C’est pas vrai??

En sortant de la maison pour me rendre au Père-Lachaise ( j’hésite entre vélo/ il fait beau- et métro/ lire le polar pas excellent de Ellory-Les anges de N.Y – mais c’est toujours un sentiment de cocon ce genre de livre. J’ai beaucoup aimé ” Seul le silence” et “Vendetta” , puis… Cette fois-ci les chapitres sont courts et semblent faits pour un usager des transports en commun ( comme moi ).

Puis a vrai dire l’histoire de cet auteur qui avait toute ma sympathie , mais qui s’est fait piquer à écrire des mauvaises critiques lecteurs au sujet desbouquin des autres , c’est pas classe…

Pas classe remarquez-dit LN la vieille Mémère à poussières, c’est chose courante. Tiens, ce matin donc, je descends à pieds, vu que l’ascenseur dont je me méfiais depuis deux jours avec ses bips, est en panne. C’est le même gars qui répare. Un grand con désagréable que j’ai déjà expérimenté. J’avoue être un peu narquoise en lui disant: ” Encore vous!Alors cette fois vous allez le guérir? “

Il répond de façon aussi désagréable que dans mon souvenir un truc du genre. ” C’est ça , il est en panne tous les jours, oué, sans doute..”

Bon, faut laisser tomber.

Vélo , soleil, destination crématorium. Feu rouge. Je démarre . Un mec passe et me dit:— ” Pousse-toi”

—Oh,  je réponds, et il passe…

Puis il ralentit à 200 mètres de là , m’attend et me dit: “ Tu m’as dit kekchose là ?”

—Rien de précis, je vous trouve un peu agressif.

Je vous passe la réponse. Je le prie de me vouvoyer, il essaie de shooter mon vélo. Moi je lui dit gravement et à plat:

—” Comme vous me faites peur “. Il se tire. Mais je sens un truc sournois. Je sens que ce n’est pas fini. Je sens qu’il me manque la faculté stupide de frapper et fort. De démolir. De tuer ( “non je vous assure j’ai dit ça dans mon blog mais je ne le pensais pas du tout…!!!)”

Puis il m’attend à nouveau , me laisse passer, me double, et ….me crache dessus.

Pfft ça fait….

—Raté!!! Car c’était bel et bien un flop pour ce mec ahurissant de connerie qui vous ferait devenir raciste, anti-black, anti-tout.

Bref…

Suis arrivée en avance au crématorium. Il faisait beau. Le type ( pas un curé et pas un mec des pompes-funèbres ou peut-être si , était lamentable, parlait avec des intonations ridicules dignes d’un récité par coeur en Primaire. Mais bon.

Je suis contente d’y être allée, d’avoir salué A. et A. et retrouvé M.P .

Remarquez que dans mon bureau des pleurs je rajoute le retour d’Argenteuil en bagnole hier. Chargé le retour, vu que c’est le chemin pour le Stade de France. Bon, des types avec un drapeau sur ma gauche, je fais un signe de sympathie ( je fais des effets supporters hypocrites!!!-et en plus j’ai regardé le match toute seule dans le lit!!!) et voilà que je ne vois pas que je suis en Jaune Ukraine !! Oh putain….!!!!

Capture d’écran 2013-11-20 à 19.58.47

Panoplie-repas aujourd’hui Argenteuil

Bon . Après ces passionnantes tranches de vie d’un 20 novembre , un petit verre de vin de Gonfaron pour me réconcilier avec l’espèce humaine.

( Hier quand le foot m’a saoulée, je suis passée à l’émission sur Hitler ( Colorisées les images??? Nan??? Si???Nan??? Ca sonne faux , je déteste ) et  la chasse au nazis menée par entr’autres Serge et Beate Klarsfeld et Wiesenthal ( ortho?)

Je me dis qu’il fallait bien à A2  un Hitler pour voler des spectateurs-footà l’A1

ROUSSEL-ETOILE NOTES

http://www.pileface.com/sollers/article.php3?id_article=485

etoile-roussel-1

Lot | Sotheby’s

Petit gâteau sec en forme d’étoile à cinq branches, placé dans une boîte d’argent spécialement fabriquée selon sa forme, avec un couvercle de cristal, l’habitacle ainsi constitué fermant par un minuscule cadenas. À l’anneau de suspension situé à l’extrémité d’une branche est attachée une pièce de peau de vélin sur laquelle est inscrit à la plume et encre noire : « Étoile provenant d’un déjeuner que j’ai fait le Dimanche 29 Juillet 1923 à l’Observatoire de Juvisy chez Camille Flammarion qui présidait. Raymond Roussel. »
Le gâteau est brisé…/…

Michel Leiris évoque également cet objet, à plusieurs reprises, dans ses écrits sur Roussel.
De même, Annie Le Brun qui fait un rapprochement entre la fameuse madeleine de Proust et ce « gâteau étoilé » [Annie Le Brun, Vingt mille lieux sous les mots, Raymond Roussel, J.-J. Pauvert / Fayard, 1995, p. 341 et 342].

