Nuit transfigurée

capture-decran-2017-01-08-a-19-23-08

Elle veille au grain !

Klinger

Homoncule de Pensfield

Rêve de D’Alembert ( C’est dingue je ne connaissais pas ce texte )

Expo Shoenberg très belle .

Faut vraiment que je m’occupe de mes histoires de lunettes. Les ai encore perdues. C’est pénible. Quand ce n’est pas les clés, c’est le porte feuille.

Quand je n’ai pas tennis le Dimanche matin , j’aime bien aller au bistrot prendre un café et même manger des tartines avec de la confiture ce qui ne m’arrive jamais. Je retrouve M. avec qui nous avions parlé de Naples et à présent je sais qu’elle est guide dans le Sud de l’Italie. C’est sympa. On boit un café et ce qu’elle me raconte me donne envie de partir immédiatement et de tout planter là. J’ai hâte d’être au mois de septembre prochain; Après la quille. Fin Janvier j’aurai déjà l’esprit plus libre avec la paperasse.

Oui, quelle laideur l’exposition aux Archives, Présumées coupables. Avec un sujet pareil,faire une telle horreur visuelle. On ne voit strictement rien. On est dans le noir et c’est d’une confusion totale avec les murs tapissés de reproductions colorées . Berk. Dommage de voir les minutes des procès barbouillées de toutes ces reproductions immondes de toutes ces images par paquet de 100, de tous ces écrans hideux. C’est ringard à mort. Je ne sais pas qui est l’âne qui a conçu tout ça. On va l’attraper .

Tiens au fait je ne m’étais jamais demandé pourquoi les collabos EUX n’ont pas été tondus. Il y a bien des homme français en plus qui ont aimé des Allemandes.Des hommes Français qui ont aimé des Allemands. Nan? Ca compte pas dans ce sens là? Je grogne.

Schoenberg, c’est la classe absolue ( toutes les expos du MAJ d’ailleurs sont top ). Les tout petits dessins, les notes, les cartes à jouer, les machines à composer, et la peinture bien sur. Kandinsky très présent.

Poursuivre la lecture d’Hubris ( tiens il semblerait que je réussisse à lire à nouveau )que j’avais depuis longtemps et de LA peinture comme crime dont je garde un souvenir intense.

A vos pinceaux déprogrammé!!! Je me trémousse d’aise. Tout n’est donc pas perdu au Royaume de …. la France résiste et refuse de regarder? Je n’y crois pas mais on dirait que c’est vrai pourtant !!!!

 

Une ville qui n’est pas la tienne…

capture-decran-2016-12-27-a-09-09-37

Trieste

J’ai compris depuis quelques temps ce que je ressens. J’ai l’impression d’être partie quelques jours , qui deviennent des mois, dans une ville qui n’est pas la tienne. C’est à nouveau comme si j’étais à la Villa Medicis et que tu étais ,toi, resté à Paris.Sauf que je sais dans quelle ville- si on peut appeler ça comme ça-dans quelle ville tu m’attends. Oui, je suis seule dans une ville, comme lorsque je suis partie— pour je ne sais quelle raison /le désir d’être seule sans doute —lorsque je suis partie à Trieste. Je t’appelais plusieurs fois par jour:

—Je suis là, je vois ça.La mer est tellement étale. Je suis au restaurant. Je suis à l’Eglise orthodoxe.

Tu étais très enthousiaste, tu riais. Et tu me disais : —Reviens vite imbécile, je m’ennuie. Moi aussi je m’ennuyais de toi à Trieste, seule. Mais c’était délicieux cet ennui là. Partir, c’était aussi pour s’ennuyer de toi.

—J’arrive à 20h!!!

Bon.

J’ai carrément pas envie d’aller à mon atelier.

A horse! A horse! My kingdom for a horse!

capture-decran-2016-12-26-a-10-06-56

Dans le métro ils sont montés . 4 gosses et se sont assis autour de moi. Je dirais qu’ils avaient 11 ans pas plus. j’ai demandé d’où ils venaient: Roumanie et Bulgarie. On dirait de adultes. Leur façon de se caler bien droit sur les jambes. Ils ont une cigarette dans la main . Un briquet avec une tour Eiffel dorée. Mon voisin m’asperge de parfum si on peut appeler ça comme ça; Zara. Je ne sais pas où ils ont eu ça. Ils ont un regard dur. Ne renvoient aucun sourire.  Se chamaillent , gueulent comme s’ils étaient dans une forêt. Puis commencent à grimper partout et à faire le cochon pendu. Ils bloquent les portes. Un type me dit qu’il suffirait d’une bonne claque. C’est ça , c’est ça. Pfff. Rien compris. Mais comment faire que ces bêtes sauvages trouvent leur place. Ca me semble déjà trop tard. Ils me demandent si j’ai du shit, puis passent à autre chose.

Je me dis que si tant énergie était utilisée à autre chose… C’est plus que de l’énergie. c’est du concentré d’énergie.

Un rayon de soleil.

24 décembre impec et sympa jusqu’à 4 h du matin, ce qui pour moi est rarissime. BB nous rejoint. La voisine ne monte pas nous emmerder. On les croise le lendemain matin avec des valises. Si seulement elle partait pour toujours. Le baba au rhum était une merveille. Ces vrai que tant qu’à faire autant aller carrément dans une bonne pâtisserie. Celle-ci je m’y rends exactement une fois par an. c’est la pâtisserie de Noel. On se ballade la nuit vers l’Avenue Junot. Le 24 vers 19h tout est désert. M. mange 6 huitres à la Mascotte. On passe aux A. et je vais vers mes fourneaux car nous sommes 10.

Bref. J’ai regardé le film sur la Villa Medicis qui est une vraie horreur toute conventionnelle et superficielle. Mais comment peut on filmer comme ça? Des mouvements incessants, des contre plongées. Un bêtise incroyable. C’est laid mais comme c’est laid. On se croirait dans Des racines et des ailes ou dans Ford Boyard ( le souvenir que j’en ai n’est pas très clair ). On dirait que c’est filmé par des drônes. C’est surchargé et vulgaire. Arte!! Oui! Eh ben. Hier après avoir vu le Baccalauréat , j’ai zappé sur Arte à nouveau. Un feuilleton à la noix filmé pareil. ça vire et ça volte, ça contre plonge pour rien, ça tourne. Mais merde qu’est ce que c’est que ces nuls?

