5 décembre, grève promise

Opalka

Terminé Le Chester Himes, pas jeté un oeil sur l’Histoire secrète de Procope. Bonne journées au Fonds Maciet avec les étudiants. J’en profite aussi pour regarder les albums dédiés aux fontaines. Réunion à L’INHA pour le comité scientifique du festival d’histoire de l’art de Fontainebleau. Puis réunion aux BA/ Comité d’acquisition. C’est intéressant , c’est le milieu histoire de l’art plutôt. Cela prend néanmoins du temps plus la carte de voeux des beaux arts en deux temps trois mouvements.

J’ai envie de marcher dans les rues et de ne rien faire, de respirer comme on l’a fait un petit peu hier en allant au château de Christophe. Il s’agissait d’évaluer la distance de la fontaine par rapport au château. Je ne me rends pas bien compte de ce que cela va donner. Ca ne m’inquiète pas trop mais…On s’est réchauffées près de la cheminée. Tout est en travaux mais ce sera très beau. Voir de l’herbe, voir des arbres. Miam

Côté oiseaux, il y en a un qui est assez gros dans le nid mais il n’en sort pas. Est ce normal? Il va bien falloir qu’il vole un jour. Il y a 3 oeufs je crois mais rien ne se passe. Comme je n’y connais rien j’attends.

Un type avait un carnet de dessin , debout là dans la rue à moitié hilare, une vieille dame tenait par le bras son fils sans doute a moitié hébété, des gens maigres au visage tiré, des gens qui sentent mauvais, mangent en fourrageant dans des papiers, des bouts de restes. En bas à côté des poubelles, c’est pareil. L’équipe de tournage a laissé une caisse d’entrées présentées dans des petites boites en bois. Le gâchis .C’est un désastre ce laisser aller et cette saleté, cette misère.

Je passe d’assez longs moments à regarder les oiseaux et à me demander si les oeufs que j’entrevois dans le nid vont éclore. S’il fait suffisamment chaud etc. C’est incroyable cette activité qu’ils ont elle et lui. Ca n’arrête pas un instant. Il y a un incessant besoin de « faire ». J’ai rajouté du crin et les voilà à nouveau en train d’en picorer des brins bien spécifiques , des sortes de petits morceaux de coton.Et ça vole , ça vole. Ils se relaient dans le nid.

Hier exposition Luca Giordano. Incroyable ce qu’ils ont fait venir. Sincèrement ce n’est pas un artiste qui m’émeut beaucoup. Sa peinture religieuse à vrai dire m’ennuie. San Gennaro et la peste etc… Seuls les sujets mythologiques ou traitant des métamorphoses m’intéressent finalement. Arachnée n’est pas un tableau que j’aime , cependant la toile d ‘araignée et les deux mains sont assez fascinants ( morceau peu visible car ça brille ) . On voit, en fait, là, une machine à peindre, une machine à commandes. Propagande et politique. Virtuosité bien sûr mais je n’y vois rien de ce qui peut me faire chavirer ( Pontormo, Le greco, Piero di Cosimo et tous ces artistes bizarres, râpeux, singuliers, excessifs. ) Bref. La visite était plaisante avec très peu de monde, un coréen qui méthodiquement photographiait toute l’exposition sans regarder aucun tableau. Clac le tableau, biz la notice. Incroyable. Les petits formats semblent plus intenses que les tartines. J’adore la sculpture de Lorenzo Vaccaro et allant y regarder de plus près je m’égare ( comment arriver là où j’ai atterri, mystère ) je me laisse prendre par le net et me retrouve à la Factory de AW.

Sortie par la galerie des sculptures. Hou Lala . Comme c’est moche mais j’adore ça, le style troubadour, les artistes pompiers, l’académie, l’excès ! Par contre Ming , c’est affreux. De près une horreur. Il est assez balaise je le reconnais et a su transformer sa pratique chinoise académique ( portraits géants de Mao etc …) en quelque chose qui séduit , qui est spectaculaire, pas de doute.( l’exploit, la ressemblance, la taille XXXXL des pinceaux. Tout un bazar exotique à mon sens, tous les attributs clinquants d’un génie qui se sent du niveau de Courbet. Bon il a trouvé son rayon: L’histoire. Ya une grande tartine qui n’est pas mal, j’ai eu la flemme d’aller voir le titre. Une sorte de paysage fantastique.

On a diné au Rond Point, calme à 21 h car « ils » sont au spectacle. Finalement je ne vais au Rond point ( très rarement ) que pour manger un cheese burger moyen. Plus jamais de spectacles. On rentre en taxi, et la fille noire et sympa avec un accent terrible m’appelle Cocotte au moment de payer. Je dis que Cocotte veut bien sa monnaie. Je n’en ai pas.Et moi de répliquer: Cherche bien Cocotte. On a ri.

Levée tôt ( en rentrant on a regardé un dessin animé de Tintin !!!!) et ça m’a fait plaisir, comme un apaisement régressif. CA y est je sais comment je suis arrivée à Wharol, par San Gennaro, la mitre , les objets votifs et le Musée de Pittsburg dont l’exposition actuelle réunit des oeuvres ayant clairement à voir avec la religion.

froid/

Un rat au dents pointues me saute dessus et m’arrache la lèvre inférieure. je hurle, je me tiens la bouche, j’appelle/ Ca saigne. Le rat est sorti d’une fente sous le four, accompagné d’une araignée aux pattes hautes et qui a un oeil sur le dos. Il y a une vache monstrueuse car elle est toute petite. petite comme l’oiseau qui l’accompagne.

Hier C. nous a montré les  » trucs  » des garçons de café en ce qui concerne le retour de la monnaie. J’ai récupéré le Journal de Pontormo que j’avais commandé et J me dit que le Italo Calvino est épuisé. Je le trouve d’occasion mais c’est très bizarre , pas un en France mais au canada, Barcelone, Allemagne avec des frais de port trop élevés. Hop j’en ai trouvé un. Un café? Oui. 9h.

RV avec A.N qui est la commissaire de l’exposition Picasso Fellini. Moment agréable avec arrivée de BB, de Julien etc….

RAS 8 degrés dans l’atelier avant réparation du chauffage, ce soir Luca giordano et on ira au rond point manger un truc.

Reçu journal de Pontormo. Parcouru Procope/ histoire secrète.

Qu’a t’il vu?

Rêver que je me mets en colère car on ne veut pas me laisser me suicider, c’est ce sont je me souviens. Mais il y en a eu bien d’autres où maisons, jardins, chambres s’assemblent sans raison.

J’ai lancé le sujet des Métamorphoses d’Ovide et suis curieuse de ce que cela va donner. Le chauffage est en panne à l’atelier et c’est un peu dur à vrai dire. Demain livraison de terre et poursuite des maquettes de la fontaine. Suis un peu en suspens. Fini une peinture, commencé deux autres choses. Est ce que cela m’ennuie. A vrai dire oui. Comment bousculer cela? Je ne sais pas. Je ne vais pas faire de la peinture au kilomètre. Faire alors la maquette pour l’expo de G. Quel sera son titre, qu’est ce que je montre? La pièce fait 14 m X 13. D’un seul bloc.

Pris Chester Himes à la bibli, un autre Hammet, un livre sur les labyrinthes, et un certain regard de Sagan. Toujours étonnée d’observer au QG, des scènettes? Un homme vient de diner et n’a pas d’argent pour payer. Il est calme. Il est paisible. N’a rien sur lui, et dit que c’est sa tutelle qui paie ses « conneries ». Il est évident qu’il savait ne pas pouvoir payer et a commandé un repas à 70 euros, ce qui pour ce genre d’endroit est une fortune. Evidemment cela a entrainé des conversations de haut vol, de haut niveau. Il y a au bar celui que j’appelle Carpentier cet il a exactement la voix de celui qui dit sur France Culture: « On n’est pas là pour philosopherCarpentier » et c’est si je ne me trompe pas Das un film de Dumont.

Bon Jupiter veut punir l’humanité.

La vérité est qu’il me semble changer d’âge. Vieillir en somme. Je vais aller voir D. car mon dos, c’est vraiment pénible. Je me regarde et ne me trouve pas et en plus j’ai envie de me faire raser à nouveau et voilà que je suis timorée. Ne plus faire de sport c’est une catastrophe. Le brunch de Dimanche ne m’a pas rassurée. Un tablée de gens assez murs en somme , et presque vieux. Oh la la. CA fait bizarre les barbes blanches, et petits pas.

Note :Je vivrai/ Ovide/ Métamorphoses

Dans la foulée je regarde un autre documentaire, une enfance à L’extrême droite. Le sujet est interessant mais les images à mon sens sont indigentes. On dirait que le ou la réalisatrice en manquent ( troncs d’arbre je monte je descends, archives pas terribles et animation hideuse qui est le fil rouge du truc. Je quitte le navire avant la fin.

La flemme/ Voix de mouches

Je vais commencer par quelque chose qui m’a fait rire hier en feuilletant sur le site de l’Ambrosiana, des pages de Leonardo.

— « Pour mesurer une planète, il faut, quand l’étoile se rencontre en m, que tu fasses un éclair de poussière et aussitôt celui de [celui qui sera en] n fera de même. » 

De la voix. 

— « Si beaucoup de petites voix jointes ensemble feront autant de bruit qu’une grande. Je dis que non; car si tu prenais dix mille voix de mouches réunies, elles ne s’entendraient pas d’aussi loin que la voix d’un homme, laquelle voix d’homme si elle était partagée en dix mille parties, n’aurait aucune de ces parties égale à la gran- deur de la voix d’une mouche. « 

Bien longtemps que je n’ai rien écrit, écrit aussi et perdu ce que j’avais entrepris. Les oiseaux / Je leur jette un oeil/ poursuivent leur oeuvre destructrice: Littéralement déconstruire un nid d’osier. Je vais tout à l’heure me rendre au marché aux oiseaux que j’aime beaucoup pour demander ce qui se passe et ce que cela veut dire.

Cette nuit Johnny Halliday, des téléphones portables, des enlèvements, des parkings dans la boue. Hier c’était NY, aéroport avec une sorte de tunnel terrifiant pour y arriver. A nouveau une ville dans la nuit, puis une grand route, je suis perdue puis enfin un panneau Amiens 4 km et plus tard après avoir emprunté sur ma trottinette des chemins bizarres/ traversée de maisons, pentes très raides….J’aperçois la flèche de la Cathédrale. Ouf. Temps exécrable, pluie de Toussaint et mal de dos. Je poursuis les recherches sur la fontaine. Décide d’aller à A. puis 5 mn après y renonce, découpe des trucs, cherche une documentation; On veut aller au cinéma et le Louxor / Plus de places/ on regarde le site du MET qu est extraordinaire avec les archives des expositions passées. Ce matin je lit dans le magazine du Monde un article sur??? Ex conservateur du Guggenheim , partisan des expositions spectacles, des clips Gillette, des produits dérivés. Je n’aime pas sa tête. Il dit faire ce que tout le monde fera de toutes façons. Hier assez tard après cette visite virtuelle d’armures, dessins, gravures, mode, peinture, sur la 5, L’artiste chinois Ming et ses monumentales oeuvres en Noir et blanc. Le mec ne se déteste pas à ce que je crois comprendre, et enchaine expositions dans les grands Musées de Orsay au grand Palais. Ca n’a pas le charme des grands peintre d’affiches mais c’est de même nature. Ca jette, je dois le dire. Il juxtapose son autoportrait à celui de Courbet et pour en revenir à Johnny, ça me fait un peu penser ( ce type de spectacle ) au mec qui était invité sur les plateaux télés du Samedi soir, à peindre en un clin d’oeil et des deux mains, le portrait d’un chanteur. Atroce !!! Ce ballet aux pinceaux; Mais sommes nous si loin même à Orsay. On a switch sur Gong, ou les nus d’une scène de sexe étaient floues mais pas la séance de sodomie-représailles. Terrible!!! J’adore Gong c’est trop drôle le SM, les méchants, etc… Donc j’ai commencé cette fontaine. J’en suis à la deuxième. Ca m’amuse. Mais je me dis que je manque d’audace et peut être que je ronronne. Une phrase de Bellocchio m’a beaucoup frappée: Il dit que chacun de ces films vient trahir le précédent. Et je pense sincèrement que c’est ce qui devrait toujours se passer.

