(2008) vintage 14 juillet

13 juillet ( 2008 )

juil. 14e, 2008 | 07:21 pm

Lever ver 9h et gonflage des 4 vélos. Emilio et S. qui à dans le dos un tatouage bleu d’une main faisant un doigt d’honneur, s’attaquent au lierre qui envahit le côté de la maison. Moi je regarde leurs efforts pour entourer d’une grosse corde les racines, bouger l’échelle. Je découvre ensuite sur le mollet gauche de S. une sorte de de diable rouge qui « fait un doigt ». C’est décidément une passion.
X. attrape une brosse dans le garage et j’y découvre une tonne de coupes. Ce sont ses victoires de cycliste. Incroyable. Il dit avoir abandonné, détester le milieu et le dopage, être aigri.
Il ne veut pas trop s’étendre sur la question. Le plus grave dit-il sont les amateurs qui se dopent « comme des amateurs » et parfois meurent. Des tout jeunes types de 15 ans.
Sur la place le drapeau tricolore entoure le monument aux morts. Un citron pressé avec U. et R. et l’anchoïade du Dimanche offerte par T.
Un coup d’oeil sur Var Matin où nous cherchons nos vedettes « Hachu et Hervé », comiques locaux et garantis 0% dentelle. Mais ils me font mourir de rire tant ils sont ( assez et pas trop) mauvais. Pas trouvé. Ce soir bal et aujourd’hui corrida (?) à Collobrières. On n’y va pas. La maison est fraîche mais c’est bizarre, cette nuit il a plu. Jamais vu ça ici. Aujourd’hui des gros nuages au loin. J’essaie de ne rien faire, et prends beaucoup de plaisir à lire en levant les yeux pour dire une bêtise quand Y,C,M.T ou U. passent par là.
Je décide de mieux manger et du coup j’ai une envie de gâteaux de crème et de trucs comme ça. Hier une tropézienne est arrivée sur la table, made in La garde-Freinet. Hum Hum.
Ysé réécrit un peu « la princesse au petit pois » pour Camille et l’enregistrera tout à l’heure dans « la cabiote ».
J’ai sorti l’ordi et l’écran que j’avais commandé.
Je me demande si je ne vais pas ressortir le Tatoué et essayer quelque chose. Le bal. Le bal , et bien il n’a deçu personne. On a dansé comme des dingues et C. a fait une démonstration de ses nouvelles chorégraphies archi-contemporaines et assez dangereuses dois-je dire. Il crée quelques émules de moins de 10 ans, littéralement abasourdis par ce spectacle. Collision évitée , je ne sais par quel hasard et retournement de cornues et de planètes , par une sorcière qui devait suivre le spectacle depuis sa citrouille de video surveillance.
Emilio fait son apparition sur la place comme un grand rôle d’opérette. Poncho et sombrero. Egal à lui même.Peut- être un peu moins d’enthousiasme cette année. Un peu de tristesse. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que les fleurs de la chemise d’U., le sombrero, le rhum ingurgité par Y, et les moulins à vent de C. ont fait de l’effet.

Les noces du Doge et de la mer/Interview DEC 2008

Nicolo Marcello 1

Doge Marcello

Marcello

Eng3100

Nicolo Marcello 2

doge de Venise

3 X 4h d’interview de la Comtesse M.

Quel monde ‘étonnant » comme elle le dit elle-même…

Trois jours avec le Brouillard, les bals, Primo le domestique fidéle jusqu’à la mort, Primo-First.

Atmosphère de Cahiers d’Aspern, de Mort à Venise, des chemises noires, du mariage du Doge à la mer ( Nicolo Marcello : 13 août 1473 – 1er décembre 1474 Doge de Venise), du Bucentaure, d’une orange épluchée, d’une domestique au mains argentées…

PAÏNI/Louvre : « L’extase indécente du Sommeil »

Blanchot/Michaux/Cocteau/Schultz

Baudelaire/Lautréamont/Proust/TH. Gauthier

Surréalistes

Valery/La dormeuse

Boeklin Rachmnaninov: L’île des Morts

Paini3Dec

Voir Füssli: Le cauchemar
Fussli-1
Extraits:

Rohmer-Kleist: La Marquise d’O

Akerman-Proust: La captive

Misoguchi: Miss Oyu

Vigo L’Atalante

Flfl Illustration 380
Les rêves Vampyriques: La recherche du repos définitif

Dreyer:Vampyr
Vampyr1Vampyr2Vampyr3

Paini3Dec:2

Dreyer

« Le sommeil comme un masque »

Paini3Dec:3

Paini5

The Western round table on modern art 1949

Duchamp:

« You forget that the work of the artist is based in emotion and that the work of the critic is based on an intellectual translation. »

Duchamp:

« The collector––the real collector, the one I oppose to the commercial collectors who have made modern art a field comparable to a Wall Street affair . . . is, in my opinion, an artist––au carre. He selects paintings and puts them on his wall; in other words, ‘he paints himself a collection.' »

MAINTENANT/ GEORGES

Georges.

