IMAGE MYSTÈRE

JENEMESOUVIENSPASDUTOUT

DECELAETQUANDJ’AIOUVERTLEFICHIER

J’AIPENSÉÀUNESORTED’IMAGEFANTÔME

(GENRECEQUELEPAPIERPEINTARACONTÉ.)

 

Merci pour

« Now, being invisible, I walk without mantilla,
In the much horned-night, as the chief personage. »

 » A présent,invisible, je marche sans mantille
Dans la nuit si cornue, en personnage principal. »

Wallace Stevens

( A l’instant de quitter la pièce)

DANCE

Opalka dance / Galerie Christophe Gaillard

Mascaron et Drapeau de mon TAP ( territoire autonome personnel / TAP dance )

Hier j’ai repris une grande peinture sur place et on riait en disant que c’était plus rapide de peindre direct à la galerie: Economie de transport, proximité du producteur au consommateur. Bref je suis contente. J’ai bien fait. Maintenant elle fait mal aux yeux. Après on a fait les imbéciles à se photographier en train de sauter devant les Opalka. Verre avec C et N.Retour à vélo. Un peu de boulot et la bonne soupe que m’a fait Alima. Je l’ai félicitée car elle est si bonne. Elle a le gout d’oiseau. Hihi. Seigneur prend ses repas dans sa cage, dort dans sa cage et dès que je me profile, sort de sa cage. Je vais aller en acheter une neuve demain et peut-être un autre oiseau pour qu’ils se parlent. Ils doit s’emmerder avec les bouquins pour seule compagnie.

Chouette c’est bon pour New York en Mars. Je ne sais pas s’y j’irai. On verra où j’en suis du travail. Sinon, oui, une semaine seule.

Peinture aujourd’hui à Arg. Bon. Ca vient. J’y reprends gôut. J’en ai 3 sur le feu. Dont une que j’ai fait revenir car je la trouvais trop light.

Les dessins de Hucleux sont quand même dingues et aussi ses peintures que je ne connaissais pas. Le dessin représentant Opalka est impressionnant. Des beaux Bellmer…

Diner très agréable chez P et A. On a un peu bu comme des trous des très bons vins.

Ce matin Marché aux oiseaux sous la pluie. J’achète une cage qui ferme ( !) et discute avec des éleveurs qui ressemblent aux gars du boulevard et du bonneteau. C’est drôle ces types qui parlent plumes, chant etc. . C’est sympa, et moi je n’y connais vraiment rien. J’achète un deuxième oiseau pour faire compagnie à Seigneur. C’est un mâle car il chante.Il s’appelle Ovide. Ils sont déjà côte à côte mais l’un en cage l’autre au parloir si on peut dire. Ils doivent manigancer un plan d’évasion derrière mon dos. J’ai rencontré aussi un type avec un rat blanc sur l’épaule. Il avait un petit collier. C’est dégueulasse un rat même s’il ma confié que «  ce n’était que de l’amour « . “Même ma femme est jalouse”. Sa femme n’avait je crois existé que dans son imagination un peu efféminée si je suis mauvaise langue. Bref il a eu son succès dans la métro avec sa saloperie ébouriffée par la pluie.

Fenêtre sur la cour

capture-decran-2017-01-23-a-19-20-26

Hier j‘ai eu envie de photographier la cour, après une journée à tourner dans l’appart, boire du thé, me sentir assez bien, lire,  avoir envie d’aller au cinéma le soir, puis  ne plus avoir envie d’aller au cinéma le soir. Après avoir tenté de  finaliser mon sujet pour les Beaux-Arts à plusieurs reprises sans succès ( ce matin c’était fait en un quart d’heure ).

