Les chemins qui y mènent…

Anamaria m’a envoyé cet oiseau de Colombie

Parcours du combattant que ce jury de la Villa Médicis. Interessant je dois dire notamment pour la littérature et la musique. Pour les arts plastiques , pas enthousiasmant. La candidate peintre, charmante par ailleurs, partira et ce n’est pas grâce à moi!!!. Je ne comprends strictement pas cette unanimité pour un travail à mon sens vieillot, assez étriqué et tellement raisonnable. C’est un mystère total. ( Mais ne feignons pas d’en être les instigateurs !!!) En fait , un jury de ce type, c’est une interessante étude de caractères et de comportements de part et d’autre. D’un côté la peur et souvent l’émotion, je dirais dans le meilleur des cas la peur et l’émotion. Parfois une assurance qui peut être réelle ou de façade. Mais la concentration est toujours au rendez-vous, avec des personnes plus charismatiques que d’autres. Les architectes lisses, L’italien qui présentait ce que j’appellerais pour rire un clavilux contemporain était très drôle. Il me faisait penser à Dali. Je l’ai enregistré pour mon plaisir.P. qui ne peut plus respirer, des mains qui tremblent, le ridicule parfois, la présentation par Skype où on ne comprend rien, Et de l’autre côté des personnalités qui peuvent tout argumenter. Qui sont habitués contrairement à moi, à l’exercice. C’était plutôt sympa je dois dire . Bref c’était fatigant mais sympa. Même si je ne souhaite pas renouveler l’expérience. Je ne suis pas rôdée et mon expression n’est à mon sens pas efficace pour ce genre d’exercice ( de pouvoir , de tergiversation et de stratégie ). Et voir ces candidats angoissés , jouant un morceau de leur avenir, c’est terrible.

Pourquoi les peintres racontent-ils des choses passablement ennuyeuses?

Bref, c’était bon d’en finir.

Alors que j’allais savourer un polar bien calée dans le métro, quelqu’un m’a demandé su j’étais moi:

— Vous êtes HD? J’ai raté le concours d’entrée aux Beaux-Arts . Pouvez vous me dire pourquoi…Misère. Puis elle m’a dit: Il parait que vous parlez de Dieu. Ce à quoi j’ai répondu que si Dieu est un meuble, une chaise, un dessin, un crayon ou un livre. Oui je parle de Dieu. N’importe quoi. Bref ça m’a grillé mon transport.

Les oiseaux sont affairés et assez bruyant ce matin, je ne sais pas si c’est plaisir ou non. Se disent-ils qu’ils vont tous disparaitre?

Tout ce que j’ai à faire m’ennuie: Poster une lettre ( à ce propos les nouveaux services de la Poste sont dingues.

Sans rapport avec ce qui précède je viens de découvrir les nouveaux services de La poste. Notamment ” Veiller sur mes parents à partir de 19,90 par mois “. Le film est grotesque avec de pauvres acteurs si mauvais qu’on ne peut même pas rire. Bref quoi quoi?? Heu… Vu le dernier film de Rithy Pann. Hum ( Les tombeaux sans nom ) La voix off est une catastrophe à mon sens. Texte si appliqué ( l’auteur à l’air sympa et RP aussi mais ça n’a rien à voir ) qu’on ne l’écoute pas. Plein d’emphase, il sent l’huile de coude de qui veut faire une bonne rédaction. Quant aux images, je n’ai aimé que les témoignages filmés. Les choses ” artistiques” et métaphoriques qui vont des sculptures en bois dans l’eau, au photos des disparus dans la nature, en passant par je ne sais quel matériau d’installation et j’en oublie ne me plaisent pas du tout. Par contre les sortes de cérémonies et d’invocation sont saisissants.



Retour à Argenteuil…

La maison de Wittgenstein

Pas besoin d’Ostermeier pour montrer cette journée. Il y a eu une mauvaise critique de son Retour à Reims dans Libé. Je ne sais plus trop ce qui est dit mais de toutes façons je suis pour toutes les critiques négatives de ce truc. Tiens je saisis ça pendant que j’y pense. C’est le site des bibliothèques des Musées comme celle du centre Vivant Denon.

J’avais envoyé un SMS à CG en lui disant:

Je suis dans le train pour A.J’espère qu’i l n’arrivera jamais. 