Je ne sais pas qui est Laurence Thiriat mais ce serait , intéressant  de savoir pourquoi elle filme comme ça. On dirait un documentaire en tube. Le seul intêret de cela: L’exemple absolu pour les étudiants de ce qu’il ne faut pas faire.

Je me suis réinstallée mais ce matin je rame un peu niveau dessin. Texte à écrire et présentation pour le musée Picasso à préparer.

Déjeuner avec AV pour parler du livre.

NOTE/la terreur de l’inconnaissable

2000-338_newman_imageprimacy

La stature de Barnett Newman n’a cessé de grandir depuis sa mort à New York en 1970. Il est l’homme qui a forclos l’expressionnisme abstrait et ouvert la voie aux nouvelles générations (minimalisme, color painting) – l’égal mais aussi l’opposé de son ami Jackson Pollock. Anarchiste, métaphysicien, agnostique, philosophe, polémiste, Newman revendique pour la peinture des ambitions sans limites : l’œuvre doit s’affirmer « devant la terreur de l’inconnaissable », elle défie « le chaos noir et dur qu’est la mort ».
Par ses textes comme par ses tableaux, l’artiste explore l’interstice entre culture et culte, entre le tangible et l’intangible, entre la concrétude de l’œuvre et le tremblé de la transcendance, entre la finitude de l’homme et l’infini de l’art.

Prends un siège Cinna, et assieds toi par terre

capture-decran-2016-12-09-a-13-24-57

Il ne faut pas m’en vouloir mais ça m’a toujours fait rire, ce prends un siège… un peu béta. Dans ma famille on en usait pas mal.

P. me dit qu’il est content car Murakami a acheté 3 km de toile. Bon ben relevons nos smokings et engueulons nos assistants. A mon avis il veut commencer à recouvrir la muraille.Je vais appeler Trump pour lui proposer une séparation esthétique et peinte,  avec le Mexique. J’y écrirai FUCK ( Voir post précédent. ) et j’aurai la légion d’honneur pour fait d’humanité et de solidarité.

« Le mur que rêve d’établir Donald Trump sur la totalité de la frontière existe déjà dans certaines zones des États-Unis. La frontière avec le Mexique fait 3 200 kilomètres. Des murs comme celui de Nogales n’existent que sur 900 kilomètres. Rendre cette frontière totalement hermétique est un projet titanesque qui semble difficilement réalisable. » 

Une des infos presse du jour : Zsa Zsa GAbor18 décembre 2016, Bel Air, Los Angeles, CA

Michèle Morgan est décédée.

Mercredi. Ca sent le samedi tous les jours avec Noel qui se prépare. Je dessine comme une machine.Hier sortie seulement pour aller diner chez E . et V. J’y vais à pieds et chaque fois me dis que Paris est une bien petite ville. Je traverse le pont,une bouffée de tristesse et je m’arrête prends une photo pour AM à Bogota en disant:

—Ce soir en marchant seule dans Paris et en pleurant à peine à peine, voici la Seine. 

Je m’aperçois qu’elle m’écrit au même moment:

Je suis entrain de lire DAYS , je vois que tu dessines avec beaucoup de plaisir. Envoie moi des photos/

C’est amusant ces lien dans le temps sans s’occuper d’espace. Avec R.on s’appelait souvent au même moment

On dine à 3 . M et sa cousine mangent en filles. Dans la chambre la pizza et l’ordi. Elle est belle comme tout, ça y est un papillon sortie de la chrysallide. Excellente soirée simple et chaleureuse. Quoi de mieux. En plus E. fait une cuisine délicieuse. On esquinte sérieusement un gigot qui était cuit pour 6 et on étouffe le foie gras délicieux. Non ! Pas de tarte. Pitié..

Retour Velib dans le frais délicieux.

sarpedon

La mort de Sarpedon

Ce matin l’exposition Oscar Wilde. C’est très beau mais objectivement c’est fait pour 4 visiteurs sinon on est serré. Un William Blake qui vient d’une collection particulière ( Sarpedon.. )

A propos de « La renaissance de Venus de Walter Crane »:

«  Ce qu’il y a de mieux dans ce tableau c’est un pommier!!! »

JE FILE VERS LA SORTIE POUR VISITER À L’ENVERS. BONNE IDÉE. J’ÉCOUTE BADINTER, J’ADORE BADINTER ( TU TE SOUVIENS E. QUAND IL NOUS REGARDAIT FAIRE DU SPORT DANS LE JARDIN DU LUXEMBOURG…Je me dis que Badinter n’a ni rosette ni decoration visible. Evidemment; Pas besoin de béquilles .

Zut majuscule. je laisse.

Les autres expositions sont ennuyeuses ( La paix-quelques belles choses … et Besnard atroce peintre académique )

 

And The Villain still pursues her

zspd2di

Réunion hier à la Maison Rouge. En repartant je regarde assez longuement les manèges place de la Bastille et le train fantôme tout pourri surtout. les personnages tournent comme dans une horloge astronomique monstrueuse, ils sont rafistolés. Le grand squelette en imperméable n’est pas très présentable. Les autres ont le visage arraché par des coups de couteau criminels, un monstre grimpe à la corde et ça m’muse. J’irais bien faire un tour là dedans mais j’ai toujours eu la trouille des trains fantômes, du gorille à Amiens qui apparaissait accroché à une voiturette et qui ébouriffait les passages. J’ai souvent pensé à ce mec déguisé en singe et qui passait sa vie dans le noir.  Seul le train fantôme de Sturtevant au MAM , m’a été possible et encore j’ai hésité. Bon je regarde le grand machin qui tourne sur un axe, si haut et les gens ont la tete en bas. Je pense aux photos de Diane Arbus.

Je file au BHV acheter des Posca et un taille crayon pas trop nul. C’est pénible Noel. Le monde. Je passe devant je ne sais quel marchand de chaussures qui me fait un effet Pavlov. J’avais reçu devant sa vitrine un appel de l’opéra du Rhin, intéressé par ma pièce sur la guerre de 14 ( Il y a plus de 10 ans ) et je n’ai jamais rappelé!!! Hihihi. R me disait qu’il fallait y retravailler puis bon, j’ai laissé tomber. Faudrait s’y pencher à nouveau comme on dit. S’y pencher. Il y a pas mal de trucs sur lesquels je dois me pencher.