Quand on a pas écrit depuis un moi, on n’en a plus envie finalement. Je suis en train de Lire « Les carnets de mon arrière Grand-père de Stifert. Les descriptions des paysages, montagnes, gel et neige sont magnifique. Les intérieurs, le bois, le feu et le bien être qui succède aux marches sous les sapins chargés de neige. Un monde disparu, c’est certain. Des oiseaux, le silence, , des grottes et la menace des tempêtes. Ai réservé pour l’expo da Vinci le 12 décembre ( !) m^me si ça ne me plait pas. Dois aller voir Polke et revoir le Greco, et … Tolkien, et… les cartes peintes. Il y a beaucoup de choses. Puis commencer la maquette pour l’Allemagne. Visite des Gobelins Jeudi prochain. Ca c’est super.Que faire qui puisse m’amuser encore davantage, comment être plus gonflée, moins prudente / Une peinture/ Puis une autre.


Angoisse administrative

Voilà c’est fait. J’ai trouvé tous les numéros. Ceux d’aujourd’hui, ceux de l’avis ( où est -il) et écrit sur celui-ci que l’autre numéro est sur la déclaration de l’an dernier. Bouffée de chaleur puis victoire. Grande victoire.Je pense à ce film de Ken Loach, sais plus le titre où un type ne sais pas comment faire avec un ordi pour la paperasse. Je veux bien le croire. Il faut avoir de l’ordre pour les vrais papiers . Moi j’ai tout mais parfois où? Tout courrier et facture file dans une boite en carton à ma gauche. Parfois je n’ouvre pas. Tiens bizarre que je n’ai pas eu de PV cet été. J’ai fait très attention et me suis rendue à l’évidence que je ne pouvais pas rouler à 150. Bref.C’était drôle en parlant de route de voir le livre de Snowden sur les gondoles d’arrêt autoroute. A côté de Nothomb. Tiens en matière de zone sinistre, un arrêt d’autoroute c’est quelquechose. Domaine di tatouage et du pantacourt et son tee-shirt qui s’arrête ras l’épaule. Je suis méchante. Je râle contre Prada, je râle contre les fringues de marché. En fait je râle contre l’ordinaire et la passivité. Mais, facile à dire LN.

En écrivant mon petit texte pour aider les « médiateurs » d’Aarau:.

LE DON’T SHOW SHOW

J’ai commencé à construire le Don’t show show à partir d’une archive médicale trouvée sur le net. Elle montre des patients atteints de schizophrénie1.J’ai été très impressionnée par ces images. Il est fréquent dans les archives psychiatriques de voir les patients masqués. Est-ce pour respecter leur anonymat, je ne sais pas.
Je ne voulais pas utiliser le document brut, trop direct à mon gout, trop documentaire et c’est pour cela que « j’ai posé la neige sur l’image ». Ceci n’a pas pour vocation de « faire vieux film » car le document lui-même est ancien, mais de prendre distance et de créer un lien avec l’autre film: Celui-ci me représente aux prises avec un masque « ordinaire » et très laid que l’on peut se procurer sur un site allemand.
L’histoire s’est poursuivie sous forme de cauchemar pourrait-on dire ou de vision. Le rêve fait vivre des scènes sans logique apparente, mêlant espace et temps, morts et vivants. Le grotesque se mêle à des réalités brutales, les images sont tantôt précises, tantôt confuses, sans ordre apparent.J’aimais bien l’idée d’un show, d’un spectacle absurde qui voudrait ne rien montrer, ou montrer sans révéler. ( iI met en scène un personnage assassiné observé par deux miroirs). C’est l’absurde et inutile crime d’un mannequin sur sa table d’autopsie. Tout est faux et on ne sait pas si les images lumineuses sont les dernières visions d’un être sans yeux. Avant cette salle sombre il me fallait une introduction joyeuse avec ces bustes qui n’ont rien d’antique mais m’ont toujours fascinée lors de mes voyages en Italie ( empereurs, figures de pouvoir etc) Ici évidemment les têtes sont des sortes d’emoticon-fleurs, sans rapport aucun avec des représentants politiques ou des portait réalistes de patriciens!

1.
ABOUT THE FILM

In the early 20th century the psychiatrist Kurt Schneider listed the forms of psychotic symptoms that he thought distinguished schizophrenia from other psychotic disorders. These are called first-rank symptoms or Schneider’s first-rank symptoms. They include delusions of being controlled by an external force; the belief that thoughts are being inserted into or withdrawn from one’s conscious mind; the belief that one’s thoughts are being broadcast to other people; and hearing hallucinatory voices that comment on one’s thoughts or actions or that have a conversation with other hallucinated voices. Although they have significantly contributed to the current diagnostic criteria the specificity of first-rank symptoms has been questioned. A review of the diagnostic studies conducted between 1970 and 2005 found that they allow neither a reconfirmation nor a rejection of Schneider’s claims and suggested that first-rank symptoms should be de-emphasized in future revisions of diagnostic systems.

The history of schizophrenia is complex and does not lend itself easily to a linear narrative. Accounts of a schizophrenia-like syndrome are thought to be rare in historical records before the 19th century although reports of irrational unintelligible or uncontrolled behavior were common. A detailed case report in 1797 concerning James Tilly Matthews and accounts by Phillipe Pinel published in 1809 are often regarded as the earliest cases of the illness in the medical and psychiatric literature. The Latinized term dementia praecox was first used by German alienist Heinrich Schule in 1886 and then in 1891 by Arnold Pick in a case report of a psychotic disorder (hebephrenia). In 1893 Emil Kraepelin borrowed the term from Schule and Pick and in 1899 introduced a broad new distinction in the classification of mental disorders between (termed manic depression and including both unipolar and bipolar depression). Kraepelin believed that dementia praecox was probably caused by a long-terms mouldering systemic or « whole body » disease process that affected many organs and peripheral nerves in the body but which affected the brain after puberty in a final decisive cascade. His use of the term dementia distinguished it from other forms of dementia such as Alzheimer’s disease which typically occur later in life. It is sometimes argued that the use of the term démence précoce in 1852 by the French physician Bénédict Morel constitutes the medical discovery of schizophrenia. However this account ignores the fact that there is little to connect Morel’s descriptive use of the term and the independent development of the dementia praecox disease concept at the end of the nineteenth-century.The word schizophrenia—which translates roughly as « splitting of the mind » and comes from the Greek roots schizein (σχίζειν »to split ») and phrēn phren- (φρήν φρεν-  » m i n d  » ) —was coined by Eugen Bleuler in 1908 and was intended to describe the separation of function between personality thinking memory and perception. American and British interpretations of Beuler led to the claim that he described its main symptoms as 4 A’s: flattened Affect Autismimpaired Association of ideas and Ambivalence. Bleuler realized that the illness was not a dementia as some of his patients improved rather than deteriorated and thus proposed the term schizophrenia instead. Treatment was revolutionized in the mid-1950s with the development and introduction of chlorpromazine.In the early 1970 s the diagnostic criteria for schizophrenia were the subject of a number of controversies which eventually led to the operational criteria used today. It became clear after the 1971 US-UK Diagnostic Study that schizophrenia was diagnosed to a far greater extent in America than in Europe. This was partly due to looser diagnostic…/..

Donc j’ai eu le grand bonheur de découvrir l’homme qui tissait de l’air. C’est pas beau ça?. Je vous le présente. Il s’appelle James Tilly Matthews/  believing that his mind was under the control of the “Air Loom” – a terrifying machine whose mesmeric rays and mysterious gases were brainwashing politicians and plunging Europe into revolution, terror, and war.

Je lirai le tout un peu plus tard mais ça me plait.

Nécrologie

Et bien non ce n’était pas un rêve. Robert Marchand est mort. Que dire. Que l’on a été proche / Il était professeur d’  » éléments d’architecture » aux beaux arts )et que sa personnalité était très particulière. Tout cela ensuite m’a ensuite lassée ( la guerre contre tout et tous, la paperasse, les notes , les dossiers, les procès, le plaisir de la procédure et le tout le monde est un con ) Notamment ce qui m’a fâchée, et là j’ai décroché, c’est l’accueil lors de fête des vendanges dans le sud. L’horreur. Suis partie vite fait. Bref.

Ça fait 1000 ans …

The don’t show show/ Aarau 2019
I HÂTE MY PAINTINGS
JE DÉTESTE MES PEINTURES
I HATE MES PEINTURES
JE DÉTESTE MY PAINTINGS

A vrai dire je n’avais pas depuis Juillet envie d’ouvrir l’ordinateur ( au moment où j’écris, c’est la pluie et les deux oiseaux qui piaillent comme des Klaxons, bougent et bougent). Je me parlais en me disant que j’écrivais et quelquefois j’ai noté des petites choses. Que s’est il passé depuis le 20 ou 30 juillet. Beaucoup de choses agréables, de moments plaisants et beaucoup de travail aussi. A vrai dire tous les jours: D’abord au Repenti, dans la chaleur et puis ensuite dans le Forez où l’atelier est immense. J’ai gardé la régularité et à présent j’aimerais partir quelque part sans ordinateur et avec uniquement des livres et de quoi écrire.

La mer? Deux fois. A chaque fois que nous y allons je pense à Anne qui s’est noyée là. J’ai retrouvé dans la bibliothèque un livre à propos de Derrida et l’hospitalité si je ne dis pas de bêtises et n’avais pas vu ( depuis le temps!! ) la belle dédicace . Clara a sorti son album et va chanter bientôt à ce que j’ai compris. Cet été personne n’est venu ( Maria T 3 jours ) et c’était bien aussi de n’avoir à penser à rien, de manger quand on en avait envie, de faire tout ce que l’on voulait. J’ai pas mal écouté la radio et hier je râlais en entendant Finkielkraut et machin là, Regis Debray. Ils sont quand même «  c’était mieux avant ». j’ai plutôt d’habitude, de la sympathie pour l’expert médiologue!!! mais là j’ai trouvé qu’il pontifiait. Et les deux d’être entre eux en parlant de Macron. Bouh. Super agaçant.

Emissions sur Nietzche, sur Truffaut. Réchauffement climatique à fond et si on se laissait aller, entre Trump et Hong Kong on sauterait par la fenêtre après avoir bu un Martini-glyphosate. Les saloperies aussi pour les « pauvres », les aliment dégoutants qu’on leur donne. Quelle honte. Feminicide, Snowden sort son bouquin et l’autre qui arnaque les présidents en demandant des fonds pour libérer des otages. Incroyable! Puis cette peur de l’autre qui va croissant puis… tout. L’affaire Balkany est un épisode plutôt marrant et folklorique dans le genre mensonge à tous les étages. Elle, est terrible.