C’est vrai. J’avais envie que ce transport ne cesse pas, et me permette de lire jusqu’au bout Corrections. Corrections est un livre fou, que je n’ai pas terminé encore mais qui vous envoûte littéralement. Thomas Bernhard est purement génial. C’est quand même une autre pointure que H. ( je ne mets que l’initiale car il a eu tellement de presse, que je n’ai ni envie de lire, ni de parler du livre même si je ne l’ai pas lu!!? ). C’est Asphixie plutôt que Corrections, ou Extinction ou je n’en sais rien.Le livre des mondanités. Le livre qu’il faut avoir lu. Basta. C’est chiant . On ne peut pas sortir sans en entendre parler. Moi je ne suis pas bornée mais il n’y a quand même pas que Houellebecq. Si? Bon. C’est pas… non plus??? Si. Bref je retourne à Wittgenstein et Thomas Bernhard et son écriture proprement ahurissante. Ces répétitions progressions par cercles et cercle et cercle qui soudain s’agrandit un peu et on glisse un peu ailleurs, on sort de l’enfer de cette répétition ( ça me fait penser à la musique de qui. Zut je n’y connais rien. Heu je vais trouver. Ce sont des cercles aussi et vous en êtes prisonnier. Zemlinsky.) pour entrer dans une autre. Je ne sais pas on dirait des anneaux de chenille. Non? La mansarde Holler. Cambridge. Altesam. Le cône. Le torrent. Le bruit du torrent la deuxième maison Holler. Et le cône, les plans du cône, cette construction démente au coeur d’une forêt. La mort de la soeur à qui est destiné le cône. Roithamer qui descend vers la maison Holler, l’autre qui monte vers Altesam. Chacun cherchant ou respirer et se croisant parfois par hasard au niveau d’une clairière où Roithamer se suicide.

Je ris en écoutant l’histoire de Bichofberger qui invite Basquiat à Saint Moritz pour se reposer et quand l’autre arrive il se trouve face à des châssis et de la peinture. C’est quand même dégueulasse. Je ne sais pas, pas bien suivi, s’il a peint sur le canapé chic. J’espère qu’il a tout salopé.

On est allés au cinéma. On a vu une histoire de famille. Hier on a bu un verre Aux oiseaux. Depuis l e temps je n’y étais jamais allée. J’aime bien, c’est un bar démodé d’Anvers. Et il y a beaucoup de portugais qui boivent une bière à 2,50 euros.e patron est Portugais et il donne des cacahuètes  avec leur enveloppe.

Une femme refaite, un homme? Non une femme est entrée avec des lunettes noires et je la regardais parler avec une femme noire plus petite avec son turban sur la tête. Les Portugais de ce soir là, ont les cheveux drus et implantés bas. C’est très peu cher. Puis on est rentrés et on a mangé des bons trucs préparés par R.

J’ai donc retrouvé A. et rangé l’atelier. Sorti les sacs poubelle, allumé le chauffage. Me suis assise. J’ai regardé… Rien. Lu un peu… Déplacé des trucs, mis des plastiques propres au sol et ça m’a fait plaisir ce semblant de propre. Il y a beaucoup de choses à expédier à SB. Dans le premier atelier on ne peut plus rien faire à cause du rail de la MR et des trucs revenus d’expo. Puis je suis rentrée à Paris à vélo. J’aime bien faire ces 12 km de traversée de banlieue moche, qui arrivent dans la rue de Levis qui est très commerçante.( j préfère passer par là plutôt que par l’avenue de Clichy ) Il y a là une épicerie italienne qui vend des tout petits babas au Rhum ou au Limoncello. Miam.

Trouvé Georges Salles dans l’exposition au Centre Vivant Denon

Tout oeil est hanté, le nôtre aussi bien que celui des peuplades primitives. Il façonne à chaque instant le monde au schéma du cosmos.

J’ai recommencé aussi à dessiner à la maison. Mais je me demande à quoi cela sert. Suis un peu démotivée à vrai dire. Je vois beaucoup de choses qui me semblent être plus des événementiels que des événements. Ce n’est pas facile de faire comme si ça n’existait pas. De continuer tranquillement. Car tranquillement rien ne peut se faire. Mais c’est pénible. Et terrible de geindre comme je le fais.

Les oiseaux se baignent avec beaucoup de plaisir dirait -on.

Au fait le cours de tennis de Samedi c’était bien car on n’était que 2. Voilà. Je n’aime pas du tout les cours collectifs. Ça m’ennuie. En plus comme j’ai beaucoup régressé, ça me décourage. Je me crispe et c’est pire.

Toujours ce mal de dos persistant sauf quand je bouge.

 

De ROLIN à BOND 007/ NOTES

James Bond () est un ornithologue américain

Le ton du livre de Rolin me plait. Je n’en ai lu que quelques pages. Page 10:

Dans le cas qui nous occupe, le tiroir, long d’environ un mètre et d’une largeur un peu moindre, retiré d’une armoire qui en contient soixante-sept autres de même dimensions, renferme une boîte en carton, sans couvercle, dans laquelle sont alignés sur deux rangs quinze spécimens d’Oenanthe xanthoprymna-un oiseau qui vivant pèse de 20 à 25 grammes, et beaucoup moins tel que nous le voyons-, tous dans un état satisfaisant de conservation, à l’exception d’un seul dont la queue se détache, toc, au moment où nous le saisissons délicatement entre le pouce et l’index ( une anomalie que nous rapportons aussitôt – “loose tail »-, sur le formulaire prévu à cet effet)

Puis j’en arrive à James Bond et à Taryn Simon.