 Et le matin j’ai fait quoi? J’ai dessiné je crois et fini de le roman de l’étudiant. Il faut le retravailler, il perd son sujet en route, le titre n’est pas bon et la fin non plus. Mais l’ensemble est vraiment plus que bien.

Maison des Metallos hier soir pour voir Trauma, magnifique pièce bouleversante grâce à l’interprétation des deux filles. Je ne connais que le nom de Julie Dumas et pas celui de l’autre.

Un type baille bruyamment à 3 reprises et je lui règle son compte à la sortie. Il s’excuse.Il me dit je ne me rends pas compte je suis fatigué.Je rétorque qu’on est tous fatigués et que c’est inacceptable. Il se confond à nouveau en excuses. Bref.J’appelle ça le syndrome du gratte couilles ( pardon ) quand les gens ne savent plus s’ils sont chez eux devant le télé où dans un espace public.

Puis au moment où je rentre dans le métro , on décide qu’on boirait bien quelque chose et on va rue de Belleville dans un Bar à vins grand et sympa. La terrine n’est pas aussi bonne que celle que vient de cuire C. au BAr des Artistes ( terrine de sanglier ) mais bon. La charcuterie et le fromages se laissent taquiner.

8h30. Au boulot.

Info presse du jour: « Barack Obama n’a pas fait de détours, vendredi, lorsqu’il a évoqué les cyber-attaques qui auraient faussé le résultat de la présidentielle américaine. »

La tour Eiffel éteinte oui mais ????

capture-decran-2016-12-14-a-08-51-32

Ce matin j’avais envie de dessiner et de ne pas aller à l’école. RV à 9h avec un étudiant de 5eme année. Intéressant et qui me demande si je veux bien lire son texte. Je lui dis oui. Bien sur. Il me répond que d’ordinaire les profs ne veulent lire qu’une page. ( Pouf pouf pouf !!! ). Je rigole.

Ce soir je devais à la projection du film de Sophie mais j’ai la flemme, envie d’être tranquille/je dessine en écoutant la radio. Le délice absolu d’être dans cet appartement que j’aime.

La voisine du dessous à eu l’imprudence de venir ma casser les pieds avec le plancher ( elle m’entend et suggère que je ne rentre plus dans cette pièce à partir de 22h ) Je lui demande si elle plaisante et j’évite de lui dire vue sa confession, que je ne vais pas me transformer en Anne Franck planquée dans un placard. Je lui dis également que je ne vais pas perdre 50 kg etc. Je lui annonce que je vais louer l’appartement à un couple avec deux enfants de 5 et 7 ans et qu’elle va me regretter. Puis je termine en lui disant que sa lettre de condoléances est la chose la plus laide qu’il m’ait été donné de lire et que j’en étais gênée pour elle. Je croyais qu’elle allait pleurer. Puis j’ai conclu en indiquant qu’elle connaissait le chemin, et que je l’aimais bien mais que je devais travailler. Quelle sotte. Pas méchante mais d’une bêtise.

Il y a un type sur France-Culture qui renifle

RV à la galerie pour l’édition. Puis CP est là et finalement je me dis que tant qu’à faire il faut prendre des photos ici. Je lui dis que j’ai envie de courir, comme ça je serai floue. je commence à galoper, faire des bonds comme un modèle de Muybridge. Ca à l’air pas mal.

Soupe seule au Tibétain après après midi de travail et soir dessin. L’enfer:

capture-decran-2016-12-14-a-22-03-46

Info presse du jour:« Surpopulation, rats et climat de tension. Le CGLPL (contrôleur général des lieux de privation de liberté) publie ce mercredi au Journal officiel, des recommandations en urgence relatives à la maison d’arrêt des hommes du centre pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne). »

 » Premier ministre de la Mort », Notes

erotica9

 

François Le Lionnais, La Peinture à Dora, Le Nouvel Attila, 9 novembre 2016, 48 pages

 Olivier Salon, Le Disparate François Le Lionnais, Tentative de recollement d’un puzzle autobiographique, Le Nouvel Attila, 9 novembre 2016, 400 pages

Lever 6h30. Orange pressée aux A.

Travail avec B

La voisine du dessous vient me demander de ne pas circuler chez moi après 23 h parce qu’elle m’entend. Je hausse le ton etc.

Pilates

C. et sous titrage en Anglais du film sur Nicole. France Culture veut bien que l’on fasse le projet abandonné après le décès de R. Ce sera en octobre.

Demain Beaux Arts puis projection du film de Sophie

Dessin

Il porte un pantalon en toile et un tablier bleu de jardinier ; sur sa tête est enfoncé un chapeau de feutre marron sur lequel est épinglée une plume, une plume tricolore, rouge, blanche et bleue et qui porte écrit en lettres imprimées :« Constant Daléchamps, premier ministre de la Mort. »

 « Nous étions quelques milliers de bagnards qui stagnions sur la place d’appel, pendant qu’on procédait à une fouille générale. Mon regard se porta machinalement sur la colline qui s’élevait du côté de l’infirmerie. L’automne y achevait son établissement. Alors ces grands arbres dépouillés fondirent sur moi sans crier gare et m’emportèrent avec eux. L’Enfer de Dora se métamorphosa subitement en un Brueghel dont je devins l’hôte. »
Info pressedu jour: »«Les gens courent sans savoir où aller. Il y en a qui sont enterrés vivants sous les décombres, d’autres qui sont blessés dans les rues. Personne ne peut les aider, les bombardements ne s’arrêtent pas. C’est le jour du jugement dernier, une extermination, croyez-moi», dit un habitant du quartier de Khalasseh. «Ceci est peut-être mon dernier appel. Sauvez les habitants d’Alep. «  Libé

 

« JE DETESTE LE SUSPENSE »

 

capture-decran-2016-12-10-a-08-20-04

Oh putain… Le RV hier

Ah le revoilà le rêve flippant. Je suis chez Lelong avec Alice et en fait c’est chez Louis Carré où je devais aller pour voir qui ??? J’entre . Et là, c’est la claque. C’est exactement ce que je veux faire, ce qui est en gestation mais ne se développe pas. Des peintures avec des zones qui bougent sans que l’on puisse savoir comment. Il y a des endroits où la peinture semble fraiche et collante et coulante. Puis il y a des maquettes de théâtre, très simples, noires avec des petits câbles. Déjà ces images s’estompent mais au réveil j’étais bien contente de découvrir que c’est ce que je pouvais faire.