Un soir dans le métro, il y a 10 ans déjà, je vous ai rencontré.

J’étais assise, et j’avais sur les genoux l’appareil Polaroïd noir de mon père.

Vous étiez debout. Vous portiez une valise marron d’un autre âge;

Je ne voyais que votre dos.

Ce que je trouvais étrange, c’est la façon qu’avaient les gens de vous regarder de biais. Ils observaient.       Sournoisement; L’atmosphère était lourde.

Je ne comprenais pas cette insistance des regards.

Alors  vous vous êtes retourné.

Ca coupait le souffle.

J’étais impressionnée. C’était impressionnant , oui,

Votre visage… Incroyable ce visage.

J’ai soutenu votre regard, longtemps me semble ‘il. Vous avez souri je crois..

Votre visage d’encre , vos yeux bleus. Bleus comme votre peau.

Beau est le mot qui m’est venu à l’esprit. Beau.

Oui . Beau. Beau comme un beau monstre sans doute. Votre image si violente. Elle tendait l’espace, l’intensifiait.

On aurait dit que le wagon retenait son souffle.  Les gens, eux, volaient votre reflet dans les vitres sombres.

Je me souviens avoir souri aussi.

Mais peut être n’avons nous souri ni l’un , ni l’autre.

Vous êtes descendu à République. Moi aussi. Chacun dans un sens opposé.

Je vous ai regardé un moment vous éloigner avec votre valise, puis j’ai rejoins A. qui m’attendait sur un autre quai et lui ai donné le Polaroïd.

Je n’avais pas osé vous photographier . Dommage!

En rentrant, j’ai fait un petit dessin de votre visage et de vos mains.

Je n’avais pas osé vous parler.

Je  regrettais.

Je vous avais perdu , je m’en voulais. et la vie continuait.

Plus tard, un soir d’hiver, je traversais ma  cour. Il faisait nuit . Je dépasse une voiture garée là., parmi d’autres.

Je ‘arrêtée net, marque l’arrêt quelques secondes .

Comment  réaliser ce qui se passe?

Vous êtes à l’intérieur. C’est vraiment extraordinaire, incroyable.

Vous/ êtes assis   assis là, sur le siège arrière juste en bas de chez moi.

Invraisemblable…

Sans réfléchir, je suis revenue sur mes pas et j’ai ouvert votre portière; peut être vous en souvenez vous.

Je crois avoir dit:” Nous nous sommes vus un jour dans le métro…”

J’ai enlevé mon gant et tendu la main.

Vous avez dit: “Bonsoir, moi c’est Georges. Je me souviens du métro.”

Puis j’ai fait un signe de la main et vous ai laissé là sans même vous demander une adresse, un nom de famille. Rien.Quelle conne

Plus tard le hasard a nouveau.

Je vous écris/

Luc vous connaît et me donne vos coordonnées.

Je me demande s’il serait possible de vous rencontrer?Venez vous souvent à Paris?J’ignore qui vous êtes et ce qui vous anime  mais j’ aimerais vous parler.

Dimanche 25 février

Georges

J’ai bien reçu votre message sur le répondeur et votre lettre deux jours après. cela m’a fait très plaisir. Si je ne vous ai pas encore appelé, c’est que je trouve étrange ce passage à la réalité. Vous étiez l’homme bizarre à la valise, l’homme dans la nuit de la cour.

Voici votre voix. Voici votre écriture.

J’avais jour après jour fait de vous un personnage de roman,-un être proche de Cyril le jeune garçon au visage couvert d’ un voile vert et décrit par Walter de La mare.

J’ai élaboré des hypothèses, je vous ai construit une chambre copiée sur celle de Rebecca.

Je vous ai installé dans des demeures Victoriennes,  dans des recoins sordides, des abris.