On a acheté le Monde tous les jours. J’ai découpé des articles sur les abeilles, lu ce que l’ICOM, si je ne me trompe propose comme nouveau vocabulaire des musées ( au secours le ridicule de l’affaire ). Puis on oublie. On oublie ce qu’on a lu, la critique d’un film, les résultats d’une élection, les troubles, le méthane. Une fois, pas de Monde, pas de Libé. Alors j’ai pris Le Figaro. Misère!!! Quelle horreur. L’article sur le livre d’Anne Hidalgo, les réflexions du genre: Le logement social dans le 16 eme rendrait les gens malheureux car ils n’auraient pas les moyens de faire les courses et devraient sous louer au black à des étrangers!!!! Gonflé quand même!!! Puis Yann Moix cette saloperie qui existe on ne sait comment, dont on/je/ ne devrait pas parler. La victime antisémite ( mais c’était avant quand il était bête ) , re le Finkiel qui prétend qu’on ne pense pas par soi même à 16 ans. Oh… Douleur!!!

Quand on revient à Paris ( à peine arrivés j’ai foncé à Saint Germain en descendant à Sèvres Bab. ) ce qui choque c’est l’argent, les vitrines Prada après les vaches et le bistrot local, c’est violent. un fille à la boulangerie, agacée de la lenteur d’une jeune serveuse, levait les yeux au ciel. Une imbécile vulgaire en sac Chanel et baskets en brillants. Mas pas du truc de chez Kiabi. 9a sentait le cher. Je dirais que ça sentait assez mauvais le cher bling, le cher qui démontre que. Passée devant Vuitton où jeté un oeil à la queue devant le magasin. J’ai soupiré aussi dent chez Berluti en me disant , même si j’adore la mode, mais plutôt celle des défilés, mais bazar à quoi ça sert. On en viendrait à désirer un habillement- uniforme pour tous, genre la combinaison de Rodchenko unisexe et en deux matériaux: laine pour l’hiver et coton pour l’été/ Au choix deux couleurs!!! (tiens je n’avais pas lu Tintin chez les Siviets, c’est drôle les méchants communistes ) Bon d’abord ça ferait un peu ambiance Metropolis, mais de toutes façons on en est pas loin. Le pire c’est que les gens ont l’impression de choisir.

Tiens en parlant de ça et sans en parler, hier j’ai voulu emmener R. pour son anniversaire au bistrot des Dames. j’aimais bien cet endroit. Zut. Fermé définitivement. Il y avait un jardin et ce n’était pas mauvais. On a rebroussé chemin et décidé d’aller bourgeoisement au Wepler manger quelques huitres ( il ne vaut mieux pas avoir envie de 4 douzaines parce que … )Bref c’était une petite fête. J’aime bien regarder les garçons ficelés dans leur grand tablier. A notre droite deux jeunes Anglais avaient commandé poulet rôti et escalope panée. Bou… Sans accompagnement avec une bière. Deux coréens se sont enfilés côte à côte un énorme plateau de fruits de mer. Et les américains un peu plus loin à gauche regardaient en sirotant leur coca, des trucs sur leur phone mais avec le son. Cç me rend dingue. Comment peut-on aller au restau pour regarder la télé. C’est terrifiant. Bien sur il y avait le bruit d’ambiance mais j’ai demandé à la fille de bien vouloir couper le son. R. avait peur que je ne sois désagréable, ce que je sais faire. Bon je n’ai jamais reçu de claque, mais par contre j’ai une sorte d’oeil au beurre noir car je me suis cognée je ne sais comment je ne sais où by night. CA fait super mal et ça noircit.

J’ai encore rêvé de la maison d’Amiens dans le noir et ne voulais pas y retourner. Bon je vais lire.

Notes

Il faut s’agrandir pour lire / Victor Hugo

Description: This image comes from “Sylvae Sacrae,” dated 1594, bound with “Solitudo, sive, Vitae patrum eremicolarum”. Saint Zoerarde, also called Saint Andrew Svorad(11th century) practices extreme penitence with chains, and devices to prevent sleep. The names of the artist responsible for the design, Maarten De Vos, and the engraver, Johannes Sadeler I (Jan Sadeler), are at the lower right.

Ce ne sont pas des mémoires. C’est trop tôt. Ce n’est pas un journal. Je ne vois pas assez de choses. Et ce ne sont pas non plus des pensées. Je ne suis pas assez sûr de moi. Ce sont des notes, des notes dont je veux me souvenir et que seul, peut-être, j’aurais du plaisir à relire.  Maurice garçon 1912

Après…il me faudra un flingue

Puisque je n’avais rien de vrai à raconter , n’ayant jamais rien vécu d’interessant, je me suis adonné au mensonge. Lucien de S

Zut j’ai tout effacé. Je disais qu’après un travail intense on était partis jeudi 18 et luxe suprême en train avec la voiture. Paris Marseille 3 heures. Le rêve. presse un peu trop court ( impression de partir moins loin !! )

Je ne me lasse pas de regarder les oiseaux dans leur cage. Le sainte H s’est échappé plusieurs fois , la première quand j’ai tenté de lui couper les griffes ce qui est un peu impressionnant vue la petitesse et la fragilité des membres. J’ai coupé un peu trop et soudain est apparu un minuscule petit point rouge de sang, à peine une tête d’épingle mais qui m’a glacée. On l’a rattrapé. Il s’est sauvé à nouveau comment je n’en sais rien. A présent tout comme l’an dernier, il vole en toute liberté dans le hameau , se repose dans les lauriers qui cette année sont immenses et magnifiques. Il se pose sur la cage. Pas vu ce matin; les fourmis adorent les graines et elles viennent en armées entières pour faire le tri. D’un côté les grains colorés de vitamines. Elles ne les aiment pas. De l’autre les graines. Une semaine déjà que je suis ici. Ouvert l’atelier, rangé mais encore rien fait ? C’est délicieux ces journées à lire et aller à la piscine où hier nous étions 2 !!! La vie du hameau est telle que je l’ai laissée l’an dernier. Ici rien ne change, la doyenne juliette est impeccable, Noa a un corps d’homme à présent, et ce soir nous mangerons la soupe au pistou. Demain, ce sera M et JP qui viendront avec les calamars pêchés cette nuit. ( il ne faut pas de vent ) Reçu un sms de JB pour le film de Nicole et ça m’a fait très plaisir: J’ai pu voir votre film, une épopée vivante avec des moments de grâce incroyables. On s’en parle? Aller au marché lire encore et je recommencerai à travailler demain. Chaque jour j’ai beaucoup dormi l’après midi. J’ai laissé faire sans résister

Mer Samedi et début des activité Les Mayons ( concert de Johnny , soupe au pistou, course de vélo, voisins, rires et chaleur.) Depuis Vendredi je dors tous les après midi. Demain je tente de retravailler.

Commencé à travailler Samedi, lendemain du repas avec les voisins. Le bal de Samedi soir a été annulé. On se serait cru le 11 Novembre sur la place défigurée par les platanes coupés. Les « artistes  » ont remballé vite fait leurs housses à costumes étincelants / Hop dans la camionnette !!!Mais c’était drôle à l’abri de parler avec le pêcheur de langoustes qui en pêche des  » comme ça  » en se bagarrant avec J. qui le taquine en répliquant qu’elles ne sont pas comme ça, mais comme ça en montrant comme s’il allait couper son poignet de sa main droite, une taille de crevette !!!Puis diner avec M. et son frère. Ils ont apporté les calamars miam miam et on prévoit d’aller à la pêche cette semaine. Pour les calamars c’est la nuit, baille-naillt. Je n’y connais rien. Piscine hier flemme aujourd’hui mer ou piscine? Flemme idem. Donc atelier. Je réécoute FC et les master classes. Interessant aujourd’hui, Mouawad. A part cela je lis le dernier Patricia Cornwell que j’ai emporté. C’est une véritable drogue. Je suis presque capable de découper quelqu’un proprement, même si couper le langue est ce que j’aime le moins. Je repère les fibres, vide les estomacs, repère une morsure, une petite cicatrice, un truc bizarre qui ne devrait pas être « là » les empreintes, les montres indices. Je devrais pourvoir intégrer le FBI dans pas trop longtemps. Ça me changera de la peinture.La scie Stycker n’a plus de secrets pour moi même si je trouve la scie manuelle plus élégante:

Hier on a diné le long de la Nationale 7 chez l’italien-épicerie fine à la délicieuse charcuterie, notre voisin d’en face.Délicieux Barolo et baba de Naples.

Note: Chercher des trucs sur les pendaisons.

broken star

broken star

Autre moment sur le boulevard pour aller vers l’atelier j’entends un petit bruit de Solex est un monsieur d’une cinquantaine d’années, la tête enfoncée dans les épaules semble rouler avec plaisir.

Il me rappelle mon propre plaisir à rouler sur mon Solex noir avec mon carton à dessin accroché à l’arrière comme une aile. Au moment où je passe devant un portail vert une peau de banane me passe devant les pieds suivie d’une dame africaine munie d’un petit bâton . Elle râle parce que les gens sont sales et jettent leur peau de banane par-dessus la porte dans son jardin. Un peu avant il y avait une autre banane. Un peu après une autre banane nous avons bavardé et ri et on a fini cette conversation par vive les bananes autonomes . Ce matin un type complètement fou dans le métro qui voulait mettre une balle à un arabe ou à tout le monde à défaut d’arabe. Hier un autre tout aussi maigre et excité attendait sur le quai avec un -comment appelle-t-on ça- avec un extincteur rouge mais l’ancien modèle. Quand la porte s’est ouverte il a aspergé tout le monde. C’est fatiguant cette atmosphère. Aujourd’hui encore aller travailler. Cette semaine va être intense. Coup de tel de jackie Buet qui va faire un hommage à Nicole Stéphane ça ça me rend vraiment contente. Hier Christian au lieu de dire un homard thermidor a dit Un homard Terminator!!!

En allant chercher le drapeau chez l’imprimeur celui-ci m’a offert en me disant j’ai un cadeau: un énorme livre de David La chapelle qui devait peser au moins 3 kg. Je me suis demandé comment m’en débarrasser prise entre le sentiment de gâchis de ces livres sophistiqués, énormes et extrêmement chers. Dilemme: Oser le mettre dans une poubelle ou souffrir toute la journée avec ce truc dans mon sac. J’ai marché 200 m, et avisé une poubelle pour papier car je déteste David la Chapelle et Hop il est allé s’écraser dans le fond.

J’allais dire le décor avance. Mais c’est plutôt l’exposition qui avance. Contente dans la perspective d’avoir un rendez-vous au sujet de Nicole Stéphane pour le festival du film de femme de Créteil. J’ai beaucoup ri en regardant la photo que Christophe m’a envoyée d’un homme de toute évidence juif et qui lisait Picsou à la banque. On aurait dit une image de propagande antisémite.

Il ne (me ) reste plus qu’à savoir le sens de cette installation le Don’t show show. À l’extérieur on peut voir des bustes blanchâtres surmontés de têtes un peu stupides plates en forme de fleur. Les bustes Romains, je les adore aux  Offices au rez -de -chaussée quand on passe le Michel-Ange et qu’il y a tous les moulages ensuite. Et je les adore sur la villa Appia Antica  à Rome. J’aimerais bien les revoir pour moi il est difficile…

Edith, Roger, Jacques et les autres

Sur le boulevard de type découpe un grand morceau de tissu doré on se demande pourquoi.