Il me faut absolument des lunettes . Je ne vois rien avec ces saletés.

C’est émouvant de voir Kirk Douglas si vieux. pas certaine d’aimer qu’on le filme avec une tranche de viande dans le bec. De près c’est un peu dur. Dès deux mètres de distance il est magnifique et redevient Kirk. Je discutais hier avec BM et on parlait de JM. Hum. Sa femme doit en permanence être là et c’est épuisant. Même si je suis infiniment triste , R. nous a fait le cadeau de partir en beauté, conscient, vif, drôle et paradoxalement en forme.

Je passe chez Vendredi où Julien me dit le titre de ce post. Je regarde les beaux Livres de chez Macula, différentes choses et achète deux livres. Un pour Côme ( Bambi ) et Les mémoires d’une jeune fille rangée. ( Jamais lu De Beauvoir tu le crois??? ) cet aprem je vais au Musée Picasso. J’ai reçu le livre ça donne envie.

FC: Jean-Claude Passeron sociologue

Info presse du jour : « Ils sont accusés d’avoir tué un proxénète parisien à coup de chandelier et de câble d’imprimante avant de dissimuler son corps dans une valise et de la jeter à la mer. »

 

MON AMI B2B/ Pigalle

 

capture-decran-2016-12-09-a-08-28-52

burroughs

On a montré à B2B la photo de William Burroughs. Il faut dire qu’hier quand il est entré au B des A ,il lui ressemblait particulièrement.Quand il arrive, il rentre toujours par la porte côté Boulevard et va directement au fond pour déposer son chapeau, ses gants et son manteau. Il faut que l’on commence à y travailler mais je voudrais le filmer dans un endroit clair et dépouillé. Peut être que serait drôle d’inventer un machin en relation avec WB. B2B a 1é ans au fond, c’est vrai c’est un enfant.C’est ce qui est merveilleux, il est d’une ingénuité désarmante et il dit que la mort c’est exactement comme la vie. On a les mêmes vêtements, tout. En fait la mort est le pomme C pomme V de la vie. Il en est convaincu.

Bon ce matin opération neige. Machines et produits. Cet aprem ouille ouille à la galerie FP qui vient. Ca m’amuse et en même temps ça ne me fait ni vraiment chaud, ni vraiment froid.

Machines à neige hum hum. CA fait un bruit de dingue et surtout ça glisse si on est en intérieur et ça va faire genre gadoue/ Le papier j’ai peur que ça fasse cheap. Le type restaure aussi des boite de magiciens ( pour la femme coupée en deux…)

J’ai mal partout suite au tennis d’hier . Mais c’est bon de sentir que l’on est pas uniquement un sac avec des machins dedans.

Info presse du jour : « L’ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme. »

Bref dit-elle

capture-decran-2016-12-03-a-00-34-24

Essais Labo Janvier

Notes:

Dans la Grèce antique, les cheveux naturels étaient considérés comme sacrés. En fait, les Grecs accrochaient souvent les cheveux du mort sur leurs portes avant l’inhumation, et les pleureuses coupaient leurs propres cheveux pour le placer sur le cadavre.

capillameus

Les buissons de vanité

PUIS:

Après des visites avec B. qui sait détecter les meilleurs endroits, pas Varia non, une boite rue de la Folie Méricourt où l’on est reçus ( sur RV ) par Andy W. en clone et UV. Putain les trucs qu’il y a là-dedans: Des matière holographiques, de la fourrure de dingue, des paillettes classe, des cheveux en j’sais pas quoi. On a envie de tout acheter. Et Andy, n’est pas avare en échantillons!!! ( Comme au Marché Saint Pierre {qui devient le Liedl des matières d’un seul coup, le Mutan même !!! } Idem ce matin pour le RV chez Janvier rue Rochechouart. Hou. C’est beau. On fait des essais de duratrans et X , à ma demande nous montre les tirages ( pas les Fresson/ hé les gars… ce matin je ne savais pas ce qu’était un tirage Fresson ) Pour moi Fresson , c’était Bernard , un soir de je ne sais plus quand , où revenant d’Amiens , R . m’avait dit de le retrouver là. Là , c’était Place des Vosges chez Annie Girardot , que tout le monde oubliera bientôt, si ce n’est déjà fait. Comme tout le monde/ Comme nous tous.. Putain, c’était du lourd pour moi, mais j’avais pas trop peur puisque R. m’attendait. Bon Fresson /OK je connaissais, mais le mec en noir, plus loin et grave-rigole pas/ là-bas m’intéressait davantage. Merde. De Funès. Ben vazi marre toi mon pote. Pas du tout. Par contre R. m’avait raconté un retour de tournage ou , pour lui seul il avait fait un De Funes génial.

Tiens,  il aurait été mieux que Bacri dans les Femmes Savantes. Putain. La mise en scène de Hiegel est top. Excellente soirée et je dois envoyer un mot à …. Merde … Evelyne Bouyle. Excellente.  Vraiment…

Ho et Trissotin… J’adore ce personnage… en minable alcoolique et poudré! Merveilleux acteur des Des chiens /Duquenne???  Et Dieu sait si être passé par là peut vous briser… Sauf Saladin ( fils de R. dans son dernier court )/ Sauf lui/ Merveilleux. Merveilleux de minablerie…

Ça m’a fait bizarre de ne pas aller, comme on le faisait toujours dans les loges après. Ça me faisait toujours un peu râler surtout quand je n’avais pas aimé..

J’ai beaucoup ri. C’était juste. C’est Cam qui avait dit:

— On y va ce soir?

Yes on y va. Prendre des places à l’avance m’a toujours emmerdée. Au dernier moment je n’ai plus envie en général.