Je vous ai abandonné dans une  cage . Je vous ai vu dans une baraque foraine et vous ai baptisé “ l’homme qui clignote”. J’ai reconnu en vous l’homme illustré de Ray Bradbury

J’ai pensé que votre squelette, était bleu aussi, que vous étiez un personnage de série B, un méchant, un vampire, le prince ensorcelé de la Belle et la Bête/

Je vous ai fait porter des costumes sombres, des cravates de soie noire, des haillons, des couronnes, des robes

Je vous ai appelé Saint-Fantôme, puis Fantômas .

J’ai fait de vous l’ami de Genet et d’Ed-Wood,

Je vous ai laissé nu dans un laboratoire.

J’ imaginais…

C’est alors que j’ai reçu votre lettre;

je vous lis avec attention. Je vous relis encore…

Rassurez-vous je n’ai aucun a priori sur quoi que ce soit. Vous parlez de votre homosexualité, et vous dites que peut être je serai déçue.

Ne soyez pas inquiet…

Je vous appellerai bientôt afin de savoir quand et où nous pourrions nous rencontrer.

Je peux venir à B. si cela est plus simple pour vous.

Hélène

J’étais allée en train jusqu’à C.

Je décidai de faire une halte chez C. et D. Ca me rassurait.

Surtout ce soir.

Je n’avais pas envie comme parfois, d’une chambre d’hôtel ou je serai seule.

Une atmosphère amicale, familiale serait la bienvenue. Ils me prêteraient une voiture. J’aurais encore 150 km à faire.

“ Alors tu lui as parlé? Tu vas y aller? Moi j’aurais peur. Tu n’as pas peur?

Peur ? Et bien peur… Peur …

D’après ce que tu décris… Moi je n’irais pas. tu y vas seule? Tu es sûre? Il a l’air bizarre quand même ce type?

C. riait en me disant que c’était Barbe-Bleue qui m’attendait ou un homme à tête de Méduse qui m’aspirerait les yeux.

Je pris l’expression du type qui va sauter d’un falaise:

A ce soir…..

A ce soir…  peut-être !

C. riait.

Plein de camions sur la nationale.. J’ai regardé la carte. C’était le bout du monde ce village. Comment tout  ça allait-il se passer? je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. Curieusement, je n’étais pas vraiment inquiète. C’était romanesque comme situation; j’aimais bien. J’avais dans le coffre un matériel assez rudimentaire pour filmer et enregistrer, il était d’accord.. je n’avais jamais fait ça.

Les routes devenaient plus étroites. J’ai vu des marais , j’ai traversé des forêts.

Il a commencé à pleuvoir un peu. Tout était très sombre.

Je suis arrivée enfin. “Route de la saline,” c’est là.

Une maison inquiétante, dans un renfoncement. Une maison grise comme on les dessine  en une seconde,avec une seule fenêtre au milieu et des volets fermés.

Un portillon blanc. Une pile de parpaings. Un jardin. Un banc et une toile cirée mouillée. Sur la table  deux chiens black and white en plastique et un vrai chat qui se lèche
la patte.

En sonnant je me disais

“Tire la chevillette et la bobinette cherra”. C’est ce que je me disais en sonnant.

J’ai entendu une fenêtre claquer, des miaulements, une voix qui disait “allez les chats “, Une porte s’ouvre . Vous êtes  devant moi.

14 Octobre 2008

Peut être que la première partie n’est pas celle qu’il faudrait.
Essais avec:

Photo E. Demaretz

L'Homme de dos remplace Justine ou…

Je change tout le début du film, ainsi que le titre et abandonne les interviews.

Cherche un homme de dos en manteau/ genre film noir / Peut être dans la rue Rouge.

Dessine pour la séquence du métro.

Reprends en les transformant des images de Nosferatu pour le début.

Je retrouve un photogramme de La nuit du Chasseur que je pourrais associer aux images de Walden

Masculin-Feminin/note non cinéphile et pour cause!

J’aime bien.

C’est le son qui est très intéressant.

Et puis Leaud.

Chantal Goya qui chante des chansons de R.( Je ne savais pas)

Pas de réalité. La rue et aussi bien à l’interieur et lorsqu’on ouvre une porte, rien ne change. Pas d’intrusion de l’exterieur qui est dejà là.

Les voix en contre champ ( ou hors champ comme dans le métro ) et puis c’est vraiment drôle.

—Pourriez vous m’indiquer le palais des sports?

—C’est à l’autre bout de Paris

—Merci Madame…

Et quand ceux que je suppose être les fameux Attal et Zardi lisent une revue dans le café.