Devant l’opéra Dimanche un autre faisait sur le trottoir des sortes de gestes cabalistiques si on peut dire…

Un type marche derrière moi, il parle tout seul et je l’entends dire:

—J’aime pas les femmes j’aime pas les vagins qui puent. Agréable… ( Je le regarde fixement. Il a l’air dingue de toutes façons ). À ce moment-là il croise quatre femmes voilées. Je m’arrête car je veux regarder sa réaction. Il les laisse passer puis il se retourne. Reste immobile comme s’il avait croisé la licorne. Il parle seul. Je n’entends pas ce qu’il dit. Dommage. Il est stupéfait. Il doit marmonner de belles saloperies bien racistes.

C’est drôle d’entendre la voix douce de Monory en train de parler de Fidel Castro. J’ai fait affûter les couteaux pour couper le polystyrène et j’ai cherché un papier journal pour les envelopper et ne pas me blesser. J’aime bien cette approche de « l’actualité », des journaux. Lire dans le désordre, le 20 mai après le 1 juillet. Je revis toute une année quand j’arrive dans le Forez en allumant la cheminée. J’adore.

Par hasard je tombe sur le monde du 2 juillet c’est-à-dire hier, ( Date anniversaire de la disparition de Roger Dumas pour mon anniversaire à moi ), et sur le festival d’Avignon. Architecte de Pascal Rambert. Une grande interview de Jacques Weber que j’ai toujours beaucoup aimé. Avec Jacques on a souvent ri, il est vivant. Je trouve que ses choix à présent sont très judicieux. Il aurait pu s’endormir dans une espèce de ronron d’un comédien ogre, mais il a choisi une autre route. Bref.

Suite… C’est vrai j’aime bien lire les journaux dans le désordre et surtout dans le passé. Finalement est-ce que les événements aujourd’hui même intéressent tant que ça? C’est très drôle de lire ce qui s’est passé il y a deux jours et puis peut-être qu’on est moins responsable quand on se dit que c’est fini, qu’il n’y a plus rien à faire. C’est une sorte de lâcheté . Bon je suis lâche. Merci. C’est agréable !!!

J’enregistre avec le Dictaphone France culture !( pour voir )

« et tout de suite braquer dans des discours et on entendu le le plus long de ma vie moi quatre heures sur la grande place centrale.Respiration Ahmed était amène et lui terminer tous les discours par une série de dans voix un plateau »

On n’aura pas forcément compris qu’il s’agit des intellectuels à Cuba !!!!!

Aller à la banque puis filer à l’enterrement d’Edith Scob, ma petite Scoubidou. Zut Zut . Edith on a tant ri ! Tu apportais à la maison ce que tu nommais  » ton Vrac « 


Picasso et moi

David Douglas/ Picasso

Demain RV à l’atelier avec EG pour expo à Barcelone. J’avais fait un projet qui me semble trop sérieux mais que je pourrais intégrer à de nouvelles idées.

Après avoir dit que je n’aimais pas tellement Guernica ( mais Saura l’avait dit avant moi ) que l’anagramme de Picasso était Pascal Obispo, que je n’aimais pas ce mec, qu’il avait bouffé le siècle, qu’il nous avait emmerdé et maintenant étouffé par toutes ces expositions Picasso et ci, Picasso et ça, Picasso … Je me disais qu’en toute modestie j’allais faire Picasso et moi. Tu vois le genre???Titre pathétique s’il en est. Soudain j’ai comme la réminiscence d’un rêve. Hum. Qu’est ce donc??? Je cherche dans ce blog mais ne trouve pas. Ta gueule Picasso en 2017, demi-veste et picassos 2015, Hier exposition Picasso/ Très belle. Bien sûr. Des murs calmes et gris. Des gris très clairs.  Bien sûr/ Mais je ne sais comment dire ma relative indifférence aux périodes bleue et rose. Ce qui me plait, c’est ce qui vient en marge, les petits dessins, les pages de carnets, les photos. Les sujets -arlequins et un certaine douleur, tristesse bleue- ne créent pas beaucoup d’émotion chez moi. Sais pas pourquoi. On en a vu et revu, lu et relu, parapluies et tasses, cartes postales et affiches. … reproduire et reproduire…2018 / J’aime Picasso, mais je l’aime peut-être plus par l’adrénaline qu’il me transmet que par les oeuvres finalement. ( Oui ça j’en suis certaine aujourd’hui ). Enfin je dis n’importe quoi. Nan mais c’est vrai. 14 juin 2016

Picasso et moi c’est mon admiration quant à sa force de travail, sa façon de poser, ses calculs de séduction, sa pleine conscience en permanence de ce qu’il montre de lui.

Alors: Photos de Picasso avec des masques, Picasso sans visage en somme, l’amusement. Le théâtral . La mise en scène de soi.

Les ménines ( transparents ) , Olympia, les bricoles ( cheval, maquette, etc) . Comment ne pas rendre ça prétentieux.

Jean ROCHÉ

Un pigeon est entré cette nuit dans mon bureau pour voler les graines de mes petits oiseaux. En proportion c’est comme si je rencontrais quelqu’un qui mesure 11 m 20 ou quelque chose du genre!!Il est revenu le lendemain et je l’ai chopé dans un coin de la pièce en train de battre des ailes. Le temps passe et je m’inquiète quant à mon départ, au Repenti qui rétrécit.

NOTE

Ornithologie Jean Roché/ Né à Boulogne-sur-Seine, Jean ROCHÉ a grandi entre sa mère, Denise RENARD, qui dessinait et jouait du violoncelle, et son père, Henri-Pierre ROCHÉ, collectionneur de tableaux et écrivain, notamment auteur du roman Jules et Jim, porté à l’écran par François TRUFFAUT.../ Revenu l’hiver suivant à Paris, Jean montre ses flms à Jean PAINLEVÉ, qui dirige l’Institut de Film Scientifique. PAINLEVÉ l’envoie participer au Festival du Film Scientifique de Paris, puis à celui de Bruxelles. Jean obtient un succès d’estime pour la beauté de ses images. François TRUFFAUT les découvre à son tour, les aime, et décide d’en faire un documentaire sous le titre de Vies d’Insectes, pour accompagner le film Jules et Jim.

Hier suis rentrée de l’atelier vers 21 h puis passée à l’anniversaire de Michou avec D. Michou e sa mise en plis blanche à côté de Belmondo et ses cheveux blancs. Ce que j’aime ce sont les serveurs et leur maquillage. Les serveurs qui exagèrent ce que l’on attend d’eux c’est à dire de parler comme des imitations d’homosexuels. France qui mangeait des frites aux Artistes devait se préparer pour aller enfiler sa robe et chanter. Un Anglais venait se plaindre d’un débit étrange sur sa carte bleue . Un autre regardait l’escrime.

Lire des polars c’est être dans une seconde vie. ce n’est pas désagréable. C’est une planque en somme. Il faudrait quand même que je me remette à lire des choses  » sérieuses « .

Vu une étudiante qui se plaignait de la mollesse des profs et du peu de retour. Ce qu’elle m’a dit m’a fait plaisir et c’est agréable de se sentir utile.

 

Mein kämpf en tube

table cet aprem

Cette nuit là, il y a deux ou trois jours j’ai rêvé de façon insensée. De Genève à l’Italie, d’une sorte de campement à New York, une piscine dont l’entrée coûtait 1000 dollars ( mais je vous ai choisi des soins ) Quels soins, ai-je dit en sautant dans un autobus . Plus loin j’ai vu le tube ou rouleau de Mein Kämpf . Etrange. J’avais peu d’affaires. Depuis j’ai un peu oublié, pas mal même mais au réveil c’était très net. Le Mein K. a resurgi à Toulouse après la projection du film sur Nicole aux Abattoirs . Alors que nous attendions la joue à la polenta en buvant un verre de vin délicieux je me suis écriée. Oh Mein K en rouleau!!!. Ca a créé une certaine surprise. Bref. Après midi passée au bord de la Garonne. Je suis restée là-bas avec le Faucon Maltais. C’était délicieux. Puis ce diner très agréable à 3 puis un hôtel anonyme et l’avion le lendemain matin.

J’ai l’impression de reprendre du poil de la bête. La peinture de 7m que j’ai revue hier m’a semblée mieux que dans mon souvenir. J’ai continué à peindre avec un peu plus de plaisir. J’ai cueilli des mauvaises herbes, enfin des herbes qui d’ailleurs me semblent belles, sur le chemin vers la gare. C’est pour mettre dans la cage des oiseaux.

J’ai repris un nouveau polar, R. m’a offert 3 Ellroy. Je lirai Proust plus tard. Un truc tombe dans la pièce à côté. Zefirelli est mort ( qu’est ce que c’est moche ses films ). On a travaillé avec B. cet aprem et ce matin un café sur l’avenue pleine d’enfants pour la compétition annuelle des lycées du 9 émergents. C’est drôle de voir les tempéraments: Le ou la battante, celui qui s’écoute, celui qui cache et court un pas sur deux, celui sui grimace à cause d’un point de côté. Pas la peine à mon sens de longues discussions. Mieux vaut voir quelqu’un à l’oeuvre.

Ca fait du bien de ne plus être aux beaux-arts. Concours Vendredi . Je n’y crois pas. Tout le monde veut ces places là ( et moi, est ce que je veux )

Ah oui nous somme allés dans l’amphi des loges assister à la mise en ligne des cours de Debord que je citais plus haut je ne sais quand. Pour mémoire c’est un professeur que je n’ai jamais apprécié. Sa vanité, son contentement et sa misogynie ont suffi à me le rendre infréquentable. J’allais donc vérifier, constater: Est-il toujours aussi imbu de lui-même ? A t’il changé. Le vieux Monsieur a parlé sans se détester, s’envoyant même quelques fleurs. Bien évidemment l’âge donne charme et douceur a qui n’en avait pas . ( Il suffit de voir le cas de ce bon D’Ormesson . Regardez le dans les archives INA alors qu’il est beaucoup plus jeune… Au secours ) Bref. Je me suis dit, mais je le savais, qu’on ne changeait pas: Ses bons mots, ses citations, ses  » mon grand ami untel ». Pénible mais pas inintéressant pour qui est novice. Folklorique dirais-je. Pittoresque. Un pot a suivi dans les bureaux du directeur. Quelle pluie à nouveau..Et V. qui était assez énervée m’a raconté que lorsqu’elle a présenté J. lui et sa femme ont dit que les dessins étaient faux. Devant J.dont j’imagine la tête. Plus tard je lui ai conseillé de se souvenir de la phrase imparable: Vous dites cela pour me faire plaisir!

Enfin bref si on veut on peut aller sur le Site PSL voir ses cours de 2003. Manque total de générosité en vrai. Et réactionnaire. Oh je peux pas l’entendre là, j’écoute.

Comptez 11 coups !!!!


J’aime bien cette photo, ça sent la pègre et le mac Carthisme, les incorruptibles. Les matches de boxe truqués. Humphrey B. et les ombres au cinéma.

Enfin terminé la grande peinture de 7m50. Hum. Aucune idée, aucun avis, aucun contentement. Est ce qu’elle est dégueulasse? Sais pas. Continué la maquette pour Araau. Idem. Bonne nouvelle pour expo. Mais quoi? Quoi? Je geins, je me plains alors que j’ai l’a chance d’être quand même comme on dit vulgairement  » du bon côté du manche « . Pas vu d’expos. Ni Orsay, ni le Centre Pompidou. Seule la lecture… Rien et la lecture. Suis allée acheter deux pollars comme un mec en manque. Dashiell Hammett et… sais plus. Café sur l’avenue. Les arbres. Un peu frais. Juin déjà. Zut . Partir. Quand? Jeudi soir seule au Louxor pour voir la Palme. Vendredi une pizza à Pyrénées avec V. On a beaucoup ri à la perspective de la venue de J.F Debord aux beaux-arts. j’ai eu deux détestations dans ma vie d’élève puis d’étudiante: Madame Koffman professeur de solfège à Amiens à qui j’ai écrit des années après qu’elle m’avait fait détester la musique et Jean-François Debord, professeur aux beaux-arts/ morphologie.