Bon. Donc labo ce matin 10h. C’est beau. Je parle à B de l’atelier que je devais avoir en rentrant de Rome; 500 m2 Rue de Rochechouart pour  700 000 francs ( on rêve ) . J’y pense à chaque fois dans mes trajets à Argenteuil. Bref …

B. me rapporte la conversation qu’il a eue en haut avec Mondino qui passait par là. On est bien dans ce labo. Puis … Puis .. quoi. Heu…Je rentre avec les essais sous le bras. Semoule et tisane et Alima arrive et on change des trucs et notaire à répondre/ ça me gave / Puis. Aller Porte de Pantin au Conservatoire.

Merde la ligne 2 encore fermée pour cause de déraillement.( tu le crois ? ) Et en parlant de ça, en entrant au Théatre de la Porte Saint Martin, j’entends un vieux dire:

Ben tiens, c’est encore la faute d’un de ces bougnouls…
Vu ce que j’ai raconté la veille , Cam pense que je radote, mais non !!! Je viens d’entendre ÇA!!!!!

Bus bourrés. Retourner prendre le vélo ou Uber? Uber. La merde. Embouteillages. J’arrive 10 mn en retard. Spectacle des élèves du conservatoire de danse MERVEILLEUX. Coup de Blues . Je pleure. Puis je pleure. Puis envoie à Jean un SMS. pour dire que je pleure et donc file à l’anglaise trop triste pour rester. J’aperçois de loin Jean-Christophe qui a des cheveux blancs… Merde voilà bien une raison de re-pleurer. Imbécile.

Mandolines in the moonlight . Mandolines in the moonlight .

Velib. Je pleure sur le Velib. Et arrivée à Barbes, je m’aperçois que j’ai perdu mon porte-feuille. Encore?? Oui. Je repars avec le velib jusqu’à la Porte de Pantin. Je ne pleure plus. Peux plus . Mais merde. Opposition. Retour Pigalle. Les Artistes . Case départ. Ils me prêtent du fric. BB me donne deux frites. J’ai encore envie de pleurer. Plus maintenant.

Cette nuit cauchemars terribles ( pourquoi est-ce que j’insulte des évêques et des ??? … habillés en rouge vif? Mon père? Des champs, les Beaux- arts , ocre rouge, sculpture, Alexandra, des cages. Des sculpures, des voitures, Amiens…)

Me suis réveillée mal en point. Très désagréable toute la journée.

Fourmis dans les pieds.

La jolie chose c’est dans la rue hier: La nounou de deux Petits dont l’un est mon petit neveu, Paul. Je m’accroupis pour être à la hauteur de ses deux ans et de sa petite guitare. A peine baissée, lui qui me connait à peine me serre dans ses petits bras, ne bouge plus. Pose sa tête sur mon épaule. J’étais pressée. On aurait pu rester ainsi éternellement. Magnifique la vie comme ça.

J’aime bien les premiers jours des mois.

capture-decran-2016-12-01-a-09-49-55

Camille et moi il y a …

Alep: »La priorité est d’évacuer les centaines de civils blessés », s’alarme Médecins sans frontières »

Ma peinture a été vendue 5 million d’euros. J’ai mangé des nems de caviar. Les serveurs ont de vêtements russes. IM porte dans la journée une robe longue avec une traine. Moi aussi mais la traine est devant. La chauffeur d’autobus nous montre le dépôt qui est en ville mais au bord d’un lac après l’institut et il y a au loin de hommes grenouille en noir. Rue du bac. Fin du rêve. L’autre jour c’était dégoutant. Un oeuf vide mais qui a commencé à faire des petits bruits, comme un grésillement puis quand je suis revenue dans la pièce il avait explosé et il y avait des peluches…

Hier soir je gare mon velib place Clichy et en attendant le bip bip final, je vois qu’en face un homme avec son chien insulte une fille à l’accent Italien. Ca se termine par :

—« Et t’es même pas Française salope. « 

Hoho… Je traverse rapidement, le type est de dos à 10 m de moi. J’appelle: Monsieur! Monsieur!… Il se retourne. Je lui dis:

Excusez moi, je crois que j’ai mal entendu. J’ai entendu: Vous n’êtes pas Française. Vous pouvez m’expliquer ça? J’comprends pas.

Je n’avais pas fini ma phrase que j’étais traitée moi aussi de «  salope , de clodo« .

Moi alors qu’il partait, j’ai hurlé «  sale raciste et sale nazi « 

Bon…Sale nazi c’était peut-être exagéré, mais après une journée de travail sans sortir, ça m’a fait du bien. Quel sale con.

Sully. Je me souviens de cette histoire d’atterrissage sur l’Hudson. Dans la salle de cinéma pleine on entend pas un pop corn voler. Faut dire que c’est bien foutu, on s’accroche à nos sièges et on comprend comment les assurances ne lâchent pas le morceau.C’est captivant  jusqu’au générique de fin. Puis réapparition de personnages alors qu’on est tous en train de sortir et end bien américaine ( famille etc… ). Dommage.

J’en ai marre dès que le lis une page sur le net de voir le frigo dont j’ai regardé le prix, le voyage à Lisbonne que j’avais envie de faire, un sac à main horrible, un comprimé de je ne sais quoi et une rafale de livres… J’ai envie de faire une peinture diptique avec d’un côté la peinture «  normale », de l’autre la pub.

« L’urne funéraire de Fidel Castro quitte La Havane »

Clément année 1/ 18 ans

Dimanche matin/ pas de tennis. Ce n’est pas plus mal car je n’en ai pas envie. L’après midi ce concert chez Christian Berst est étrange car ce sont des trisomiques qui chantent. 16h : Choolers Division.C’est incroyable de voir leur gravité, leur énergie aussi. Je ne sais pas si  je suis à l’aise ou pas. J’étais réticente ( un peu ) à l’idée d’y aller. Mais pourquoi au fond. J’avais peur de céder à une curiosité malsaine. J’ai juste cédé à une curiosité.

Après je marche, je traverse la place de la République qui est plutôt réussie. Je regarde les skateurs-j’ai acheté un jus de fruit épais et sucré -, la nuit tombe,il fait un peu froid. J’aime bien. Je filme des garçons le long du canal.Ils s’entrainent. Pompes, abdos, mouvements de bras, sautillements à la boxeur.

