ça m’intrigue. Il a comme les deux personnes vues hier face à l’académie de Médecine, une tête de figurant de Fellini. Hier lorsque la dame est entrée elle aussi au café des Deux académies ( tiens ils parlent d’infirmières en psychiatrie, mais comme il n’a que sa seule dent , je comprends mal / Saint Anne en 66 puis Maison Blanche. Professeur Siberac. Cris des hommes, le manque de place…) Donc hier la dame entre en disant « —J’ai faim « . Elle est âgée, élégante et son chapeau de paille est bien trop haut par rapport à sa largeur. Je m’arrête de parler à U, et lui dis: Regardez, c’est trop beau. Plus tard un vieil homme  entre, son chapeau à lui est bien trop plat par rapport aux bords de paille.

Retour table derrière moi au Rendez-vous des Artistes : « Enucléation / Sortir l’oeil de l’orbite … Hum hum…/Le pavillon des enfants à Maison Blanche en 1969. » Est-il du côté du corps médical ou patient. Je dirais côté patients.

Ils parlent maintenant de Maths. Zut, il y a trop de bruit, j’entends mal… Il est mélomane, fait de la peinture, écrit de la prose… J’aimais le côté pacifique de la guerre dit-il, c’est à dire l’armée en temps de paix. 68 ne l’a pas intéressé.

Il préparait sa thèse…

Oiseaux, coraux, cris fleurs, plantes répond-il en parlant de Maison Blanche. 

Le garçon demande quels sons on entendait dans les pavillons. C’est une bonne question.

J’ai acheté Wolfson: Le Schizo et les langues

 ( Comment est arrivé à la maison son livre au titre sans fin :Ma mère, musicienne, est morte de maladie maligne mardi à minuit au milieu du mois de mai 1977 au mouroir Memorial à Manhattan)

Matin, De la voix / Léonard de Vinci, carnets

Si beaucoup de petites voix jointes ensemble feront autant de bruit qu’une grande. Je dis que non, car si tu prenais dix mile voix de mouches réunies, elles ne s’entendraient pas d’aussi loin que la voix d’un homme, laquelle voix d’homme si elle était partagée en dix mille parties, n’aurait aucune de ses parties égale à la grandeur  de la voix d’une mouche. 

SOIR/ une autre découverte / Le style auriculaire / Orfevres

1646-1652

Adam de Viane… et ses Modelles artificiels: Modelles artificiels, de divers vaisseaux d’argent, et autres oeuvres capricieuzes, inventées et desseignées du renommé Sr Adam de Viane. 

Je ne sais pas trop quoi dire de ces oeuvres capricieuses: cruches, plats, vases, bassins…

Formes d’oreilles, de cartilage, de coquillages, volutes sophistiquées. On dirait que le monde, plantes et animaux, ornements et hommes sont recouverts d’un voile élastique  On devine des présences en métamorphose peut -être, et des symétries bizarres. Les formes sont molles, plissées. Il n’y a aucun angle. On pense à des limaces, des escargots, des yeux déformés, des sexes.Si l’on attrape un vase, une aiguière en matériaux précieux ; ceux ci vont littéralement couler entre nos doits et filer comme un poisson. C’est ce que l’on craint tant les formes semblent molles et en contradiction avec le matériau utilisé.

J’adore ça.

J’ai envie de copier une description faite par Benvenuto Cellini:

« Joyau en or représentant une grenade suspendue à une branche par trois chaînettes. Ce bijou est admirablement et finement travaillé. Les couleurs vives de son émail font ressortir les dessins précieux tous ciselés et gravés. Les grains du fruit qui se voient par une ouverture naturelle sont de rubis orientaux taillés exprès. En ôtant une petite vis cachée dans la couronne de la grenade, celle-ci s’ouvre en deux parties découvrant dans chacune d’elles une excavation avec portail de style renaissance avec quelques figures représentant le mystère de la Visitation de la Sainte vierge ,à Sainte Isabelle d’un côté et de l’autre l’Annonciation parfaitement émaillé » . Benvenuto Cellini.

Et Wittgenstein de dire dans ses Remarques Mêlées:

L’attention esthétique est dirigée vers une variété d’objets –  une chaise, un tissu funéraire, un diadème, une œuvre d’art, la neige qui tombe. 