Bref. Deux photos de suite et je suis surprise sur la deuxième de voir très précisément deux personnes de profil assises sur un canapé ainsi que les deux petits tableaux que l’on voit mal ici. Deux paysages. C’est drôle cette sorte de bras télescopique ou d’oeil plutôt ( je pense aux dessins de la dioptrique de Descartes et à ce texte sur les aveugles. Donc j’ai 4 possibilités: La vue depuis « le salon » , la vue depuis ma pièce qui donne sur la rue, la vue depuis la cuisine qui donne sur une deuxième cour petite, la vue depuis la chambre qui donne également sur la rue.

capture-decran-2017-01-23-a-19-51-20

Ca me plait ça. Je vais essayer d’avoir mieux les tableaux.

“L’urne funéraire de Fidel Castro quitte La Havane”

Clément année 1/ 18 ans

Dimanche matin/ pas de tennis. Ce n’est pas plus mal car je n’en ai pas envie. L’après midi ce concert chez Christian Berst est étrange car ce sont des trisomiques qui chantent. 16h : Choolers Division.C’est incroyable de voir leur gravité, leur énergie aussi. Je ne sais pas si  je suis à l’aise ou pas. J’étais réticente ( un peu ) à l’idée d’y aller. Mais pourquoi au fond. J’avais peur de céder à une curiosité malsaine. J’ai juste cédé à une curiosité.

Après je marche, je traverse la place de la République qui est plutôt réussie. Je regarde les skateurs-j’ai acheté un jus de fruit épais et sucré -, la nuit tombe,il fait un peu froid. J’aime bien. Je filme des garçons le long du canal.Ils s’entrainent. Pompes, abdos, mouvements de bras, sautillements à la boxeur.

Me voici en avance près des cinémas MK2 quai de Loire et je m’arrête devant les marches, là sur le côté: Il y a des groupes assis et attentifs et des filles face à ces groupes. Ce sont des réfugiés et les filles leur apprennent le Français. Ils sont extrêmement attentifs et répètent comme à l’école , les mots, les phrases. C’est formidable des gens qui font vraiment quelque chose. Moi , rien. Bon. Je vais y repasser pour me renseigner.Donc, dans la même journée, j’avais eu le plaisir de découvrir ce travail avec les trisomiques que l’on emmène en Lozère ( un peu à la manière de Deligny et des autistes ) , les garçons dans la nuit, et les cours de Français. Ensuite on a vu Les alliés qui est un navet et en plus mal foutu je trouve. Marion Cotillard ne me fait pas frémir. Bon.

Beaux-arts hier et nécessité de déménager à la bibliothèque ce qui est très agréable. J’avais demandé aux étudiants des textes. Il ya en a qui sont vraiment bien. On les lit à voix haute.

Pas le temps de souffler et ça me plait. La journée se termine en beauté avec C. qui est incroyable. Je le filme et le re filmerai volontiers.

Un étudiant de l’an passé vient me demander des conseils en amour !!!. C’est vraiment drôle. Allan ne s’est pas manifesté depuis un moment. Je parle avec Demian, aperçoit X,

Ah oui, il y a eu le vernissage Twombly. Ben moi j’aime pas ça. En fait c’est pas que je n’aime pas, mais je trouve cela si élégant, si beau «  c’est beau » que ça m’ennuie. Je regarde les gens et ça c’est toujours bien. Une dame crêpée comme pas possible, qui fait que sa tête est trop grande pour le corps (comme ces statues d’église que l’on voit au sol et qui sans la perspective deviennent monstrueuses). Quelqu’un à qui je fais part de mes méchantes réflexions ajoute: «  En plus elle a une tête de musaraigne ! ». Paf, ça c’est plié.

Ce matin travail avec Benoit. Camille a dormi ici. Et on s’est éteintes devant le Clan des Siciliens.