Je vais donc après lui avoir tiré la langue ostensiblement il y a une dizaine d’année, réglant ainsi de façon un peu minable, mes comptes, je vais aller vérifier si son taux de contentement est égal à la longueur des fémurs et muscles et tendons dont il nous enseignait les secrets, de sa voix grave et snob. ( moi je baillais ). Une telle vanité quand elle existe ( mon grand ami Cassandre, mon grand ami Balthus ), il faut la contempler. Je me réjouis d’avance. V. m’a joué leur conversation téléphonique. J’étais pliée en deux. Bilan j’ai aussi détesté la morphologie. Quel con. Donc mardi vérification. Je pense non pas que ceux qui vont mourir te saluent mais que « ceux qui ne se détestent pas » ( je croyais que l’expression était de Jean-louis mais Marianne dit qu’elle est de R. ) Bref ceux qui ne se détestent pas s’assemblent et il n’est pas étrange que Sfar soit de la partie. Debord, on l’appelle maestro 11 coups, rapport à la sonnerie du téléphone: Comptez onze coups. J’en ris encore. Et les petits beignets à la mozzarella soit dit en passant étaient bons ainsi que la pizza. Je ne crois pas être d’une mauvaise foi totale quant à ce personnage. Plus jeune j’aurais dit un gommeux, genre foulard roulé. Là il est âgé. Bon on verra et si je me suis trompée , mea culpa !!!

J’ai regardé un vieux film de Molinaro ( on l’appelait Doudou, je l’aimais bien ) 1959 avec Robert Hossein qui était quand même assez beau. Et Jacques Dacqmine, j’aime bien, je l’avais oublié…( comme disant R. il ne faut pas s’en faire, dans 20 ans on ne sait plus qui on est et même pour les plus célèbres ce sera 70 ans mais il disparaitront également.) Bref ça a vieilli tout ça.

Prendre un peu l’air si on peut dire sur le boulevard et sa brocante. Ce qui est amusant c’est de regarder les gens. Un vieux qui croque ses dents et qui porte une croix et d’autres amulettes, des bobos, des blocks qui  » rasent  » des Adidas ou font je ne sais quoi pour leur redonner vie. D’où viennent ces godasses qui semblent neuves? Arrêt devant des images pédagogiques: la ferme, l’accident de voiture, le chien écrasé. Ça a beaucoup de charme ces trucs d’écoles primaires , un peu criards, un peu moches. Des chaises genre années 50, des fringues déglue. Un vide grenier dans les règles. Puis un café aux oiseaux et son décor années 50. Bar Portugais à Anvers avec des Portugais et …. un flipper. Je joue mal mais avec mon seul euro mais je gagne plein de parties. Stop au square d’Anvers au retour. Des gens sur des bancs donnent du pain aux moineaux, il y a une boite avec des livres. « Bonne journée, vous aussi « . Passage éclair à la Maison du Saumon pour acheter du tarama délicieux et …. puis au coin de ma rue je dis à R: Ceux là sont une équipe de Bonneteau ça se voit de loin. On les dépasse. Gagné!!! Un des hommes un peu planqué compte une épaisse liasse de billets de 50 euros. Quand je dis épaisse, c’est genre 5 cm. Comment peuvent il pigeonner ainsi les gens??Ca parfait fou de se faire arnaquer comme ça. Roland Garros. Début de match incroyable… Les bêtes absolues. Tiens un peu de soleil.

Toujours la culpabilité si je ne fais rien. AI parlé avec C. et plaisir de se dire qu’on se verra au Rep.

muette

C’est au Fonds Vivant Denon que j’ai photographié cette page car le titre m’amusait. Je n’en sais pas plus. En ce moment un des oiseaux s’acharne sur une branche que j’avais mise dans la cage le jour des Rameaux. Ils ont une activité incessante dans ce si petit espace . Je les adore. On devrait tous avoir des oiseaux, en liberté ce serait mieux et on devrait les regarder sans bouger au moins 10mn chaque jour. Sans rien faire d’autre. Travaillé tous les jours à A. Temps épouvantable. Fatigue ( Est ce lié à la Thyroïde, JC n’est pas repassé voir mes résultats. ) Je suis fière d’être allée travailler contre vents et marées même si je n’en avais pas envie. La grande peinture de 7m est presque terminée. Il m’aura fallu au moins 3 mois. Que c’est long. Tout ce temps à peindre c’est d’un stupide. Travail avec B pour la Suisse. Ouf car j’étais perdue. Il faut que l’on speede car je veux partir dès que possible. Aujourd’hui, rien fait. Trop fatiguée. Lu un peu Annie Lebrun. C’est très bien écrit et ce bien écrit là fige un peu la pensée par sa poésie? Ce n’est pas très clair. Disons que l’on sent le réel souci de la beauté de l’écriture. J’y apprends que Beckman, l’auteur de Vathek que j’ai ici quelque part et que j’ai lu fût élève de Cozens. Elle parle beaucoup d’Acteon, de Sade, du noir et de la sauvagerie.

Ya quoi au cinéma?

Partir

dans les bois je veux

Ce type là, je ne l’avais pas vu depuis longtemps et même au bar on ne s’était jamais parlé. Un Bonjour-Bonjour et un petit sourire et puis voilà. Il est arrivé comme d’habitude avec sa tête d’une autre époque, sa raie au milieu et les côtés un peu bouffants. Genre années 70 qui irait avec des pattes d’éléphant. Parfois on se demande quand même où les gens vont chercher leur tronche. Alors bon, il manifeste des envies de parler et comment ça vient je n’en sais rien/ Ah si/ je lui dis:

— On ne vous a pas vu depuis longtemps. Il me répond: —Je tournais un film. Oh, je me suis dit, chouette ou zut encore un. Je me suis tournée vers R. pour lui passer l’info: —Il tournait un film. J’ai dit ça avec un des mes petits airs genre encore un mythomane. On a déjà à notre actif un roi ou presque, alors…

De fil en aiguille il me montre sa photo sur internet et effectivement quelqu’un a fait un documentaire sur lui, enfin je ne sais plus trop. Zut, je ne retrouve pas. La photo était minuscule, mais photo il y avait. 

Son nom, c’était Dumont. Comme le réalisateur. On y est parfois, à 5cm près du bon côté!

Alors il me raconte qu’il est acteur de rue et que son truc c’est de se coucher sur du verre et que quelqu’un lui monte dessus. Ah ah, ça m’intéresse. Puis il précise qu’il a amélioré son numéro: Il ne fait plus le corps mais le visage. Il casse le verre lui-même devant les gens et hop in the glass et quelqu’un qui met un poids ou je ne sais quoi. Je me suis exclamée en lui disant que ça devait piquer. La seule chose à éviter c’est de boire, dit-il, sinon on saigne. Bien Bien. Il va aller aux Sables d’Olonne. ( pour info !!!)

Il y a des drôles de vies quand même. Après il avait envie de s’épancher un peu. Après la douleur du verre pilé, la douleur de l’enfance, les coups, et la fugue à 12 ans. Moi, tous les gens qui sont un peu comme ça, je dois les sous-titrer. Entre BB, le guitariste et lui, c’est un exploit de comprendre quelquechose. Entre les trachéotomies, les pas de dents, les qui parlent du nez, faut avoir l’oreille fine. A ce moment là, Y est entré avec son tea shirt marin moulant et je lui ai demandé de me faire  » Le lundi au soleil  » . Y. c’est une sorte de Patrick Juvet et pour me faire plaisir il me fait Claude François. Voilà le vie des bars, de ceux qui restent tout au moins, vu que ce n’est pas aux tables bios et collectives que l’on peut faire ce genre de rencontres. Personnages en voie de disparition, fin de Pigalle, fin des haricots. 

Dimanche lecture toute la journée. Londres Express de Laughan. J’en étais à commencer à me demander pourquoi édité en série noire, ( j’en avais un peu marre en fait des élucubrations du marin) et soudain, à 10 pages de la fin le vent a tourné. C’est vraiment un livre intéressant si on va vraiment jusqu’au bout. Stupéfiant et horrible je dois dire. Pas horrible comme le pavé que j’ai lu avant ( pour tout oublier pour ne plus rien entendre dans les transports ) Sadowski et l’ange du péché. C’est immonde. J’avais attrapé ça chez D. C’est quoi ce bouquin? Parait que c’est horrible. Ok je le prends.  Et je pense que la façon de nous tenir en haleine avec ce genre d’histoires de collabo, cette écriture-là est peut être plus dégoutante que le reste. Car on se transforme en voyeur de cet anti-Maigret et de ses turpitudes. Berk. Mais j’ai tout lu et suis aussi fière que si j’avais ralenti pourvoir s’il y avait des morts dans la voiture accidentée. 

Le fait que le projet soit pris pour la Fiac m’a littéralement rendue malade. Vidée, lessivée, franchement crevée et sans appétit. Les analyses de sang ont deux trucs qui ne collent pas mais le médecin dit qu’il n’y a pas le feu. Mais fatiguée comme ça. Je vois le temps filer filer et je ne voudrais en aucun cas rétrécir le repenti et le reste. J’en rêve tout au long d l’année alors…

Là je sature. Me trouve nulle et plus envie de rien faire à quoi bon. Ça s’appelle perdre confiance et c’est ce qui arrive. Le pire c’est que personne ne peut vraiment m’aider et je trouve tout insurmontable aussi.

rue Veron

Il y a eu aussi ma visite à Amiens Samedi, au Frac. J’étais sur les genoux et en plus pour aller dans cette ville, on dirait que les trains sont tous cassés, il y a des retards, des annulations, des arrêts sur la voie. J’ai failli être sauvée et ne pas partir faire cette visite de l’exposition Le hasard et le vagabond, de Laurent Busine. Magnifique exposition je trouve, très subtile et vraiment Yves Lecointre a fait et fait un travail remarquable. Faire une visite  » à ma manière » Oui. J’avais regardé pas mal de choses, mais je n’ai pas l’esprit vif en ce moment et je pense que ce n’était pas terrible. Manque de substance, la conviction ne suffit pas. Je ne connaissais pas Matt Mullican et Angel Vergara Santiago qui pourrait on dire dessine la réalité filmée. J’aime beaucoup. Là il s’agissait de la femme au miroir je crois et le crayon, se changeant en pinceau puise dans l’homme à la palette de Manet la couleur. Cet artiste aussi je crois se cache sous un voile blanc pour dessiner.

Puis aussi la dernière séance avec le lycée-plus jamais – et aussi les jurys et aussi le dossier concours. Plus jamais. A l’aide. Et pendant ce temps, je me déconcentre et je n’ai plus envie de rien. Fini tous ces machins fini. N.I. De l’herbe, des fleurs et oublions cette mauvaise année. 

 

Parfois…

Canapé cyanure

On se demande comment on arrive  » là » sur le net. Là ce sont des documents sur le suicide de Hitler qui a eu lieu sur ce canapé dont j’ai frénétiquement fait une capture.