TOUT CELA POUR DIRE

« It’s Nice not to be trapped into something, even if that’s what you are »

Andy Warhol , POPISM, 1980

ECOLE des B.A

Gherasim Luca

Premiers diplômes que je fais passer, c’est à dire préparer les étudiants à montrer leur travail. Très beaux moments avec Laurent et Christine dans deux présentations totalement différentes (heureusement!!): L’apres midi d’un faune ( jury sévère quant à ce travail que j’ai trouvé très beau , sensible et encourageant.) ( Plus patrouille aérienne qui répète le 14 juillet dans le ciel !!!!Et  » Chez les grands parents, depuis la fenêtre « , une mise en scène et l’histoire d’une famille chinoise. CK est très méritante car elle ne voulait présenter prudemment que des photos et que je l’ai poussée dans ses retranchements à oser quelque chose quitte à échouer. Malgré un retard considérable et une mauvaise organisation elle s’en est très bien sortie, a parlé avec détermination et force. Peut être que LG était trop confiant. Mais les réflexions qu’ont lui a faites l’ont déstabilisé c’est certain. Bref j’avais moi aussi l’impression de passer mon diplôme, de passer devant un jury.

Cet après-midi je vais au Louvre à 15h30, seule !!! J’en ai trop envie!!!!. Départ retardé à Mardi. Attendons les résultats…

Pas commencé Michel de Certeau mais Elisabeth George !!!!!!!

Hier RV dans les collections. L’endroit est magnifique et je rêve de la table ronde qui me fait penser à la séance spirite chez Fritz Lang. Divers choses sont présentées : Molinier,  » Zorro » , Unica Zorn, etc… Jusqu’à Delacroix… La merveille pour moi est l’album magnifique de Gherasim Luca. Un livre de photos qu’il a sans doute acheté aux puces, avec des fermoirs. Il a glissé dans les espaces où d’habitude on voit des familles, des hommes droits dans leur uniforme, des enfants en robe de baptême, des femmes langoureusement appuyées à une colonne de carton, et des flous, des tâches, des surexpositions…

Soudain et sans rapport ( si un peu/ L’idée peut -être du bégaiement ) je repense à ce que j’ai envie de faire avec X , à propos de Thomas Bernhard./

A suivre car le compagnon de Michou muni de son verre de vin blanc s’installe à ma table?. C’est la vente cet après-midi ( comme dit X il vaut mieux voir tout ça dans le noir ( 😩). Je pense que Donald Trump doit avoir le même goût sûr !!!! Bref il me dit qu’il n’ira pas car il ne veut pas acheter ce qu’il a offert à Michou. Puis il me raconte sa vie, ce qui n’est pas désagréable mais bon. Le café du matin, tranquille…. Bref…

« Qu’est-ce-qu’on peut être si on est ni vivant ni mort ? »( Claude Regy )

Le mal de dos me casse les pieds si l’on peut dire. Hier je suis donc rentrée à la maison après les RV aux Beaux-arts, qui sont bien déserts. C’est beau là-bas. On dirait qu’un Dimanche s’y est abattu. Bus et Bus et masque. Je me traine à vrai dire et en même temps c ‘est assez délicieux de ne rien faire moi qui n’en ai pas l’habitude. Les étudiants sont une récréation. Ce matin à 10h, Alex au Bar des A, puis Sarah. J’échange des propos stupides avec quelques habitués ( le commissaire poulet rôti et j’en passe ) Finalement moi qui ne déjeune jamais, je commande quelque chose en palpant les livres que j’ai pris à côté. Métamorphoses de Emanuele Coccia, Le cas Homère de Nietzsche, Les oiseaux de Tarjei Vesaas dont je ne sais rien. Tiens allons regarder… Je tombe sur Claude Régy, ce qui est toujours délicieux tant ce qu’il di est toujours juste.

« Il n’est de vrai que l’indicible et l’écriture ne sert que quand elle touche à l’indicible. Quand elle a l’air de dire ce qu’elle veut dire, c’est en général des œuvres qui n’ont absolument aucun intérêt ».

Claude Régy

Jeronimo in or out?

Tommy

Ca me passionne toujours les têtes brûlées, criminels, mafieux et autre petits Gars Corses. Lui a passé 57 ans en taule. Et a 86 ans va t’il sortir pour se faire buter dans l’instant? « Patriarche » de la prison de Borgo, il lit la Bible, dirige la chorale et adresse chaque jour à son avocat un SMS figurant « une image pieuse ou une photo de Notre-Dame-de-la-Garde »…

Ouf concours entrée terminés. Plus que les diplômes. Cet aprem radio du dos, puis beaux arts. Roselyne Bachelot ministre de la Culture. On rigole. Bon je n’ai rien à dire. Des rêves pénibles, envie de partir.