HOMME DE DOS



Comme F. doit me filmer, je lui envoie ceci. C’est ce qui me plairait.
Correction 3/
C’était il y a 10 ans je crois….
Un soir d’octobre.
J’étais assise dans le métro et je portais sur les genoux l’appareil photo Polaroid noir de mon père.
L’atmosphère était lourde.
Je cherchais la cause de ce trouble, cette tension.
C’est alors que j’ai perçu un foyer d’intensité, une zone qui aspirait les regards puis , un point précis dans l’espace . Oui ,Ca venait de là.
De cet homme là qui portait une valise d’un autre âge.
L’homme de dos…
Ca venait de l’homme de dos.
Les autres, inquiets, l’observaient de biais, sournoisement.
On aurait dit que le compartiment retenait son souffle.
Alors … vous vous êtes  retourné.
Face à moi…Impressionnant.
J’ai soutenu votre regard longtemps me semble t-il.
Votre visage d’encre , vos yeux bleus.
Bleus comme votre peau.
Bleus et beaux…
Beau est le mot qui m’est venu à l’esprit. Beau comme un beau monstre.
Je serrais un peu plus le Polaroïd noir de mon père et dans mon imagination, votre squelette était bleu lui aussi.
Dans mon imagination
Vous sortiez des tunnels vêtu de costumes sombres, de haillons, de robes, de couronnes, de bandages.
Vous apparaissiez, debout à côté d’une demeure victorienne effrayante, ou en contre-plongée dans un escalier sombre.
Je vous appelais Saint-Fantôme ou l’Homme qui clignote.
Vous étiez, c’est certain, un vampire, un Frankenstein, un tueur  échappé  d’une série B, un prince ensorcelé.
J’ai fait de vous l’ami de Jean Genet et d’Ed-Wood.
Je vous ai enfermé dans une cage, puis abandonné dans un laboratoire lugubre…
République.
Vous descendez. Moi aussi. Chacun dans un sens opposé.
Je vous ai regardé un moment vous éloigner avec votre valise.
Je n’avais pas osé vous photographier. Je n’avais pas osé vous parler.
Je vous avais perdu  et je le regrettais…
En rentrant, j’ai fait vite  des dessins de votre visage et de vos mains .
Ne pas vous perdre tout à fait…
Quelques années plus tard , je traverse ma cour-c’était la nuit-
je dépasse une voiture, garée là parmi d’autres.
Je m’arrête net. C’est vraiment incroyable. Extraordinaire.
Comment réaliser ce qui se passe… Dans cette voiture, vous…
Assis sur le siège arrière.
Vous, l’Homme de dos, là, en bas de chez moi..
Je reviens sur mes pas et ouvre votre portière; peut-être vous en souvenez vous.
J’ai enlevé mon gant et serré votre main:
—“Bonsoir. Nous nous sommes vus dans le métro”
—“Bonsoir. Moi c’est Georges. Je me souviens du métro.”
Je vous ai  fait un signe de la main ,et vous ai laissé là sans même vous demander un nom, une adresse.
Perdu, perdu à nouveau… Quelle conne…
octobre 2008/texte première partie
*
1000 trucs par jour, mais il faut le temps d’en rendre compte.

Le minotaure derrière la porte de Robinson


Le secret derrière la porte Hitchcock


Image H.D Argenteuil- Nuit des Musées/Musée Gustave Moreau
En cherchant le photogramme d’un homme de dos avec un manteau, je m’arrête sur ette image qui me renvoie à cette autre:

minotaure.mov
Minotaure/ Nuit des Musées 2006/Musée Gustave Moreau Extrait :Le montreur d’ombres/ Robinson Voix : Alexandra Rübner

"Mes felliniennes années"


