Macabre

It is mine

Je feuillette avec plaisir le journal de Mathieu Galey qui vient de ressortir en intégral et non privé de sa vie sexuelle. Je ris aux descriptions si justes de François Nourissier:  » …Quelque chose d’une vierge flamande qui aurait oublié sa coiffe »… C’est tellement « ça ». J’avais lu, je dois la retrouver la description de la visite à Josette Day défunte. c’est terrible. Je me souviens d’une soirée chez un ami de R. que l’on aime bien, mais c’est impossible pour moi que de vivre dans le Lubéron, dans ce Lubéron au lin blanc et robes en lin blanc et chaises longues en lin blanc et livres sur la table basse et piscines vertes cachées parce que c’est vulgaire. Je déteste ce mode de vie de l’entre-soi du Lubéron, Ménerbe et tout ça. Fuyons. Bref il y avait François Nourissier. Que lui ai-je raconté comme imbécilité? Je ne sais plus mais j’ai été heureusement surprise par ce poupon rose.

Hier matin, c’était moins amusant que d’entrer doucement dans la chambre funéraire. La veille, j’avais reçu les images de chez POP effets spéciaux, qui me mettent mal à l’aise. C’est drôle et dérangeant de se voir telle qu’on vous voit. Il n’y avait pas encore les yeux. C’est assez macabre quand même. Quelle idée de faire réaliser ce «  mannequin » qui sera dans l’entrée et qui reconstitue la pause des prises de vue des (fausses) conférences?

Donc effet inverse disais-je près de A. devenue un objet très petit et très âgé et pas Josette Day pour autant. On aurait dit une fausse A, une A. pas vraie mais très bien réalisée pour un SFX.Ne suis pas allée aux cérémonies en Normandie.

Quevedo, que je lis d’un demi-oeil. Il me faut un nouveau polar.

Café avec F. qui me fait rire avec ses histoires de cinéma. Comme ils n’avaient pas d’argent chez lui pour aller au ciné voir ce qui l’aurait intéressé genre Rambo à l’époque, il regardait chez un prof de Français des films genre Fritz Lang, Resnais, et Straub ( !!!!) etc. Et trouvait bizarre qu’il n’y ait pas assez d’argent dans Perceval pour des vrais chevaux et un vrai château.

A la radio j’entends la voix de CG et lui dis: Ecoute. Puis je décris cette soirée ennuyeuse ou cette fille ou plutôt cette vestale nous regardait de haut, se pinçant le nez aurait-on dit à l’idée de converser avec nous. Son mari du même tonneau arrogant. Ca avait mal commencé car je l’avais contredite et j’avais raison. Il s’agissait de l’Enfer de Dante. D’une nouvelle traduction. Bref. F. me dit que dans ces cas-là ce qui serait bien c’est de se lever tranquillement et d’aller coller une baffe à la personne, se rasseoir et continuer tranquillement à manger. J’en rêve. Paf.

Tout comme nous avions imaginé dans le couloir d’entrée des bras qui donnent des claques ( genre film italien ) aux visiteurs.

 

 

 

« Day by day »

capture-decran-2016-11-13-a-14-40-46

Intérieur de la veste de BB

Avant de filer chez Rezvani avec mon bouquet de tulipes blanches j’écoute un peu Cohen encore. Je vais rester peu de temps. Récupérer le livret de famille de MJN qui fut la première épouse de R. Bazar pour obtenir ça.

Sa voix au téléphone est fatiguée.

Je ferais mieux de commencer à écrire mon communiqué plutôt que d’écouter Cohen ( je ne peux pas écrire en musique , sauf ça!!! )

Hier c’était intéressant de voir l’expo au BAL. Mais un monde fou. Le film que l’on regarde dans d’assez mauvaises conditions est très beau. Ces galeries creusées, ces gens qui s’enchainent pour résister et fabriquent des forteresses comme au Moyen-âge. C’est troublant cette volonté de résister face aux déferlantes pas si inévitables parfois finalement .Après je file au café de la Mairie où A. fête son anniversaire. Nous sommes dans la petite salle du haut. Bonne idée. Et nous sommes nombreux. A. et son ami nous offrent la lecture de « Porteurs de lanterne » de Stevenson. C’est très agréable , au moment où l’arrogance et la vulgarité de Trump fait la une, de se trouver à l’abri en quelque sorte, dans une situation quelque peu désuète peut-être, mais délicieusement désuète.  A. porte une robe que l’on dirait « rose » mais c’est un rose si particulier que rose est trop réducteur. Je saurais le fabriquer je crois, mais je ne sais pas le dire. Puis le garçon arrive du bas et nous demande notre choix pendant que se préparent des assiettes avec des crackers délicieux fabriqués par B. Tout cela est élégant et plaisant.Chaleureux, amical. Je rencontre 3 personnes et nous parlons. Puis nous filons avec MT. Je passe aux A. et raconte des âneries, photographie l’intérieur de la veste de BB, et l’on découvre que Christian Lacroix cache des messages dans les costards: Un coeur, un truc de corrida et … Il faudra que je regarde mieux. Ce soir avec ce costume élégant il a des chaussures vernies et un parfum moins agressif. Hier il était fâché parce qu’on disait que sa montre était en toc. Puis je lui fait mettre mon bonnet, lui fait un fatify. Il meurt de rire.J’en fais ce que je veux. C’est vraiment un enfant.

J’ai froid. C’est toujours ainsi après le tennis. J’ai perdu. Puis décidant de me me convaincre qu’il n’y avait pas de match, j’ai gagné. Des que j’entends le mot Match, je joue de face , mes mouvements sont rabougris, je suis crispée et je me prends les pieds dans rien.

Bon j’y vais.

L’appartement est à deux pas d’ici. Je sonne. R. ouvre et disparait puis MJ . C’est tout sombre là dedans. Brrr. Je ne reste pas. Je vois que tout est en mode somnolent. Mais lui à l’air impec à presque 90 ans. C’est chiant de ne pas mourir assez tôt.

Message sur le répondeur très gentil et très gêné de m’avoir reçue entre deux portes…

Bon il est 15h41 et je n’ai pas commencé ce machin.

Bon c’est fait. Je ne sais pas si c’est bien. Quelques mails délicats envoyés. Rangé le placard à outils, déplacé une table. Je veux virer pas mal de choses. Mais avant les montrer à J.

Bon je sors 5 mn voir quel costume porte BB

 

Retour en haut