Me voici en avance près des cinémas MK2 quai de Loire et je m’arrête devant les marches, là sur le côté: Il y a des groupes assis et attentifs et des filles face à ces groupes. Ce sont des réfugiés et les filles leur apprennent le Français. Ils sont extrêmement attentifs et répètent comme à l’école , les mots, les phrases. C’est formidable des gens qui font vraiment quelque chose. Moi , rien. Bon. Je vais y repasser pour me renseigner.Donc, dans la même journée, j’avais eu le plaisir de découvrir ce travail avec les trisomiques que l’on emmène en Lozère ( un peu à la manière de Deligny et des autistes ) , les garçons dans la nuit, et les cours de Français. Ensuite on a vu Les alliés qui est un navet et en plus mal foutu je trouve. Marion Cotillard ne me fait pas frémir. Bon.

Beaux-arts hier et nécessité de déménager à la bibliothèque ce qui est très agréable. J’avais demandé aux étudiants des textes. Il ya en a qui sont vraiment bien. On les lit à voix haute.

Pas le temps de souffler et ça me plait. La journée se termine en beauté avec C. qui est incroyable. Je le filme et le re filmerai volontiers.

Un étudiant de l’an passé vient me demander des conseils en amour !!!. C’est vraiment drôle. Allan ne s’est pas manifesté depuis un moment. Je parle avec Demian, aperçoit X,

Ah oui, il y a eu le vernissage Twombly. Ben moi j’aime pas ça. En fait c’est pas que je n’aime pas, mais je trouve cela si élégant, si beau «  c’est beau » que ça m’ennuie. Je regarde les gens et ça c’est toujours bien. Une dame crêpée comme pas possible, qui fait que sa tête est trop grande pour le corps (comme ces statues d’église que l’on voit au sol et qui sans la perspective deviennent monstrueuses). Quelqu’un à qui je fais part de mes méchantes réflexions ajoute: «  En plus elle a une tête de musaraigne ! ». Paf, ça c’est plié.

Ce matin travail avec Benoit. Camille a dormi ici. Et on s’est éteintes devant le Clan des Siciliens.

« Un air gai chic et entrainant »

capture-decran-2016-11-27-a-11-02-22

Ron-Ron 1970

Pourquoi en me réveillant un peu tard je me suis souvenue qu’il y avait autrefois de la nourriture pour chat qui s’appelait du Ron-ron. Je souris. Le ron-ron. J’imagine un type habillé en années 70 avec un pantalon marronasse en tergal avec le pli devant et une cravate rayée , glorieusement annoncer sa « réclame ». Celle de l’INA , 1970 effectivement en noir et blanc. Ronron poisson ( on voit des poissons ) , ronron nature, ( on voit une forêt ) , ronron boeuf, ( on voit des boeufs ). Et des yeux de chats différents ( Mother mary comes to me, speaking words of wisdom, let it be ). En sautant du ron-ron à Let it be, je me revois aux nouvelles Galeries acheter le 45 tours des Beatles et au fond du jardin quand le chat a été enterré. .

Hier la soirée était super au China club pour le mariage d’A2G et AV. Plein de monde, 3 filles qui chantent en mode Andrew Sisters. Quand j’arrive, elles chantent «  Rhum and Coca -cola , qui précisément était dans le spectacle de Roger. Petit bug et puis Bonjour bonjour. Je danse avec Blistène- qui l’eût cru Lustucru- qui m’a paru antipathique pendant des années et là c’est absolument le contraire. On parle des usines LIP avec JJL. Etc. Une grande américaine, des gens pas mal vieux, des gens pas mal jeunes mais plutôt mezzo. De l’argenté du leop, du brillant. J’aurais dû mettre mon pantalon doré. On se balade là et là avec nos baguettes et nos bols. C’est vrai que finalement quand on est debout c’est le meilleur truc.

A chaque fois dans ce genre de circonstances je repense aux moments où je travaillais absolument seule et ne connaissais plus personne. Je serais, restée deux minutes, car c’est insupportable si on est pas un peu dans le machin. EG me dit du fond de ses verres de champ, que tout le monde était contre moi au FA, pour la commission des achats. Ca me fait rire. J’aimerais être une souris pour entendre dire que Delprat , c’est quand même pas terrible ( et je ne suis pas forcément en désaccord )

HdiR est égal à lui même , hyper speedé, sympa comme tout. Il dit «  A qui je n’ai pas encore cassé les couilles ce soir ? », puis voyant des Mojitos il en cherche la provenance et disparait. Mojito , danger absolu?. Je m’abstiens. Il y a un concert en bas. Je décide de filer et prends un velib. Il fait bon. J’ai la jambe un peu molle mais c’est trop bien.

La différence, c’est ce silence, parfois…

AP est tout beau dans son costume. Ca lui va bien. G. a disparu, elle était triste. Moi aussi là maintenant. PM est joyeux , calme et souriant comme d’hab.

Et partout dans la rue j’veux qu’on parle de moi

Ca tombe assez bien que ma partenaire de tennis ait une déchirure musculaire.

Et partout dans la rue j’veux qu’on parle de moi/ Que filles soient nues

Qu’est ce que je vais faire pour casser la gueule à ce Dimanche? dessiner à côté, aller marcher? Au Palais royal. Lire ( c’est ce que la raison voudrait ) car ces temps ci on peut dire que je ne lis pas du tout. Je commence, recommence, mais pas de suite. puis faut absolument que je commande ces lunette, des vraies et pas des loupes napolitaines.

You are the sunshine of my life

R. m’avait raconté tant de fois son gala de l’union que je suis surprise de le trouver sur le site de l’INA ( Du ron-ron au gala de l’union ) . C’est vrai que ce n’était pas rien cette perche…)

En écoutant Malraux…

capture-decran-2016-11-26-a-12-10-19

Vente Piasa/

Broche lion ébouriffé en or jaune 18k, 750‰ lisse et satiné, les yeux ornés de cabochons d’émeraude rehaussés de diamants, de l’émail noir sur le museau.
Travail français vers 1970
Hauteur : 4,5 cm
Poids brut: 24,3 g,