332 LA FIN

maquette 332

Capture d’écran 2016-04-30 à 20.17.36

Capture d’écran 2016-04-30 à 20.21.57

Capture d’écran 2016-04-30 à 20.16.24

Voilà. C’est fini et ça n’a jamais existé. Plus de traces. Rien. Où était la barrière? A peu près ici. Ah non en voilà un morceau. J’ai écarté le grillage et j’ai marché là-dedans en pensant aux générations de chiens et de chats qui avaient été secoués eux aussi par l’effacement de la maison. Et les arbres coupés c’étaient lesquels? . Le cerisier , le prunier, les pommiers. Hum. le saule pleureur. Ah oui le noyer. Et là la tente jaune pour jouer, la table de ping-pong devant le garage. La niche et les outils de jardin. Le tuyau d’arrosage. Le portique avec la balançoire.

Bon , on ferme

vive le 26

Capture d’écran 2015-12-26 à 09.58.45

JG 2015

Capture d’écran 2015-12-26 à 09.47.13

Je ne sais rien de moi à l’avance, mes aventures m’arrivent quand je les raconte ” 

Peter Handke

Je me disais au réveil ( premier réveil à 5h30, deuxième à 8h30 ) je me demandais plutôt pourquoi j’avais aimé l’exposition de John Giorno faite par Rondinone et visitée le 25 pendant que le repas mijotait!. Je trouve la salle du début magnifique et la façon dont est filmé JG top. Je me disais donc, que tout cela était dépourvu de vanité. Là pas de démonstration. Et souvent dans les expositions” d’artistes plasticiens”, je ne trouve qu’une démonstration -pas toujours grandiloquente, non-( allo Kieffer -l’ai entendu sur FC dans son atelier, pas intéressant. le coup de l’alchimiste est simpliste et fatigant ) mais quand même souvent spectaculaire et teintée d’un moi encombrant qui se perd dans un fatras d’objets. C’est ça le truc. Et c’est pour cette raison que j’ai trouvé JG juste.Simple.  Sa déclaration face à nous dans le film est claire, sans effet. Sans affectation ( Seul passage très rapide que je n’aime pas est la démultiplication des images. Ca dure 4 sec, mais c’est un effet dont on se serait passé vue la qualité du reste ). Ils ont dû s’emmerder pour monter ça. Smoking blanc, smoking noir.

Les archives nous font lentement traverser le temps, sous plastique, et toute cette vie multicolore et en mots, recouverts de phrases sautille.

Capture d’écran 2015-12-26 à 09.50.48

Quand j’ai terminé l’autre jour le livre de Sylvia Plath, j’ai ouvert au hasard Sur la photographie de Sontag et suis tombée aussi sur SP ( c’est marrant ces coïncidences/ comme de photographier mes pieds nus avant d’aller voir l’expo Giorno  ):

“…mais dans la cas de SP,l’intérêt que son oeuvre a suscité depuis sa mort est d’un autre ordre: une espèce d’apothéose. Qu’elle se soit suicidée semble le gage que son oeuvre est sincère, sans voyeurisme, empreinte de compassion, non de froideur. Son suicide semble aussi faire de ses photos quelque chose de plus dévastateur ( à propos de Diane Arbus)

J’ai enchainé sur Mireille Havet mais ça m’ennuie.C’est beau cette écriture d’ailleurs. Le journal 1918-1919. Les atermoiements me barbent un peu à vrai dire: Qui aimer et comment, et comment vivre….( “je m’écorche les mains à mon propre désir…”) hum, hum.

Aveu de paresse: J’ai racheté un Philip Kerr: Hotel Adlon. Oui Gunther, oui. !

 

Dietrich Fischer-Dieskau

Avec Winterreise… Avec Mankiewicz

C’est le jardin qui m’a apaisée. J’y suis rentrée comme ça ( en toute modestie) :

Capture d’écran 2013-12-04 à 11.22.53

Capture d’écran 2013-12-04 à 11.23.09

Même si dans mon cas il n’y a aucune trace d’exotisme ou de plantes carnivores…

Capture d’écran 2013-12-04 à 11.34.24

J’ai eu l’impression d’une matière vivante, d’un espace vivant extrêmement doux et enveloppant. Bien plus beau dans son état d’abandon, que ce que je gardais comme souvenir.