Finalement, ou les deux chapeaux mal proportionnés

Voltaire et le champignon géant

La journée aux Beaux-Arts m’a empêchée de penser que R. était mort il y a 4 ans. 15h. Il y a toujours quelque chose de déplaisant qui s’insinue, quelque chose que je n’ai pas compris. Des explications mal enregistrées sous le choc. Bref. Ça ne changera rien. Mais du » Ça ne va pas fort ce matin » et ma réponse « j’arrive« … Puis la réanimation, l’attente. Puis . Puis à 15 h la fin. Re/ bref.

C’était mieux donc d’assister à des diplômes, de discuter avec des étudiants et d’avoir dans quelques minutes encore RV . Et demain encore. Le Café est presque désert. Il fait grisou. Retour à Paris après presque 4 mois / déplaisant ( le retour ). Le bruit, l’impression d’être enfermée. Les voitures. Je ne vais quand même pas vivre à la campagne!!! De retour Hop à la galerie: Sans perdre de temps, bonjour, vider la voiture, dérouler les peintures… Photos. Trainer sur le canapé du bureau de C., dire des âneries. Repartir. Creuvée. Le soir au restaurant Hongrois. Simple et bon.

Les expos décalées, La Dogana, Unlimited, l’expo chez Christophe, le Musée Picasso à Barcelone… Dommage mais pas bien grave. J’ai beaucoup travaillé. Sans aucun souci. Avec mes oiseaux et les vaches en face de la maison.

Derrière moi, un Monsieur n’a plus qu’une dent, un noeud papillon plat et une voix de stantor.Il raconte sa vie à je ne sais qui. Le je ne sais qui prend des notes. Il est question de lits métalliques, de Metz . Ça m’intrigue. Il a comme les deux personnes d’hier face à l’académie de Médecine, une tête de figurant de Fellini. Hier lorsque la dame est entrée au café des Deux académies ( tiens ils parlent d’infirmières en psychiatrie, mais comme il n’a que sa dent , je comprends mal / Saint Anne en 66 puis Maison Blanche. Professeur Siberac. Cris des hommes, le manque de place…) Donc hier la dame entre en disant J’ai faim. Elle est âgée, élégante et son chapeau de paille est trop haut par rapport à sa largeur. Je m’arrête de parler à U, et lui dis Regardez, c’est trop beau. Plus tard un homme âgé, son chapeau à lui est trop plat par rapport aux bords de paille.

Table derrière: énucléation/ Sortir l’oeil de l’orbite … Hum hum Le pavillon enfants à Maison Blanche en 1969/ Est il du côté du corps médical ou patient. Je dirais côté patients.

Quand l’autre jour nous étions sur la terrasse du Bar des amis, C. qui est toujours seul avec comme canne un manche à balais et une certaine élégance , alors qu’il méditait s’est écrié avec son accent Stéphanois ( polonais fils de mineur ):

—Ça vous révolte pas le prix des pommes de terre?

Puis il est retourné à ses méditations… Ca m’a beaucoup fait rire car c’était soudainement Beckett qui m’apparaissait. Cette phrase anodine, qui arrivait là, ni plus tôt, ni plus tard…Là. Un peu comme dans Godot et le costume tout fait: gants de cuir blancs ( mais où les a t’il trouvés, grosses chaussures, lunettes de star… )

Derrière ils parlent de Maths maintenant. Zut il y a trop de bruit, j’entends mal… Il est mélomane, fait de la peinture, écrit de la prose… Il aimait le côté pacifique de la guerre, c’est à dire l’armée en temps de paix. 68 ne l’a pas intéressé. Il préparait sa thèse…

J’ai acheté Wolfson ( Comment est arrivé à la maison son livre au titre sans fin ), Louis Wolfson. Le Schizo et les langues

Oiseaux, coraux , cris fleurs, plantes répond-il ( Maison Blanche ) Le garçon demande quels sons on entendait dans les pavillons. C’est une bonne question.