 

C’est quand même magnifique cette étoile.

J’ai finalement appelé la photo: Le traité des miracles

Cours de tennis à 10h puis à 13h30 RV avec E.

Dans le restaurant Japonais ( très bon, spécialisé en anguilles, 272 rue Saint Honoré), il y a deux hommes face à face. Je vois le dos de l’un d’eux qui cache le premier.Je ne remarque rien tout d’abord, ( j’entends parler de cardiologue… de dos… )puis  du dos que j’ai devant les yeux s’échappent des bras, une tête. L’homme en face ne peut retenir ni contrôler ses gestes. C’est terrible. Même sourire ne se contrôle pas. Personne ne regarde. On entend des coups saccadés parfois, comme une accélération du mouvement , un énervement. Je n’arrive plus à  écouter E. Je lui raconte ce que je vois. C’est terrible. Je me demande comment il se levera. Curieusement , c’est plus supportable. Sauf que ces mouvements sont d’avantage ceux d’un danseur. Mis à part évidemment cette angoise à voir cette maladie que j’ignore, c’est très beau. Poétique dirais-je ( et je suis économe de ce mot )

Hou lala… Vivons…

Uniqlo

travail maison ( Roussel, Duchamp, rituel de toulon, tonsure)

ES au telephone

Lever 8 h

Capture d’écran 2013-10-13 à 08.22.06

Avant de partir j’avais revu l’Homme invisible de Whale ( vu il y a longtemps sur les boulevards) , histoire de me donner du courage.

Je suis contente de m’en être tenue hier soir au Perrier et au coca. Je n’avais pas trop envie de parler. Plutôt être là et regarder. Mais surtout ne rencontrer personne, ne pas raconter ce que je fais… Quoiqu’en général je préfère écouter sans parler sérieusement de moi. Objectivement dans ce type de soirée j’ai l’impression que tous les gens sont vieux.

—Et toi ?

—Moi et bien c’est vrai que ça va devenir un désastre de croire que je viens de passer mon bac ou que je sors du cours de gym!!! R. a la même sensation en général. Et il  en a 25 de plus que moi !!! Je me souviens de notre fou rire il n’y a pas si longtemps à X. Coincés, impossible de partir une fois qu’on s’était rendus compte de l’assistance “chanceleuse”, (du verbe chanceler).

Puis il y a les carrières ou la carrière, le bazar. Le sérieux… Eu plaisir à parler avec Frederic. Et restée sur le canapé à coté de D. Pas eu le courage de parler à des amis pas vus depuis longtemps… Il y a des jours comme ça.

J’ai esquivé une fois le ” Qu’est ce que tu prépares ?” de J.J. Mais “il y est revenu” et j’ai dû …. Incroyable tous les gens qu’il a croisés.( c’est très intéressant son “Hors Champs” du 19.02.2013. ( je ne trouve pas les autres ….)

Ah si là…Il connait la Comtesse Marcello!!! C’est dingue ça. Me parle de son mari Timothy qui était peintre, de sa maison à Hydra, du portrait du doge Marcello par le Titien. Il était aussi très étonné que je la connaisse. Il faut que j’y retourne absolument cette année.C’est prévu. E. s’occupe du dérushage. Je ne sais plus du tout ce qu’il s’y dit. J’ai retrouvé sur Final Cut, l’extrait où elle parle de la fausse séance Mescaline avec Matta et Michaux. C’est drôle.

Je racontais que j’avais l’après midi même trouvé des images sur you tube de Timothy Hennessy. Et une espèce de document où on le voit dans un lit à la fin se sa vie…

Nous en venons au magnifique film de Mekas? sur les derniers moments de la vie de Ginsberg. Brr… La cérémonie Boudhiste, le lit…. J’en ai déjà parlé quelque part.

J’ai filé à l’anglaise. En sachant que l’o dit en Angleterre ” to take French leave “Tiens je regarde d’où vient cette expression , ça m’intrigue depuis un moment: “L’expression proviendrait de l’ancien verbe “anglaiser”, pour “voler”. Par la suite on aurait utilisé “filer à l’anglaise” pour désigner la façon discrète dont part un voleur qui vient de faire son coup. Par analogie, on a aussi vu apparaître l’expression “partir comme un voleur”.

Hum. C’est pas très marrant.

F. a qui je confiai mon désir de m’éclipser me racontait qu’u XVIII il était inconvenant de saluer en partant. Rt bien je suis la reine du 18. Comme punition j’ai pris le métro en sens inverse. GRRR.