Hier le brouillard s’est levé alors que nous brulions mes affaires petit à petit. Les dessins des beaux-arts, des pages et des pages, des feuilles et des feuilles d’efforts et de répétition. Parfois je souris car la sensation de cet acharnement et de cet échec me reviennent. Je revois la salle de dessin des beaux-arts et Mademoiselle Bouchez, âgée, petite, sa visière, ses clés. Qui fut-elle? Mystère. Autoritaire et encourageante. Comme j’ai rougi lors des premières présentations, quand la jambe dessinée était plus grande que tout et voulait sortir de la feuille. Bouffées de chaleur et de honte. Je souris à nouveau. Et mon exaspération à 15 ans d’avoir des modèles femmes nus et les hommes en sous -vêtements qui coupaient le corps en deux.

A vrai dire , je n’ai pas trop souffert de ces moments à l’intérieur de la maison. Son odeur désagréable certes, le peigne de mon père dans un étui de cuir que je porte à mes narines et qui sent cette lavande particulière.. Je le range dans le tiroir. Quoi d’autre? Des vêtements que j’avais déjà jetés. Tant mieux. Et ces immenses écailles de peinture sur les murs. C’est beau, c’est ce que je me dis. Je les touche . Elle sont vraiment des écailles animales . Rèches et cassantes, verdâtres.

Capture d’écran 2013-12-04 à 11.47.16

J’ai cherché sur les marches de l’escalier l’espèce de forme que je regardais et qui était pour moi un animal planqué là, répondant à un des motifs du tapis.

François m’a prêté son Canon 7D que j’expérimente là. C’est drôlement mieux que le caméra je crois , avec des objectifs que l’on peut changer. Je filme pas mal-je veux dire en quantité , et n’importe comment , à l’instinct. Dans un premier temps je me dis que je ne ferai rien et petit à petit je prends de la distancet ces espaces se transforment en scènes que je vois pour la première fois. Je dois à présent y retourner plusieurs jours pour affiner ces sensations. Puis il y aura l’évacuation des meubles. Puis le débarras . Enfin, les pièces vides.

Puis… La démolition est ce qui nous attend. J’en suis certaine.

Mais… Un sale moment à passer sans doute et à filmer. Et le jardin , ses générations de chats entérrés au fond, ses vestiges de pommiers, vignes, banc sous l’arbre… tout cela sera retourné comme une salade, mélangé brutalement…. Il y aura de la boue , des branches cassées, des pierres;

Ce sera hideux comme un chantier .

Spasfon+ un doliprane 1000 . Ouf… C’est passé.

Capture d’écran 2013-12-04 à 14.29.31

Oui, ce que je remarquais aussi lors des ces moments, c’est l’impression que la maison vous aspire… Et au croisement de votre image, ici et là, dans le couloir, dans la “grande salle ” et surtout dans la chambre des parents , la réelle constatation que c’est mon père qui apparait. C’est je dois dire assez désagréable. J’ai alors-c’est sans doute ridicule-l’impression d’avoir le visage plus rond, d’être plus âgée. Sais pas. Mais ensuite, de retour chez M. je me suis inspectée. Sensation qui ne m’a quittée depuis, de lourdeur physique. Et réalité au tennis de déplacement rapide, sauts, hop hop rien n’a changé.

Capture d’écran 2013-12-04 à 14.43.56

Hum… Faudra que je réfléchisse. Mot de J. qui est la première personne à analyser l’émission avec ES.