Bon, je ne vais pas passer la journée ici…

Racine By Night

Cette nuit j’avais posé la petite radio à côté de moi. Les élections à la radio ne me passionnent pas plus que cela. J’ai donc écouté de la musique en lisant Exit le Fantôme de Roth que je pense avoir déjà lu. Pourquoi ne puis-je m’en souvenir d’avantage. Rien qui m’ait marqué, même pas la femme à la cicatrice; la soirée d’élections quand Bush gagne pour la seconde fois, l’écrivain isolé de tous et qui redécouvre NYC. Rien. C’es comment dire… On s’en passe. Voilà. L’après-midi j’avais lu Le bel été de Pavese qui je l’avoue m’a laissée de marbre, sauf le plaisir de m’imaginer à Turin marchant sous les voutes et regardant alors que je buvais un chocolat dans une galerie, un Monsieur empesé qui me semblait le portrait dans Wiki d’un écrivain connu. Habillé à la Pessoa. Un délice ces élégances d’un autre temps, ces élégances surannées que j’ai savourées dans les provinces italiennes mais aussi à Madrid. Quel est le film d’Antonioni qui est inspiré partiellement de ce texte. Sais pas. Puis j’ai regardé sur mon ordi le premier long métrage de Dolan. Film précédé  » de rien » même pas de courts métrages : J’ai tué ma mère , ou comment j’ai tué ma mère ( géniale interprétation de Anne Duval )Realisé à 19 ans, on peut dire que ce n’est pas mal. Constantin me fait penser à Tom qui ne donne plus aucune nouvelle malgré mes tentatives et j’en suis triste. Difficile de trouver le sommeil. J’étais au lit à 20h30 et il était presque une heure. Puis j’ai allumé la petite radio noire qui crachote parfois et me suis endormie:

Ah ! cruel, tu m’as trop entendue !            
Je t’en ai dit assez pour te tirer d’erreur.            
Eh bien ! connais donc Phèdre et toute sa fureur.            
J’aime. Ne pense pas qu’au moment que je t’aime,            
Innocente à mes yeux, je m’approuve moi−même,            
Ni que du fol amour qui trouble ma raison,            
Ma lâche complaisance ait nourri le poison.

Racine ! Nuit Racine. C’est drôle ces alexandrins qui planaient dans la nuit !!!!Phèdre et Madame de Maintenon. Avant j’avais cherché un truc sur Dylan Thomas et l’ordi m’a indiqué que j’étais déjà allée sur ses traces je ne sais quand. Je ne me souviens pas de l‘Artiste en jeune chien. Je ne me souviens que du titre que j’aime bien et du livre et sa couverture. Peut-être ne l’ai-je jamais lu. Plus tard je regardais comme cela arrive souvent sur le net, un truc qui ne m’intéresse pas plus que cela, à savoir les chevaux. Je ne savais pas si c’était le jockey ou le cheval qui avait eu une cris cardiaque et retenu mon attention. Mais quand j’ai lu que le cheval ou le jockey s’appelait Dylan Thomas, je suis restée pensive. Pus tard encore, et après avoir cherché je ne sais quoi sur American Archives ( un atlas de médecine légale ) je suis tombée sur un bar en écosse qui s’appelait Dylan Thomas. Bon. Inutile de chercher à comprendre.

C’est bon la radio la nuit. Voilà tout est rangé. Il n’y a plus qu’à mettre les rouleaux dans la voiture etc et c’est parti demain matin.

Demain la fin

On s’habitue très bien à ne plus vivre à Paris. ( émission sur Klemperer le chef / On reprend 3 mesures avant quelque chose . I beat it wrong but I Think it right )

Bref. Ranger beurk mais il n’y a pas tant de chose à faire. La machine à laver par contre est en mode marathon. On ne peut pas dire que le séjour fut des plus élégant, soigné, on ne peux pas dire. Hier retrouvant pour quelques minutes seulement la ville j’ai été étonnée de voir que j’avais mis deux chaussures différentes. Voutée, tête baissée, j’ai regardé avec compassion mes deux chaussures sur mes deux pieds. Bras ballants au soleil, je me suis grondée sous l’oeil amusé de deux passants qui allaient prendre leur train.