Lebel-JJ-Pour-conjurer-l-esprit-de-catastrophe-62

1962/ J.J Lebel Galerie Cordier

Et avant de partir au tennis , un petit tour au Rijksmuseum

adriaen van utrecht

o dottore

Capture d’écran 2013-10-03 à 18.59.05

141 (Minaggio 101) The masked Trapelino, one of the “zanni” type of clown, was played by Giovan Paolo who retired in 1630.

The more celebrated Beltrame, a typical Milanese character, was created by Nicoli Barbieri, an author of both plays and works defending the theatre. In 1625 Barbieri performed at the French court where he was much admired by the king.

Je ne connaissais pas du tout ce “livre des plumes”The Feather Book was created by Dionisio Minaggio, the Chief Gardener of the State of Milan in 1618.

Bon, bon, bon. Nous devions nous voir avec Edith mais on a reporté le rendez-vous à Mardi. Je suis revenue dans un train assez laid :” Le train des impressionnistes”. Une chose est certaine c’est vilain mais sans doute un peu plus gai que le train de banlieue ordinaire. Quoi que…

Cela doit être de la famille des Baux de Provence où dans les carrières sont projetées des peinture de Van Gogh etc…

Je me disais que l’ordinaire se glissait partout. Hier j’étais contente d’avoir réservé mes places , et incité J. à en faire autant pour assister à la présentation publique du cours de Mario Gonzalez au conservatoire ( au consse comme disent les acteurs!!!)

Bon. Bon. Quelle déception. Tant est si bien qu’en sortant (enfin!) avec mes oreilles ( sauvées-celles-ci, les deux  par je ne sais quel miracle, Saint des Tympans bienveillant…) , oui tant et si bien que je me suis dit:

— ” A quoi ça sert”?

C’est horrible de penser ainsi. Non, je n’ai pas le droit. Mais que peut-on faire quand on assiste à des scènes somme toute ordinaire, dans lesquelles sont glissés avec complaisance des mots de tous les jours, des gros mots aussi  là où on ne les attend pas. Je ne suis certes pas un modèle du bien-parler mais disons, que ” ça va avec l’ensemble”… La complaisance à vouloir “rendre plus actuel” m’a toujours fait bondir. Je ne vois pas que Titus Andronicus ait besoin… Bref

Puis c’était moche nom d’une pipe en bois de masque. C’était moche. Et hurlé. C’était hurlé. Je me suis bouché les oreilles parfois.

Finalement en constatant que le masque n’apportait qu’un parfum déplaisant des Guignols de la télé, je pleurais le manque de mystère de tout cela. C’est pas possible nous disions-nous. Toutes les 4 du même avis.

Je disais cela à Edith Scob qui en connait un rayon niveau masque . Le masque c’est une chose rare, effrayante parfois. Pourquoi ce double, qui parle, qui est-il.?

Je préfère finalement le masque de la commedia dell’arte, bien tradi.

Dommage que le grand Mario Gonzalez que j’ai déjà vu jouer et qui n’est pas n’importe qui, ne fasse pas plutôt une Master Class. Ce serait plus intéressant de voir le travail . Et puis quand on est content ce n’est pas gênant , mais quand on est grincheux, les réactions des “copains” du cours, les rires, cette joie forcée sont insupportables.

J’ai eu un bon fou rire à la fin, trouvant qu’un masque ressemblait ( et c’était faux ) à Yannick Noah. J’ai réussi à entrainer C.

C’était pendant un Shakespeare.

PS oui oui il y a eu un téléphone portable invisible dans les mains d’un acteur. Qu’on se rassure.

Bloups. J’ai encore dans les pupilles le jaune atroce d’un costume,

Pis les masques, heu… pas que des chefs d’oeuvre.

C’est horriblement délicat les masques.

morning notes 7h50

Definition: The ius imaginis is a Roman custom that (1) allowed a member of the nobility to have a wax mask (imago) of himself that would be handed down to descendants and (2) granted the privilege of a public funeral at state expense. At the funeral, the imago would be worn by an actor in the procession. The actor would also wear the clothing and insignia of the highest office and play the part (persona) of the deceased. [Incidentally, persona is the term for theatrical mask. The personae covered more than the face; the imagines, only the face.] Other actors would play the role (also, personae) of ancestors and wear their masks.

To obtain the ius imaginis right required obtaining one of the curule magistracies:

  • curule aedile,
  • praetor,
  • censor, or
  • consul.

stemmata

 

Pline

Il en était autrement chez nos ancêtres: on n’étalait dans les atrium ni des statues d’artistes étrangers, ni des bronzes, ni des marbres; mais des bustes en cire étaient rangés chacun dans une niche particulière, images toujours prêtes à suivre les convois de famille; et jamais un mort ne manquait d’être accompagné de toutes les générations qui avaient précédé.

Retour en haut