MIAMI ET RANGEMENT et… RANGEMENT

Des cartons. Ranger les livres et puis aussi tout ce qui est resté dans les placards. Jeter; Jeter des tonnes de papiers beaux-arts, courrier et choses inutiles et lourdes.C’es délicieux de descendre des sacs poubelles de 100 l bien dodus!!! Pas grand chose à raconter. Exposition Giao Ponti qui est succulente. Je sors du Musée des arts déco et marche vers la Concorde dans la nuit pour vérifier l’atmposthère Gilets Jaunes. Des pompiers sont affairés autour de la personne qui s’est fait écraser par une grille. Le type est KO sos une couverture dorée.  Les CRS comme des statues barrent la rue royale. Ce sont des sortes de  Schwarzen Mander à la  Hofkirche , les hommes noirs autour du tombeau de Maximilien à Innsbruck. On était montés à pied jusqu’au tremplin de ski avec E. et en haut il y avait de la neige. J’ai un bon souvenir de ce séjour, même si je crois avoir fait un petit scandale car à un diner diplomatique le conseiller culturel ou animal du genre. Il ne me parlait pas,c’était pourtant son métier, la diplomatie c’est la conversation, sinon il faut faire Diogène comme métier. Je lui ai dit de trouver des sujets, et suis partie en vrille. Il avait un peu de sauce sur sa cravate, et j’étais perdue; J’avais sans doute bu deux verres de vin et j’étais hilare et insolente mais pas méchante. Le mec ne riant pas du tout ce qui me rendait hystérique . Je ne pouvais cesser de rire…. Bref…  Vraiment Giao Ponti est réjouissant. cette faculté à sauter d’une discipline à l’autre est vraiment merveilleuse. Il est fort. Un tissu, une machine à café, un miroir, une chaise, un tapis, des assiettes, des costumes de théâtre. d’ailleurs pendant que le type gisait au milieu des pompiers, la grande roue avec au centre le grand nom en lumières: Jupiter, tournait, les gens se baladaient tranquillement dans ce marché de Noel plutot mieux là que sur les Champs . C’est nouveau? SAis pas. Puis j’aime pas Noel.

 Vu les affiches de Jean-Louis dans le métro. Croisé Yan Colette à la Scala où j’étais invitée pour un spectacle pénible. Le principe de la scéno est emprunté à une compagnis néerlandaise ( grand Hotel ou un truc comme ça ) dont j’avais vu une formidable «  reconstitution de la guerre de 14 ). Donc grand plateau occupé d’accessoires, travellings, personnage miniature, caméras, manipulateurs. c’était formidable, avec une voix off et des textes de soldats. Là c’est niais. Même principe mais niais. Et on voit sur l’écran des personnages qui sont des dois filmés. Si parfois ça marche, une main filmée avec comme jambes l’index et le majeur, c’est lassant. Enfilade de bandes sons. Bref. J’étais grognon et mécontente.

Grognon hier soir aussi ( j’écrirai en privé )

J’ai passé aussi un bon moment Mercredi , m’y rendant à vélo, au Louvre pour voir l’exposition de la Collection Campana.

Je suis dans le jury de la Villa Médicis. Hop. J’avais refusé mais ils ont changé pour moi le calendrier ce qui est plutôt gratifiant.

Il faudra que je me remette à travailler.10 jours pour le projet Unlimited. Finalement c’est ce qui me va le mieux-travailler même si je suis un peu lasse, u peu découragée à vrai dire-sinon je m’ennuie. Peindre peut-être pas. Le film sur BB, les trucs à préparer pour Février et septembre. Et déjà l’expo qui se profile chez Christophe. Je sais ce que je veux faire..

Zut il faut que j’appelle Alice.

Trenet!. Il y avait des siècles que je n’avais pas écouté ça. On aimait bien avec R. Lui c’était la folle complainte qu’il chantait suivant. Ai mis dans des cartons, ses lunettes, courrier, montres . Quantité de petites bôites dont celle avec des bonbons dont j’ai déjà parlé.