Je termine il y a quelques quarts d’heure, les Buddenbrook qui est le livre ennemi de toute ambition: Une fois saisi, on ne veut plus l’abandonner. Alexandeplatz avait eu sur moi le même effet. On ne veut faire QUE lire ( c’est de loin l’activité la moins nocive que l’on connaisse ). Les personnages y sont décrits si justement que l’on déteste tout le monde y compris ceux que l’on aimerait peut-être ( à part bien sûr les deux adolescents Hanno et Caius qui échappent à ce monde épouvantable . Etrange dans ce désastre( qui n’est en somme que celui du temps qui fuit ) que l’on ne retrouve plus le jeune étudiant en médecine resté lui aussi  » sur les pierres « .Le chapitre concernant le typhus et qui nous fait redouter le pire, la mort de Hanno est terrible de précision , de constat: Taches rouges, fièvre, délire, escarres, bains froids, température de le chambre à 17 degrés… C’est un récit génial, qui vous absorbe complètement. Même si je trouve cette caste détestable, ce goût des convenances et ce corset de bienséance hypocrite atroce, s’y laisser engloutir, diner le jeudi soir dans la grande maison, dans le salon aux paysages, dédaigner quelque peu les domestiques, éprouver de la compassion pour un parent pauvre, compter les thalers, fumer des cigarettes Russes, avoir une berline à Quatre chevaux et tendre de noir les murs de la chambre mortuaire, a quelque chose de fascinant. Quel ennui cette vie de « maintien », de contrôle permanent de soi. Beurk. Puis plus rien. L’héritage. La faillite, l’affaire qu’il faut reprendre… Munich catholique et Lûbeck rigide et réservée… Puis un domestique ose vous regarder de haut…

Les rêves de ces temps-ci ont été incroyables. Mais évidemment j’en garde très peu d’images: Nous sommes dans le jardin de mon enfance, derrière la maison il y a une grande pelouse, puis une sorte de place devant le garage, puis une seconde pelouse plus grande, séparée par un petit chemin de gravier rouge? Des arbres fruitiers. Un portique sans la balançoire, le trapèze… Au delà il faut passer un portillon de bois blanc pour arriver au potager et à gauche au cimetière des chats ( sans doute bien ébranlé lors de la démolition de tout cela.) Je crois que C. se promenant dans le désastre à trouvé dans la terre une petite photo de C. décédée à 5 ans ( on a chacun sa vie de Buddenbrook !!) Bref. Nous sommes devant le portique, et soudain un peuplier piqué de roses tombe ( il n’y a jamais que je sache, eu de peuplier dans le jardin? Peut être que si ) Un deuxième s’abat . On crie. Un troisième… Puis à leur tour les arbres se disloquent comme ces jouets amusants, animaux de bois posés sur un petit socle Sur leur quatre pattes , elles fléchissent soudain quand on appuie sous ce socle. Après cris et terreur quelqu’un dit: Ne vous inquitez pas. Il tend vers les arbres tombés un boitier noir et les arbres qui ne sont en fait qu’un ensemble de mécanismes, se redressent lentement et reprennent leur position initiale. Magnifique.

Dans la cheminée où je regarde les pages brillantes des magasines transformer les flammes en vert, bleu turquoise, ou autre teinte improbable, je grille des chauve-souris noires et étranges, sèches comme de plantes mortes. Je prend mon appareil photo pour essayer de rendre ces moments.

Il y a d’autres rêves que j’étais bien certaine d’avoir en tête mais Pffft. Un château à Montmartre-campagne, deux Messieurs qui portent des chaussettes de couleur dépareillées ( tiens encore ? ) .

Hier nous avons comme le rituel l’exige roulé les peintures . Puis diné  » au plan d’eau « . C’est familial, on y mange des hamburgers qui sont bons et de la salade toute simple. Ca coute incroyablement peu cher. On regarde les pêcheurs sur l’autre rive. La lumière change. Un canard passe suivi de ( comment dit-on son tirant d’eau ?) enfin suivi de deux lignes blanches en triangle GRRR c’est difficile de décrire ça.

Que vais-je lire pour oublier le monde !!!! J’ai les Emigrants de Sebald, mais pas trop envie pour le moment, j’ai le livre Bruno Remaury. Il me l’a gentiment envoyé. Il me semble avoir entendu des choses interessantes hier ( je cherche tout de suite/ A quelle heure était-ce. )

Et si, contrairement à ce qu’on pense en général : vouloir, c’était ne pas pouvoir ; et pouvoir, ne plus vouloir ? C’est la thèse défendue par le philosophe et sinologue Romain Graziani dans un très bel essai l‘Usage du vide.

C’est affolant de voir si peu d’oiseaux,, d’insectes , les perce ou pince-oreilles s’en sortent bien dirait-on, aucun papillon. Que c’est triste !