Ce livre est magnifique.Il faut le lire .
Eté 1954, Dominique Delouche assiste à Venise à la projection de La Strada. A l’issue de la représentation, le jeune cinéphile français s’arme de courage et d’audace pour dire au réalisateur italien son « éblouissement ». Six mois plus tard, il reçoit un télégramme de Federico Fellini l’invitant à venir l’assister à Rome sur le tournage d’Il Bidone.
Dans ce témoignage émouvant, Dominique Delouche revient sur ses six « felliniennes années » durant lesquelles il eut l’opportunité de fréquenter le maestro Federico Fellini. Très vite, à la faveur de longues balades en voitures et d’un travail acharné, naît entre le cinéaste et le jeune homme une complicité unique et un rapport de maître à élève. Devenu son assistant-réalisateur et son confident, Dominique Delouche participe à trois tournages mythiques dont il nous fait, à travers son point de vue émerveillé, les témoins privilégiés. De Il Bidone à La Dolce Vita, en passant par Les Nuits de Cabiria, son récit, en plus de mettre en lumière la personnalité et le génie du cinéaste, croise quelques autres grands noms du septième art comme Anouk Aimée, Marcello Mastroianni ou bien sûr Giuletta Massina.
L’assistant de Fellini raconte.. Le cinéaste Dominique Delouche fut l’assistant de Federico Fellini sur « les Nuits de Cabiria », « Il Bidone » et « la Dolce Vita ». Dans « Mes felliniennes années », il retrace l’histoire de sa longue amitié avec le maestro : le livre est magnifique, captivant, émouvant, d’une intelligence rare, toujours à bonne distance, riche d’anecdotes savoureuses. Ainsi, au lendemain de la présentation de « la Dolce Vita », le cinéaste est arrêté par une dame sur la Croisette. Fellini raconte : « Elle avait le bout du nez en or plaqué . Cela miroitait au soleil comme elle s’agitait pour me parler. “ Vous êtes bien monsieur Fellini ? Eh bien, pouvez-vous m’expliquer pourquoi dans votre film, il n’y a pas un seul personnage nor mal ?” »
Le Nouvel Observateur – 2218 – 10/05/2007

Arrivée de:
Joe Bousquet / Lettres à une jeune fille.
J’en lis quelques pages et le laisse à la Comtesse Marcello à Venise.

Mark Robson … Caspar






Je suis un peu décue . Je pensais l’autre jour en regardant une émission sur Val Lewton que le plan du départ jusqu’à l’arrivée dans l’île était long. Une vraie jouissance que cette pénétration dans ce qui est bien plus qu’une île, un tableau. Entrer dans l’ile des Morts de Böcklin -mais laquelle au fait? J’aime celle de Berlin, celle de 1883- celle de Bâle que j’ai vue…Il faudrait que je demande à G.C de m’en parler…

Bref, le plan est courtissimo, rien, 2 secondes… Mais c’est délicieux cette impossibilité de voir…

Rangement-Dessins-Homme de dos-"chasubles"/ TATOUAGES

En fait, j’ai eliminé presque tous les dessins qui ont servi à échaffauder le film. Me voici avec des bras, des têtes, des valises, deds regards croisés, des tatouages evidemment, des signes, des maisons, des crânes, des murs…etc….

Nolde/ COSI FAN TUTTE

Nolde, j’ai visité l’ exposition au Grand-Palais en une demi-heure , montre en main.

Ennui. Ennui total en marchant sur les lattes de bois ( est-ce indispensable de reconstituer les « ambiances », doit-on louer des sabots de bois à l’entrée?)

Traversée des nuages, des mers, des masques…

Et puis cet éclairage immonde, souvent maintenant dans les expositions et qui transforme les oeuvres en diapos, en chromos…

Alors qu’un oeuvre isolée m’a souvent impressionnée ( celle de l’exposition Masques à Orsay), l’accumulation me fait voir des croûtes . Oui. Pardon .

Puis, finalement, il ne m’est pas tellement sympathique ce Nolde. Ceci est une autre affaire.

La politique ne l’ interessait pas? Hum…

Acheté le livre de Klemperer LTI.

Cosi Fan tutte/

VP SONG/ MISE a JOUR



presentation

delphine

VP on cow-boy

dessin pour Vecchio Professore

my new jobecureuil

cornes2psd

donkey
tourcmur1-8

Quelques titres de mails:

Objet: » On pleure ainsi parce qu’on a dans la mémoire les larmes universelles que la mort a fait répandre. » (un renard)  17/08/2003
Objet: »mettez les patins ou je me fache » Mar 9 sep 2003  22:14:20
Objet: » qu’on lui coupe la tête » Mer 17 sep 2003  10:58:49
Objet: « aïlli/ aïllo on revient du boulot » Lun 22 sep 2003  20:22:55
Objet: »Ce serais l’histoire de… »
Objet:/ »cherche toujours a être original. mais si tu dois plagier, plagies les meilleurs » Lun 3 nov 2003  15:37:28
Objet:/ »d’un côté à l’autre de la voie lactée » Sam 6 sep 2003  18:54:10
Objet:/ »il faut absolument que nous parlions du mcguffin! » Objet: »J’achéte un fusil, tant pis, je tue un curieux, tant mieu, je vends mon fusil merci. »
Objet: H/ »j’posséde une Citroën »Jeu 12 jun 2003  22:11:42
Objet: »ma in Italia son dja mille e tre »° Dim 14 sep 2003  00:13:09
Objet: « Mais, a cette heure, il a déposé tout les masques d’or de lèpre et de sang »
Objet: J/ »mon jeannot…
Objet: H/ »no milk today my love is gone away » Mar 17 jun 2003  01:34:51
Objet: / »si la monde etait un gateau, la mer de lencre noir, tous les arbres des reverberes, il n’y aurais plus rien a boire. »
Objet:savez vous qu’une fois j’ai trouvé des fautes dans un de vos mails???? mais seulement une fois)Sam 23 aoû 2003  22:05:53
Objet: H/ #@#@/
Objet: J/ un long message plein de maladresse et de bonne humeur.Mar 13
Objet: 22h lheure du dodo.Dim 4 mai 2003  22:25:07
Objet: J/ encore des questions toujour des question et jamais au grand jamais de …
Objet: reponse! mais un rayon de lune.Lun 28 avr 2003  20:32:49
Objet: a la pêche aux limaces/1 janvier 1970 02:31:25
Objet: J/a propo d’un croissant de lune dont la clarté illumine le lointain(!)…/ 24 mars 2003 19:43:04
Objet: H/ah?
Objet: J amen/Mer 15 oct 2003
Objet: Archijaibienreçuvotremail 17 mars 2003
Objet: are you ghost? Ven 17 oct 2003  18:31:35
Objet: bouffes du nord.Sam 13 déc 2003
Objet: H/ Boule de cristal  Jeu 12 jun 2003 2157
objet: Athénée louis jouvet novembre/ tympan
Objet: bottes de 7 lieues/Dim 7 sep 2003  10:15:02
Objet: Buster-Mer 2 jul 2003  22:29:59
Objet: c’est cher quand même les photos didentité.Sam
Objet: c’est dur de trouver un objet quand même.
Objet: orlamonde Objet: C’est un chemin vert/ accroché à la colline/ demandez à votre mère l’explication  Lun 30 jun 2003  22:27:31
Objet: ca va comme un chat Mer 29 oct 2003  10:52:39
Objet: cacahuetes et sac de noisettes Ven 12 sep 2003  12:51:40
Objet: caramba-ça-va-pas
Objet: Dim 11 mai 2003  14:34:00 Europe/Paris
Objet: cher madame delprat. Sam 16 aoû 2003  12:55:21
Objet: cherchez la réponse chez hitchcock Sam 23 aoû 2003  02:30:04
Objet: Coplas por la muerte de su padre Lun 30 jun 2003  21:50:39
Objet: coquillages et crustacés
Objet: élémentaire mon cher watson. Mer 24 sep 2003  14:29:16
Objet: encore indignation. Lun 23 jun 2003  21:23:12
Objet: enfin de saines lectures
Jeu 1 jan 1970  01:06:46
Objet: i see what you mean but…
Objet: est ce que ca va marcher?
Objet: et pour quelques fautes de plus
Objet: etat dame.
Objet: harcelement.
Objet :hier j’ai vu passer un épouvatail à vous sur le web aussi. Vous faites des épouvantails alors?
Objet: il est tard ma foi
Objet: il est tot quand meme. 23 mars 2003 15:24:09 GMT
Objet: je ne suis pas un éléphant.
Objet: abracadabrantes et rocanbolesques histoires d’un soir de novembre 1940
Objet:ah joubliais aussi… (lhistoire de letudiant qui passais ses journées devant son ordinnateur pour ecrire a son professeur)
Objet: Je me suis mal exprimé Dim 14 sep 2003  11:43:14
Objet: L’homme qui veux que ses eleves reflechissent.
Objet: La Montagne, spectacle pour marionnettes sous forme d’êtres
Objet: humains ou d’êtres humains sous forme de marionnettes.
Objet: la vita e cosi (  c’est de l’italien? voua avez appris l’italien
Objet: pendant votre sejour a la villa medicis? je me suis renseigné sur
Objet: villa medicis, un jour il faudras que je vous pose des questions)
Objet: life in a glasshousse