France-Dimanche

Sous les branches… de l’allée des maronniers…

“FAR FROM ME “

 

Gauguin

J’ai recommencé à peindre et c’est vraiment délicieux d’être à A. seule et coupée de tout. Le seul déplaisir que j’ai parfois c’est d’avoir un truc à faire le soir. J’ai l’impression que le journée est bloquée. J’aime l’idée d’un infini après 19 heures, d’un tout possible et qui se finit derrière l’ordi, dans la cuisine ou devant un film. Fini le Sinmaringen de Pierre Assouline trouvé en triant les livres. C’est pas terrible. L’idée du vieux domestique fidèle contre vents et marées aux Hohenzollern. Bon mais on sniffe rapido que Céline va apparaitre avec son chat, que l’homme aux poubelles est un agent etc . Bref. Et puis n’est pas First qui veut ou plutôt ne crée pas un First qui veut. La Cerisaie-Hohenzollern !!!!

Du coup ( comme on dit ) D m’a passé une biographie de Speer. L’autre soir passage chez Goodman pour la signature du livre de Corinne Rondeau. Elle le présente avec beaucoup d’intensité et d’humeur, une certaine rage aussi très juste au moment ou elle exprime ce qu’elle n’a pas voulu faire à propos de Chantal Ackermann.

 

J’ouvre une enveloppe du ministère de la culture et mon sang ne fait même pas un tour en lisant le machin comme quoi je suis chevalier des Arts et lettres. My god. Pince moi Zouzou !!!Mais pourquoi je reçois ce truc? J’ai rien fait je le jure!!! . J’ai cru à une blague d’étudiant. Visiblement pas. Bon je l’ai posé à côté du Molière de R. Qui lui avait tant fait plaisir. Comme ça on a nos honneurs sur la même étagère. Mon Bac avec mention, mon Diplôme des BA, ma villa Medicis et mon truc de prof. Bientôt l’Académie et la boite en bois. Nom d’une pipe.

Ben mon ordi fait comme un bruit de vent dans les branches. Glande totale. Soirée agréable hier chez VDC et je pars comme toujours la première. Je prends des nouvelles de la Villa Medicis car deux personnes qui rentrent sont là/ Misère visiblement. L Me dit qu’il aurait aimé une atmosphère de couvent pour travailler et pas de centre culturel! Comme je le comprends car c’est ce que j’ai eu la chance de vivre. Ce matin à l’ouverture magnifique exposition Fortuny avec D et GM puis un café à l’Alma.Elles sont toujours super les expos à Galliera. On comprend le temps de Proust. On peut s’asseoir et écouter. Quand Miyaké arrive à la fin, c’est dur pour lui et le costume multicolore semble cheap. Comme ils veulent aller déjeuner je les abandonne et marche Avenue Matignon, photographie des trucs beaux ou atroces chez Chanel, Pucci, etc. Je tente Gauguin avec ma carte. Ca passe. Impec mais dedans c’est l’horreur. Nick Cave. Je ne regarde que les sculptures et terres cuites. C’est très beau tout ça. Mais vraiment cette foule avec ceux qui téléphonent.  Marcher encore et rentrer. Soupe.  Flemme. Paperasse. Quel beau temps. Nick Cave/ encore.

Je regarde le film qu’a monté Camille . Premier en tant que chef monteuse. Je suis trop fière. Il est bien. Il faut que je remplisse le papier ( quelle est votre scène préférée etc??? )

Reviens.

 

A horse! A horse! My kingdom for a horse!

capture-decran-2016-12-26-a-10-06-56

Dans le métro ils sont montés . 4 gosses et se sont assis autour de moi. Je dirais qu’ils avaient 11 ans pas plus. j’ai demandé d’où ils venaient: Roumanie et Bulgarie. On dirait de adultes. Leur façon de se caler bien droit sur les jambes. Ils ont une cigarette dans la main . Un briquet avec une tour Eiffel dorée. Mon voisin m’asperge de parfum si on peut appeler ça comme ça; Zara. Je ne sais pas où ils ont eu ça. Ils ont un regard dur. Ne renvoient aucun sourire.  Se chamaillent , gueulent comme s’ils étaient dans une forêt. Puis commencent à grimper partout et à faire le cochon pendu. Ils bloquent les portes. Un type me dit qu’il suffirait d’une bonne claque. C’est ça , c’est ça. Pfff. Rien compris. Mais comment faire que ces bêtes sauvages trouvent leur place. Ca me semble déjà trop tard. Ils me demandent si j’ai du shit, puis passent à autre chose.

Je me dis que si tant énergie était utilisée à autre chose… C’est plus que de l’énergie. c’est du concentré d’énergie.

Un rayon de soleil.