21 JUIN

C’est l’été le 21 Juin? Tout comme Hier O. se souvenait être née un 2 janvier mais de quelle année ?? C’était la soirée annuelle, pas vraiment teen-ager . En fait j’invite pour un apéritif les voisins et la famille de R ( les tantes etc ) . Et on se met autour de la grande table comme on veut puis les plats arrivent. CA évite le protocole diner et ça revient au même en plus sympa.Je n’ai pas de place, je tournicote, vérifie que tout le monde va bien. Bref. Cela sent donc un peu le départ. Plus qu’une semaine. Rien vu passer comme on dit. Délicieux moments. Observation des roses magnifiques, d’un escargot, d’un insecte noir et orange , un mylabre inconstant . Je ne sais pas. Quelques papillons-si peu- Pau d’hirondelles. c’est un désastre. Ces temps ci toujours le travail et la lecture. Le Cousin Pons, une pure merveille pas si facile quand on s’est déshabitué de cette langue. Quelle précision, un scalpel et cette montée vers le pire, l’ignoble. c’est diabolique, noir noir NOIR. J’ai trouvé après ce plaisir où m’engouffrer. Dans Les Buddenbrook. Le livre était là, tout neuf avec une image dedans. Il m’attendait. J’adore être embarquée dans ces pages. Tony après la catastrophe de son mariage avec un homme cupide au favoris boutons d’or rentre « à la maison ». En parlant d’écrivains, j’ai écouté sur France Culture, Charles Juliet. Je le qualifierais d’insupportable. J’ai peut-être tort mais son extrême modestie et discrétion , à un moment se retournent . Il juge bien sévèrement Michel Leyris, et ne dit à mon sens que des platitudes douloureuses, doloristes. Il geint. Sa mère, lui enfant de troupe etc. Oh là là. Il a eu bien de la chance de rencontrer Beckett et Giacometti qui me semblent t’ils ont du bien s’emmerder avec lui !!!. Et Bram Van Velde; ils se sont bien trouvés ces deux là. La solitude de l’artiste, l’honnêteté, la mission. LA BARBE!!!. R. qui écoutait aussi soupirait en coupant les pommes de terres disparues de la surface de la terre en un clin d’oeil avec huile d’olive ail et oignons. Un régal. J’ai à peine goûté.Les 15 bouches s’activaient. Donc la parution du Tome 9 si je ne trompe pas du journal de CJ, au secours. Peut-être faut il être indulgent, car c’est un vieux monsieur mais certaine qu’il était aussi narcissique et ennuyeux au bel âge. C’est ce Moi qui est indécent.

Il va falloir dès demain commencer à rouler les peintures, les vérifier et je m’y prends peut-être un peu tard. Aujourd’hui dimanche j’ai rêvassé dans le jardin, regardé l’herbe et les fraises des bois. Les nuages. Cligné des yeux, lu. Le seul point noir de cette période est que j’ai très peu marché dans les bois et chemins et que je ne suis pas montée sur le vélo. Impression de m’empâter un peu. Moi qui n’ai jamais eu de problèmes de ce genre, je ne me sens pas « leste  » et surtout suis paresseuse.

Horribilicribrifax

Les comédies d’Andreas Gryphius (1616-1664) et la notion de grotesque/ Horribilicribrifax.

Je commence la journée avec Virginia Frances Sterrett, que je connaissais déjà. Je me souviens de dessins faits d’après ses illustrations. Je regarde Kay Nieslen quelle ne connais pas: Joe Grant recommended to Walt Disney that he hire illustrator Kay Nielson (1886 – 1957). Walt did hire him and his initial work at the studio was 1937-1941. He was renowned at the studio for his concept art and illustrations. His work was used extensively on the « Night on Bald Mountain » segment of Fantasia. It was written in John Culhane’s 1983 book Walt Disney’s Fantasia, that « Nielsen created a visually dynamic pattern that responded to auditory patterns in music. » He also noted, « He helped bring to the screen one of the most terrifying Disney characters ever seen. » John Culhane went on to say about Kay, « Nielsen brought his ornamental, flowing, and morbidly beautiful designs to Night on Bald Mountain, the only section possessing high style, or more accurately, high stylization. » This is a rare and important Kay Nielsen original concept pastel piece of the Chernabog in full celebration on Bald Mountain. Pastel on 12 field, 5-peghole black paper. The number 77 is in bottom right corner. On back of artwork is the studio « Concept Feature » stamp. It lists Kay Nielsen as artist and is dated 10/26/39. This movie was released on November 13, 1940. Great array of color with a great 6″ arms stretched above his head. Important piece of Disney animation history! Minor handling and edge wear. Some tape marks on reverse, overall Very Good condition.

Tyrus Wong=Bambi =Ah bon?

https://comics.ha.com/c/search-results.zx?Ne=34&N=790+231+52+1079&ic4=Refine-ComicGenre-102615

Retour en haut