S’il est bien un épisode de la vie de Piero della Francesca qui n’a cessé de fasciner et d’inspirer les romanciers qui se sont intéressés au peintre, c’est cette cécité dont il avait été frappé pendant sa vieillesse. Giorgio Vasari est le premier à l’évoquer, brièvement mais par deux fois au début et à la fin de sa Vie de Piero della Francesca: Il ne put à cause de la cécité qui le frappa dans sa vieillesse et de la mort, publier le résultat de ses travaux et les nombreux écrits qu’on conserve de lui à Borgo san Sepolcro, son pays. Piero di Borgo, dont les oeuvres datent environ de 1458, devint aveugle à l’âge de soixante ans à la suite d’une cataracte et vécut jusqu’à quatre vingt six ans. En 1556, c’est à dire très exactement soixante quatre ans après la mort du peintre, un très vieil homme du nom de Martin di Longaro, qui, par un merveilleux hasard propre à nous faire rêver, était fabricant de lanternes pour circuler pendant le nuit, rapporta à un certain Berto degli Alberti un souvenir de sa prime jeunesse qui celui-ci ne manqua pas de consigner sur ses cahiers: « Ledit Marco,lorsqu’il était petit menait par la main maitre Piero della Francesca, peintre excellent qui était aveugle: C’est ce qu’il m’a dit. »…

…/ La scène est belle est émouvante: Dans les dernières années du Quinzième siècle, un enfant, qui deviendra plus tard un fabricant de lanternes, un spécialiste de l’éclairage de l’obscurité, guide un viel aveugle qui fut l’un des peintres les plus célébres de son temps, dans les ruelles de Borgo san Sepolcro. (Alain Buisine)

sontag

… » Le bonheur suprême était de marcher seul au cœur de la nuit, le volet de la lanterne refermé, le pardessus boutonné, sans un rayon de lumière qui s’échappe, ni pour guider nos pas ni pour signaler l’objet de notre fierté ; sans être autre chose qu’une petite colonne de ténèbres dans le noir de la nuit, sachant, au plus secret de notre cœur, que nous avions à la ceinture une lanterne sourde, et pour cela exultant et chantant tout au long du chemin.”!…

Stevenson/ Les porteurs de lanternes

bailly

Pandora/ JC Bailly

CA FAIT DU BIEN

capture-decran-2016-11-20-a-19-35-04

Cher X

Ca fait un petit moment que je résiste à te parler. Mais à présent je te dis ce que j’ai sur le coeur: Tu me gonfles à me prendre pour un facteur ou un bottin mondain. C’est extrêmement déplacé. Ca l’a toujours été et que tu ne t’en aperçoives pas tout seul me désole. Trintignant, ta lettre, Arnaud Bedouet et maintenant Sami Frey…
Ca suffit.
Ca m’a pas mal  amusée je dois dire. On en a même ri avec mes amis qui n’en croyaient pas leurs oreilles.
Maintenant je suis en colère.
Remarque tu n’es pas le seul. Les deux autres qui, eux chassaient le Depardieu et le Weber, je les ai eu au téléphone et ils doivent à l’heure qu’il est porter des sonotones vu les décibels d’injure qu’ils ont pris.
Pour toi, ce sera plus silencieux. Mais néanmoins, je te prie de ne plus m’adresser quoi que ce soit. Je n’ai jamais été la secrétaire de RD qui aurait été bien fâché de ton attitude.
Bonne continuation.
LND

Mecki par ci, Mecki par là

table-paris

Partir de Drummond de Melfort pour arriver là:  AK – Kindermotiv, Glasperlenaugen, puppe, Kleinkind, c’est à dire dans le royaume de Mecki , c’est quand même amusant. Suis passée par des grottes, des duels, des scènes équestres et des cartes postales de Noel horribles.

 

Hier après midi je m’endors en re-regardant l’homme qui aimait les femmes. Le début est splendide avec toutes les voitures qui se garent côte à côte.

Dessin hier après midi ici, et FC : Simon Leys/ Intéressant.

Rapide visite au BHV ( c’est déjà l’horreur de Noel ), expo de SR au centre Japonais.

Bonne soirée à la galerie. Edith arrive. je l’appelle Mémère Scob pour la taquiner

Merci petite Hélène de m’avoir invitée ; je n’ai parlé qu’avec des gens sympathiques, ce qui n’est pas si fréquent ! t’embrasse tendrement Alice

Tiens cette nuit j’ai cassé un grand miroir.( c’est sans doute les photos de Bascoulard qui tient son miroir brisé pendant la pause ) Et je n’arrivais pas à sortir d’une espèce de passage en barbelés.Puis , ah oui, on voyait une immense et magnifique perspective comme un sous bois et qui montait qui montait. Je cherche une perceuse et passe dans des rue . Il y a des pieds de bébé qui sortent d’un chou-fleur blanchâtre. Il est debout puis oscille , je passe dégoutée et ça fait splash comme une matière molle. Je fais un détour pour ne pas repasser là. Je soupire en écrivant. Mais c’était vraiment dégueu ce truc.

capture-decran-2016-11-20-a-10-06-28

What a difference a day makes…

Twenty four little hours

What the sun…

My yesterday was???

Messe à Saint Roch. C’es la Sacem qui m’avait prévenue. J’y suis allée mais je ne connaissais personne de la Sacem. J’embrasse Dominique Delouche. Bon. C’était plein. ( le nombre de disparus cette année c’est dingue , entre Papa Wemba, Michel Tournier etc… )

En sortant il pleut mais je marche dans le jardin . C’est beau et je fais une photo-poncif= les chaises dans le jardin vide mais ça me fait sourire ce genre de carte postale!!! Il y a une séance photo avec un jeune garçon noir très beau. Le photographe veut me prendre aussi. Dac. Ne regardez pas vers moi et marchez. 

Je photographie à mon tour le garçon, puis des scouts qui s’accrochent le pied avec une ficelle, puis un type en kilt. Mais ses chaussettes font des plis.

Au boulot.

la jambe du roi est noire

J’ai beaucoup aimé le film de Serra. Econome malgré les apparences, silencieux, sans effets ( malgré les apparences ) mais sophistiqué dans l’espace, la lumière et la langue. Langue sans préciosité où caricature de ce que l’on suppose être la parole de cour. Ici , presque quotidien ( un peu limite d’ailleurs ) mais pas. Sauf un «  d’accord » impardonnable.

Quand j’avais vu d’autres films j’avais l’impression qu’il n’était pas assez rigoureux et qu’il gardait tout ce qui était filmé.