24 décembre impec et sympa jusqu’à 4 h du matin, ce qui pour moi est rarissime. BB nous rejoint. La voisine ne monte pas nous emmerder. On les croise le lendemain matin avec des valises. Si seulement elle partait pour toujours. Le baba au rhum était une merveille. Ces vrai que tant qu’à faire autant aller carrément dans une bonne pâtisserie. Celle-ci je m’y rends exactement une fois par an. c’est la pâtisserie de Noel. On se ballade la nuit vers l’Avenue Junot. Le 24 vers 19h tout est désert. M. mange 6 huitres à la Mascotte. On passe aux A. et je vais vers mes fourneaux car nous sommes 10.

Bref. J’ai regardé le film sur la Villa Medicis qui est une vraie horreur toute conventionnelle et superficielle. Mais comment peut on filmer comme ça? Des mouvements incessants, des contre plongées. Un bêtise incroyable. C’est laid mais comme c’est laid. On se croirait dans Des racines et des ailes ou dans Ford Boyard ( le souvenir que j’en ai n’est pas très clair ). On dirait que c’est filmé par des drônes. C’est surchargé et vulgaire. Arte!! Oui! Eh ben. Hier après avoir vu le Baccalauréat , j’ai zappé sur Arte à nouveau. Un feuilleton à la noix filmé pareil. ça vire et ça volte, ça contre plonge pour rien, ça tourne. Mais merde qu’est ce que c’est que ces nuls?

Je ne sais pas qui est Laurence Thiriat mais ce serait , intéressant  de savoir pourquoi elle filme comme ça. On dirait un documentaire en tube. Le seul intêret de cela: L’exemple absolu pour les étudiants de ce qu’il ne faut pas faire.

Je me suis réinstallée mais ce matin je rame un peu niveau dessin. Texte à écrire et présentation pour le musée Picasso à préparer.

Déjeuner avec AV pour parler du livre.

INVENTAIRE encore

Capture d’écran 2016-04-30 à 15.03.37

1995/ 200 X 200

J’espère que cette image plaira à MP, artiste médiocre, qui se sert chez moi depuis plusieurs années. Se servir c’est copier, pas citer non , copier bêtement  ( comme je demande aux étudiants de copier des images sans les interpréter ) et aussi voler des photos de mes dessins, paf tels quels , pour nourrir son fb. J’ai toutes les captures car cela évidemment a disparu quand on a sorti les dents. Elle avait entrepris un blog qui a le nom du mien. Une maladie? Une fixette? Je m’en fiche. Je n’ai aucun état d’âme quand il s’agit de pure malhonnêteté. On l’a prévenue une fois. Elle recommence cette pauvre fille. Bref ce n’est pas très intéressant mais agaçant. En plus c’est si nul tout ce quelle fait. Ca sent le réchauffé de tout et dès qu’elle parle c’est stupide. Ceci étant réglé…

Donc allez retour éclair pour photographier ( ailla aille aille c’est pas beau ) ce que j’ai dans l’atelier à Saint-B. Et avant transporter une camionnette pleine. Il en faudra une autre. C’était sympa.On a attrapé à Chalon des affaires qu’avaient gardées C et D. On a roulé et fait un beau feu en arrivant. On a diné à M, dans un bon restaurant insupportable par excès de description de ce que l’on nous a préparé. Des tonnes de produits en inventaire chichi. On a bien ri aussi .  Je ne sais pas comment ils s’en sortent niveau prix car ce n’est pas cher du tout. Je repense à mon ( mauvais) club sandwich au coin du quai et de la rue Bonaparte. 17 euros 50 pour ce machin pas bon entouré de 3 feuilles de salade . Chapeau . ( Bon club au Bullier en face de la Closerie.)

Les papiers sont bien conservés. les peintures mal roulées on souffert. Mais elles on été stockées dans une sorte de garage et certaines ont moisi et se sont rongées.

Bref environ 150 photos.

On a atteri à la fin de la soirée d’élection Miss Forez. Quand on prend ça en cours de route c’est terrible. Terriblement ringard. L’année dernière on s’était endimanchés et on y était allés. J’ai filmé tout ça en n’en ferai probablement jamais rien. En buvant mon Pulco citron (c’est le Campari des Petits chevaux de Tarquinia pour le Bar des Amis ), je me disais que je serais  bien restée là-Bas.