Demain Marseille!!!!!!!

miam

Capture d’écran 2013-10-19 à 10.08.41

etincelles

Fig. 6 – Etincelles directes obtenues par la bobine de Ruhmkorff ou la machine de Wimshurst dites « Figures de Trouvelot », Etienne Léopold Trouvelot, vers 1888. Epreuve positive sur papier aristotype. Inv 35732-11

“L’image telle qu’elle se produit dans l’écriture automatique” est moins souvent citée ou reproduite que la célèbre triade “Explosante-fixe”, “Érotique-voilée” et “Magique-circonstancielle” (fig. 4 à 6), qui forme l’illustration de la notion de «beauté convulsive». Elle est pourtant tout aussi mystérieuse. Pour comprendre en quoi cette forme renvoie à l’écriture automatique, il faut d’abord l’identifier en la comparant aux photographies d’étincelles électriques réalisées à la fin du XIXe siècle, comme celles de Ducretet (fig.3 [E. Ducretet, photographies d’étincelles électriques, 14 x 11 cm, 1885, coll. CNAM]). Cette métaphore est loin d’être nouvelle chez Breton. On la retrouve dès le Manifeste de 1924, lorsque l’auteur identifie l’image surréaliste.C’est dans «le rapprochement en quelque sorte fortuit de deux termes, qu’a jailli une lumière particulière, [p. 72] lumière de l’image, à laquelle nous nous montrons sensibles. La valeur de l’image dépend de la beauté de l’étincelle obtenue; elle est, par conséquent, fonction de la différence de potentiel entre les deux conducteurs8». Et, ajoute Breton, c’est l’atmosphère créée par «l’écriture mécanique» (comme un gaz raréfié permet d’obtenir de meilleures étincelles) qui permet la production «des plus belles images». En ce sens, l’image trouverait sa condition de possibilité dans l’expérience de l’écriture, susceptible d’intensifier les différences de potentiels [p. 73] nécessaires aux étincelles les plus fortes. En d’autres termes: pas de substance imageante, de «lumière d’image», sans une contradiction extrême. Breton aura dû attendre pas moins de dix années pour publier une photographie qui épouse sa définition de l’image surréaliste, image du surgissement sous la forme d’un tracé lumineux, d’une écriture par la lumière. Cette métaphore mise en image procède donc d’une substitution du référent de l’étincelle électrique par celui de l’opération toute théorique du surgissement de la pensée. Ce qui demeure toutefois, c’est l’écorce du référent, la résonance que conserve l’iconographie scientifique, et qui intéresse Breton: cet amalgame de l’objectivité de l’enregistrement scientifique et de l’émerveillement que suscite le phénomène physique. Autrement dit, il s’agit de parer du prestige de la science une pure abstraction théorique.

  • 9 Louis Aragon et A. Breton, [Projet pour la bibliothèque de Jacques Doucet],OEuvres complètes, Ga (…)
  • 10 A. Breton,L’Amour fou, Paris, Gallimard, 1937, rééd. 1964, p. 25.

5La métaphore de l’éclair n’appartient cependant pas en propre à Breton. Elle illustre en particulier la conclusion de l’ouvrage phare de l’épistémologie du début du siècle, La Valeur de la science (1906) d’Henri Poincaré. Poincaré, dont Breton recommande les ouvrages à [p. 74] Jacques Doucet (avec ceux de Freud, Einstein ou Bergson) pour son projet de bibliothèque9. Poincaré auquel il recourt encore, à l’heure de définir dans L’Amour fou, la notion de «hasard objectif…..”

etincelles2

Fig. 7 – Etincelles directes obtenues par la bobine de Ruhmkorff ou la machine de Wimshurst dites « Figures de Trouvelot », Etienne Léopold Trouvelot, vers 1888. Epreuve positive sur papier aristotype. Inv 3532-10

 

Allez hop. Fini les images je file….

les ombres

En rentrant de l’atelier hier j’ai tourné la tête pendant le feu rouge et découvert ceci/

Capture d’écran 2013-10-02 à 12.26.00

J’aime bien cette image car je ne sais absolument pas ce qu’est ce local-entreprise à coup sur mais…- et que font ces personnes penchées. Des femmes découpées et des portes manteaux. Cela m’a fait penser à Blanc et Demilly .

blancdemilly

Je ne sais pourquoi.