Cette jambe noire est magnifique. Elle m’évoque Saint Cosme et San Damiano. Et puis lorsqu’on ouvre le corps on sourit car on est davantage dans une performance à la Dali qui déroulerait des boudins noirs dégoutants. Par contre les râles sont assez terribles. Ne me suis pas ennuyée, malgré le silence, la lenteur, le décor unique et le peu d’espace. Malgré la longueur des plans, le peu de musique. La mouche que l’on entend voler ça et là est terrible. La nourriture. Et pas le visage blanc cérusé habituel. Juste les perruques et pas toujours.

JPL a de la chance d’avoir été filmé comme ça, contrairement à ce que disait mon voisin de salle  en sortant: « C’est moche. »

Sans doute y voit-il l’agonie de Léaud lui-même… Sais pas.

Levée très tôt. Et en plus la télé s’allume toute seule. Elle recommence ses crises accompagnées du son qui monte tout seul lui aussi. Regarde un bout de film colombien pas mal..

Ces jours ci beaucoup de travail. Et aussi nous étions invités chez Michou depuis Juillet , par D et C patrons des Artistes. Il nous ont généreusement conviés, mon frère , E, Camille et Julie. On devait y aller avec R. Et U. Bon. Les choses ne se passent pas toujours exactement comme on a prévu. On a beaucoup ri et je me suis couchée à 4h. Le lendemain matin, RV avec l’éditeur, voix de basse horrible et KO. Puis l’après midi le RV qui miraculeusement avait sauté et rétabli: Notaire pendant deux bonnes heures. Misère. Comme c’est ennuyeux et quand on est vivant on ne pense pas à tout ce bordel heureusement.

Mardi c’était les Beaux arts aussi de 10h à 18h sans arrêter avec des anciens étudiants qui viennent me voir:

« —Est ce qu’on peut passer notre diplôme avec vous? »

De toutes façons maintenant avoir un atelier ne me dit plus rien. Quand je repense à ce jury et cette combine , j’en ralôte encore. Je m’en fiche objectivement . Mais quand même un établissement qui ne t’envoie même pas un mot quant aux résultats ( la lettre type ). Bref. Qu’on me prenne pour une imbécile c’est pas grave sauf si je m’en aperçois. Ils nommeraient- ou ils l’auraient fait à temps surtout -un prof de dessin en temps voulu ça  m’éviterait d’avoir 75 étudiants que j’ai des difficultés à suivre. On peut s’en douter . Bref.

Rencontré l’autre soir deux spécimens d’un autre temps. Nous sommes face à face avec F. et mangeons une terrine de sanglier délicieuse avec des cornichons bien sur. C’est le jour du beaujolais ( berk ) et j’arrive du RV avec la MAC VAL à l’atelier. Le matin j’avais tendu la toile de 7m. ( Plus facile que prévu ). Bref on parle et je vois dans la rue deux types qui hésitent à rentrer. Je dis au garçon, débrouille toi pour les faire rentrer et tu les mets à la table à côté. Chose faite. Deux hommes de plus de 75 ans. L’un un peu tordu mais pas trop, l’autre grand, petite moustache coupée court à la clark Gable un peu, lunettes fumées et col ouvert qui laisse voir une lavallière bordeaux. Montre sur la manche du pull, pantalon des années soixante dix et coiffure comme une perruque, gonflante. Mais vrais cheveux.

Je change tout de suite de sujet en donnant un coup de pied à F. sous la table :

Moi: « —C’était quand j’ai pas entendu … »

« — J’saurais pas dire… « 

—Elle est bonne cette terrine de sanglier.

à C qui est plus loin : Elle est bonne C. votre terrine de sanglier!

—Donc on disait? Ah oui… Belmondo… L’expo de son père…

« —Ah oui qu’est ce qu’on a ri. Moi je l’adore ce Belmondo. T’aimes bien les sculptures de son père toi? »

« — Ah oui c’est bien… « 

« — En tout cas il m’a envoyé des fleurs magnifiques.. « 

( On mange un cornichon, on boit une gorgée et on entend ):

—Excusez l’indiscrétion, mais nous on l’a connu Belmondo…

J’exulte car de A à Z ils sont tombés dans mes filets , ma nasse, ont mordu au crochet , à l’hameçon. C’est bon ça!!!!!!! Et cette phrase , ils la disent avec un léger accent Parisien qu’on n’entend plus… Ils sont des machinos de cinéma, nous parlent de Jules Dassin, de De Broca et j’en passe… On n’est pas d’accord sur de Funes, mais c’est marrant et Le Beau dit «  entendre au poste « . Magnifique. Je n’ai pas vu leurs chaussures. Le beau me dit qu’il aime bien raconter mais s’il y a une femme à table. Puis on reprend nos conversations respectives. F. compare les habitués au zing à une barre de Baby foot avec les joueurs et c’est assez vrai.

Voici que X recommence et à présent , c’est le Numero de Sammy Fray qu’il me demande. C’est quand même dingue ça. Ils sont fous.

Hier RV maison Rouge l’après midi, et le matin galerie. J’offre à C. des lunettes horribles et on fait une petite séance photo:

En allant chercher mes faux-cils, je crois un modèle élégant de clochard ( car il est à l’ancienne ) : Grand manteau-PArdessus chameau fermé par une grosse ficelle jaune, sac Apple orange, barbe et surtout: Bombe de cavalier avec bride au menton. En guise de cravache et sous le bras un parapluie, juste manche et baleines. Echarpe rose. Au coin de la rue Rambuteau et la rue du temple il y a un autre clodo vieux style. Mon cavalier se plante devant lui et le toise avec mépris . Puis il repart. J’adore ça

MAGNIFIQUE/ Treaty

/ Espérons qu’il n’a pas appris qui était son nouveau président

I’ve seen you change the water into wine
I’ve seen you change it back to water too
I sit at your table every night
I try but I just don’t get high with you
I wish there was a treaty we could sign
I do not care who takes this bloody hill
I’m angry and I’m tired all the time
I wish there was a treaty
I wish there was a treaty
Between your love and mine
They’re dancing in the street, it’s Jubilee
We sold ourselves for love but now we’re free
I’m sorry for the ghost I made you be
Only one of us was real and that was me
I haven’t said a word since you’ve been gone
That any liar couldn’t say as well
I just can’t believe the static coming on
You were my ground, my safe and sound
You were my aerial
The fields are crying out, it’s Jubilee
We sold