Capture d’écran 2016-04-30 à 15.16.04

Villa Medicis 1983

Je ne me souvenais pas de ces dessins faits à la villa . Il me semble que c’était un Dimanche, quand tout était fermé et qu’on n’avait pas de téléphone.

On n’imagine mal, le silence et cet isolement géniaux je dois dire, et le bar ne s’appelait pas encore la cafet’ avec les horribles meubles et lampes de Peduzzi. Il n’y avait pas encore la confiture d’oranges commercialisée, ce qui est une nouveauté. Je ne pense pas que l’allée des orangers puisse produire plus de deux pots à l’année mais bon….

Mardi dernier cours aux Beaux-arts et Fonds Maciet. Je reçois un mot des Bozar disant qu’on ne pourra pas me rembourser mes frais pour m’y rendre. Il faut dire qu eje n’ai rien demandé et que c’eût été grotesque pour une si petite promenade. En parlant d’école,  X m’a proposé un atelier au Beaux-arts il y a quelques temps ( ce qui il est vrai me conviendrait mieux ) et… ne parle plus de rien. Pourquoi? Mystère.

C. m’envoie ceci en me disant que je suis la réincarnation d’Apollinaire au Flore:

IMG_9589

Apollinaire est au café de Flore tous les mardis de 5 à 7… 

Comme on est partis Jeudi matin d’Amiens et rentrés hier soir, journée passée à pas grand chose, pas sortie et j’ai…. dormi. Me réveille. Zut A. Les étoiles…

 

Le retour du “Retour de l’ancêtre”

4S08000

Le retour de l’ancêtre , Rome 1984/ Frac Alsace

Journée aux Bozar, pas des plus enthousiasmantes pour les Ateliers Ouverts. Le cours de dessin sanctionné par un UC est de ce fait un truc obligatoire, une corvée pour certains. Comme nous partageons la salle je ne peux pas planter un souk, ce qui est bien normal. Mais j’aimerais plus de “bazar” , du faux bien sur, avec des mélanges d’images.; Je suis contente d’avoir mes petites photos et le diaporama, qui donneront l’idée de ce qui c’est passé. Ce qui est drôle est de voir ” ce que l’on génère”. De mon côté, beaucoup de choses écrites, de notes . Pas de dessin “esthétique” ou de composition. Fatigant de courir après le matériel. Il faut un étudiant pour le prendre. Je ne peux pas emprunter quoi que ce soit même pour l’atelier. C’est incroyable ça. Oh ça me déprime ça. Je me sens assez peu “prof” ( comme dirait Michel Bouquet ) mais j’aime néanmoins travailler avec les étudiants. C’est peut-être l’atmosphère d’école. C’est toujours la même finalement depuis la nuit des temps. Ou peut-être… !!!!???

J’ai entendu que le journal de  Maurice Garçon était paru ou réédité. Ca m’intéresse. Je ne savais pas qu’il était le père de feu Françoise Verny.

Discours à l’occasion de sa mort en 1967

” Mais notre confrère avait aussi un violon d’Ingres.

Il s’était, par le détour de l’histoire, intéressé à la magie, à la sorcellerie, aux procès auxquels celles-ci avaient donné lieu. Il avait acquis, dans ce domaine une compétence, une érudition exceptionnelles. On peut dire qu’il était l’homme au monde le mieux renseigné sur tout ce qui touche au Diable, à Satan et son empire. Là encore il assumait le rôle du défenseur. Il défendait le bon sens et la raison contre les délires de l’imagination et l’exploitation cynique de la naïveté et de la bêtise par les mystificateurs et les aigrefins.

Les livres publiés sur ces sujets par Maurice Garçon portent des titres suggestifs : le Diable, étude historique, critique et médicale. Guillemette Babin, sorcière. Trois histoires diaboliques, etc. Ces ouvrages, comme tous ceux qui sont sortis de la plume de notre confrère, sont écrits dans un style clair, aisé, élégant, coulant et plein d’agrément.”

J’ai beaucoup Aimé le film Eastern boys. Très dépouillé, plutôt sobre et économe en paroles. C’est vrai que les plus beaux films sont ceux qui bavardent peu. Bof, non, c’est faux. Voir Scorcese, Allen, Casavetes.

Tiens il y a … 2015-1984= 31 ans, MERDE…, c’était mon expo anonyme à la villa Médicis.Jungle et loups. J’ai retrouvé le texte de Guy: “Cuando ebbe varcato il ponte, i lupi…..”

texte guy 1 texte guy 2

Les guêtres du Comte sont usées

J’ai longé la Villa Médicis et demandé à voir Efisio. Sa fille m’a dit non, il ne voit personne.