Les chemins qui y mènent…

Anamaria m’a envoyé cet oiseau de Colombie

Parcours du combattant que ce jury de la Villa Médicis. Interessant je dois dire notamment pour la littérature et la musique. Pour les arts plastiques , pas enthousiasmant. La candidate peintre, charmante par ailleurs, partira et ce n’est pas grâce à moi!!!. Je ne comprends strictement pas cette unanimité pour un travail à mon sens vieillot, assez étriqué et tellement raisonnable. C’est un mystère total. ( Mais ne feignons pas d’en être les instigateurs !!!) En fait , un jury de ce type, c’est une interessante étude de caractères et de comportements de part et d’autre. D’un côté la peur et souvent l’émotion, je dirais dans le meilleur des cas la peur et l’émotion. Parfois une assurance qui peut être réelle ou de façade. Mais la concentration est toujours au rendez-vous, avec des personnes plus charismatiques que d’autres. Les architectes lisses, L’italien qui présentait ce que j’appellerais pour rire un clavilux contemporain était très drôle. Il me faisait penser à Dali. Je l’ai enregistré pour mon plaisir.P. qui ne peut plus respirer, des mains qui tremblent, le ridicule parfois, la présentation par Skype où on ne comprend rien, Et de l’autre côté des personnalités qui peuvent tout argumenter. Qui sont habitués contrairement à moi, à l’exercice. C’était plutôt sympa je dois dire . Bref c’était fatigant mais sympa. Même si je ne souhaite pas renouveler l’expérience. Je ne suis pas rôdée et mon expression n’est à mon sens pas efficace pour ce genre d’exercice ( de pouvoir , de tergiversation et de stratégie ). Et voir ces candidats angoissés , jouant un morceau de leur avenir, c’est terrible.

Pourquoi les peintres racontent-ils des choses passablement ennuyeuses?

Bref, c’était bon d’en finir.

Alors que j’allais savourer un polar bien calée dans le métro, quelqu’un m’a demandé su j’étais moi:

— Vous êtes HD? J’ai raté le concours d’entrée aux Beaux-Arts . Pouvez vous me dire pourquoi…Misère. Puis elle m’a dit: Il parait que vous parlez de Dieu. Ce à quoi j’ai répondu que si Dieu est un meuble, une chaise, un dessin, un crayon ou un livre. Oui je parle de Dieu. N’importe quoi. Bref ça m’a grillé mon transport.

Les oiseaux sont affairés et assez bruyant ce matin, je ne sais pas si c’est plaisir ou non. Se disent-ils qu’ils vont tous disparaitre?

Tout ce que j’ai à faire m’ennuie: Poster une lettre ( à ce propos les nouveaux services de la Poste sont dingues.

Sans rapport avec ce qui précède je viens de découvrir les nouveaux services de La poste. Notamment  » Veiller sur mes parents à partir de 19,90 par mois « . Le film est grotesque avec de pauvres acteurs si mauvais qu’on ne peut même pas rire. Bref quoi quoi?? Heu… Vu le dernier film de Rithy Pann. Hum ( Les tombeaux sans nom ) La voix off est une catastrophe à mon sens. Texte si appliqué ( l’auteur à l’air sympa et RP aussi mais ça n’a rien à voir ) qu’on ne l’écoute pas. Plein d’emphase, il sent l’huile de coude de qui veut faire une bonne rédaction. Quant aux images, je n’ai aimé que les témoignages filmés. Les choses  » artistiques » et métaphoriques qui vont des sculptures en bois dans l’eau, au photos des disparus dans la nature, en passant par je ne sais quel matériau d’installation et j’en oublie ne me plaisent pas du tout. Par contre les sortes de cérémonies et d’invocation sont saisissants.



La Palette

Je n’y vais presque jamais. Ce matin ils étaient agréables ce qui les dernières fois n’est pas vraiment ce que j’aurais dit. Il fait sombre. Que des touristes qui mangent des oeufs. Une dame suédoise rit en se regardant. Robe longue printanière, doudoune d’hiver chaussures d’été et chapeau de soleil. En Suède il neige me dit-elle. Elle est sympa ! Eh bien voilà qui est passionnant.

Voltaire est noir!

Je me suis arrêtée pour filmer la statue de Voltaire . Bizarrement elle avait le visage tout noir. Je me suis demandé si c’était la pierre qui était abîmée ou si quelqu’un avait barbouillé ce visage. L’autre jour alors que nous étions en terrasse et buvions de Tokay, S a passé sa main sur son sourcil et j’ai vu un tout petit insecte sauter sur la table, une sorte de miette vivante. Je n’ai rien dit mais j’étais déconcentrée et n’écoutait plus bien ce qui se disait. J’ai vu aussi que R avait remarqué cet insecte qui ressemblait à une mite minuscule- nous en avons beaucoup ri le soir. Son visage en fait exprimait ma pensée. Une sorte de dégoût Hallyday ( !!! à l’idée) ( dictez! dictez!) que de l’œil surgit un petit insecte blanchâtre. Cela voulait dire qu’elle intérieur de l’œil il pouvait y avoir une colonie de ces mêmes insectes. En écrivant cela je pense aussi au passage de Benvenuto Cellini lorsque on extrait de son corps un long verre poilu. C’est à la page 289.  » On m’y transporta le soir même avec des soins. J’étais à peine arrivé que je fûs pris de vomissements. Au cours de cette crise il me sortit de l’estomac un ver long d’un quart de brasse. Ses gros poils, ses taches vertes noires et rouges le rendaient affreux … et dans l’histoire le médecin déclare n’avoir jamais vu pareille chose. Berk.

Temps effroyable. Visite de l’expo Thomas Schütte qui contrairement à ce que je pensais, m’ennuie. Zut je suis déçue. Les socles, l’énormité, les tables et les sculptures elles-mêmes me laissent de céramique. Les patines et les matériaux sont beaux et ça, ça m’intéresse. Sinon, la maquette pour une personne seule ( ne me souvient pas du nom exact, me plait ). On dirait un gros appareil photo. peut-être somme toute que les vitrines avec les bricolages pate à modeler et autre , c’est ce qui me plait le plus. Ensuite j’ai l’impression que le gigantisme boursoufle. Sais pas.

Ben pas de titre tiens, juste pour t’emmerder !

SOLLERS L’anecdote la plus étrange de la vie de Redouté ? Celle-ci: une nuit il est appelé pour peindre devant Louis XVI et Marie-Antoinette prisonnier au temple un cactus en fleurs. Filmer donc cette scène ( Philippe Sollers page 17 Discours parfait/ chapitre fleurs. ) On dirait des photos dira l’esclave du spectacle contemporain.

Annie Ernaux

« Avant », dans le quartier il y avait des vendeurs de muguet tous les deux centimètres: Sur le boulevard etc. Là ils sont plutôt rue des Martyrs. Moi j’en prends à La Croix Rouge.Au moins… Le type qui récupère mon billet a un paquet de biscuits entamé et je n’ai même pas regardé sa tête. C. m’offre un pot . C’est gentil. Il n’y a pas grand monde dans les rues. Je corrige encore le teaser et boit un café avec S. qui termine son livre.

Une semaine dans le Forez. Temps exécrable sauf l’été de l’arrivée, pluie vent et cafard régulier. Pleurs. Lecture de fragments de Sollers… . Sapins et interrogations, découragement encore.Mort de Marielle. J’envoie tout de suite un mot à Agathe. Ca m’attriste même si c’est le cours des choses… Cellini que j’adore. J’avais déjà plus ou moins picoré ses mémoires mais cette fois-ci je lis normalement, page après page. Entre exploits techniques d’un orfèvre génial ( il ne se déteste pas comme dit Trintignant !!!), papauté, Sac de Rome, condamnation pour meurtre, rixes et poignards, on ne s’ennuie pas. La convocation des esprits et la frayeurs des participants est délicieuse aussi. C’est très drôle, Palissy. Rien fait de particulier. Deux jours à trier les factures, quelques marches de deux heures, seule, mais pas grand-chose, puis le teaser du film sur Nicole. Ca oui, ça m’a amusée. Et donné envie de refaire du montage. C’était beau cette première nuit quand même. retour et soirée chez C. et N. qui rentraient de leur château. Il sont dingues et c’est ce que j’aime.

premier soir

Hier UC aux Beaux arts. Avec Jonathan c’est plus simple. 20 personnes hier jusqu’à 20 heures. Puis on se retrouve avec V. que je n’avais pas vue depuis 10 jours. On rit bien sûr. UC, donc plutôt pas mal sauf évidemment ceux qui font le minimum syndical ou pensent qu’un sujet c’est scolaire sans comprendre que si école il y a c’est pour essayer des choses. Bref. Ceux qui essaient sans se poser trop de question sont les plus interessants. Bref à nouveau.

Mais la matinée a commencé avec des huitres recrachées et des poissons morts. Cela nous a laissé une atmosphère Bretonne pourrait on dire, toute la journée!. Puis ils ont aspiré l’eau du bassin installé. Ca me fait rire. J’aime bien ces tentatives…

Faire la maquette pour la Suisse il serait temps. Je n’arrive pas à prendre de décision.


Miracle et autres notes

Miracle, je suis Barnett Newman 2019 détail

« Joyau en or représentant une grenade suspendue à une branche par trois chaînettes. Ce bijou est admirablement et finement travaillé. Les couleurs vives de son émail font ressortir les dessins précieux tous ciselés et gravés. Les grains du fruit qui se voient par une ouverture naturelle sont de rubis orientaux taillés exprès. en ôtant une petite vis cachée dans la couronne de la grenade , celle-ci s’ouvre en deux parties découvrant dans chacune d’elles une excavation avec portail de style renaissance avec quelques figures représentant le mystère de la Visitation de la Sainte vierge ,à Sainte Isabelle d’un côté et de l’autre l’Annonciation parfaitement émaillé » . p 105 tome 1 Benvenuto Cellini.

« L’anecdote la plus étrange de la vie de Redouté ? Celle-ci: une nuit il est appelé pour peindre devant Louis XVI et Marie-Antoinette prisonnier au temple un cactus en fleurs. Filmer donc cette scène « Philippe Sollers page 17 Discours parfait/ chapitre fleurs. On dirait des photos dira l’esclave du spectacle contemporain

Je pense en lisant cela, aux roses du jardin du Luxembourg, aux petites étiquettes qui sont attachées  à leurs tiges ( sous la corolle ) avec un nombre de noms insensé. Des noms merveilleux, des noms qui font rêver, des inventions littéraires pour classer, inventorier, ranger sans qu’une méthode scientifique ne vienne en éteindre le parfum.

En lisant le chapitre Fleurs  de Sollers je me souviens soudainement de mon père qui au printemps avait envie entre guillemets « d’aller faire un tour en Hollande » pour voir les tulipes.

Je me suis demandé, mais il me semble que j’ai déjà écrit ça quelque part donc je me redemande, je me demande à nouveau si les rideaux violets foncés dans la chambre de mes parents avaient quelque chose à voir avec le prénom de la Jumelle de ma mère : Violette. Cette couleur dans la chambre des parents m’a toujours étonnée/ des rideaux violet foncé!!!, Cette invention décorative m’a toujours arrêtée en une certaine stupéfaction discrète dont nous n’avons jamais parlé d’ailleurs. . À mon insu pourrait-on dire, j’étais « glacée » par cette couleur. Est-ce que l’inconscient a fonctionné au moment du choix des échantillons. J’imagine ma mère dubitative et mal à l’aise ( qu’avait -elle à dire à un décorateur? ) debout devant le nuancier. Pendant des années elle s’était tenue debout devant les cartons que sa propre mère fabriquait afin de gagner un peu d’argent. Puis debout elle s’était tenue face à sa classe de cours préparatoire. Mon père si il est dans cette scène doit fumer. Devant eux, courbé, l’architecte décorateur suggère. Soudain ma mère pointe index en avant: « Ça » dit elle, « çacette couleur ». On peut imaginer une sorte de mouvement réprobateur. Mais mon père s’en fiche et l’architecte dont je me souviens assez bien s’en fiche aussi tout compte fait. Est ce que ça s’est passé comme cela. Je l’ignore. 