Rangé en partie l’atelier et les immenses dessins et accroché les papiers pour commencer à peindre.

p92 de l’histoire d’une jeunesse de Elias Canetti.

On ne peut plus le quitter. Je trouve si juste ce qu’il dit de la peur:

Rien de plus vivace que la peur, sans elle, nous serions bien peu de chose. C’est une tendance caractéristique de l’homme que de s’abandonner à la peur. Point de peur qui se perde, mais les cachettes de la peur sont insoupçonnables. Parmi tout ce qui existe en l’homme, ce sont peut-être bien les peurs qui se transforment le moins. Quand je songe à mes jeunes années, ce sont mes peurs, infiniment nombreuses, que je reconnais avant tout. Il en est, parmi elles, que je ne découvre qu’aujourd’hui, il en est d’autres que je ne découvrirai jamais; en elles réside, me semble-t-il, le mystère qui me donne envie de vivre éternellement.

Il y a le deuxième tome qui m’attend puis aussi Melmoth que j’ai reçu d’occasion / Pauvert et qui m’intrigue autant qu’il est gros. Puis le petit livre sur Walpole. Et le matin laborieusement pendant une heure et comme une fourmi, j’ai repris la lecture du Sultan de Zanzibar en Anglais . Je passe plus de temps dans le dico que dans le livre mais bon. En attendant le professeur de mes rêves que je n’ai pas pris le temps de chercher, c’est mieux que rien.

Maintenant choisir des images pour Paris photo.

Je regrette mon frigidaire à sapin transformé en grand atelier, sans téléphone, sans ordi…

RV avec ES demain à 18h. Où???

Ce soir au conservatoire présentation publique des travaux des étudiants de Mario Gonzalez

Je termine moi-même “la tête contre les murs”

franju-courbe

Ce qui m’amuse à ce moment-là, c’est dans l’hôpital Psychiatrique , cette courbe improbable et tellement peu scientifico-médicale… !!!!

Je ne peux m’empêcher de rajouter “mon couplet”…

Aujourd’hui froid glacial. Travaille au carton du 7.

Puis MT passe me prendre pour aller voir Sous Influences ( Suis allée au vernissage mais rien vu )

AP est là et nous fait la visite. Une heure de queue mais on me fait passer. Hop. Vive les privilèges!!

Hier MacVal. Revu GK avec plaisir. M’ ennuie un peu…

Ecoute JJLebel sur FC.

Neige

Ressors la boite Cergy et les écrits des étudiants. Je souris.

Rumine et rumine quant à la peinture.

Cette nuit je suis à l’opéra comique et m’assieds sur un morceau de décor qui à peine suis-je posée démarre en trombe comme une luge folle. Je hurle , je m’accroche… ?? D , sais plus son nom mais avec qui j’étais en sixième je crois est là. Je parle une drôle de langue.

J’ai croisé plus d’un Duriez. Rémi aux beaux arts, celui de la 6eme, et celui ( un critique d’art dont je ne sais rien) qui ressemble à l’idée que j’en ai. C’est clair… ?( Et qui ne s’appelle pas Duriez ) Hum.

Au lit. Demain ça va être duraille au tennis. Ca va cailler sec…

Eh au fait ils nous saoulent avec AMOUR??? NON??? Contente pour Jean-Louis qui est génial ( comme toujours) mais j’aime si peu ce film que j’accuse de complaisance….

Bref.

ES n’a pas eu le Cesar du meilleur second rôle. Zut

tiens tiens

En voyant dans le journal des arts  cette photo de Clark et Pougnaud, je pense à la mienne.

Puis je vais sur leur site. OUP’s, j’aime pas du tout. Hyper technique, hyper léché et plein de poncifs.

Soudain je me dis que moi , certes ce n’est pas léché, mais les poncifs… Beuh….

moi

Moralité narcissique :

Moi , c’est mieux!!!!

Suis contente de partir à Turin.

Retour en haut