Objet:: LNNÉOPY, LIAÉTLV, LIAVQ, LIAMÉ, LIAÉTMÉ, LIÉDCD.
Objet: madame Irma Delprat?
Objet: miroir mon beau miroir…
Objet: PEUR BLEUEMar 24 jun 2003  22:54:15
Objet: Marylin is lost in la mancha with the man who kill don grillote
Objet: mon chausson est troué
Objet: Matamore êtes vous là? Ven 14 nov 2003  00:23:31
Objet: mouche cousue etre cousue Ven 14 nov 2003  14:53:55
Objet: oh une baleine blanche!
Objet: omnia animalia post coîtum trista sunt( praeter mulieras et gallos) (vieux proverbe latin, qui n’a aucun rapport, mais c’est la seul chose que je sais dire dans une langue étrangère).
Objet: physique quantique (au moins) Date: Lun 16 jun 2003  18:40:05 Europe/Paris
Objet: Paul Virilio du soir  Mer 25 jun 2003  21:42:07
Objet: pire que la guerre du peloponese.
Objet: quartier de moon
Objet: quelque part sur un chemin vert
Objet: question bete a retardement.
Objet: Qui fait le malin, tombe dans le ravin.
Objet: Rép : je baisse le son Date: 5 avril 2003 17:36:26 GMT+02:00
Objet: Rép : c’est fou comme il est toujours tard quand même Objet: Rép : HOU pourkoi HOU ??
Objet: c’est quoi le souffle Claudelien?
Objet: scene 1: marylin fait passer tout le monde en deuxieme année, en traitre.
Objet: se perdre
Objet: secret défense
Objet: sherlock holmes est toujours la.
Objet: sherlock holmes le retour: suite et fin.Objet:: Sombre soirée
Objet: something about a tigger a shark and don quichotte or where is the indians?Objet:: sono un gran bugardioDate: Ven 4 jul 2003  09:02:26
Objet:to freeze froze frosen
Objet: un polonais sobre.Date: Mar 28 oct 2003  10:57:59 Europe/Paris
Objet: voici willy le lapin angora
Objet: voila. encore du harcelement.Date: Objet: where is the father? the father is in the garden.Date: Jeu 11 sep 2003  22:47:28 Europe/Paris
Objet:You know what i’m happy
Objet:sur la route de menphis… pin pin pin   pin pin
Objet: something about a tigger a shark and don quichotte or where is the indians?
Objet: Re/ HOU pourkoi HOU ??
Objet _ proposition (indecente)_évidement_
Objet harcelement_harcelement_harcelement_ proposition (indecente)_évidement
Objet piqué des annetons_ harcelement
Objet: Rép : harcelement/harcelement/harcelement/ proposition (indecente)/évidement
Objet « la mort est une porte, le temps est une fenetre, je reviendrais »
Objet Objet: « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras »
Objet alea jacta est
Objet dante le guelfe blanc d’orlamonde
Objet et le corbeau dit mais trop tard que l’on ne l’y prendrais plus.
Objet je suis de retour ( pour vous jouez un mauvais tour)
Objet LN/Jlady Mac Beth sort de la piscine
Objet helene delprat, repond plus vite que son ombre
Objet: La fuite plutôt que la mort/ le mystère D.
Objet :noir tissu
Objet: tissu noir
Objet: LN a poil tout le monde!
Objet:  titre godart
Objet: « m’as tu vu en cadavre? »
Objet: je suis devenu grand
Objet: la rentré sera bonne ou ne sera pas
Objet : »je veux qu’Arvo parte » de roland Dubillard
Objet: reponse a oui suite ornicar
Objet:  comme si la terre penchait-BLOG
Objet: Au voleur!Mes rayures!!!!!
Objet: a propo d’un croissant de lune dont la clarté illumine le lointain(!)…
Objet :Charlus
Objet: dame qui tourne
Objet :dernier message avant liquidation
Objet: grand chambardement
Objet: il etait une fois dans l’ouest de la salle de bain(pas de miroir dans cuisine).
Objet:: it’s fine, herr doctor
Objet: les reminiscences ne sont plus ce qu’elles etaient
Objet: Où sont les rayures Madame Stein
Objet: Re_ maxi best of chicken mcnuggetts avec frites et coka, avec mayonnaise.
Objet: Re_ vengeance de pointillé
Objet: Re_ vengeance de rayure
Objet: Re_ vengeance du serpent a plumes
Objet: Re_ vengeance du tic tac
Objet: Re_ vengeance du ZiG ZAG
Objet the dead rabbits
Objet: vous avez gagné un chien …
Objet: WARNING SECURITY- ce mail contient plein de faute grave; objet:attention-WARNING SECUTIRY
Objet: your frequency donald?
Objet: would you drink a cup of tea?
Objet: Re_ dernier message avant liquidation