C’est un homme sophistiqué qui est entré dans la “petite salle “, pièce la plus utilisée de la maison d’Amiens . Je lui ai proposé du thé. C’était un Italien bouclé, un peu fin de race et il venait d’acheter la maison-Villa Médicis. Car les deux étaient bel et bien superposées. Ma soeur est dans la pièce et ne cesse de parler. Dans le grand salon, le salon vert on m’annonce qu’il y aura un concert. Je traverse les jardins et sur mon vélo descend un rue Française pour retrouver HD devant une petite boutique de tissus. J’appuie le velo sur la vitrine, entre et attrape un coupon vert avec des motifs plus clairs. En le déroulant je m’aperçois que c’est une petite peau de bête et que de l’autre côté de l’impression ce sont des poils.

—Vous n’avez pas plus grand?

Question stupide s’il s’agit d’une peau de bête mais quelle bête serait verte à motifs? Je ne sais pas pour quelle raison ce tissu animal m’intéresse. Je sais que je ne m’en servirai jamais.

La dame sort d’un papier de soie de la fourrure cette fois ci et me dit:

Ce sont des guêtres. C’est un Comte qui me les a vendues. Je les examine; curieuse, les inspecte et il y a un petit trou sur le côté. De chaque côté je vois aussi des sortes d’ornements en or.

—Un comte?

—Oui, il vient d’acheter une maison et a besoin d’argent.

Tout s’éclaire. Le 332 Villa Médicis lui a couté un paquet de fric et il a également dû vendre chevaux, service en argent etc…

Pfft, plus rien.

En rentrant j’ai lu le courrier de la cinémathèque , mangé des pâtes et  j’ai cherché quelque chose à la TV. Suis tombée sur Alceste à Bicyclette. Oups, c’est pas bon. Et puis ce décor de la maison de Lucchini, berk. Tout est forcé ( et c’est ennuyeux ) et Lambert Wilson a un maquillage qui transforme son visage en cire.

“Pretty things” et moins pretty

Après avoir passé la nuit dans un hôpital russe, et tenté de trouver un ascenseur / l’un est tellement étroit qu’il m’effraie; L’autre est gigantesque et mène direct à la salle d’opération-Les trois infirmières me poussent à l’extérieur )-.pour le sixième étage gauche ( là où tous ont des vêtements rouges), je me retrouve à lire les revues qui traînent sur la table de la cuisine. Difficile d’échapper à Frédéric Mitterand. C’est fatigant.

Et puis ce bouquin ; il est sorti il y a au moins quatre ans non? La barbe. La barbe aussi les articles sur la Villa Médicis, TOUJOURS les mêmes, avec les mêmes poncifs: Les pensionnaires-ci, les Romains-ça –et pif paf pouf et tarapapapouf je suis ,moi le général.

Quel ennui.

Hier nous nous sommes promenés avec U. et avons failli rater l’exposition de Traquandi. Très belle, je dois dire, –mais -ou bien –et- très élégante aussi. Pretty things.

Il n’est pas désagréable d’être face à des oeuvres discrètes et qui ne disent que ce qu’elles sont: De la peinture. Et le plaisir de celle ci.

Pas de cynisme, pas de flashy, pas “volontairement hideux”.

Rien de spectaculaire sauf cette discrétion. Rien à voir avec d’ autre artistes de cette galerie ( Laurent Godin ) . C’est drôle que G.T montre son travail ici.

L’accrochage est parfait et l’espace de la Galerie très beau.

.466hfc21.jpg

J’aime bien cette image. ( Hsia-Fei Chang )

Bref. O croise G.M V que je croyais glacial. Il est drôle et charmant.

On prend un savon chez Yvon Lambert (….) Oui on en prend même deux , dans l’exposition Shilpa Gupta.

Je passe trop vite pour m’informer suffisamment… Mais je ne doute pas que ce soit intéressant malgré ce texte assez indigent:

Shilpa Gupta s’intéresse à la notion de perception et utilise l’interactivité comme un moyen d’inviter le spectateur à se questionner sur ces questions. ( , se questionner sur des questions…. Hum hum )

C’est le cas de son installation « Threat », sculpture composée de milliers de savons gravés du mot « THREAT » (menace). Le visiteur est invité à prendre un savon afin de l’utiliser en faisant ainsi disparaître au fur et à mesure l’installation et la menace.