Violette, cette petite fille morte très jeune ( on peut la voir sur une photo de famille sur les genoux de sa mère )est désormais associée pour moi à cette couleur. Et cette couleur à la mort. Quel ne fût pas mon déplaisir à la plage où nous aimions aller chaque année, de découvrir depuis mon matelas et sur la plage à côté des parasols du même violet foncé. 

Rimbaud:  l’araignée de la haie ne mange que des violettes 

La tribune des critiques de disques me fait toujours rire. Leur indignation : Mais il n’y a aucun legato je déteste cette chanteuse, ce n’est pas beau rien ne marche !

« La gnose se présente comme un savoir qui sauve davantage qu’une croyance ou qu’une religion .Elle apprend à se ressaisir dans la vérité , à rallier un monde défini comme autre ,nouveau , étrange et qui déborde celui que les hommes admettent couramment » Sollers

C’est bizarre en ce jour de Pâques 2019, pas un mail pas un message -on dirait que tout s’est arrêté. Je suis allée marcher (attendant évidemment qu’il commence doucement à pleuvoir… pour décider d’aller du côté de Marandière) 

Ou j’articule mal ou le Dictaphone est vraiment de mauvaise qualité car je suis allée marcher devient  je suis allée marcher au pensionnat. Je ne vois pas ce que le pensionnat vient faire là-dedans. 

J’ai donc observé les mousses… 

« Il galope où ce garçon? » dit le critique musical. J’ai un peu froid je vais aller prendre un bain. 

J’ai vu sept cul-blancs, des vaches, un lièvre et des tourterelles . 

« Un beau vêtement qui se métamorphose (pour ainsi dire se coagule) en un enchevêtrement de vers et de serpents lorsque celui qui le porte se regarde avec suffisance dans le miroir… » [RM, 1931, p. 78] Wittgenstein. J’adore cette note que je retrouve chez quelqu’un, à propos de Wittgenstein et les objets.

L’attention esthétique est dirigée vers une variété d’objets –  une chaise, un tissu funéraire, un diadème, une œuvre d’art, la neige qui tombe. 

Le plaisir esthétique est lié à la prise de conscience des règles – il constitue un ensemble de connaissances plus ou moins raffinées. [Cf RM, 28-29, 84; Z, 164]

« Supposons que quelqu’un que vous rencontrez dans la rue vous dise qu’il a perdu son plus grand ami, d’une voix très expressive de son émotion. Vous pourriez dire : « C’était extraordinairement beau, sa façon de s’exprimer. » Supposons que vous demandiez alors : « Quelle similitude y a-t-il entre mon admiration pour cette personne et le fait que j’aime la glace à la vanille? » La comparaison semble presque dégoûtante. (Mais vous pouvez relier les deux cas à l’aide de cas intermédiaires). » [LC, II, § 4, p. 34]

Le changement d’aspect (Aspekt-Wechsel)

CANONS DES INVALIDES

Je relève les noms des futs de canons.: Achille Larpenteur Le vengeur Le taureau Le coupeur de bourse Le Turc Le grossier Le diable L’égrillard -La comète L’affineur Le Pertinax Le commode Vespasien L’éclatant et Lou the Noa is Sheila Le Danois  ( erreur Dictaphone en Anglais )





C’est le Vésuve et l’Etna, c’est un volcan cette fille-là

Quand j’y réfléchis je pense qu’un des paysages qui m’a marqué le plus est celui de l’Etna. J’y étais allée juste après une éruption. Nous y étions allés. Quelle année? Entre 1982 et 1984 je dirais. Et l’hôtel où nous nous étions rendus l’année précédente était complètement englouti sous la lave. Je me souviens de ce paysage désertique noir épais coulant et qui fumait légèrement. Doucement. Peut-être mon goût pour Pline l’Ancien qui trouve  la mort lors de l’éruption du Vésuve, ou les peintures de Volaire y sont pour quelque chose. J’ai toujours été très hypnotisée, pourrait-on dire par ces paysages aux volcans rougeoyant desquels émanent des fumerolles. Ceci est aussi lié avec le volcan Tambora en 1815 et son éruption au moment où Marie Shelley va écrire Frankenstein. Cet été où tout fut déréglé:couleurs vents,  marées et climat. Neige marron en Hongrie, neige rouge en Italie. (  Tambora a projeté dans la stratosphère un voile de poussière qui va filtrer le rayonnement solaire plusieurs années durant. Ignoré des livres d’histoire, ce bouleversement climatique fait des millions de morts. On lui doit aussi de profondes mutations culturelles, dont témoignent les ciels peints par Turner, chargés de poussière volcanique, ou le Frankenstein de Mary Shelley. )Cet été ou Turner peint  des paysages aux couleurs insensées. Cette année-là aussi pourquoi tant de peintres s’acharnent à représenter des navires, des naufrage, des vagues. C’est la réalité qui dicte cela et non l’imagination. En matière de paysages ce sont aussi ceux de Humbolt qui m’ont vraiment intéressée et en matière de nuages ceux de Cozens bien sûr.


Poursuivre les recherches sur les bouches ouvertes dans La peinture comme crime. J’ai acheté le livre de du Théâtre de la cruauté de Vaise vers tes gants. V eux air ST. Vers tes gants. C’est ici le limite de la dictée !!!! Merde:Verstegan. 1587. Voilà, c’est dit !!!Sur la couverture on voit un homme agenouillé mains jointes.  Il est en train de se faire étrangler par deux autres à l’aide d’une corde . (Come along if there’s a number) ????Ho hi maintenant c’est le clavier Anglais qui joue des tours… Voilà retrouvé le français. Je disais donc qu’il s’agit du Théâtre des cruautés et qu’il contient des gravures très intéressantes. Il faut que je regarde celles de (juin celle de Paris VP ris 5P eux deux air y 2S y N.) !!!!!! Et Tortorel. Voir page 10. Les images sont des gravures, des paysages en général sur lesquels on trouve des lettres . Elles renvoient à un texte par exemple sur l’image des martyrs du temps de Julien Laposte ( gravure inspirée des fresques de San Stefano Rotondo ) on voit trois gisants . Les deux premiers ont la tête coupée . Le troisième estentier.  Le plan horizontal suivant représente un tombeau qui s’ouvre et on voit un bras en sortir ainsi que des viscères . La tête est un peu en retrait et les yeux sont fermés.  La pierre tombale écrase le pied de l’homme. Au-dessus un monticule et quelques herbes dirait-on, puis sur la gauche un petit personnage allongé qui se tient le ventre, à droite des personnages assis.  Plus haut encore sur la droite un homme attrape quelqu’un par les pieds. Il est devant une colline.  A gauche un groupe d’individus puis un homme et son ombre tiennent un bâton. Entre deux collines apparaît une ville et un acqueduc et plus loin encore des petits bateaux sur la mer et semble-t-il une embarcation plus grande prend feu. Je regarde des images tirées des livre de De Théodore de Bry et aussi sur les cannibales. J’en avais utilisé certaine pour mes photos avec transparents. 

Niveau rêve, c’était Nantes cette nuit. Et l’autre c’était je ne sais où et je dévalais une pente avec un toboggan noir très large. Parfois étaient écrits des mots en blanc… Sais plus…


La fille étincelante/ Le Réel a disparu dit quelqu’un

Elle entre dans le compartiment. Elle ou lui d’ailleurs je ne sais pas. 60 ans au moins Elle s’adresse à nous en riant , ou tout au moins aux rares personnes- oreilles libres qui lèvent les yeux …:

« La différence elle est là. Vous vous faites peur moi je fais envie » puis « Vous vous êtes pauvres moi je suis belle, je brille. Vous me regardez!!! « 

Je la trouve formidable. Des yeux je fais un Pano du bas en haut: Chaussures à talons, sortes de chaussettes argentées, mollets d’homme ? , puis sur les cuisses des petits points comme d’anciennes piqûres de moustiques. Le moustique-seringue ça s’appelle cet insecte. Vaisseaux éclatés. Puis mini-jupe étincelante puis blouson argent. Elle rit. Elle a une perruque ? Elle a un verre à la main. Elle s’arrête un instant, me regarde et me dit:  » Toi, tu es belle. Eux ils sont moches et en plus ils sont pauvres » . Eclat de rire, elle descend vers son futur.

L’autre jour c’étaitt un homme au cheveux hirsutes qui soudain est revenu sur ses pas dans le compartiment ( comme s’il avait oublié d’ajouter une précision ) et a dit à la femme: Vous , c’est le bicorne de Napoléon qu’il vous faudrait pour aller avec votre nez de Cyrano. J’ai trouvé ça désopilant. La femme était hébétée. Sans doute l’était elle avant.

Jury Villa M. Ce serait agréable si sur terre il n’y avait pas d’éléments aigres, négatifs, toujours CONTRE. C’est marrant de vouloir exister en étant contre tout. Ca me fait presque de la peine. Quel temps perdu que cette tension. Puis je suis allée me réconforter en lisant et en prenant un thé au café Beaubourg. En cherchant mon livre me suis aperçue que j’avais pris le manteau de quelqu’un d’autre. Pourvu que ce ne soit pas le SIEN me dis-je. Ouf. J’ai couru rendre à Cesar et j’ai repris le mien aussi.

Aller au lycée. C’est la pire idée que j’aie eue cette année. Je ne suis pas faite pour ça. Mais pourquoi ai-je accepté?? Ca me coupe le vendredi en deux.

Dire non à tout. J’aurais mieux fait d’accepter l’invitation à Naples. De toutes façons, ce n’est pas mon année. Grandes difficulté à entreprendre quelque chose, à poursuivre.

Vu Insoumuses au forum des images. Quelque chose me manque même si c’est un délice de voir Delphine Seyrig et Carole Roussopoulos pendant 70 mn. C’est peut être le fait d’avoir monté les archives, sans que la réalisatrice n’intervienne même très peu. Pourquoi fait on un film sur sa grand-mère en somme. Sais pas. Mais j’ai passé un bon moment après avoir mangé rapide vers Saint-Eustache. Pour moi une galette de sarrasin immonde. Ce que j’ai dit au responsable: C’est franchement dégoutant ce que vous m’avez servi. Il était un peu suffoqué. Moi bien désagréable. Mais gentiment il m’a proposé de changer.

L’ homme qui marche a une drôle de coiffure avec sur le devant trois lignes de cheveux un peu bouclés comme s’il s’agissait d’une terre cuite. Une dame chante doucement dans l’escalier mécanique . J’aurais voulu la remercier car on entend plus jamais personne chanter dans un escalier, ni nulle part d’ailleurs. J’ai l’impression que dicter au téléphone marche de mieux en mieux ( enfin… Heu??? ) comme si l’iPhone reconnaissait mes mots et mes expressions. Une jeune fille vient de demander la direction “deux or blanc” c’est-à-dire Herblay. Deux or blanc c’est le téléphone qui invente ! Voilà ce qui arrive aussi quand le dictaphone est réglé sur italien:

Lenny vuoi jazz age almo o chiudiamo Aux US and Have ex sette epidemia Pisa tu nel mondo di avere qua no lecca ATP scribi te fai il prof è che perfetto e lascia fare sono compare sei qua o Verso Shaun ok ma non fare le MOI il via un rettilineo nuova SP persone care però puoi scegliere o tax qua fanno”:

Enigma !!!Ce qui veut dire que face à moi il y a une dame qui semble aveugle avec des lunettes de soleil et une canne sur laquelle elle s’appuie mais je crois qu’elle n’est pas aveugle…. A méditer.