objet:le royaume de Danemark est long a nettoyer.
Objet: Re_ LN_V.P
Objet: Re_ MACIET BABA
Objet: Re_ MOMO l’eunuque
Objet: demain -la -cravate
Objet: Re_ roi n’en finissant pas de mourir/J.rtf
Objet: je tu il vous
Objet: Giotto
Objet: giottoto
Objet: PLINE  oui mais l’Ancien
Objet: cerf et dragon
Objet: CVP
Objet: harcelement_harcelement_harcelement_ proposition (indecente)_évidement
Objet cercueil pouac
Objet epinard et petit pouah!!
Objet j’ai envie d’un cigare
Objet Kestcekifaibo
Objet la femme velours J.
Objet la suite mais un peu pus loin
Objet: le secret de john ignoblaspernObjet
Objet comment faire pour que le marquis marche de gauche à droite.
Objet marquee de carabas
Objet: Rép : non d’une triple buse
Objet Re_ non d’une triple gouge en plastique
Objet Re_ ondes martenot
Objet Re_ cercueil pouac. Pas mal hein?
Objet Re_ la prochaine fois un coctail molotoff
Objet un jour, trafiquant d’arme toujours)
Objet Re_ remember limons
Objet vengeance des savons
Objet vive le travail!
Objet t(r)int(r)in
Objet ne bougez pas s’il vous plait, ça va être tout flou.
Objet :JE SUIS NÉ DANS UNE NOISETTE
Objet: écureuil premiere monture (je relis ce soir).
Objet : Rép : snoof the ecureuil
Objet : le retour des elfs dragonnettes
Objet : Joe la mitraille, dans le goudron
Objet : Rép : Joe la vase, un sacré pistolet
Objet : Rép : le retour de j le curieux
Objet : l’histoire du conte qui était un lion
Objet: les contrariétés de VP
Objet : le faux cahier de N.
Objet: clafoutyrone power
Objet: le plateau aux hippocampes
Objet: f iction ou documentaire?
Objet : Nageoire
Objet : Oh biggy, tell me tales
Objet: encore night and day
Objet: raclement de gorge ou hum hum au choix
Objet : standing in the doorway with a
Objet: un opérateur va vous répondre
Objet: ne coupez pas mademoiselle
Objet: The Mister Towel’s Band Wagon
Objet: « gare à toi fantomas  » comme dit zorro; Ici c l’été aussi
Objet: je vais engager un conseiller visuel
Objet : oeuvre ininterrompue
Objet :oeil pour oeil, dans les dents
Objet : wake up wake up little sparow
Objet: brigade des mauvais lien// amende
Objet: you play with mirror? i take the mirror.
Objet :aniconète
Objet:: bugs bunny est moribond
Objet:paie ton tribu! (selon une bizare expression de mon reuf)
Objet: malediction/ the egg
Objet: cadeau/ oedipus brudge
Objet : In Johnny’s Bar
Objet : The Mister Towel’s Band Wagon
Objet : un opérateur va vous répondre
Objet : Rép : V.P la castagne
Objet : Rép : gateau de noel d’anniversaire
Objet : D’abord aller sur le toit
Objet : oeuvre ininterrompue
Objet : je vais engager un conseiller visuel
Objet : Rép : « gare à toi fantomas  » comme dit zorro; Ici c l’été aussi
Objet : J au rapport.
Objet: Ouf
Objet : reveil enjoué
Objet : tribu indienne
Objet : NL ( c’est un pseudo)
Objet : Jonathan. twist and dies
Objet: « Mais, a cette heure, il a déposé tout les masques d’or de lèpre et de sang »
Objet:  » qu’on lui coupe la tête »
Objet: >> dans le mutisme obligatoire des larmes personnelles.
Objet: un long message plein de maladresse et de bonne humeur.
Objet: « si la monde etait un gateau, la mer de lencre noir, tous les arbres des reverberes, il n’y aurais plus rien a boire. »
Objet: pire que la guerre du peloponese.
Objet: Rép : c’est fou comme il est toujours tard quand même
Objet: Athénée louis jouvet novembre/ tympan
Objet : ne bougez pas s’il vous plait, ça va être tout flou.
Objet: abracadabrantes et rocanbolesques histoires d’un soir de novembre 1940
Objet : raclement de gorge ou hum hum au choix
Objet: L’homme qui veux que ses eleves reflechissent.
Objet: élémentaire mon cher watson.
Objet: Marylin is lost in la mancha with the man who kill don grillote
Objet: a propo d’un croissant de lune dont la clarté illumine le lointain(!)…
Objet : Ln et les rayons X
Objet : gary cooper
Objet : : snoof the ecureuil: encore des questions toujour des question et jamais au grand jamais de reponse! mais un rayon de lune.

Retour en haut