Ohohoh!!! Je comprends mon cher Pécuchet.
Je suis désolée de regarder aussi vite des expositions sur le net. A toute berzingue, pour avoir une idée ( quand même). Dérouler. Puis c’est comme après avoir mangé un Magnum, ou un beignet sur la plage. Beurk. Indigestion d’images.Bonjour à R. Passage à la galerie je ne sais plus le nom pour voir la video de MH Negro ( pas certaine du nom). Il s’agit d’une image filmée. C’est je dois dire assez beau et fantômatique. Mais le son est à mon goût ridicule. Puis 49 mn… Je me tire et vais préparer quelque chose à manger. U. nous rejoint après le coquetelle. R. est branché sur Tchekov, C. part vers la PLace Monge, U. emballe son savon . Je regarde la télé et Mocky qui me fait rire.
Hop … au lit
ZZ18AA6225.jpg

COLOMBAIONI

En cherchant des informations sur les Colombaioni ( les nuis de Cabiria etc…), Alberto et Carlo, j’apprends qu’ils sont morts tous les deux.

Alberto en jouant au tennis je crois et Carlo, en Mai dernier. Ils disaient Mistero Magia et ça me faisait beaucoup rire.

Je ne savais pas qu’ils étaient proches de Fellini quand on était sur le même bateau -je ne sais plus en quelle année.

colombaioni.jpg

Mistero, magia


J’ignore l’auteur de la photo

Bon, maintenant, je peux passer à autre chose.Fellini, au lit!

Ce matin j’ai reçu un mail de Roberta. Efisio répondait enfin!

Il raconte un histoire drôle à propos de Balthus et fFellini. Je l’ai mise dans le texte: Mistero, magia

LE TRIPLE MENTON DE GITON

Ca y est . Je crois que j’ai trouvé comment écrire ce texte sur Fellini. Il ne s’agit pas de répéter les sempiternels poncifs. De toutes les façons tout a été dit . J’appelle A. pour lui demander comment s’appelait l’autre cameriere de J.L. Il y avait Luigi et … Benedetto. Benedetto, plus réservé, plus sévère.

Luigi, je l’ai revu il y a 3 ans pour les 80 ans d’Efisio.

Je la rappelle encore pour savoir si elle se souvient du Volturno

En trouvant le Volturno ouvert en 1920 ,et une petite notice là , je passe là .

C’est quelque chose.

200901240916.jpg  

flickr/galerie de Superbomba


Bref, je suis presque certaine d’y être allée au Volturno, cinema “à l’ancienne” avec attractions et strip-tease. Ca fumait là dedans et ça parlait. J’adorais ça.

Ca hurlait en Romain dès qu’une fille apparaissait.

Parfois je me demande si on me l’a raconté ou si j’y étais.

Il y avait aussi l’Alhambra Giovanelli ou quelque chose comme ça. J. doit me raconter car il alait lui aussi. Ca faisait partie des curiosités Romaines…

Mail qui arrive. J’éclate de rire:

“Bonjour et merci pour les photos mais malheureusement, je ne sais pas ce qui s’est passé sur mon ordinateur mais ce pauvre Giton a un triple menton.”

………………………………..

“Le pince sansririsme” Finkelkraut en ce moment. Le pince-sansririsme, c’est formidable! le pince-sansririsme de France-Culture…

200901240918.jpg

Donc avec A. on a reparlé de notre virée au Panthéon, en pyjama nous étions et peinturlurées. Ce qui était drôle c’est que personne ne nous regardait. On en rit encore. Et puis i y avait la strega, cette grande bonne femme terrifiante, tout en noir et qui vendait des roses: “Le belle rose….”

Et si on faisait une réflexion, si on riait on se prenait sur la tête un coup . En fait, elle avait une petite boule de bois au bout d’une lanière et la lançait à qui le méritait. C’était surprenant; c’est le moins qu’on puisse dire.!!!

Et puis le type avec des gants noirs , comme si ses mains pesaient une tonne, ses bras le long du corps, sans expression, à coté du bar . Il disait:

“Anna, la volpe humana, la renarde humaine…”

D’ailleurs souvent quand j’appelle A. je fais le numéro puis:

Pronto? La volpe humana? et je l’entends éclater de rire et s’étouffer.

Retour en haut