La taxinomie des 331 oiseaux de Taryn Simon serait le reflet précis d’une nouvelle nature, telle qu’on pourrait la trouver dans une réalité alternative. L’artiste a collectionné les dépouilles anatomiques d’oiseaux ; la correspondance, les prix et récompenses reçus ainsi que les effets personnels de James Bond l’ornithologue, pour les exposer dans des vitrines, accompagnés d’oeuvres photographiques. Ces artefacts nous présentent les vestiges de la vie du véritable James Bond et de son existence, en parallèle de celle de l’espion fictif qui s’appropria son nom.TS identifie, photographie et classifie tous les oiseaux qui apparaissent dans les vingt-quatre films de la série d’espionnage. La présence d’un grand nombre de ces oiseaux, virtuellement indétectable, n’était pas planifiée, opérant comme un bruit de fond sur les plateaux et décors où ils évoluaient. Pour découvrir ces moments dûs au hasard, Taryn Simon s’est aventurée au coeur de chaque scène. Le résultat nous propose une classification qui n’est pas sans ressembler à celle du Birds of the West Indies original.

Puis je me promène dans les noms d’oiseaux et repense au codicille  de Gama Machado dans Les excentriques de Champfleury.

Ouvrage en vente à Drouot ( Théorie des ressemblances )  Curieux ouvrage établissant des analogies entre les formes animales et la psychologie humaine. Rousseurs. Dos frotté avec manques. Membre de la maison royale du Portugal, Joseph Joachim Da Gama Machado (1775-1861) appartint à un grand nombre de Sociétés savantes. Féru d’histoire naturelle il vivait entouré d’oiseaux dont il collectionnait les spécimens les plus rares. Dans la lignée de Lavater, de Gall et des physiognomonistes, il croyait que la configuration physique de l’organe était révélatrice de dispositions personnelles.

En matière d’oiseaux je me souviens peut-être d’un livre de… Ah , il s’est fait tuer par les nazis, hey Bruno Shultz, yesssse. Dans quoi? Les boutiques de cannelle ?

Lorsque mon père étudiait de gros manuels d’ornithologie et feuilletait des planches coloriées, il semblait que ces fantasmes emplumés s’envolaient entre les pages pour venir peupler la pièce de leur battement d’ailes bigarré, flocons de pourpre, lambeaux de saphir, de cuivre et d’argent. Pendant qu’il les nourrissait, ils formaient sur le sol une plate-bande ondulante, un tapis vivant qui, quand quelqu’un entrait par mégarde, se disloquait, s’éparpillait en fleurs mouvantes et voletantes pour finalement s’installer dans les hauteurs de la chambreIl me semble aussi que chez Bradbury ( la vie est un cercueil de verre????? ) il est question d’oiseaux? Je ne sais plus. Ce serait drôle une anthologie de textes ou apparaissent 

Dendrocygne à ventre noir

Sarcelle à ailes bleues

Canard chipeau

Fuligule à dos blanc

Fuligule à tête rouge

Érismature routoutou

Puffin fuligineux

Océanite de Wilson

Phaéton à bec rouge

Frégate superbe

Cormoran à aigrettes

Aigrette neigeuse

Bihoreau violacé

Urubu noir

Urubu à tête rouge

Balbuzard pêcheur

Naucler à queue fourchue

Marouette à sourcils blancs

Râle tacheté

Avocette d’Amérique

Pluvier neigeux

Tournepierre à collier

Bécassine de Wilson

Chevalier semipalmé

Chevalier solitaire

Mouette de Bonaparte

Sterne royale

Bec-en-ciseaux noir

Tourterelle triste

Faucon pèlerin

Tyran grosse-tête

Viréo aux yeux blancs

Viréo à moustaches

Hirondelle à ailes hérissées

Merle aux yeux blancs

Paruline à joues grises

Sucrier à ventre jaune

Bruant à joues marron

Ictérie polyglotte

Moineau domestique

Capucin damier / Muskatbronzemännchen/  Scaly-breasted Munia/Lonchura punctulata punctulata/ 斑文鸟

grippe finie

Capture d’écran 2013-02-19 à 10.20.45

Capture d’écran 2013-02-19 à 10.21.28

Avec ce temps magnifique je devrais avoir le moral au plus haut.

Ben non. Et je ne sais pas pourquoi. Tout m’inquiète. Le bruit dehors, le rêve avec les oiseaux bizarres, minuscules puis immenses dans mon atelier et la cage trop petite. L’incendie de cette nuit dans le rêve et un oncle couché mort dans la chambre à côté.

Vu un documentaire super: Duch, le maitre des forges de l’enfer de Rithy Pan.

J’adore comme c’est filmé. Et ce qui est fou c’est l’extrême douceur et élégance de Duch. Brrrr.

J’ai l’impression de ne rien fixer, de ne rien trouver, d’être absente

Yep

Retour en haut