En parlant d’aveugles, le bouquin de Saragamo est particulièrement anxiogène . L’écriture est assez hachée par le fait de couper des phrase là où on ne s’y attendrait pas et de continuer, comme une réponse en commençant par une majuscule. Ce n’est pas clair . Mieux vaudrait un exemple. Bref. Mais le sujet est incroyable:Une épidémie rend tout le monde aveugle sauf  » la femme du médecin ». S’en suit l’horreur , les hordes, la faim, les crimes, les viols , la saleté etc…L’humanité en somme…


Reflexion

Difficile de travailler. vraiment difficile. Brrrr. Même pas envie reparler et en plus le bouquin de Saramago est anxiogène.

SA BIZARRERIE AUTANT QUE SON GÉNIE…

Leonard de vinci/Vasari

« Sa bizarrerie, autant que son génie, se manifestent donc bientôt par des projets irréalisables, ainsi que par des attitudes magnanimes, souvent dépourvues de réalisme. Le peintre, par exemple, achète parfois des oiseaux en cage afin de les libérer et s’entoure de serviteurs, sans tenir compte de ses moyens financiers réels. Cela s’accompagne, chez l’artiste, d’un fort désir de surprendre, comme l’indique le récit concernant un « ramarro » qu’il transforme en dragon : Sur le dos d’un gros lézard très curieux trouvé par un vigneron du Belvédère, il fixa des ailes, faites d’écailles prises à d’autres lézards, qui, à l’aide de vif argent, vibraient aux mouvements de l’animal ; il lui ajouta des yeux, des cornes, une barbe et l’apprivoisa. Il le gardait dans une boîte pour faire fuir de peur tous les amis auxquels il le montrait.

Ces détails étranges contribuent à définir la personnalité un tant soit peu inquiétante de Vinci, qui échappe à un jugement précis et définitif ; ce sont pourtant des éléments dont le biographe se sert, il nous semble, pour expliquer l’originalité du peintre. Dans son domaine privilégié, Vinci arrive en effet à des résultats surprenants, et il faut se rappeler que l’admiration, voire la «stupeur» des spectateurs est pour Vasari l’un des critères fondamentaux d’appréciation de l’œuvre d’art.

En fondant ses propres jugements sur les critères légués par la littérature artistique de l’antiquité, le biographe souligne de fait l’extraordinaire habileté technique du peintre et la « vérité » de ses tableaux, à savoir la mimésis parfaite de la réalité21. Cette aptitude peut prendre un aspect effrayant, comme le raconte le biographe en décrivant une rondache de bois, sur laquelle Léonard voulut peindre une figure fantaisiste à même de produire l’effet d’une tête de Méduse, c’est-à-dire de paralyser ceux qui la regardaient. Il réunit des « lézards petits et gros, criquets, serpents, papillons, sauterelles, chauves-souris » et en copia quelques détails pour créer un animal imaginaire et monstrueux. Cette peinture était tellement réussie qu’elle épouvanta le père de Léonard, ser Piero da Vinci, au point qu’au lieu d’entrer dans l’atelier de son fils, il fit marche arrière. C’est là l’occasion pour Léonard (ainsi que pour Vasari lui-même) de définir le plaisir de la représentation : « Voilà à quoi sert cet objet, prenez-le et emportez-le ; c’est ce qu’on attend d’une œuvre d’art »

On invoquera souvent l’imagination débordante du peintre pour expliquer que son œuvre est restée inachevée. C’est ce que fait Vasari dans sa critique de l’esprit inquiet et capricieux de Léonard, « qui n’arrêtait jamais de distiller des inventions subtiles » (mai restava di ghiribizzare) et qui était gêné par un désir excessif23. L’historien appuie son jugement péjoratif sur une anecdote significative ; Léonard, dans son atelier, s’amuse avec des expériences qui cherchent, une fois de plus, à surprendre les spectateurs :

Il lui arrivait aussi de faire dégraisser et nettoyer minutieusement des boyaux de mouton pour les rendre si minces qu’ils auraient tenu dans le creux de la main. Dans une pièce voisine, il avait une paire de soufflets de forge auxquels il adaptait l’extrémité du boyau ; gonflé, celui-ci remplissait toute la pièce, pourtant très grande, et les gens présents étaient obligés de se réfugier dans un coin. Ces objets transparents et pleins de vent qui occupaient si peu de place au début et tant à la fin, il les comparait à l’énergie personnelle. Il se livra à toutes sortes de folies de ce genre, s’occupa de miroirs et expérimenta des méthodes très curieuses pour trouver des huiles pour peindre et des vernis pour conserver les tableaux.

De telles recherches conduisent Léonard à se rapprocher de l’alchimie25, à utiliser des miroirs dans ses investigations sur l’optique et à chercher de nouvelles techniques picturales, qui se révèlent parfois infructueuses26. Vasari, de son côté, n’hésite pas à nommer « folies » (pazzie) ces travaux de l’artiste.

Insistant encore sur le topos de la stupeur, Vasari propose cependant des variations qui lui permettent de souligner d’autres caractéristiques du peintre, tel le fait de travailler sans même s’apercevoir des odeurs nauséabondes qui envahissent son atelier27. L’idée du dévouement complet de l’artiste envers son œuvre viendrait au biographe d’une nouvelle de Matteo Bandello, qui avait pu observer l’artiste au travail, en 1497, dans le couvent milanais de Sainte-Marie-des-Grâces, et avait décrit son rythme déréglé28. Bandello n’hésitait pas à faire parler l’artiste des largesses des souverains pour les maîtres reconnus dans les arts ; Vasari en revanche garde le ton facétieux de la nouvelle mais oriente son récit vers d’autres thèmes, imaginant une discussion entre le duc Ludovic Le More et Vinci, qui permet à ce dernier d’exprimer sa propre conception de la peinture :

[…] c’est au moment où ils travaillent le moins que les esprits élevés en font le plus ; ils sont alors mentalement à la recherche de l’inédit et trouvent la forme parfaite des idées qu’ils expriment ensuite en traçant de leurs mains ce qu’ils ont conçu en esprit . »


Toc Toc ou la canne de Alain Baden

Wendy Toye, Trois meurtres (Three cases of murder), 1955.

Rêve

Pas du tout aimé le rêve de cette nuit . R. était vivant et il était parti sans donner de nouvelles. Je me suis aperçu qu’il y avait un tout petit papier collé au bout de mon téléphone. On y lisait: je rentre samedi. Mais c’etait très difficile à déchiffrer. Je me suis demandée si je devais l’appeler ou non. Ensuite j’étais dans un théâtre. On répétait une pièce pour le Festival d’Avignon et il y avait la aussi des amis de R.. Il y avait Jacques Weber. Je n’ai pas osé rentrer dans la salle de peur de croiser Piccoli.J’ai eu beaucoup de mal à sortir de ce rêve. Était-ce parce que R. m’avait quitté. Était-ce parce qu’il vivait avec quelqu’un d’autre, une étudiante à moi, en disant qu’une différence d’âge de 60 ans n’était pas grand-chose au fond. Ou était-ce parce que tout d’un coup dans ce rêve je le revoyais bien vivant face à moi, en chair et en os. J’avais envie de crier, de me battre. Lui ne bougeait pas. J’ai contenu ma rage et me suis levée….

Note/ MASQUE POE

Alors, invoquant le courage violent du désespoir, une foule de masques se précipita à la fois dans la chambre noire ; et, saisissant l’inconnu, qui se tenait, comme une grande statue, droit et immobile dans l’ombre de l’horloge  d’ébène, ils se sentirent suffoqués par une terreur sans nom, en voyant que sous le linceul et le masque cadavéreux qu’ils avaient empoigné avec une si violente énergie, ne logeait aucune forme humaine. On reconnut alors la présence de la Mort rouge.

Wendy Toye, Trois meurtres (Three cases of murder), 1955. Je n’ai pas vu le film. Les deux hommes regardent le tableau, sorte de grande demeure-croute au bout d’un chemin. Le tableau étrangement ( comme toute oeuvre-accessoire dans un film, il est assez médiocre et peu hypnotisant. Mais est- ce justement cette apparente banalité de l’image qui donne cet effet? Cet « ordinaire » ce « moche » ou sans intérêt permet sans doute des projections qu’un oeuvre ne permettrait pas. La peinture est un accessoire miroir qui nous absorbe. La peinture ne nous regarde pas au sens propre du terme, mais nous engloutit) Bref, le tableau semble exercer un pouvoir hypnotique et mystérieux. L’homme à la canne décrit ce qu’il voit, l’autre subit cette fascination. Il subit l’attrait du tableau transmis par Alain Badel. Il me semble qu’il est aussi question d’une lumière qui rendrait le tableau parfait. Il suffirait de rajouter une touche de peinture sur une des fenêtres. Ils se dirigent vers le tableau que l’on observe entre leurs deux épaules. Baden donne un coup de canne sur la porte et ç avait Toc Toc, comme une vraie porte. Puis… Je ne sais pas… On entre….

J’ai regardé avec intérêt les diagrammes de Pierce. C’est vraiment intéressant, intriguant. C’est de la pensée en dessins. C’est ce que j’essaie de faire comprendre aux étudiants au travers de cette proposition d’Abécédaire. Qu’un abécédaire, on peut faire un arrêt sur image de notre pensée, mais celle-ci bouge en permanence, comme des petits points qui s’électrisent, s’entrechoquent, se repoussent, s’aimantent. Un abécédaire peut s’entreprendre par le biais d’une liste. mais il faut l’abandonner au risque de tout figer et de classer sa pensée.


Atelier et notes

Atelier 27 mars

… Et j’ai agrafé au mur une grande toile de 7mètres 50 par 3 m. Puis j’ai dessiné deux grands cadres qui me rappellent une peinture que nous avions à la maison.  Une petite peinture dont je ne me souviens pas l’image. Que représentait elle?( à l’instant je revois une sorte de violoncelliste ) . Je me souviens seulement d’un cadre épais lourd et prétentieux d’une couleur grisâtre. En italien on dit « Corinne NI ZHI ». Corinne NI ZHI n’est pas une amie, c’est ce qu’a interprété le téléphone pour « cornice ».Une fois ces deux cadres dessinés je me suis assise et j’ai regardé . Soudain j’ai eu l’impression que c’était Michel Polnareff qui me fixait.

Note: théâtre poenarum

Note:la punition par l’image

Note: Le dilemme du hérisson

Lors ce que quelqu’un qui est déclaré coupable de haute trahison s’est dérobé au châtiment corporel en prenant la fuite où est mort avant l’exécution de la sentence la peine corporelle doit être exécutée sur son effigie sans préjudice de celle qui affecte l’honneur et les biens

Rêve à voix haute

C’était une toute petite maison je suis allée me coucher/ la chambre était minuscule et j’ai ouvert une petite fenêtre carrée au bout du lit et sur ma gauche il y avait une autre petite fenêtre carrée entourée d’une moustiquaire noire. Je pensais qu’en ouvrant cette petite fenêtre j’aurais une vue directe sur la cour. Mais je me suis aperçue que cette petite fenêtre donnait sur un autre tout petit espace/ à peine avais-je regardé que j’ai compris qu’il y avait là allongée, une personne morte/ une femme allongée et j’ai tout de suite cessé de regarder. Je suis sortie de la pièce pour essayer de comprendre où était cette cachette. Il devait s’agir d’une sorte de coffrage avec à l’intérieur la personne disparue et que l’on avait même cessé de chercher.

Retour en haut